Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE870 - Anthropologie des marges juives : dissidences, émergences, recompositions


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 10 juin 2024 14:17

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/694 
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Apprentissage Circulations Diaspora Minorités Pratiques Religieux (sciences sociales du) Rituel Spatialisation, territoires Transnational
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Asie Europe Juives (études)
Intervenant·e·s
  • Cécile Guillaume-Pey [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre d'études sud-asiatiques et himalayennes (CESAH)
  • Sébastien Tank-Storper   directeur de recherche, CNRS / Centre d'études en sciences sociales du religieux (CéSor)

Ce séminaire propose d’effectuer un pas de côté par rapport aux approches classiques du judaïsme, qui tendent à se concentrer sur les formes les plus traditionnelles d’expression et d’actualisation de l’identité juive. Il s’agira notamment de présenter des travaux en cours sur des formes dissidentes ou émergentes de judaïsme ou de judéités, qui construisent des alternatives aux « judéités hégémoniques » incarnées par le judaïsme rabbinique orthodoxe ou par le sionisme politique. Les principaux centres du monde juif contemporain voient par exemple se développer des reformulations religieuses offrant une plus grande inclusion des femmes ou des personnes LGBTQI+. En France, des collectifs proposent de repositionner la judéité dans les luttes politiques révolutionnaires tout en repensant les catégories coloniales à travers lesquelles les juifs (et notamment les « juifs-arabes ») auraient été amenés à se penser. En Argentine, certain·e·s proposent quant à ielles de promouvoir un « post-judaïsme » qui ferait l’économie de l’identité, tandis que d’autres, à la suite de l’attentat antisémite de 1994 contre l’AMIA, contestent les modes d’expression politiques et citoyens imposés autant par l’État que par les institutions juives historiques.

Nous focaliserons aussi notre attention sur les « juifs d’ailleurs » (Bruder 2020) qu’il s’agisse des juifs éthiopiens, qui peuvent bénéficier de la « loi du retour », ou des nombreuses communautés juives « autoproclamées » qui émergent depuis le XXe siècle, en Afrique et en Asie notamment. En Inde, des groupes tribaux et des dalits christianisés qui se considèrent comme les descendants d’une des dix tribus perdues d’Israël se sont ainsi récemment tournées vers le judaïsme – messianique pour certains, orthodoxe pour d’autres - et militent à présent pour faire l’aliyah. Comment des revendications d’une identité juive émergent-elles au sein de groupes en marge des principaux centres du judaïsme ? Par quels moyens affirment-ils leur judéité ? Comment ces communautés acquièrent-elles une connaissance des rituels et des textes sacrés du judaïsme ? Quels types de relations ces « nouveaux juifs » nouent-ils avec leurs voisins affiliés à d’autres religions et avec des communautés juives plus ou moins proches ?

Ce séminaire a ainsi pour ambition de penser à nouveaux frais les dynamiques de recomposition du monde juif contemporain, qui ne sera pas saisi à partir d’un centre ou d’un noyau qui en constituerait l’essence ou la colonne vertébrale, mais à partir de ses marges, de ses hybridations, de ses dissidences, de ses conflits ou de ses controverses. Il s’agira notamment de réfléchir aux cadres conceptuels qui permettent de penser un judaïsme « a-centré » et pluriel, mais qui n’en reste pas moins sans cesse préoccupé par la définition d’un « commun ».

Outre les spécialistes en « études juives », ce séminaire ne manquera pas d’intéresser toutes celles et ceux qui travaillent sur des formes dissidentes ou émergeantes de religiosité, en marge ou à la frontière des traditions religieuses historiques.

Bibliographie :

  • Anteby-Yemini Lisa, Les Juifs éthiopiens en Israël. Les paradoxes du paradis, Paris, CNRS éditions, Collection CRFJ hommes et sociétés, 2004.
  • Baumgarten Jean, La naissance du hassidisme, Mystique, rituel et société (XVIIIe-XIXsiècles), Paris, Albin Michel, 2006.
  • Boyarin Daniel, Judaism. The Genealogy of a Modern Notion, New Brunswick, Rutgers University Press, 2018.
  • Bruder Edith, Juifs d’ailleurs, Paris, Albin Michel, 2020.
  • Bruder Edith, Black Jews, Paris, Albin Michel, 2014.
  • Cassin Elena, San Nicandro, histoire d'une conversion, Ed. Quai Voltaire 1993 (1re éd. Plon 1957).
  • Egorova Yulia, Jews and Muslims in South Asia: Reflections on Difference, Religion and Race, Oxford, Oxford University Press, 2018.
  • Egorova Yulia. & Perwez, Shahid, The Jews of Andhra Pradesh: Contesting Caste and Religion in South India, Oxford, Oxford University Press, 2013.
  • Gutwirth Jacques, Les Judéo-Chrétiens d'aujourd'hui, Ed. du Cerf, Paris, 1987.
  • Gutwirth Jacques, La Renaissance du hassidisme. De 1945 à nos jours, Odile Jacob, 2004.
  • Parfitt Tudor et Netanel Fisher, Becoming Jewish. New Jews and Emerging Jewish Communities in a globalized World, Newcastle, Cambridge University Press, 2016.
  • Parfitt Tudor et Trevisan Semi, Emanuela, Judaising movements. Studies in the margins of Judaism, London & New York, Routledge, 2002.
  • Samra Myers, « Buallawn Israel : The Emergence of a Judaising Movement in Mizoram, Northeast India », Religious Change, Conversion and Culture, ed. Lynette Olson, Sydney Studies in Society and Culture, 12. Sydney, 1996.
  • Scholem Gershom, La Kabbale et sa symbolique, Paris, Payot, 1966.
  • Scholem Gershom, Aux origines religieuses du judaïsme laïque, Paris, Calmann-Lévy, 2000.
  • Scholem Gershom, Les Grands courants de la mystique juive, Paris, Payot, 2014.
  • Tank-Storper Sébastien et Endelstein Lucine, avec la collaboration de Morvan Yoann (éds.), dossier Mondes juifs en mouvementFrontières, porosités, circulationsArchives de Sciences Sociales des Religions, n°177/2017, p.15-187.
  • Tank-Storper Sébastien, « Judaïsme : une méta-définition », Archives de Sciences Sociales des Religions, n°200, oct.-déc. 2022, p.42-53.
  • Tourny Olivier, « Dieu reconnaîtra les siens. (Dés)orientations religieuses des Juifs éthiopiens en Israël », Transcontinentales. Sociétés, idéologies, système mondial, n° 7, 2009.

Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

cecile.guillaume-pey@ehess.fr
sebastien.tank@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

cecile.guillaume-pey@ehess.fr
sebastien.tank@ehess.fr

Pré-requis

Aucun pré-requis nécessaire

Dernière modification : 10 juin 2024 14:17

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/694 
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Apprentissage Circulations Diaspora Minorités Pratiques Religieux (sciences sociales du) Rituel Spatialisation, territoires Transnational
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Asie Europe Juives (études)
Intervenant·e·s
  • Cécile Guillaume-Pey [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre d'études sud-asiatiques et himalayennes (CESAH)
  • Sébastien Tank-Storper   directeur de recherche, CNRS / Centre d'études en sciences sociales du religieux (CéSor)

Ce séminaire propose d’effectuer un pas de côté par rapport aux approches classiques du judaïsme, qui tendent à se concentrer sur les formes les plus traditionnelles d’expression et d’actualisation de l’identité juive. Il s’agira notamment de présenter des travaux en cours sur des formes dissidentes ou émergentes de judaïsme ou de judéités, qui construisent des alternatives aux « judéités hégémoniques » incarnées par le judaïsme rabbinique orthodoxe ou par le sionisme politique. Les principaux centres du monde juif contemporain voient par exemple se développer des reformulations religieuses offrant une plus grande inclusion des femmes ou des personnes LGBTQI+. En France, des collectifs proposent de repositionner la judéité dans les luttes politiques révolutionnaires tout en repensant les catégories coloniales à travers lesquelles les juifs (et notamment les « juifs-arabes ») auraient été amenés à se penser. En Argentine, certain·e·s proposent quant à ielles de promouvoir un « post-judaïsme » qui ferait l’économie de l’identité, tandis que d’autres, à la suite de l’attentat antisémite de 1994 contre l’AMIA, contestent les modes d’expression politiques et citoyens imposés autant par l’État que par les institutions juives historiques.

Nous focaliserons aussi notre attention sur les « juifs d’ailleurs » (Bruder 2020) qu’il s’agisse des juifs éthiopiens, qui peuvent bénéficier de la « loi du retour », ou des nombreuses communautés juives « autoproclamées » qui émergent depuis le XXe siècle, en Afrique et en Asie notamment. En Inde, des groupes tribaux et des dalits christianisés qui se considèrent comme les descendants d’une des dix tribus perdues d’Israël se sont ainsi récemment tournées vers le judaïsme – messianique pour certains, orthodoxe pour d’autres - et militent à présent pour faire l’aliyah. Comment des revendications d’une identité juive émergent-elles au sein de groupes en marge des principaux centres du judaïsme ? Par quels moyens affirment-ils leur judéité ? Comment ces communautés acquièrent-elles une connaissance des rituels et des textes sacrés du judaïsme ? Quels types de relations ces « nouveaux juifs » nouent-ils avec leurs voisins affiliés à d’autres religions et avec des communautés juives plus ou moins proches ?

Ce séminaire a ainsi pour ambition de penser à nouveaux frais les dynamiques de recomposition du monde juif contemporain, qui ne sera pas saisi à partir d’un centre ou d’un noyau qui en constituerait l’essence ou la colonne vertébrale, mais à partir de ses marges, de ses hybridations, de ses dissidences, de ses conflits ou de ses controverses. Il s’agira notamment de réfléchir aux cadres conceptuels qui permettent de penser un judaïsme « a-centré » et pluriel, mais qui n’en reste pas moins sans cesse préoccupé par la définition d’un « commun ».

Outre les spécialistes en « études juives », ce séminaire ne manquera pas d’intéresser toutes celles et ceux qui travaillent sur des formes dissidentes ou émergeantes de religiosité, en marge ou à la frontière des traditions religieuses historiques.

Bibliographie :

  • Anteby-Yemini Lisa, Les Juifs éthiopiens en Israël. Les paradoxes du paradis, Paris, CNRS éditions, Collection CRFJ hommes et sociétés, 2004.
  • Baumgarten Jean, La naissance du hassidisme, Mystique, rituel et société (XVIIIe-XIXsiècles), Paris, Albin Michel, 2006.
  • Boyarin Daniel, Judaism. The Genealogy of a Modern Notion, New Brunswick, Rutgers University Press, 2018.
  • Bruder Edith, Juifs d’ailleurs, Paris, Albin Michel, 2020.
  • Bruder Edith, Black Jews, Paris, Albin Michel, 2014.
  • Cassin Elena, San Nicandro, histoire d'une conversion, Ed. Quai Voltaire 1993 (1re éd. Plon 1957).
  • Egorova Yulia, Jews and Muslims in South Asia: Reflections on Difference, Religion and Race, Oxford, Oxford University Press, 2018.
  • Egorova Yulia. & Perwez, Shahid, The Jews of Andhra Pradesh: Contesting Caste and Religion in South India, Oxford, Oxford University Press, 2013.
  • Gutwirth Jacques, Les Judéo-Chrétiens d'aujourd'hui, Ed. du Cerf, Paris, 1987.
  • Gutwirth Jacques, La Renaissance du hassidisme. De 1945 à nos jours, Odile Jacob, 2004.
  • Parfitt Tudor et Netanel Fisher, Becoming Jewish. New Jews and Emerging Jewish Communities in a globalized World, Newcastle, Cambridge University Press, 2016.
  • Parfitt Tudor et Trevisan Semi, Emanuela, Judaising movements. Studies in the margins of Judaism, London & New York, Routledge, 2002.
  • Samra Myers, « Buallawn Israel : The Emergence of a Judaising Movement in Mizoram, Northeast India », Religious Change, Conversion and Culture, ed. Lynette Olson, Sydney Studies in Society and Culture, 12. Sydney, 1996.
  • Scholem Gershom, La Kabbale et sa symbolique, Paris, Payot, 1966.
  • Scholem Gershom, Aux origines religieuses du judaïsme laïque, Paris, Calmann-Lévy, 2000.
  • Scholem Gershom, Les Grands courants de la mystique juive, Paris, Payot, 2014.
  • Tank-Storper Sébastien et Endelstein Lucine, avec la collaboration de Morvan Yoann (éds.), dossier Mondes juifs en mouvementFrontières, porosités, circulationsArchives de Sciences Sociales des Religions, n°177/2017, p.15-187.
  • Tank-Storper Sébastien, « Judaïsme : une méta-définition », Archives de Sciences Sociales des Religions, n°200, oct.-déc. 2022, p.42-53.
  • Tourny Olivier, « Dieu reconnaîtra les siens. (Dés)orientations religieuses des Juifs éthiopiens en Israël », Transcontinentales. Sociétés, idéologies, système mondial, n° 7, 2009.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

cecile.guillaume-pey@ehess.fr
sebastien.tank@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

cecile.guillaume-pey@ehess.fr
sebastien.tank@ehess.fr

Pré-requis

Aucun pré-requis nécessaire

Planning en cours de validation.