Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE863 - Documenter les histoires coloniales et postcoloniales : épistémologies, méthodes, défis


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 3 juin 2024 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
-
Langues
anglais français lsf
Mots-clés
Archives Coloniales (études) Épistémologie Histoire des sciences et des techniques
Aires culturelles
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
Intervenant·e·s
  • Christelle Rabier [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)

Après une première année qui a croisé différentes disciplines et supports, le séminaire poursuivre la réflexion épistémologique et méthodologique sur la documentation sur les questions coloniales et post-coloniales. Nous souhaitons aborder la diversité des sources (écrites, orales, visuelles, artistiques, muséales, etc.), tant dans leur matérialité que leur place institutionnelle, et ainsi contribuer à l'écriture du passé colonial des métropoles européennes et de l'histoire des sociétés par-delà le moment colonial.

L’examen du « document », comme artefact façonné par un contexte intellectuel, social et politique d’élaboration représente une excellente entrée pédagogique à une épistémologie des sciences sociales, si on en considère le « fil » (grain) pour reprendre à Ann Stoler (2009) sa métaphore traduisant à la fois la forme et la résistance du matériau ligneux et l’intelligence du geste artisan. À mesure que les formats numériques écrasent les approches informationnelles entre sciences sociales, il devient indispensable d’inviter les étudiant∙es à considérer leur matérialité, la diversité des pratiques documentaires, de les comparer, de se les approprier. Dans le prolongement de cette familiarisation critique, il invite à rebours à réfléchir aux difficultés d’interprétation du document textuel ou non-textuel, son intertextualité, sa langue, les sens attachés à ses réélaborations ou sa conservation, la signification de sa disparition ou de son inexistence. Dans un cadre pédagogique comparatiste, il permet ainsi le rapprochement disciplinaire et l’exploration d’une variété de média, y compris visuels et sonores. Enfin, dans une perspective réflexive, l’étude des documents replace les sciences sociales dans leur histoire sociale, épistémologique et politique.  

Le séminaire se veut un lieu d'échanges scientifiques sur les sources participant à l'écriture de ces histoires (post)coloniales mais aussi un lieu de réflexion méthodologique et éthique sur les défis que les chercheur·ses rencontrent au quotidien dans la formulation et la conduite de leurs recherches.

Les séances alterneront des échanges autour de documents ou de fonds et des échanges autour des méthodes originales adoptées par un ou une chercheuse, en étroite collaboration avec l'équipe de conservation des Archives nationales d'outre-mer (ANOM).

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les enseignements se tiennent à Marseille et en visio-conférence.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 3 juin 2024 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
-
Langues
anglais français lsf
Mots-clés
Archives Coloniales (études) Épistémologie Histoire des sciences et des techniques
Aires culturelles
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
Intervenant·e·s
  • Christelle Rabier [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)

Après une première année qui a croisé différentes disciplines et supports, le séminaire poursuivre la réflexion épistémologique et méthodologique sur la documentation sur les questions coloniales et post-coloniales. Nous souhaitons aborder la diversité des sources (écrites, orales, visuelles, artistiques, muséales, etc.), tant dans leur matérialité que leur place institutionnelle, et ainsi contribuer à l'écriture du passé colonial des métropoles européennes et de l'histoire des sociétés par-delà le moment colonial.

L’examen du « document », comme artefact façonné par un contexte intellectuel, social et politique d’élaboration représente une excellente entrée pédagogique à une épistémologie des sciences sociales, si on en considère le « fil » (grain) pour reprendre à Ann Stoler (2009) sa métaphore traduisant à la fois la forme et la résistance du matériau ligneux et l’intelligence du geste artisan. À mesure que les formats numériques écrasent les approches informationnelles entre sciences sociales, il devient indispensable d’inviter les étudiant∙es à considérer leur matérialité, la diversité des pratiques documentaires, de les comparer, de se les approprier. Dans le prolongement de cette familiarisation critique, il invite à rebours à réfléchir aux difficultés d’interprétation du document textuel ou non-textuel, son intertextualité, sa langue, les sens attachés à ses réélaborations ou sa conservation, la signification de sa disparition ou de son inexistence. Dans un cadre pédagogique comparatiste, il permet ainsi le rapprochement disciplinaire et l’exploration d’une variété de média, y compris visuels et sonores. Enfin, dans une perspective réflexive, l’étude des documents replace les sciences sociales dans leur histoire sociale, épistémologique et politique.  

Le séminaire se veut un lieu d'échanges scientifiques sur les sources participant à l'écriture de ces histoires (post)coloniales mais aussi un lieu de réflexion méthodologique et éthique sur les défis que les chercheur·ses rencontrent au quotidien dans la formulation et la conduite de leurs recherches.

Les séances alterneront des échanges autour de documents ou de fonds et des échanges autour des méthodes originales adoptées par un ou une chercheuse, en étroite collaboration avec l'équipe de conservation des Archives nationales d'outre-mer (ANOM).

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les enseignements se tiennent à Marseille et en visio-conférence.

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.