Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE100 - Mobilisations conservatrices : historicité, idées, acteurs


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 28 avril 2024 17:49

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/68 
Langues
anglais français
Mots-clés
Circulations Droit, normes et société Genre Histoire des idées Histoire intellectuelle Intellectuels Mobilisation(s) Sociologie politique
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Valentin Behr [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)
  • Eve Gianoncelli   docteure, Nord University (Bodo, Norvège)

Les phénomènes de « droitisation », de tournant « illibéral » ou encore de « backlash » démocratique font récemment l’objet de nombreux travaux en sciences sociales. Au croisement de la sociologie, de la science politique et de l’histoire, ce séminaire de recherche propose d’en rendre compte. Il prend pour objet les mobilisations conservatrices dans leur diversité, en termes d’enjeux (« guerres culturelles », manifestations d’hostilité à l’immigration ou aux homosexuels, mouvements « anti-genre » ou dénonçant le « wokisme »), mais aussi en termes de répertoires (stratégies métapolitiques, manifestations de rue, militantisme identitaire, voire terrorisme d’ultradroite). En décentrant le regard par rapport aux phénomènes électoraux et à la sociologie des partis politiques, une attention particulière est accordée au rôle d’espaces intermédiaires ou interstitiels (champ médiatique, champ intellectuel, think tanks, clubs) et d’acteurs relevant de ladite société civile (associations, organisations religieuses) dans la circulation des idées et dans les formes d’action réactionnaires. Le séminaire cherche ainsi à saisir la sociologie de ces acteurs, qu’il s’agisse de groupes élitaires (intellectuels, hauts fonctionnaires, dirigeants d’entreprises), ou de groupes relevant des catégories intermédiaires et populaires de l’espace social. Il s’agit aussi de proposer une réflexion conceptuelle à même de caractériser finement l’idéologie des mouvements étudiés, les formes plurielles du conservatisme, notamment la convergence aujourd'hui apparente entre sa forme radicale et celle qui se présentait encore il y a quelques années comme libérale, autour d'un projet illibéral. Le séminaire adopte une perspective résolument transnationale, en s’intéressant aux circulations d’idées, d’acteurs et de répertoires, particulièrement entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, mais aussi entre l’Europe et les États-Unis.

S’appuyant sur les acquis d’une première édition organisée en 2023-2024, ce séminaire les prolonge dans deux directions : en approfondissant la dimension théorique et conceptuelle, identifiée comme lacunaire, en lien avec les demandes exprimées par les participant·es à la première édition ; et en accordant davantage de place aux (relativement nombreux) travaux en cours d’étudiant·es de l’EHESS s’inscrivant dans la thématique du séminaire.

Ce séminaire de recherche prend la forme de discussions de recherches passées et en cours, en s’appuyant sur :

  • des intervenant·es invité·es à présenter leurs travaux ;
  • des séances animées par Valentin Behr et Eve Gianoncelli à partir de lectures portant sur des enjeux au cœurs de leurs travaux respectifs sur la métapolitique, la circulation transnationale des idées, l’histoire des idées conservatrices sur la longue durée, et une réflexion conceptuelle sur l’articulation entre conservatisme, illibéralisme et anti-libéralisme ;
  • enfin, des séances seront réservées à la présentation et à la discussion des travaux des étudiant·es inscrit·es au séminaire (M1, M2 et doctorat).

Intervenants pressentis en 2024-2025 :

  • Annie Collovald (Institut des sciences sociales du politique, université Paris Ouest Nanterre), pour son travail sur la sociologie des mobilisations conservatrices
  • Kjetil Jakobsen (Nord University, Bodo), pour son travail dans le cadre du projet « Words and violence. Literary intellectuals between democracy and dictatorships 1933-1952 »
  • Bruno Quélennec (université Paris 8), pour une intervention sur l'histoire de la Nouvelle Droite allemande
  • Juliette Faure (CERI, Sciences Po), pour son travail sur la production d’une idéologie d’État conservatrice et modernisatrice par les élites intellectuelles et politiques russes, de la fin l’Union soviétique à la Russie post-soviétique (1970-2022)

Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

valentin.behr@ehess.fr

 

Direction de travaux des étudiants

direction des travaux d'étudiants sur RDV uniquement

Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 28 avril 2024 17:49

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/68 
Langues
anglais français
Mots-clés
Circulations Droit, normes et société Genre Histoire des idées Histoire intellectuelle Intellectuels Mobilisation(s) Sociologie politique
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Valentin Behr [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)
  • Eve Gianoncelli   docteure, Nord University (Bodo, Norvège)

Les phénomènes de « droitisation », de tournant « illibéral » ou encore de « backlash » démocratique font récemment l’objet de nombreux travaux en sciences sociales. Au croisement de la sociologie, de la science politique et de l’histoire, ce séminaire de recherche propose d’en rendre compte. Il prend pour objet les mobilisations conservatrices dans leur diversité, en termes d’enjeux (« guerres culturelles », manifestations d’hostilité à l’immigration ou aux homosexuels, mouvements « anti-genre » ou dénonçant le « wokisme »), mais aussi en termes de répertoires (stratégies métapolitiques, manifestations de rue, militantisme identitaire, voire terrorisme d’ultradroite). En décentrant le regard par rapport aux phénomènes électoraux et à la sociologie des partis politiques, une attention particulière est accordée au rôle d’espaces intermédiaires ou interstitiels (champ médiatique, champ intellectuel, think tanks, clubs) et d’acteurs relevant de ladite société civile (associations, organisations religieuses) dans la circulation des idées et dans les formes d’action réactionnaires. Le séminaire cherche ainsi à saisir la sociologie de ces acteurs, qu’il s’agisse de groupes élitaires (intellectuels, hauts fonctionnaires, dirigeants d’entreprises), ou de groupes relevant des catégories intermédiaires et populaires de l’espace social. Il s’agit aussi de proposer une réflexion conceptuelle à même de caractériser finement l’idéologie des mouvements étudiés, les formes plurielles du conservatisme, notamment la convergence aujourd'hui apparente entre sa forme radicale et celle qui se présentait encore il y a quelques années comme libérale, autour d'un projet illibéral. Le séminaire adopte une perspective résolument transnationale, en s’intéressant aux circulations d’idées, d’acteurs et de répertoires, particulièrement entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, mais aussi entre l’Europe et les États-Unis.

S’appuyant sur les acquis d’une première édition organisée en 2023-2024, ce séminaire les prolonge dans deux directions : en approfondissant la dimension théorique et conceptuelle, identifiée comme lacunaire, en lien avec les demandes exprimées par les participant·es à la première édition ; et en accordant davantage de place aux (relativement nombreux) travaux en cours d’étudiant·es de l’EHESS s’inscrivant dans la thématique du séminaire.

Ce séminaire de recherche prend la forme de discussions de recherches passées et en cours, en s’appuyant sur :

  • des intervenant·es invité·es à présenter leurs travaux ;
  • des séances animées par Valentin Behr et Eve Gianoncelli à partir de lectures portant sur des enjeux au cœurs de leurs travaux respectifs sur la métapolitique, la circulation transnationale des idées, l’histoire des idées conservatrices sur la longue durée, et une réflexion conceptuelle sur l’articulation entre conservatisme, illibéralisme et anti-libéralisme ;
  • enfin, des séances seront réservées à la présentation et à la discussion des travaux des étudiant·es inscrit·es au séminaire (M1, M2 et doctorat).

Intervenants pressentis en 2024-2025 :

  • Annie Collovald (Institut des sciences sociales du politique, université Paris Ouest Nanterre), pour son travail sur la sociologie des mobilisations conservatrices
  • Kjetil Jakobsen (Nord University, Bodo), pour son travail dans le cadre du projet « Words and violence. Literary intellectuals between democracy and dictatorships 1933-1952 »
  • Bruno Quélennec (université Paris 8), pour une intervention sur l'histoire de la Nouvelle Droite allemande
  • Juliette Faure (CERI, Sciences Po), pour son travail sur la production d’une idéologie d’État conservatrice et modernisatrice par les élites intellectuelles et politiques russes, de la fin l’Union soviétique à la Russie post-soviétique (1970-2022)
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

valentin.behr@ehess.fr

 

Direction de travaux des étudiants

direction des travaux d'étudiants sur RDV uniquement

Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.