Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE497 - Les approches anthropologiques sur les mondes de la mode : les archives sensibles du travail des apparences


Lieu et planning


  • Autre lieu Paris
    CNRS-Pouchet, 59 rue Pouchet 75017 Paris
    annuel / mensuel (2e), jeudi 10:00-13:00
    du 18 novembre 2021 au 23 juin 2022
    Nombre de séances : 7


Description


Dernière modification : 16 mai 2022 14:05

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
https://www.facebook.com/ammehess/ 
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Anthropologie culturelle Anthropologie sociale Anthropologie visuelle Apprentissage Archives Artisanat Corps Culture matérielle Culture visuelle Design Domination Économie Ethnologie Mode Morale Politique Rituel Travail
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Anne Monjaret [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Aurélia Gualdo   doctorante, EHESS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Francine Barancourt   doctorante, EHESS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)

Ce séminaire, initié en octobre 2015 en partenariat avec la SEF, se veut un lieu de rencontre et d’échange pour qui s’intéresse à la mode, entendue ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences et du genre. Il s’agit donc d’interroger les mondes de la mode et du luxe, reflet de la société contemporaine et de ses transformations.

Chaque année, nous avons proposé en plus des séances de séminaire, une journée d’étude pour approfondir une question particulière, la dernière ayant été consacrée aux apports de la culture et de la nature pour les mondes de la mode.

Depuis la première année exploratoire (2015-2016), nous avons poursuivi les questionnements : « Penser l’objet de mode aujourd’hui » (2016-2017), « Les formes de transmission de la mode » (2017-2018), « Les responsabilités sociales et politiques de la mode » (2018-2019), « Mode en mutation : nouvelles intelligences » (2019-2020), « Les approches anthropologiques sur les mondes de la mode » (volet 2020-2021).

Pour l’année 2021-2022, nous continuerons à questionner les approches anthropologiques sur les mondes de la mode à partir d’une interrogation sur les « Archives sensibles » en tant que tabous dans la construction des identités : corps nus, corps voilés, objets sacrés ou encore enfants-objets, corps normés, corps bafoué… sont autant de sujets politiques qui remettent en question les imaginaires associés à la mode. Cette année, le séminaire souhaite donc mettre en lumière certaines pratiques dans la mode, les non-dits, les interdits sociétaux comme les codes moraux sous-tendus par l’économie de marché en portant une attention particulière à l’interdisciplinarité des chercheurs qui s’attachent à ethnographier les mondes de la mode.

18 novembre 2021 (exceptionnellement la séance se déroulera en salle polyvalente 50, Centre de Colloques, Campus Condorcet) : Corps : quand la construction identitaire prend corps par l’image

  • Lila Neutre (artiste, chercheuse indépendante et membre du CIREC) « Mises en corps et récits de soi : la pratique photographique comme espace pour penser les sociologies du genre »
  • Morgane Tocco (doctorante en anthropologie sociale, IIAC/EHESS-CNRS), « Érotiser les hommes pour jeter un trouble dans le genre : ethnographie d’une collecte de photographies érotiques participative »

9 décembre 2021 : Rituel : le vêtement comme objet sacré dans les milieux profanes (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Lisa Decottignies-Renard (docteure en anthropologie sociale et culturelle, ATER Université de Strasbourg, chercheuse associée DynamE CNRS (UMR 7367)), « Être porté par un manteau māori en contexte cérémoniel »
  • Annabel Vallard (anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Du métier à la représentation, des jupes entre intimité et politiques nationales »

13 janvier 2022 : Religion : l'usage du vêtement fétiche (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Nicole Pellegrin, historienne moderniste et anthropologue, chargée de recherche honoraire au CNRS (IHMC/ENS Paris), « Modes monastiques féminines. Survol historique et fétichisations contemporaines »
  • Fernand Idriss Mintoogue, doctorant en anthropologie religieuse et médicale, EPHE – IMAF, « Autour du costume du prophète : anthropologie d’une performance-gouvernance charismatique au cœur d’une église pentecôtiste à Yaoundé »

10 février 2022 : Enfant : le vêtement à l'école (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Aude Le Guennec, enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, School of Textiles and Design, Heriot-Watt University, Ecosse, « Mode enfantine ou la mode de l’enfant :  construire une autre perspective sur la culture vestimentaire de l’enfant »
  • Camille Lavoipierre, doctorante LIRTES (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Educatives et des pratiques Sociales) de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC), « Le 'travail de l'apparence' s'apprend-il à l'école ? Retours sur une enquête de master en lycée général et ses limites »

10 mars 2022 : Travail : les pratiques vestimentaires de l’uniforme, comme normes pour mieux contrôler (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Maëlle Moalic-Minnaret, postdoctorante associée au laboratoire ARENES (UMR CNRS 6051), « La "mise discrète" comme injonction vestimentaire à Lutte Ouvrière : nécessité pour un "travail militant" de qualité ou manière de contrôler la loyauté des membres»
  • Jeanne Teboul, maîtresse de conférences à l’Institut d’ethnologie de la Faculté des sciences sociales de l’Université de Strasbourg. Membre du laboratoire DynamE (UMR7367) « "Faire corps" et se distinguer. A propos de quelques ambivalences du vêtement militaire »

14 avril 2022 : Exposé sur les dossiers en cours des étudiants avant évaluation (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

23 juin 2022 (9 h 30-18 h) : Journée d'étude « Faire parler les objets : masque et soutien-gorge » (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris) Programme détaillé de la journée d'étude


Master


  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé- dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Anthropologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé - dossier

Renseignements


Contacts additionnels
-
Labels
EUR Gender and Sexuality Studies
Informations pratiques

Le séminaire se déroulera comme les années précédentes sur le site CNRS-Pouchet, 59 rue Pouchet, 75017 Paris

Direction de travaux des étudiants

 Échange régulier sur l'avancée des enquêtes.

Une séance est consacré à l'exposé d'un état du travail avant rendu du dossier.

 

Réception des candidats
-
Pré-requis

niveau : master et doctorant


Compte rendu


Après 7 ans d’existence, l’année 2021-2022 est celle de clôture du séminaire dédié à une réflexion sur la mode, l’apparence et le vêtement. Aussi, il nous a semblé pertinent dans le cadre de ce compte-rendu annuel de faire un point sur le contenu des années passées.

Chaque année, nous avons proposé en plus des séances de séminaire, une journée d’étude pour approfondir une question particulière.

Après une première année exploratoire (2015-2016), initiée en partenariat avec la SEF et avec Kristell Blache-Comte alors doctorante à l’IIAC, nous avons ensuite consolidé l’idée d’un séminaire de recherche intitulé « Anthropologie des mondes de la mode », présenté à l’offre des enseignements de l’EHESS. Nous avons choisi l’expression « les mondes de la mode » car elle permettait une approche large du domaine proposé à la réflexion et renvoyait également aux travaux d’Anne Monjaret, enseignante référente.

Durant les quatre premières années, nous avions pris le parti d’ouvrir le séminaire à des intervenants d’autres disciplines et à des professionnels de la mode, du design, etc. Une nouvelle coordinatrice, Aurélia Gualdo (septembre 2018), puis une seconde, Francine Barancourt (septembre 2020), toutes deux doctorantes de l’IIAC, ont progressivement intégré l’équipe de coordination.

En 2020-2021, le séminaire a été recentré sur la discipline anthropologique. Il s’est agi ainsi de mieux évaluer les travaux en train de se faire dans la discipline à un moment où les initiatives en SHS autour de la mode se développent. Il nous a semblé judicieux de saisir les apports des anthropologues dans le domaine, en mettant l’accent sur la méthodologie déployée pour traiter le sujet abordé et en proposant une séance de travail adressée aux étudiant·e·s, venant de disciplines différentes et présentant un dossier pour évaluation.

Durant toutes ces années, nous avons exploré la thématique sous des différents angles : « Penser l’objet de mode aujourd’hui » (2016-2017), « Les formes de transmission de la mode » (2017-2018), « Les responsabilités sociales et politiques de la mode » (2018-2019), « Mode en mutation : nouvelles intelligences » (2019-2020), « Les approches anthropologiques sur les mondes de la mode » (2020-2021) et enfin « Les archives sensibles du travail des apparences » (2021-2022).

Pour l’année 2021-2022, la dernière du cycle donc, nous avons continué à interroger « les approches anthropologiques sur les mondes de la mode », en nous centrant sur les « Archives sensibles du travail des apparences » et en mettant l’accent sur une lecture des corps : les corps par l’image ; le vêtement comme objets sacrés ; le vêtement fétiche et ritualisé ; les corps voilés ; le vêtement à l’école et la mode d’enfant ; l’uniforme, les corps normés et contrôlés… autant de sujets qui remettent en question les imaginaires associés à la mode. Il a été ainsi mis en lumière certaines pratiques vestimentaires mais aussi les non-dits, les interdits sociétaux comme les codes moraux.

La journée d’étude « Faire parler les objets : masque et soutien-gorge » a quant à elle montré l’intérêt de se pencher sur la culture matérielle. L’étude interdisciplinaire de ces deux objets du quotidien a permis de mettre en lumière leur fonction revendicative, dans le cadre des mouvements sociaux, d’une part passés ayant eu lieu dans une usine de lingerie en France et d’autre part, contemporains faisant suite à la gestion de la production de masques pendant la crise du COVID-19. La réflexion s’est étendue au domaine du théâtre où les corps sont exposés et deviennent des outils politiques servant à s’exprimer et à faire accepter les différences morphologiques.

Le séminaire a eu pour ambition d’affirmer la place de l’anthropologie dans les approches de la mode et des vêtements ; et malgré les difficultés techniques de réalisation des séances en format hybride, la présence du public estudiantin a toujours été au rendez-vous.

Dernière modification : 16 mai 2022 14:05

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
https://www.facebook.com/ammehess/ 
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Anthropologie culturelle Anthropologie sociale Anthropologie visuelle Apprentissage Archives Artisanat Corps Culture matérielle Culture visuelle Design Domination Économie Ethnologie Mode Morale Politique Rituel Travail
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Anne Monjaret [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Aurélia Gualdo   doctorante, EHESS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)
  • Francine Barancourt   doctorante, EHESS / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC)

Ce séminaire, initié en octobre 2015 en partenariat avec la SEF, se veut un lieu de rencontre et d’échange pour qui s’intéresse à la mode, entendue ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences et du genre. Il s’agit donc d’interroger les mondes de la mode et du luxe, reflet de la société contemporaine et de ses transformations.

Chaque année, nous avons proposé en plus des séances de séminaire, une journée d’étude pour approfondir une question particulière, la dernière ayant été consacrée aux apports de la culture et de la nature pour les mondes de la mode.

Depuis la première année exploratoire (2015-2016), nous avons poursuivi les questionnements : « Penser l’objet de mode aujourd’hui » (2016-2017), « Les formes de transmission de la mode » (2017-2018), « Les responsabilités sociales et politiques de la mode » (2018-2019), « Mode en mutation : nouvelles intelligences » (2019-2020), « Les approches anthropologiques sur les mondes de la mode » (volet 2020-2021).

Pour l’année 2021-2022, nous continuerons à questionner les approches anthropologiques sur les mondes de la mode à partir d’une interrogation sur les « Archives sensibles » en tant que tabous dans la construction des identités : corps nus, corps voilés, objets sacrés ou encore enfants-objets, corps normés, corps bafoué… sont autant de sujets politiques qui remettent en question les imaginaires associés à la mode. Cette année, le séminaire souhaite donc mettre en lumière certaines pratiques dans la mode, les non-dits, les interdits sociétaux comme les codes moraux sous-tendus par l’économie de marché en portant une attention particulière à l’interdisciplinarité des chercheurs qui s’attachent à ethnographier les mondes de la mode.

18 novembre 2021 (exceptionnellement la séance se déroulera en salle polyvalente 50, Centre de Colloques, Campus Condorcet) : Corps : quand la construction identitaire prend corps par l’image

  • Lila Neutre (artiste, chercheuse indépendante et membre du CIREC) « Mises en corps et récits de soi : la pratique photographique comme espace pour penser les sociologies du genre »
  • Morgane Tocco (doctorante en anthropologie sociale, IIAC/EHESS-CNRS), « Érotiser les hommes pour jeter un trouble dans le genre : ethnographie d’une collecte de photographies érotiques participative »

9 décembre 2021 : Rituel : le vêtement comme objet sacré dans les milieux profanes (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Lisa Decottignies-Renard (docteure en anthropologie sociale et culturelle, ATER Université de Strasbourg, chercheuse associée DynamE CNRS (UMR 7367)), « Être porté par un manteau māori en contexte cérémoniel »
  • Annabel Vallard (anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Du métier à la représentation, des jupes entre intimité et politiques nationales »

13 janvier 2022 : Religion : l'usage du vêtement fétiche (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Nicole Pellegrin, historienne moderniste et anthropologue, chargée de recherche honoraire au CNRS (IHMC/ENS Paris), « Modes monastiques féminines. Survol historique et fétichisations contemporaines »
  • Fernand Idriss Mintoogue, doctorant en anthropologie religieuse et médicale, EPHE – IMAF, « Autour du costume du prophète : anthropologie d’une performance-gouvernance charismatique au cœur d’une église pentecôtiste à Yaoundé »

10 février 2022 : Enfant : le vêtement à l'école (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Aude Le Guennec, enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, School of Textiles and Design, Heriot-Watt University, Ecosse, « Mode enfantine ou la mode de l’enfant :  construire une autre perspective sur la culture vestimentaire de l’enfant »
  • Camille Lavoipierre, doctorante LIRTES (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Educatives et des pratiques Sociales) de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC), « Le 'travail de l'apparence' s'apprend-il à l'école ? Retours sur une enquête de master en lycée général et ses limites »

10 mars 2022 : Travail : les pratiques vestimentaires de l’uniforme, comme normes pour mieux contrôler (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

  • Maëlle Moalic-Minnaret, postdoctorante associée au laboratoire ARENES (UMR CNRS 6051), « La "mise discrète" comme injonction vestimentaire à Lutte Ouvrière : nécessité pour un "travail militant" de qualité ou manière de contrôler la loyauté des membres»
  • Jeanne Teboul, maîtresse de conférences à l’Institut d’ethnologie de la Faculté des sciences sociales de l’Université de Strasbourg. Membre du laboratoire DynamE (UMR7367) « "Faire corps" et se distinguer. A propos de quelques ambivalences du vêtement militaire »

14 avril 2022 : Exposé sur les dossiers en cours des étudiants avant évaluation (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris)

23 juin 2022 (9 h 30-18 h) : Journée d'étude « Faire parler les objets : masque et soutien-gorge » (Salle de conférence, site Pouchet 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris) Programme détaillé de la journée d'étude

  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé et dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé- dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Anthropologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC –  exposé - dossier
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé - dossier
Contacts additionnels
-
Labels
EUR Gender and Sexuality Studies
Informations pratiques

Le séminaire se déroulera comme les années précédentes sur le site CNRS-Pouchet, 59 rue Pouchet, 75017 Paris

Direction de travaux des étudiants

 Échange régulier sur l'avancée des enquêtes.

Une séance est consacré à l'exposé d'un état du travail avant rendu du dossier.

 

Réception des candidats
-
Pré-requis

niveau : master et doctorant

  • Autre lieu Paris
    CNRS-Pouchet, 59 rue Pouchet 75017 Paris
    annuel / mensuel (2e), jeudi 10:00-13:00
    du 18 novembre 2021 au 23 juin 2022
    Nombre de séances : 7

Après 7 ans d’existence, l’année 2021-2022 est celle de clôture du séminaire dédié à une réflexion sur la mode, l’apparence et le vêtement. Aussi, il nous a semblé pertinent dans le cadre de ce compte-rendu annuel de faire un point sur le contenu des années passées.

Chaque année, nous avons proposé en plus des séances de séminaire, une journée d’étude pour approfondir une question particulière.

Après une première année exploratoire (2015-2016), initiée en partenariat avec la SEF et avec Kristell Blache-Comte alors doctorante à l’IIAC, nous avons ensuite consolidé l’idée d’un séminaire de recherche intitulé « Anthropologie des mondes de la mode », présenté à l’offre des enseignements de l’EHESS. Nous avons choisi l’expression « les mondes de la mode » car elle permettait une approche large du domaine proposé à la réflexion et renvoyait également aux travaux d’Anne Monjaret, enseignante référente.

Durant les quatre premières années, nous avions pris le parti d’ouvrir le séminaire à des intervenants d’autres disciplines et à des professionnels de la mode, du design, etc. Une nouvelle coordinatrice, Aurélia Gualdo (septembre 2018), puis une seconde, Francine Barancourt (septembre 2020), toutes deux doctorantes de l’IIAC, ont progressivement intégré l’équipe de coordination.

En 2020-2021, le séminaire a été recentré sur la discipline anthropologique. Il s’est agi ainsi de mieux évaluer les travaux en train de se faire dans la discipline à un moment où les initiatives en SHS autour de la mode se développent. Il nous a semblé judicieux de saisir les apports des anthropologues dans le domaine, en mettant l’accent sur la méthodologie déployée pour traiter le sujet abordé et en proposant une séance de travail adressée aux étudiant·e·s, venant de disciplines différentes et présentant un dossier pour évaluation.

Durant toutes ces années, nous avons exploré la thématique sous des différents angles : « Penser l’objet de mode aujourd’hui » (2016-2017), « Les formes de transmission de la mode » (2017-2018), « Les responsabilités sociales et politiques de la mode » (2018-2019), « Mode en mutation : nouvelles intelligences » (2019-2020), « Les approches anthropologiques sur les mondes de la mode » (2020-2021) et enfin « Les archives sensibles du travail des apparences » (2021-2022).

Pour l’année 2021-2022, la dernière du cycle donc, nous avons continué à interroger « les approches anthropologiques sur les mondes de la mode », en nous centrant sur les « Archives sensibles du travail des apparences » et en mettant l’accent sur une lecture des corps : les corps par l’image ; le vêtement comme objets sacrés ; le vêtement fétiche et ritualisé ; les corps voilés ; le vêtement à l’école et la mode d’enfant ; l’uniforme, les corps normés et contrôlés… autant de sujets qui remettent en question les imaginaires associés à la mode. Il a été ainsi mis en lumière certaines pratiques vestimentaires mais aussi les non-dits, les interdits sociétaux comme les codes moraux.

La journée d’étude « Faire parler les objets : masque et soutien-gorge » a quant à elle montré l’intérêt de se pencher sur la culture matérielle. L’étude interdisciplinaire de ces deux objets du quotidien a permis de mettre en lumière leur fonction revendicative, dans le cadre des mouvements sociaux, d’une part passés ayant eu lieu dans une usine de lingerie en France et d’autre part, contemporains faisant suite à la gestion de la production de masques pendant la crise du COVID-19. La réflexion s’est étendue au domaine du théâtre où les corps sont exposés et deviennent des outils politiques servant à s’exprimer et à faire accepter les différences morphologiques.

Le séminaire a eu pour ambition d’affirmer la place de l’anthropologie dans les approches de la mode et des vêtements ; et malgré les difficultés techniques de réalisation des séances en format hybride, la présence du public estudiantin a toujours été au rendez-vous.