UE399 - Dynamique des réseaux et des collectifs


Planning


  • bd Raspail
    54 bd Raspail 75006 Paris

    mardi 1er décembre 2020, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)
    mardi 2 février 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)
    mardi 6 avril 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)

    96 bd Raspail 75006 Paris
    mardi 1er juin 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle M. & D. Lombard)


Description


Dernière modification : 7 avril 2021 19:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
http://ladehis.ehess.fr/index.php?566 
Langues
français
Mots-clés
Dynamiques sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Réseaux sociaux
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Michel Grossetti [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Pascal Cristofoli   ingénieur de recherche, EHESS / Laboratoire de démographie et d'histoire sociale (CRH-LaDéHiS)

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant s’initier aux analyses de réseaux sociaux et/ou les mettre en œuvre dans leurs travaux de recherche. Il aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse. Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier "Analyse des données relationnelles".

Dans la tradition de l’analyse des réseaux sociaux en sciences sociales, les réseaux dont il est question dans ce séminaire sont constitués de relations sociales entre des personnes ou des collectifs sociaux. Les relations enregistrées dans les dispositifs numériques de sociabilité n’en constituent qu’un aspect.

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant s’initier aux analyses de réseaux sociaux ainsi définies et/ou les mettre en œuvre dans leurs travaux de recherche. Il aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse.

Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social. En effet, dans une période où la notion de réseau devient parfois envahissante, la compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économiques et politiques, que pour renouveler leur conception de ce que l’on appelait naguère les « structures sociales ».

Le séminaire est organisé sous la forme de quatre journées de 6 h au rythme bi-mestriel. Elles seront consacrées à des enseignements sur les bases de l’analyse des réseaux, à la lecture et à la discussion de textes fondateurs et à la découverte de textes récents ainsi qu'à la présentation des travaux de recherche de chercheurs invités (chercheurs confirmés comme jeunes chercheurs) ou de membres de l’équipe enseignante. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier "Analyse des données relationnelles".

La séance du 1er juin 2021 se déroulera dans l'amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 


Master


  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture, travail personnel
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – travail personnel, fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les auditeurs de master devant valider des ECTS doivent obligatoirement suivre les 4 séances. Ils devront définir avec l’équipe enseignante un travail personnel à réaliser (présentation orale d'un texte en séance, note de lecture critique d'articles ou travail sur leur propre sujet de recherche).

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants

Réception des candidats
-
Pré-requis

Le séminaire est ouvert aux auditeurs libres, doctorants et étudiants de master. Il est conseillé de s'incrire auprès des organisateurs pour être intégré dans la liste de diffusion du séminaire.


Compte rendu


En 2020-2021, le séminaire s'est tenu entièrement en visio-conférence. Les séance étaient animées conjointement par Pascal Cristofoli et Michel Grossetti. La première séance, "Introduction à l’étude des réseaux sociaux et des données relationnelles" a permis aux participants de se familiariser avec l'analyse des réseaux et de présenter leurs propres recherches. La deuxième a complété la présentation des méthodes d'étude des réseaux par une explicitation de la méthode des narrations quantifiées et a constitué également l'occasion d'évoquer les effets du confinement sur les relations interpersonnelles ("Des liens sans contacts ? Les relations sociales au temps des réseaux numériques et du Covid."). La troisième séance était consacrée aux réseaux scientifiques avec la participation d'Antoine Mazières et Marion Maisonobe. La quatrième séance était dédiée à une discussion d'un ouvrage en cours de finalisation de Michel Grossetti sur les catégories d'analyse en sciences sociales avec la participation de Nicolas Dodier et Marc Bessin.

Publications
  • Avec Claire Bidart et Alain Degenne, Living in the Networks. The Dynamics of Social Relations, Cambridge University Press, 2020.
  • Avec Guillaume Favre, Julien Figeac, et Benoît Tudoux « Social distance in France: Evolution of homogeneity within personal networks from 2001 to 2017 », Social Networks, 2021, 68.
  • Avec Claire Bidart, Adrien Defossez, Guillaume Favre et Julien Figeac,  « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, sous la dir. de Nicolas Mariot, Pierre Mercklé, Anton Perdoncin, UGA Editions, 2021, p.105-110, 2021, coll. « Carrefours des idées », 978-2-37747-243-7. [halshs-03166338]
  • Avec Lydie Launay, « “Rester chez soi” » : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 23-30.
  • Avec Adrien Defossez et Pierre Mercklé, « Fatigués, inquiets, détendus ou heureux… Qu’ont ressenti les Français pendant le confinement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 97-106.
  • Avec Cécile Charlap, « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 125-132.
  • Avec Julien Figeac, Guillaume Favre et al., « Le confinement a-t-il favorisé des dynamiques de soutien social plus connectées et « expressives » ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 181-188.

Dernière modification : 7 avril 2021 19:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
http://ladehis.ehess.fr/index.php?566 
Langues
français
Mots-clés
Dynamiques sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Réseaux sociaux
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Michel Grossetti [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Pascal Cristofoli   ingénieur de recherche, EHESS / Laboratoire de démographie et d'histoire sociale (CRH-LaDéHiS)

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant s’initier aux analyses de réseaux sociaux et/ou les mettre en œuvre dans leurs travaux de recherche. Il aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse. Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier "Analyse des données relationnelles".

Dans la tradition de l’analyse des réseaux sociaux en sciences sociales, les réseaux dont il est question dans ce séminaire sont constitués de relations sociales entre des personnes ou des collectifs sociaux. Les relations enregistrées dans les dispositifs numériques de sociabilité n’en constituent qu’un aspect.

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant s’initier aux analyses de réseaux sociaux ainsi définies et/ou les mettre en œuvre dans leurs travaux de recherche. Il aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse.

Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social. En effet, dans une période où la notion de réseau devient parfois envahissante, la compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économiques et politiques, que pour renouveler leur conception de ce que l’on appelait naguère les « structures sociales ».

Le séminaire est organisé sous la forme de quatre journées de 6 h au rythme bi-mestriel. Elles seront consacrées à des enseignements sur les bases de l’analyse des réseaux, à la lecture et à la discussion de textes fondateurs et à la découverte de textes récents ainsi qu'à la présentation des travaux de recherche de chercheurs invités (chercheurs confirmés comme jeunes chercheurs) ou de membres de l’équipe enseignante. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier "Analyse des données relationnelles".

La séance du 1er juin 2021 se déroulera dans l'amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture, travail personnel
  • Séminaires de recherche – Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – travail personnel, fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les auditeurs de master devant valider des ECTS doivent obligatoirement suivre les 4 séances. Ils devront définir avec l’équipe enseignante un travail personnel à réaliser (présentation orale d'un texte en séance, note de lecture critique d'articles ou travail sur leur propre sujet de recherche).

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants

Réception des candidats
-
Pré-requis

Le séminaire est ouvert aux auditeurs libres, doctorants et étudiants de master. Il est conseillé de s'incrire auprès des organisateurs pour être intégré dans la liste de diffusion du séminaire.

  • bd Raspail
    54 bd Raspail 75006 Paris

    mardi 1er décembre 2020, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)
    mardi 2 février 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)
    mardi 6 avril 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle BS1_28)

    96 bd Raspail 75006 Paris
    mardi 1er juin 2021, 10:00-13:00 et 14:00-17:00 (salle M. & D. Lombard)

En 2020-2021, le séminaire s'est tenu entièrement en visio-conférence. Les séance étaient animées conjointement par Pascal Cristofoli et Michel Grossetti. La première séance, "Introduction à l’étude des réseaux sociaux et des données relationnelles" a permis aux participants de se familiariser avec l'analyse des réseaux et de présenter leurs propres recherches. La deuxième a complété la présentation des méthodes d'étude des réseaux par une explicitation de la méthode des narrations quantifiées et a constitué également l'occasion d'évoquer les effets du confinement sur les relations interpersonnelles ("Des liens sans contacts ? Les relations sociales au temps des réseaux numériques et du Covid."). La troisième séance était consacrée aux réseaux scientifiques avec la participation d'Antoine Mazières et Marion Maisonobe. La quatrième séance était dédiée à une discussion d'un ouvrage en cours de finalisation de Michel Grossetti sur les catégories d'analyse en sciences sociales avec la participation de Nicolas Dodier et Marc Bessin.

Publications
  • Avec Claire Bidart et Alain Degenne, Living in the Networks. The Dynamics of Social Relations, Cambridge University Press, 2020.
  • Avec Guillaume Favre, Julien Figeac, et Benoît Tudoux « Social distance in France: Evolution of homogeneity within personal networks from 2001 to 2017 », Social Networks, 2021, 68.
  • Avec Claire Bidart, Adrien Defossez, Guillaume Favre et Julien Figeac,  « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, sous la dir. de Nicolas Mariot, Pierre Mercklé, Anton Perdoncin, UGA Editions, 2021, p.105-110, 2021, coll. « Carrefours des idées », 978-2-37747-243-7. [halshs-03166338]
  • Avec Lydie Launay, « “Rester chez soi” » : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 23-30.
  • Avec Adrien Defossez et Pierre Mercklé, « Fatigués, inquiets, détendus ou heureux… Qu’ont ressenti les Français pendant le confinement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 97-106.
  • Avec Cécile Charlap, « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 125-132.
  • Avec Julien Figeac, Guillaume Favre et al., « Le confinement a-t-il favorisé des dynamiques de soutien social plus connectées et « expressives » ? », « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », dans Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, op. cit., p. 181-188.