Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE868 - Migrations est et sud-est asiatiques en France depuis 1860


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 8 juin 2024 19:18

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Diaspora Enquêtes Épistémologie État et politiques publiques Ethnicité Ethnographie Migration(s)
Aires culturelles
Asie Europe Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Simeng Wang [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)
  • Miyako Hayakawa   contrat postdoctoral, Université libre de Bruxelles, Belgique
  • Julien Le Hoangan   docteur, Université de Bourgogne

La France, pays de migration depuis plus d’un siècle, compte aujourd’hui un tiers de sa population avec au moins un parent ou grand-parent immigré (Le Minez, 2023). Ce sont le cas de 37 000 descendants d’immigrés chinois et 153 000 descendants d’immigrés cambodgiens, laotiens ou vietnamiens en 2019 (INSEE, 2020). De plus, en 2022, 13,5 % d’immigrés vivant en France sont nés en Asie (Insee, 2024). Ces différents groupes – immigrés asiatiques et descendants d'immigrés asiatiques — subissent, dans la société française, un processus relativement similaire de racialisation par l’amalgame et la confusion de l’origine « asiatique » à celle « chinoise » et les stéréotypes homogènes qui l’accompagnent. Cette vision simpliste est en partie due à une méconnaissance de l’histoire comme le montre un sondage sur la perception et la connaissance d’immigrations d'Asie de l'Est et du Sud-Est en France, mené en 2023 par l'Institut d'études Occurrence et le Palais de la Porte Dorée, pour lequel seules neuf personnes sur mille ont répondu correctement aux trois questions de connaissance (MNHI, 2023). Bien que les différentes régions de l’Asie de l’Est et du Sud-Est partagent des influences civilisationnelles et culturelles communes, et que les flux migratoires intra-asiatiques soient très anciens, il est impératif de déconstruire les regards monolithiques de ces populations immigrées en France, en démontrant les nuances et les diversités des contextes historiques et sociaux de différentes vagues migratoires asiatiques. Ces hétérogénéités sont marquées par l’histoire coloniale, des motifs et trajectoires migratoires distincts, et des dynamiques générationnelles propres aux multiples origines sociales, culturelles, politiques.

Ce séminaire vise avant tout à introduire les étudiants aux histoires, connaissances clefs et travaux incontournables dans les études de migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France. Jusqu’ici, les recherches sur ces phénomènes migratoires constituent un champ très varié, voire éclaté, entre périodes historiques et pays d’origine. En valorisant les recherches historiques et les enquêtes empiriques récemment menées sur le sol français, ce séminaire se propose de mettre en valeur plus d’un siècle de migrations asiatiques en France, jusqu’ici relativement peu racontées, dans une perspective comparative. Les efforts d’analyses fines et du comparatisme – entre les pays de l’ancienne Indochine : le Vietnam, le Cambodge, le Laos jusqu’au Japon, en passant par la Chine – devront permettre de saisir avec finesse la diversité de migrations asiatiques en France, ainsi que de dégager une vision plus claire, des migrations coloniales et des études postcoloniales. À une autre échelle du comparatisme, nous tâcherons de situer les travaux et enquêtes portant sur des immigrations asiatiques en France dans le paysage global des mobilités notamment à l’échelle européenne.

En puisant dans les méthodes diverses des sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, science politique, ethnologie, géographie) et en mobilisant les recherches les plus récentes, une partie du séminaire se focalisera sur l’analyse du monde chinois : la diaspora chinoise en France mais également les liens diasporiques longuement établis entre la Chine et d’autres pays de l’Asie de l’Est et du Sud-est.

Programme détaillé communiqué ultérieurement.


Master


  • Séminaires de recherche – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Migrations – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Ce séminaire est ouvert aux étudiant.e.s de toutes disciplines et institutions.

La maîtrise de la langue chinoise n'est pas requise.

La personne à contacter : simeng.wang@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 8 juin 2024 19:18

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Diaspora Enquêtes Épistémologie État et politiques publiques Ethnicité Ethnographie Migration(s)
Aires culturelles
Asie Europe Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Simeng Wang [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)
  • Miyako Hayakawa   contrat postdoctoral, Université libre de Bruxelles, Belgique
  • Julien Le Hoangan   docteur, Université de Bourgogne

La France, pays de migration depuis plus d’un siècle, compte aujourd’hui un tiers de sa population avec au moins un parent ou grand-parent immigré (Le Minez, 2023). Ce sont le cas de 37 000 descendants d’immigrés chinois et 153 000 descendants d’immigrés cambodgiens, laotiens ou vietnamiens en 2019 (INSEE, 2020). De plus, en 2022, 13,5 % d’immigrés vivant en France sont nés en Asie (Insee, 2024). Ces différents groupes – immigrés asiatiques et descendants d'immigrés asiatiques — subissent, dans la société française, un processus relativement similaire de racialisation par l’amalgame et la confusion de l’origine « asiatique » à celle « chinoise » et les stéréotypes homogènes qui l’accompagnent. Cette vision simpliste est en partie due à une méconnaissance de l’histoire comme le montre un sondage sur la perception et la connaissance d’immigrations d'Asie de l'Est et du Sud-Est en France, mené en 2023 par l'Institut d'études Occurrence et le Palais de la Porte Dorée, pour lequel seules neuf personnes sur mille ont répondu correctement aux trois questions de connaissance (MNHI, 2023). Bien que les différentes régions de l’Asie de l’Est et du Sud-Est partagent des influences civilisationnelles et culturelles communes, et que les flux migratoires intra-asiatiques soient très anciens, il est impératif de déconstruire les regards monolithiques de ces populations immigrées en France, en démontrant les nuances et les diversités des contextes historiques et sociaux de différentes vagues migratoires asiatiques. Ces hétérogénéités sont marquées par l’histoire coloniale, des motifs et trajectoires migratoires distincts, et des dynamiques générationnelles propres aux multiples origines sociales, culturelles, politiques.

Ce séminaire vise avant tout à introduire les étudiants aux histoires, connaissances clefs et travaux incontournables dans les études de migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France. Jusqu’ici, les recherches sur ces phénomènes migratoires constituent un champ très varié, voire éclaté, entre périodes historiques et pays d’origine. En valorisant les recherches historiques et les enquêtes empiriques récemment menées sur le sol français, ce séminaire se propose de mettre en valeur plus d’un siècle de migrations asiatiques en France, jusqu’ici relativement peu racontées, dans une perspective comparative. Les efforts d’analyses fines et du comparatisme – entre les pays de l’ancienne Indochine : le Vietnam, le Cambodge, le Laos jusqu’au Japon, en passant par la Chine – devront permettre de saisir avec finesse la diversité de migrations asiatiques en France, ainsi que de dégager une vision plus claire, des migrations coloniales et des études postcoloniales. À une autre échelle du comparatisme, nous tâcherons de situer les travaux et enquêtes portant sur des immigrations asiatiques en France dans le paysage global des mobilités notamment à l’échelle européenne.

En puisant dans les méthodes diverses des sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, science politique, ethnologie, géographie) et en mobilisant les recherches les plus récentes, une partie du séminaire se focalisera sur l’analyse du monde chinois : la diaspora chinoise en France mais également les liens diasporiques longuement établis entre la Chine et d’autres pays de l’Asie de l’Est et du Sud-est.

Programme détaillé communiqué ultérieurement.

  • Séminaires de recherche – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Migrations – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Ce séminaire est ouvert aux étudiant.e.s de toutes disciplines et institutions.

La maîtrise de la langue chinoise n'est pas requise.

La personne à contacter : simeng.wang@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.