Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE866 - L'inclination tribunaliste. Mobilisation et subversion des formes du procès depuis la fin du XIXe siècle


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 3 juin 2024 11:13

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Droit, normes et société Histoire de l’art Mobilisation(s) Mouvements sociaux
Aires culturelles
Afrique Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Guillaume Mouralis [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

Ce séminaire propose de réfléchir à la manière dont des institutions comme le droit, chargées principalement de maintenir et reproduire l’ordre social et politique, peuvent être (ré)investies par des profanes ou des outsiders, des militant.e.s et des artistes, dépourvus de toute autorité légitime, pour contester les rapports de pouvoir et de domination, subvertir l’ordre institutionnel et désobéir frontalement aux puissant·es. C’est un des enjeux des tribunaux « citoyens » ou « d’opinion » qui se sont multipliés dans le monde depuis la fin des années 1960 et suggèrent des voies plus ou moins élaborées et efficaces de désobéissance par et avec le droit. C'est aussi l'un des enjeux d'un nombre croissant de démarches hybrides, militantes et artistiques, à prétention à la fois documentaire et esthétique, agissant à la fois sur le réel et sur sa représentation. En attestent les performances à la fois théâtrales et judiciaires imaginées par une nouvelle génération d'auteurs et de metteurs en scène, par exemple Milo Rau. C'est enfin l'un des enjeux des contre-enquêtes menées par des collectifs de chercheurs et d'artistes comme Forensic Architecture. Ce séminaire entend proposer une sociohistoire de cette inclination « tribunaliste » depuis la fin du XIXe siècle en faisant dialoguer des chercheur·ses de disciplines variées (droit, sociologie, anthropologie, histoire et histoire de l'art et de la littérature). Il est ouvert à tous les étudiant·es intéressé·es par cette thématique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Guillaume Mouralis

guillaume.mouralis@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants

Sur RDV uniquement en s'adressant à Guillaume Mouralis par email

Réception des candidats

Contacter Guillaume Mouralis

guillaume.mouralis@cnrs.fr

Pré-requis

Des connaissances en histoire et sociologie du droit sont préférables pour pouvoir suivre l'enseignement. L'inscription nécessite l'envoi d'une lettre de motivation avec un court projet de recherche (1 à 2 pages).

Dernière modification : 3 juin 2024 11:13

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Droit, normes et société Histoire de l’art Mobilisation(s) Mouvements sociaux
Aires culturelles
Afrique Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Guillaume Mouralis [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

Ce séminaire propose de réfléchir à la manière dont des institutions comme le droit, chargées principalement de maintenir et reproduire l’ordre social et politique, peuvent être (ré)investies par des profanes ou des outsiders, des militant.e.s et des artistes, dépourvus de toute autorité légitime, pour contester les rapports de pouvoir et de domination, subvertir l’ordre institutionnel et désobéir frontalement aux puissant·es. C’est un des enjeux des tribunaux « citoyens » ou « d’opinion » qui se sont multipliés dans le monde depuis la fin des années 1960 et suggèrent des voies plus ou moins élaborées et efficaces de désobéissance par et avec le droit. C'est aussi l'un des enjeux d'un nombre croissant de démarches hybrides, militantes et artistiques, à prétention à la fois documentaire et esthétique, agissant à la fois sur le réel et sur sa représentation. En attestent les performances à la fois théâtrales et judiciaires imaginées par une nouvelle génération d'auteurs et de metteurs en scène, par exemple Milo Rau. C'est enfin l'un des enjeux des contre-enquêtes menées par des collectifs de chercheurs et d'artistes comme Forensic Architecture. Ce séminaire entend proposer une sociohistoire de cette inclination « tribunaliste » depuis la fin du XIXe siècle en faisant dialoguer des chercheur·ses de disciplines variées (droit, sociologie, anthropologie, histoire et histoire de l'art et de la littérature). Il est ouvert à tous les étudiant·es intéressé·es par cette thématique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Guillaume Mouralis

guillaume.mouralis@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants

Sur RDV uniquement en s'adressant à Guillaume Mouralis par email

Réception des candidats

Contacter Guillaume Mouralis

guillaume.mouralis@cnrs.fr

Pré-requis

Des connaissances en histoire et sociologie du droit sont préférables pour pouvoir suivre l'enseignement. L'inscription nécessite l'envoi d'une lettre de motivation avec un court projet de recherche (1 à 2 pages).

Planning en cours de validation.