Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE84 - Planetary Art/Art planétaire


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 4 juin 2024 17:04

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations
Page web
https://cral.ehess.fr/evenement/planetary-art 
Langues
anglais
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Arts Culture visuelle Environnement Esthétique Histoire de l’art Philosophie Vivant
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Yolaine Escande [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
  • Chi-Ming Lin   professeur des universités, National Taipei University of Education
  • Johanna Liu   professeur des universités (retraité·e), University of Toronto

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

L’art planétaire est une forme d’art qui prend la terre comme principe de réflexion et non plus comme simple objet d’étude, et qui, plus encore, tente de ne plus placer l’humain au centre de la pensée, au profit des non-humains.

Dans cette attention portée à la relation aux non-humains, la théorie chinoise traditionnelle de l’art peut être d’une grande aide, dans la mesure où les artistes et lettrés chinois ont de longue date expérimenté une relation aux éléments naturels – arbres, rochers, montagnes, plantes, nuages, etc. – totalement décentrée par rapport au vécu humain.

Ainsi les artistes chinois traditionnels, mais aussi les artistes contemporains de l’art planétaire, se rejoignent-ils dans une certaine mesure, pour remettre en question des catégories telles que celles de l’animal, du minéral ou du végétal, pour se tourner vers un ordre de relations multi-espèces.

Le séminaire collectif Planetary Art se déroulera en anglais et entièrement en ligne, parce qu'il est organisé conjointement par l'IPAA avec trois institutions sur trois continents, sur trois fuseaux horaires : par Yolaine Escande (CRAL, EHESS, Paris, France), LIN Chi-Ming (National Taipei University of Education, Taiwan), et Johanna Liu (University of Toronto, Canada).

Séances entièrement en ligne, un lundi par mois, à 14 h (heure de Paris), 8 h (Toronto), 20 h ou 21 h (Taïwan, selon l'horaire d'hiver ou d'été à Paris et Toronto) :

  • Lundi 7 octobre 2024 (heure de Taipei 20 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 4 novembre 2024 (heure de Taipei 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 2 décembre 2024 (heure de Taipei, 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 10 mars 2025 (heure de Taipei, 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 14 avril 2025 (heure de Taipei, 20 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 12 mai 2025 (heure de Taipei, 20 h ; Toronto 8 h)

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

L’art planétaire est une forme d’art qui prend la terre comme principe de réflexion et non plus comme simple objet d’étude, et qui, plus encore, tente de ne plus placer l’humain au centre de la pensée, au profit des non-humains.

Dans cette attention portée à la relation aux non-humains, la théorie chinoise traditionnelle de l’art peut être d’une grande aide, dans la mesure où les artistes et lettrés chinois ont de longue date expérimenté une relation aux éléments naturels – arbres, rochers, montagnes, plantes, nuages, etc. – totalement décentrée par rapport au vécu humain.

Ainsi les artistes chinois traditionnels, mais aussi les artistes contemporains de l’art planétaire, se rejoignent-ils dans une certaine mesure, pour remettre en question des catégories telles que celles de l'animal, du minéral ou du végétal, pour se tourner vers un ordre de relations multi-espèces.

Le programme de chaque séance sera annoncé ultérieurement sur le site du CRAL : https://cral.ehess.fr/evenement/planetary-art


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

Direction de travaux des étudiants

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

sur rendez-vous

Réception des candidats

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

sur rendez-vous

Pré-requis

nécessité de connaître l'anglais

nécessité d’un projet de recherche écrit

 

Dernière modification : 4 juin 2024 17:04

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
Disciplines
Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations
Page web
https://cral.ehess.fr/evenement/planetary-art 
Langues
anglais
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Arts Culture visuelle Environnement Esthétique Histoire de l’art Philosophie Vivant
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Yolaine Escande [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
  • Chi-Ming Lin   professeur des universités, National Taipei University of Education
  • Johanna Liu   professeur des universités (retraité·e), University of Toronto

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

L’art planétaire est une forme d’art qui prend la terre comme principe de réflexion et non plus comme simple objet d’étude, et qui, plus encore, tente de ne plus placer l’humain au centre de la pensée, au profit des non-humains.

Dans cette attention portée à la relation aux non-humains, la théorie chinoise traditionnelle de l’art peut être d’une grande aide, dans la mesure où les artistes et lettrés chinois ont de longue date expérimenté une relation aux éléments naturels – arbres, rochers, montagnes, plantes, nuages, etc. – totalement décentrée par rapport au vécu humain.

Ainsi les artistes chinois traditionnels, mais aussi les artistes contemporains de l’art planétaire, se rejoignent-ils dans une certaine mesure, pour remettre en question des catégories telles que celles de l’animal, du minéral ou du végétal, pour se tourner vers un ordre de relations multi-espèces.

Le séminaire collectif Planetary Art se déroulera en anglais et entièrement en ligne, parce qu'il est organisé conjointement par l'IPAA avec trois institutions sur trois continents, sur trois fuseaux horaires : par Yolaine Escande (CRAL, EHESS, Paris, France), LIN Chi-Ming (National Taipei University of Education, Taiwan), et Johanna Liu (University of Toronto, Canada).

Séances entièrement en ligne, un lundi par mois, à 14 h (heure de Paris), 8 h (Toronto), 20 h ou 21 h (Taïwan, selon l'horaire d'hiver ou d'été à Paris et Toronto) :

  • Lundi 7 octobre 2024 (heure de Taipei 20 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 4 novembre 2024 (heure de Taipei 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 2 décembre 2024 (heure de Taipei, 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 10 mars 2025 (heure de Taipei, 21 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 14 avril 2025 (heure de Taipei, 20 h ; Toronto 8 h)
  • Lundi 12 mai 2025 (heure de Taipei, 20 h ; Toronto 8 h)

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

L’art planétaire est une forme d’art qui prend la terre comme principe de réflexion et non plus comme simple objet d’étude, et qui, plus encore, tente de ne plus placer l’humain au centre de la pensée, au profit des non-humains.

Dans cette attention portée à la relation aux non-humains, la théorie chinoise traditionnelle de l’art peut être d’une grande aide, dans la mesure où les artistes et lettrés chinois ont de longue date expérimenté une relation aux éléments naturels – arbres, rochers, montagnes, plantes, nuages, etc. – totalement décentrée par rapport au vécu humain.

Ainsi les artistes chinois traditionnels, mais aussi les artistes contemporains de l’art planétaire, se rejoignent-ils dans une certaine mesure, pour remettre en question des catégories telles que celles de l'animal, du minéral ou du végétal, pour se tourner vers un ordre de relations multi-espèces.

Le programme de chaque séance sera annoncé ultérieurement sur le site du CRAL : https://cral.ehess.fr/evenement/planetary-art

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

Direction de travaux des étudiants

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

sur rendez-vous

Réception des candidats

contact : Yolaine Escande yolesc@ehess.fr 

sur rendez-vous

Pré-requis

nécessité de connaître l'anglais

nécessité d’un projet de recherche écrit

 

Planning en cours de validation.