Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE669 - L’âge perdu de l’éclectisme. Savoirs et pratiques partagés dans les mondes indiens et persans


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 13 mai 2024 15:53

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Langues
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Corps Fait religieux Histoire des idées Histoire des sciences et des techniques Islam Langues Médecine Orientalisme Textes
Aires culturelles
Asie Asie méridionale Inde Iranien (monde) Musulmans (mondes)
Intervenant·e·s
  • Fabrizio Speziale [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sud-asiatiques et himalayennes (CESAH), Centre de recherche sur les circulations, les liens et les échanges (CeRCLEs)

Ce séminaire explore la formation des entités socio-intellectuelles créées par l’interaction entre différente cultures. Il propose une réflexion critique sur les clivages entre civilisations, à travers l’analyse du cas sud-asiatique, où les idéologies sectaires post-coloniales ont forgé l’idée d’un passé dominé par le conflit entre hindouisme et islam. L’Inde, qui abrite la grande majorité de la communauté hindoue mondiale, est le troisième pays musulman en terme de population, et d’ici 2050 pourrait devenir le premier, en raison de sa croissance démographique. Savoirs, techniques, traditions méditatives et pratiques du corps sont aujourd’hui utilisés en tant que symboles identitaires. Les cas de la médecine ayurvédique et du yoga sont emblématiques pour déchiffrer l’utilisation de ces savoirs en tant que bannières du savoir ancestral de la civilisation hindoue. En parallèle, les pratiques thérapeutiques de la tradition gréco-arabe, appelée yūnānī (grec) en Inde, sont devenues un symbole identitaire de la communauté musulmane. Les institutions étatiques créées pour promouvoir ces savoirs, après l'indépendance indienne de 1947, ont joué un rôle décisif dans la construction de ces interprétations.

Ce séminaire mobilise un corpus de sources primaires (principalement en langue persane) et d’archive permettant de remettre en discussion ces formes de réécriture sectaire de l’histoire des savoirs. Il propose des analyses approfondies de savoirs et pratiques qui, jusqu’au début du XXe siècle, constituaient des domaines partagés majeurs. Les séances s’intéresseront à des contextes professionnels spécifiques montrant que les aspects économiques ont occupé une place centrale dans le transfert interculturel des connaissances et des techniques. Plusieurs séances aborderont l’appropriation réciproque des savoirs médicaux. Deux séances seront consacrées au yoga. À partir de la période prémoderne, le monde musulman constitue le premier exemple de globalisation de cette pratique, en dehors des religions indiennes. Ce phénomène amène à la création de branches musulmanes de yogis, tels les Rāwals, dont les membres au XIXe siècle voyagent de l’Europe jusqu’à l’Australie, pour pratiquer les arts des yogis pour un publique occidental. Les conducteurs d’éléphants, une élite au service des souverains, représentent un autre cas significatif d’islamisation d’une profession hindoue, à travers la création d’une mythologie islamique sacrée de l’éléphant et de son conducteur. L’étude de ces contextes permettra d’approfondir la réflexion sur le statut des entités hybrides produites par l’interaction/traduction entre différents corpus textuels et groupes sociaux. Ce séminaire s’adresse principalement aux étudiants du master RCAHS. Une connaissance de l’histoire de l’Asie du sud n’est pas requise pour y participer.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, texte écrit

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 13 mai 2024 15:53

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Langues
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Corps Fait religieux Histoire des idées Histoire des sciences et des techniques Islam Langues Médecine Orientalisme Textes
Aires culturelles
Asie Asie méridionale Inde Iranien (monde) Musulmans (mondes)
Intervenant·e·s
  • Fabrizio Speziale [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sud-asiatiques et himalayennes (CESAH), Centre de recherche sur les circulations, les liens et les échanges (CeRCLEs)

Ce séminaire explore la formation des entités socio-intellectuelles créées par l’interaction entre différente cultures. Il propose une réflexion critique sur les clivages entre civilisations, à travers l’analyse du cas sud-asiatique, où les idéologies sectaires post-coloniales ont forgé l’idée d’un passé dominé par le conflit entre hindouisme et islam. L’Inde, qui abrite la grande majorité de la communauté hindoue mondiale, est le troisième pays musulman en terme de population, et d’ici 2050 pourrait devenir le premier, en raison de sa croissance démographique. Savoirs, techniques, traditions méditatives et pratiques du corps sont aujourd’hui utilisés en tant que symboles identitaires. Les cas de la médecine ayurvédique et du yoga sont emblématiques pour déchiffrer l’utilisation de ces savoirs en tant que bannières du savoir ancestral de la civilisation hindoue. En parallèle, les pratiques thérapeutiques de la tradition gréco-arabe, appelée yūnānī (grec) en Inde, sont devenues un symbole identitaire de la communauté musulmane. Les institutions étatiques créées pour promouvoir ces savoirs, après l'indépendance indienne de 1947, ont joué un rôle décisif dans la construction de ces interprétations.

Ce séminaire mobilise un corpus de sources primaires (principalement en langue persane) et d’archive permettant de remettre en discussion ces formes de réécriture sectaire de l’histoire des savoirs. Il propose des analyses approfondies de savoirs et pratiques qui, jusqu’au début du XXe siècle, constituaient des domaines partagés majeurs. Les séances s’intéresseront à des contextes professionnels spécifiques montrant que les aspects économiques ont occupé une place centrale dans le transfert interculturel des connaissances et des techniques. Plusieurs séances aborderont l’appropriation réciproque des savoirs médicaux. Deux séances seront consacrées au yoga. À partir de la période prémoderne, le monde musulman constitue le premier exemple de globalisation de cette pratique, en dehors des religions indiennes. Ce phénomène amène à la création de branches musulmanes de yogis, tels les Rāwals, dont les membres au XIXe siècle voyagent de l’Europe jusqu’à l’Australie, pour pratiquer les arts des yogis pour un publique occidental. Les conducteurs d’éléphants, une élite au service des souverains, représentent un autre cas significatif d’islamisation d’une profession hindoue, à travers la création d’une mythologie islamique sacrée de l’éléphant et de son conducteur. L’étude de ces contextes permettra d’approfondir la réflexion sur le statut des entités hybrides produites par l’interaction/traduction entre différents corpus textuels et groupes sociaux. Ce séminaire s’adresse principalement aux étudiants du master RCAHS. Une connaissance de l’histoire de l’Asie du sud n’est pas requise pour y participer.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, texte écrit
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.