Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE400 - Violences de masse, justice et sciences sociales : approches croisées


Lieu et planning


Planning en cours de validation.


Description


Dernière modification : 23 mai 2024 21:29

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Droit et société, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Droit, normes et société Histoire Histoire du droit Justice Sociohistoire Violence
Aires culturelles
Afrique Asie centrale Chine Europe Europe centrale et orientale Musulmans (mondes)
Intervenant·e·s

Les recherches sur les violences de masse, en particulier sur les génocides, s’inscrivent généralement dans un champ disciplinaire défini (le droit, l’histoire ou l’anthropologie) et tentent relativement peu de croiser les différentes approches et méthodes. Les juristes pensent ces violences comme des crimes à partir de textes juridiques internationaux, de jurisprudences ou de doctrines, les historiens et les anthropologues évitent généralement les catégories juridiques perçues comme trop contraignantes et peu adaptées à leurs objets (dans le cas du génocide par exemple, l’intention et le groupe-cible tels que définis dans la Convention de 1948) pour forger d’autres concepts (« ethnocide » par exemple), qui permettent de saisir davantage les mécanismes de violence que leur caractérisation stricte en vue de punir. Pourtant, un dialogue s’est institué entre droit et sciences sociales depuis de nombreuses années, comme en témoigne par exemple l’usage spécifique du droit et des sciences sociales par les tribunaux citoyens (d’opinions ?) depuis le Tribunal international des crimes de guerre (Tribunal Russell) en 1966. Depuis les années 1990, le témoignage des chercheurs occupe une place essentielle, au cœur des instances pénales internationales spécialisées (Ex-Yougoslavie, Rwanda), des enquêtes pénales internationales de la Cour pénale internationale ou des juridictions nationales statuant dans le cadre de la compétence universelle. À leur tour, ces instances ont produit des archives essentielles pour les sciences sociales et la compréhension fine des violences de masse.

L’objet de ce séminaire, pluridisciplinaire et pluri-méthodologique, est de confronter les points de vue, les questionnements et les rapports entre droit, justice et sciences sociales. Il est co-animé avec Jean-Pierre Massias, président de l’Institut Français pour la Justice et la Démocratie (IFJD).

Ce séminaire a lieu dans le cadre de l’ANR Shatterzone (ANR-19-FGEN-0001-01).

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 23 mai 2024 21:29

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Droit et société, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Droit, normes et société Histoire Histoire du droit Justice Sociohistoire Violence
Aires culturelles
Afrique Asie centrale Chine Europe Europe centrale et orientale Musulmans (mondes)
Intervenant·e·s

Les recherches sur les violences de masse, en particulier sur les génocides, s’inscrivent généralement dans un champ disciplinaire défini (le droit, l’histoire ou l’anthropologie) et tentent relativement peu de croiser les différentes approches et méthodes. Les juristes pensent ces violences comme des crimes à partir de textes juridiques internationaux, de jurisprudences ou de doctrines, les historiens et les anthropologues évitent généralement les catégories juridiques perçues comme trop contraignantes et peu adaptées à leurs objets (dans le cas du génocide par exemple, l’intention et le groupe-cible tels que définis dans la Convention de 1948) pour forger d’autres concepts (« ethnocide » par exemple), qui permettent de saisir davantage les mécanismes de violence que leur caractérisation stricte en vue de punir. Pourtant, un dialogue s’est institué entre droit et sciences sociales depuis de nombreuses années, comme en témoigne par exemple l’usage spécifique du droit et des sciences sociales par les tribunaux citoyens (d’opinions ?) depuis le Tribunal international des crimes de guerre (Tribunal Russell) en 1966. Depuis les années 1990, le témoignage des chercheurs occupe une place essentielle, au cœur des instances pénales internationales spécialisées (Ex-Yougoslavie, Rwanda), des enquêtes pénales internationales de la Cour pénale internationale ou des juridictions nationales statuant dans le cadre de la compétence universelle. À leur tour, ces instances ont produit des archives essentielles pour les sciences sociales et la compréhension fine des violences de masse.

L’objet de ce séminaire, pluridisciplinaire et pluri-méthodologique, est de confronter les points de vue, les questionnements et les rapports entre droit, justice et sciences sociales. Il est co-animé avec Jean-Pierre Massias, président de l’Institut Français pour la Justice et la Démocratie (IFJD).

Ce séminaire a lieu dans le cadre de l’ANR Shatterzone (ANR-19-FGEN-0001-01).

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, contrôle continu
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Planning en cours de validation.