Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE957 - Les mondialisations de la santé : approches historiques et anthropologiques


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 10:30-12:30
    du 24 octobre 2022 au 6 février 2023
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 13 juin 2022 10:18

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
État et politiques publiques Globalisation Inégalités Médecine Relations internationales Santé Savoirs
Aires culturelles
Afrique Asie Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Jean-Paul Gaudillière [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, INSERM / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)

Dans les années 1980 et 1990, l’épidémie de HIV/Sida était l’enjeu le plus visible de la santé publique international et caractérisé comme un phénomène global. Dans ce contexte « global » renvoyait à l’échelle de l’épidémie et au fait qu’elle concernait la totalité de la planète, au besoin affiché d’une action coordonnée et basée sur des programmes transnationaux, à la création de nouvelles institutions impliqués dans le financement ou la standardisation des interventions, aux enjeux spécifiques de la maladie dans les pays du Sud. Depuis le terme de « santé globale » est devenue monnaie courante. Utilisé par tous les acteurs de l’action sanitaire en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, il est généralement considéré comme l’indice d’un changement majeur dans l’histoire de la santé et de la mondialisation lequel concerne aussi bien les acteurs, les cibles que les outils du gouvernement. Aujourd’hui, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, cette santé globale semble à la peine : de la Banque Mondiale à la Fondation Gates ses acteurs pivots ont, contrairement à l’OMS, peu pesé ; pendant plus d’un an les réponses proposées ont été sanitaires plutôt que biomédicales ; la hiérarchie classique liant détenteurs de moyens et d’expertise au Nord et bénéficiaires de l’aide au Sud a été remise en cause par d’autres circulations Sud-Sud ou Sud-Nord.  

L’enjeu de ce séminaire est de revenir sur la façon dont l’histoire et l’anthropologie de la santé analysent les processus de mondialisation. En choisissant des objets (les vaccins, la philanthropie, l’hôpital…), des moments (la décolonisation et la création de l’OMS, la modernité sanitaire de la Chine, les années 70 et les soins de santé primaire…) ou des enjeux (la pharmaceuticalisation, la santé communautaire, l’anthropocène…) le séminaire mobilisera études récentes et plus anciennes pour proposer un retour critique sur les liens entre local et global, la production et la circulation des savoirs, les politiques et leurs relations aux pratiques cliniques.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de tronc commun – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

jean-paul.gaudilliere@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants

jean-paul.gaudilliere@cnrs.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-

Dernière modification : 13 juin 2022 10:18

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
État et politiques publiques Globalisation Inégalités Médecine Relations internationales Santé Savoirs
Aires culturelles
Afrique Asie Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Jean-Paul Gaudillière [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, INSERM / Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, sociétés (CERMES3)

Dans les années 1980 et 1990, l’épidémie de HIV/Sida était l’enjeu le plus visible de la santé publique international et caractérisé comme un phénomène global. Dans ce contexte « global » renvoyait à l’échelle de l’épidémie et au fait qu’elle concernait la totalité de la planète, au besoin affiché d’une action coordonnée et basée sur des programmes transnationaux, à la création de nouvelles institutions impliqués dans le financement ou la standardisation des interventions, aux enjeux spécifiques de la maladie dans les pays du Sud. Depuis le terme de « santé globale » est devenue monnaie courante. Utilisé par tous les acteurs de l’action sanitaire en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, il est généralement considéré comme l’indice d’un changement majeur dans l’histoire de la santé et de la mondialisation lequel concerne aussi bien les acteurs, les cibles que les outils du gouvernement. Aujourd’hui, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, cette santé globale semble à la peine : de la Banque Mondiale à la Fondation Gates ses acteurs pivots ont, contrairement à l’OMS, peu pesé ; pendant plus d’un an les réponses proposées ont été sanitaires plutôt que biomédicales ; la hiérarchie classique liant détenteurs de moyens et d’expertise au Nord et bénéficiaires de l’aide au Sud a été remise en cause par d’autres circulations Sud-Sud ou Sud-Nord.  

L’enjeu de ce séminaire est de revenir sur la façon dont l’histoire et l’anthropologie de la santé analysent les processus de mondialisation. En choisissant des objets (les vaccins, la philanthropie, l’hôpital…), des moments (la décolonisation et la création de l’OMS, la modernité sanitaire de la Chine, les années 70 et les soins de santé primaire…) ou des enjeux (la pharmaceuticalisation, la santé communautaire, l’anthropocène…) le séminaire mobilisera études récentes et plus anciennes pour proposer un retour critique sur les liens entre local et global, la production et la circulation des savoirs, les politiques et leurs relations aux pratiques cliniques.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de tronc commun – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

jean-paul.gaudilliere@cnrs.fr

Direction de travaux des étudiants

jean-paul.gaudilliere@cnrs.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 10:30-12:30
    du 24 octobre 2022 au 6 février 2023
    Nombre de séances : 12