Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE899 - Les données. Une approche pluridisciplinaire


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle A05_51
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 11:00-13:00
    du 11 octobre 2022 au 11 avril 2023
    Nombre de séances : 10


Description


Dernière modification : 21 mai 2022 13:13

Type d'UE
Séminaires collectifs de recherche
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Économie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Administration Droit, normes et société Économie Épistémologie Geste technique Information Informatique et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Numérique Savoirs
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Laurène Le Cozanet [référent·e]   contrat postdoctoral, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Les données ne sont pas de purs faits, nous rappelle l’épistémologie des statistiques, et doivent davantage être vues comme des abstractions, sources de connaissance à condition d’associer une valeur et une indication sur le statut de cette valeur – une unité de mesure par exemple. L’existence de ces abstractions implique néanmoins des personnes, des procédés et des dispositifs bien concrets. Que ce soit pour produire ou acquérir les données, pour les conserver, les traiter, les interpréter et agir à partir d’elles, il faut des enquêtes, des capteurs, des supports, des conventions, des saisies manuelles et des algorithmes, du travail sous plusieurs formes.

La diffusion accélérée des technologies numériques, les possibilités décuplées de collecte et d’analyse de « traces » numériques, le recours croissant à ces données à des fins de surveillance et, plus largement, de gouvernement, ou encore l’essor planétaire du commerce des données, personnelles en particulier, ont achevé de sortir « la donnée » du seul giron de la statistique : elle est désormais un objet commun de l’administration publique, de l’économie, du droit, de la santé, et de bien d’autres secteurs d’activités humaines encore.

Comment penser ensemble ces différents aspects ? De quelle matière sont faites les données ? À quoi peuvent-elles servir et à quelles conditions ? Peut-on posséder des données ? Comment peuvent-elles faire l’objet de transactions marchandes ? Que signifie « protéger » des données ? Sans nécessairement se cantonner au numérique, ce séminaire propose de faire dialoguer les réponses qu’apportent différentes disciplines à ces questions : sociologie, science politique, anthropologie, histoire, mais aussi sciences de l’information et de la communication, informatique, droit ou encore philosophie.

Programme détaillé communiqué ultérieurement.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 21 mai 2022 13:13

Type d'UE
Séminaires collectifs de recherche
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Économie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Administration Droit, normes et société Économie Épistémologie Geste technique Information Informatique et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Numérique Savoirs
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Laurène Le Cozanet [référent·e]   contrat postdoctoral, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Les données ne sont pas de purs faits, nous rappelle l’épistémologie des statistiques, et doivent davantage être vues comme des abstractions, sources de connaissance à condition d’associer une valeur et une indication sur le statut de cette valeur – une unité de mesure par exemple. L’existence de ces abstractions implique néanmoins des personnes, des procédés et des dispositifs bien concrets. Que ce soit pour produire ou acquérir les données, pour les conserver, les traiter, les interpréter et agir à partir d’elles, il faut des enquêtes, des capteurs, des supports, des conventions, des saisies manuelles et des algorithmes, du travail sous plusieurs formes.

La diffusion accélérée des technologies numériques, les possibilités décuplées de collecte et d’analyse de « traces » numériques, le recours croissant à ces données à des fins de surveillance et, plus largement, de gouvernement, ou encore l’essor planétaire du commerce des données, personnelles en particulier, ont achevé de sortir « la donnée » du seul giron de la statistique : elle est désormais un objet commun de l’administration publique, de l’économie, du droit, de la santé, et de bien d’autres secteurs d’activités humaines encore.

Comment penser ensemble ces différents aspects ? De quelle matière sont faites les données ? À quoi peuvent-elles servir et à quelles conditions ? Peut-on posséder des données ? Comment peuvent-elles faire l’objet de transactions marchandes ? Que signifie « protéger » des données ? Sans nécessairement se cantonner au numérique, ce séminaire propose de faire dialoguer les réponses qu’apportent différentes disciplines à ces questions : sociologie, science politique, anthropologie, histoire, mais aussi sciences de l’information et de la communication, informatique, droit ou encore philosophie.

Programme détaillé communiqué ultérieurement.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle A05_51
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 11:00-13:00
    du 11 octobre 2022 au 11 avril 2023
    Nombre de séances : 10