Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE890 - Entre films ethnographiques et anthropologie visuelle, un siècle de regards sur la Nouvelle Guinée


Lieu et planning


  • Vieille-Charité
    Centre de la Vieille-Charité, salle A, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

    vendredi 21 octobre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 25 novembre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 9 décembre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 13 janvier 2023, 14:00-17:00
    vendredi 10 mars 2023, 14:00-17:00
    vendredi 14 avril 2023, 14:00-17:00
    vendredi 12 mai 2023, 14:00-17:00
    vendredi 9 juin 2023, 14:00-17:00


Description


Dernière modification : 21 mai 2022 13:36

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie visuelle
Aires culturelles
Océanie
Intervenant·e·s
  • Lorenzo Brutti [référent·e]   ingénieur de recherche, CNRS / Centre de recherche et de documentation sur l'Océanie (CREDO)

Depuis la naissance du cinéma, la Nouvelle Guinée a été l’un des terrains privilégiés des cinéastes documentaires. À son origine, la documentation visuelle des Papous visait à atteindre un but parfois illustratif, comme dans les premiers films à caractère ethnologique de Herbert Tischner (1908-1910) et Rudolf Pöch (1904) et occasionnellement descriptif, comme dans les « reportages » ethnographiques de Albert Hurley (1921). Néanmoins, que le décor des tournages aient été occasionnellement sélectionnés, ou alors qu’ils aient été filmés de façon spontanée, le but des pionniers de la documentation visuelle à caractère ethnologique était ethnographique au sens fort du terme, privilégiant la description et minimisant l’apport du réalisateur. L’élémentarité des moyens techniques de l’époque n’était pas une limitation à l’inventivité du cinéaste, comme le témoignent les inventions géniales de Georges Méliès (1898). Non, si la dimension émotionnelle et parfois esthétisante des réalisateurs contemporains ne caractérisait pas les réalisations visuelles ethnographiques de l’époque c’était car la naissante science anthropologique avait à l’époque l’humilité, et non pas la prétention, de décrire le réel tel qu’il été observé.

Plus d’un demi-siècle séparait encore la naissance du film ethnographique de sa soi disante maturité, atteinte en France avec Jean Rouch (Les Maîtres fous, 1955), dans l’oeuvre duquel la description scientifique laissera souvent la place à l’approche descriptive personnelle, et donc émotionnelle, de l’auteur. Une révolution qui avait lieu à la même époque dans le domaine de l’anthropologie textuelle par le Lévi-Strauss de Triste Tropiques (1955), son oeuvre subjective et émotionnelle par excellence ou la description ethnographique et le récit autobiographique se fondent à former les bases de cet édifice dans lequel demeureront nombre d’ethnologues français pendant des générations.

À partir du matériel audiovisuel tourné en Nouvelle Guinée par des réalisateurs occidentaux depuis plus d’un siècle, nous nous questionnerons sur cette dimension émotionnelle et transférentielle du compte-rendu audiovisuel documentaire. La dimension pédagogique de ce séminaire consistera à présenter et discuter, dans une approche régionale, les grands thèmes de la recherche anthropologique en Nouvelle Guinée à travers les sujets évoques dans les films visionnés : les rituels d’initiation ; les échanges cerimoniaux ; les guerres locales, le culte des morts, l’impact des ethnologues, des missionnaires, des touristes, des compagnies étrangères ; la conversion religieuse, les rites du cargo et, enfin, le développement de l'économie de marché et les autres enjeux contemporains.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 0 ECTS
    MCC – aucune

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 21 mai 2022 13:36

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie visuelle
Aires culturelles
Océanie
Intervenant·e·s
  • Lorenzo Brutti [référent·e]   ingénieur de recherche, CNRS / Centre de recherche et de documentation sur l'Océanie (CREDO)

Depuis la naissance du cinéma, la Nouvelle Guinée a été l’un des terrains privilégiés des cinéastes documentaires. À son origine, la documentation visuelle des Papous visait à atteindre un but parfois illustratif, comme dans les premiers films à caractère ethnologique de Herbert Tischner (1908-1910) et Rudolf Pöch (1904) et occasionnellement descriptif, comme dans les « reportages » ethnographiques de Albert Hurley (1921). Néanmoins, que le décor des tournages aient été occasionnellement sélectionnés, ou alors qu’ils aient été filmés de façon spontanée, le but des pionniers de la documentation visuelle à caractère ethnologique était ethnographique au sens fort du terme, privilégiant la description et minimisant l’apport du réalisateur. L’élémentarité des moyens techniques de l’époque n’était pas une limitation à l’inventivité du cinéaste, comme le témoignent les inventions géniales de Georges Méliès (1898). Non, si la dimension émotionnelle et parfois esthétisante des réalisateurs contemporains ne caractérisait pas les réalisations visuelles ethnographiques de l’époque c’était car la naissante science anthropologique avait à l’époque l’humilité, et non pas la prétention, de décrire le réel tel qu’il été observé.

Plus d’un demi-siècle séparait encore la naissance du film ethnographique de sa soi disante maturité, atteinte en France avec Jean Rouch (Les Maîtres fous, 1955), dans l’oeuvre duquel la description scientifique laissera souvent la place à l’approche descriptive personnelle, et donc émotionnelle, de l’auteur. Une révolution qui avait lieu à la même époque dans le domaine de l’anthropologie textuelle par le Lévi-Strauss de Triste Tropiques (1955), son oeuvre subjective et émotionnelle par excellence ou la description ethnographique et le récit autobiographique se fondent à former les bases de cet édifice dans lequel demeureront nombre d’ethnologues français pendant des générations.

À partir du matériel audiovisuel tourné en Nouvelle Guinée par des réalisateurs occidentaux depuis plus d’un siècle, nous nous questionnerons sur cette dimension émotionnelle et transférentielle du compte-rendu audiovisuel documentaire. La dimension pédagogique de ce séminaire consistera à présenter et discuter, dans une approche régionale, les grands thèmes de la recherche anthropologique en Nouvelle Guinée à travers les sujets évoques dans les films visionnés : les rituels d’initiation ; les échanges cerimoniaux ; les guerres locales, le culte des morts, l’impact des ethnologues, des missionnaires, des touristes, des compagnies étrangères ; la conversion religieuse, les rites du cargo et, enfin, le développement de l'économie de marché et les autres enjeux contemporains.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 0 ECTS
    MCC – aucune
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Vieille-Charité
    Centre de la Vieille-Charité, salle A, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

    vendredi 21 octobre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 25 novembre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 9 décembre 2022, 14:00-17:00
    vendredi 13 janvier 2023, 14:00-17:00
    vendredi 10 mars 2023, 14:00-17:00
    vendredi 14 avril 2023, 14:00-17:00
    vendredi 12 mai 2023, 14:00-17:00
    vendredi 9 juin 2023, 14:00-17:00