Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE775 - Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 16. Formes de contestation et politiques de réparation


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), mardi 18:00-20:00
    du 18 octobre 2022 au 16 mai 2023
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 30 mai 2022 17:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français lsf
Mots-clés
Ethnographie Handicap Langue des signes Minorités Sourds Témoignage
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Andrea Benvenuto [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Pour la cinquième année de suite, le séminaire s’attachera à explorer et analyser les usages du concept de réparation dans le champ d’études sur les sourds et les langues des signes. En partant principalement de l’analyse des discours académiques produits en sciences sociales et humaines spécialisées dans les langues des signes et les cultures sourdes, ainsi que de leur réception par les personnes concernées, nous interrogerons les dimensions politiques, épistémologiques et méthodologiques du recours aux récits de soi (témoignages, autobiographies,…) et aux méthodes ethnographiques qui veulent rendre compte de la vie des personnes sourdes « telles qu’elles les vivent ». Depuis les recherches de la première heure des Deaf Studies où l’on prête sa plume pour réparer le tort fait aux sourds quant aux possibilités de faire entendre leur propre « voix » (H. Lane, Quand l’esprit entend. Histoire des sourds-muets, 1984. Traduit en français en 1991 chez Odile Jacob), où l’auteur fait parler un narrateur sourd, Laurent Clerc (1785-1869), enseignant et pionnier de l’éducation des sourds américains, jusqu’au développement du genre biographique et autobiographique investi par les auteurs et autrices sourd-es depuis le 19e siècle, en passant par la revendication de la place que les chercheurs et chercheuses sourd-es devraient occuper dans la recherche les concernant, pour ne mentionner que quelques-unes des voies possibles, l’enjeu paraît être de taille. Pour réparer les torts on peut choisir le chemin de « donner » une voix aux sans voix. Les Deaf Studies de la deuxième vague, quant à eux, revendiquent le fait de parler en leur nom propre et produisent ainsi leurs discours avec leurs propres normes académiques (cf. Deaf Academics & Researchers, Conference 2021). Le séminaire s’intéressera alors aux différentes manières de mobiliser la parole des personnes sourdes dans la recherche en sciences sociales, que ce soit au travers la mobilisation de récits de soi, des enquêtes ethnographiques ou de l’engagement des personnes sourdes dans leurs équipes de recherche. Comment rendre compte du rapport des chercheur·es (qu’ils ou elles soient sourd-es ou entendant-es) à leur objet d’enquête ? Quelle est la réception, depuis la propre communauté sourde, de ces partis pris épistémologiques et théoriques ? Est-il possible de parler de soi tout en restant un·e autre ? Au-delà d’une simple quête de réparation des torts, ces questions interrogent les manières que les « sans voix » inventent pour s’émanciper des modes de dire ou d'écrire des autres interrompant ainsi les logiques de l’exclusion ou de l’impossibilité, mais aussi, les significations de ce qu’on peut entendre en termes d’engagement des chercheur·es et de leurs recherches avec leurs propres objets et terrains.

Les langues de travail seront la langue des signes française et le français. Un workshop (8 h) aura lieu à la fin du second semestre, la date reste à confirmer. 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Dernière modification : 30 mai 2022 17:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français lsf
Mots-clés
Ethnographie Handicap Langue des signes Minorités Sourds Témoignage
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s
  • Andrea Benvenuto [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

Pour la cinquième année de suite, le séminaire s’attachera à explorer et analyser les usages du concept de réparation dans le champ d’études sur les sourds et les langues des signes. En partant principalement de l’analyse des discours académiques produits en sciences sociales et humaines spécialisées dans les langues des signes et les cultures sourdes, ainsi que de leur réception par les personnes concernées, nous interrogerons les dimensions politiques, épistémologiques et méthodologiques du recours aux récits de soi (témoignages, autobiographies,…) et aux méthodes ethnographiques qui veulent rendre compte de la vie des personnes sourdes « telles qu’elles les vivent ». Depuis les recherches de la première heure des Deaf Studies où l’on prête sa plume pour réparer le tort fait aux sourds quant aux possibilités de faire entendre leur propre « voix » (H. Lane, Quand l’esprit entend. Histoire des sourds-muets, 1984. Traduit en français en 1991 chez Odile Jacob), où l’auteur fait parler un narrateur sourd, Laurent Clerc (1785-1869), enseignant et pionnier de l’éducation des sourds américains, jusqu’au développement du genre biographique et autobiographique investi par les auteurs et autrices sourd-es depuis le 19e siècle, en passant par la revendication de la place que les chercheurs et chercheuses sourd-es devraient occuper dans la recherche les concernant, pour ne mentionner que quelques-unes des voies possibles, l’enjeu paraît être de taille. Pour réparer les torts on peut choisir le chemin de « donner » une voix aux sans voix. Les Deaf Studies de la deuxième vague, quant à eux, revendiquent le fait de parler en leur nom propre et produisent ainsi leurs discours avec leurs propres normes académiques (cf. Deaf Academics & Researchers, Conference 2021). Le séminaire s’intéressera alors aux différentes manières de mobiliser la parole des personnes sourdes dans la recherche en sciences sociales, que ce soit au travers la mobilisation de récits de soi, des enquêtes ethnographiques ou de l’engagement des personnes sourdes dans leurs équipes de recherche. Comment rendre compte du rapport des chercheur·es (qu’ils ou elles soient sourd-es ou entendant-es) à leur objet d’enquête ? Quelle est la réception, depuis la propre communauté sourde, de ces partis pris épistémologiques et théoriques ? Est-il possible de parler de soi tout en restant un·e autre ? Au-delà d’une simple quête de réparation des torts, ces questions interrogent les manières que les « sans voix » inventent pour s’émanciper des modes de dire ou d'écrire des autres interrompant ainsi les logiques de l’exclusion ou de l’impossibilité, mais aussi, les significations de ce qu’on peut entendre en termes d’engagement des chercheur·es et de leurs recherches avec leurs propres objets et terrains.

Les langues de travail seront la langue des signes française et le français. Un workshop (8 h) aura lieu à la fin du second semestre, la date reste à confirmer. 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), mardi 18:00-20:00
    du 18 octobre 2022 au 16 mai 2023
    Nombre de séances : 12