Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE730 - L'Antiquité de la Renaissance. 4.


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle A03_35
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 17:00-19:00
    du 6 décembre 2022 au 13 juin 2023
    Nombre de séances : 24


Description


Dernière modification : 13 juillet 2022 14:01

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Philosophie
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre Bouretz [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le titre donné pour la quatrième fois au séminaire s’attache à l’idée selon laquelle on pourrait importer de l’histoire de l’art à celle de la philosophie une formule d’Aby Warburg selon laquelle « chaque époque a la Renaissance de l’Antiquité qu’elle mérite ». Un imprévu de la recherche a fait que la troisième saison est remontée très en amont de la période envisagée, pour être consacrée en entier à Dante. On prendra le temps de rappeler les raisons de ce déplacement et de proposer une synthèse de ses résultats. 

Disons déjà qu’il n’en découle pas une reconfiguration de la période : Dante ne préfigurait pas plus la Renaissance qu’il n’accomplissait le Moyen Âge. C’est pourtant de lui que l’on pourra repartir afin de reprendre le fil de l’enquête, en s’attachant à sa réception dans les premières générations de l’humanisme. On verra celle-ci très ambivalente chez Pétrarque, avec toutefois un point clair qui concerne l’usage des langues. Admirateurs plus sereins ainsi que l’avait été Boccace, les représentants de l’humanisme civique continueront de reprocher à Dante de n’avoir pas écrit sa Comédie en latin, tout en étant embarrassés par une théorie impériale qui heurtait leurs convictions républicaines. 

En reprenant ces questions de langage, de politique mais aussi de modes de vie, on pourra se réinstaller au cœur du sujet, dans un milieu de poètes, d’artistes et de philosophes qui considéraient que leur époque serait un « âge d’or » s’ils parvenaient à produire de la nouveauté en restaurant l’Antiquité. Latine seulement pour un temps, leur Renaissance deviendrait aussi grecque par la redécouverte des textes et leur traduction. On reviendra donc vers l’acteur décisif de cette opération en philosophie : Marsile Ficin, médiateur du platonisme, mais aussi de l’hermétisme ; traducteur, commentateur, mais aussi auteur d’une Théologie platonicienne et de traités sur la lumière ; figure centrale d’une sociabilité philosophique qui rayonnait au-delà de la Florence des Médicis, mais aussi protagoniste de controverses concernant théories et usages de l’astrologie et de la magie. On pourra alors se demander si la philosophie de la Renaissance reproduit une tension interne à celle de la fin de l’Antiquité, parfois décrite comme opposition entre Athènes et Alexandrie.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Rédaction d'un texte en lien avec la problématique du séminaire, fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

la participation au séminaire est subordonnée à l'accord préalable du directeur d'études.

Direction de travaux des étudiants

les mercredis et jeudis après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Réception des candidats

les mercredis et jeudis sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

inscription des candidats surbordonnée à la rédaction d'un projet de recherche qui sera discuté oralement.

Dernière modification : 13 juillet 2022 14:01

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Philosophie
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre Bouretz [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le titre donné pour la quatrième fois au séminaire s’attache à l’idée selon laquelle on pourrait importer de l’histoire de l’art à celle de la philosophie une formule d’Aby Warburg selon laquelle « chaque époque a la Renaissance de l’Antiquité qu’elle mérite ». Un imprévu de la recherche a fait que la troisième saison est remontée très en amont de la période envisagée, pour être consacrée en entier à Dante. On prendra le temps de rappeler les raisons de ce déplacement et de proposer une synthèse de ses résultats. 

Disons déjà qu’il n’en découle pas une reconfiguration de la période : Dante ne préfigurait pas plus la Renaissance qu’il n’accomplissait le Moyen Âge. C’est pourtant de lui que l’on pourra repartir afin de reprendre le fil de l’enquête, en s’attachant à sa réception dans les premières générations de l’humanisme. On verra celle-ci très ambivalente chez Pétrarque, avec toutefois un point clair qui concerne l’usage des langues. Admirateurs plus sereins ainsi que l’avait été Boccace, les représentants de l’humanisme civique continueront de reprocher à Dante de n’avoir pas écrit sa Comédie en latin, tout en étant embarrassés par une théorie impériale qui heurtait leurs convictions républicaines. 

En reprenant ces questions de langage, de politique mais aussi de modes de vie, on pourra se réinstaller au cœur du sujet, dans un milieu de poètes, d’artistes et de philosophes qui considéraient que leur époque serait un « âge d’or » s’ils parvenaient à produire de la nouveauté en restaurant l’Antiquité. Latine seulement pour un temps, leur Renaissance deviendrait aussi grecque par la redécouverte des textes et leur traduction. On reviendra donc vers l’acteur décisif de cette opération en philosophie : Marsile Ficin, médiateur du platonisme, mais aussi de l’hermétisme ; traducteur, commentateur, mais aussi auteur d’une Théologie platonicienne et de traités sur la lumière ; figure centrale d’une sociabilité philosophique qui rayonnait au-delà de la Florence des Médicis, mais aussi protagoniste de controverses concernant théories et usages de l’astrologie et de la magie. On pourra alors se demander si la philosophie de la Renaissance reproduit une tension interne à celle de la fin de l’Antiquité, parfois décrite comme opposition entre Athènes et Alexandrie.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Rédaction d'un texte en lien avec la problématique du séminaire, fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

la participation au séminaire est subordonnée à l'accord préalable du directeur d'études.

Direction de travaux des étudiants

les mercredis et jeudis après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Réception des candidats

les mercredis et jeudis sur rendez-vous par courriel.

Pré-requis

inscription des candidats surbordonnée à la rédaction d'un projet de recherche qui sera discuté oralement.

  • 54 bd Raspail
    Salle A03_35
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 17:00-19:00
    du 6 décembre 2022 au 13 juin 2023
    Nombre de séances : 24