Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE7 - Les théories de sciences sociales comme objet de l’analyse cosmologique


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
    du 8 novembre 2022 au 7 février 2023
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 10 mai 2022 11:12

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Anthropologie sociale Argumentation Cosmologie Épistémologie Ethnologie Études des sciences contemporaines Histoire des sciences et des techniques Histoire intellectuelle Méthodes et techniques des sciences sociales Philosophie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Wiktor Stoczkowski [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire d'anthropologie sociale (LAS)

Les théories des sciences ces sociales, outre des savoirs empiriquement fondés sur la chose humaine, véhiculent également des représentations cosmologiques, analogues à celles que les anthropologues étudient de longue date sur des terrains extra-occidentaux. En cherchant à reconstituer les cosmologies dissimulées derrière les constructions théoriques, le séminaire présentera une série d’études de cas, chacune consacrée à une théorie classique des sciences sociales. On explorera successivement trois contextes nationaux (britannique, américain et français) dans la période allant du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Les exemples choisis seront empruntés à l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, l’ethno-linguistique et les études sur les sciences.

Depuis leur fondation dans la seconde moitié du XIXe siècle, les sciences sociales promettent de nous offrir une connaissance empiriquement fondée du monde humain, nécessaire pour une meilleure intelligence des mécanismes de la vie collective. Dans le même temps, elles nourrissent l’espoir que cette connaissance sera à même d’améliorer le monde humain, contribuant à faire sinon disparaître, du moins atténuer toute sorte de phénomènes délétères, tels les discriminations, injustices, inégalités, exploitations économiques, déprédations écologiques, dominations symboliques, persécutions politiques, préjugés de classe, de race et de genre, etc. Il arrive souvent que la connaissance de l’homme et de la société soit tenue pour un simple moyen, cependant que la transformation méliorative de l’homme et de la société devienne la véritable fin du travail de recherche. Il s’agit là d’un pari fondateur des sciences sociales, responsable de la plupart des attentes dont on a pu les investir.

Cette double quête a amené les chercheurs en sciences sociales à échafauder des théories explicatives assorties d’ambitieuses visions du monde. Ces dernières véhiculent tout un ensemble de représentations cosmologiques, analogues à celles que les anthropologues étudient de longue date sur des terrains extra-occidentaux, pour les employer comme des matrices d’intelligibilité qui donnent accès à la compréhension des discours et pratiques indigènes. En cherchant à reconstituer les cosmologies dissimulées derrière les constructions théoriques, le séminaire présentera une série d’études de cas, chacune consacrée à une théorie classique des sciences sociales. On explorera successivement trois contextes nationaux (britannique, américain et français) dans la période allant du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Les exemples choisis seront empruntés à l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la linguistique et les études sur les sciences. L’objectif est de montrer que l’approche cosmologique permet de jeter une lumière nouvelle sur la production et la réception des savoirs des sciences sociales, faisant ressortir tout ce que ces savoirs doivent non seulement aux données factuelles, mais également aux contextes culturels qui les ont fait naître.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

informations pratiques : écrire à stoczkow@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-

Dernière modification : 10 mai 2022 11:12

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Méthodes et techniques des sciences sociales, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Anthropologie sociale Argumentation Cosmologie Épistémologie Ethnologie Études des sciences contemporaines Histoire des sciences et des techniques Histoire intellectuelle Méthodes et techniques des sciences sociales Philosophie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Wiktor Stoczkowski [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire d'anthropologie sociale (LAS)

Les théories des sciences ces sociales, outre des savoirs empiriquement fondés sur la chose humaine, véhiculent également des représentations cosmologiques, analogues à celles que les anthropologues étudient de longue date sur des terrains extra-occidentaux. En cherchant à reconstituer les cosmologies dissimulées derrière les constructions théoriques, le séminaire présentera une série d’études de cas, chacune consacrée à une théorie classique des sciences sociales. On explorera successivement trois contextes nationaux (britannique, américain et français) dans la période allant du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Les exemples choisis seront empruntés à l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, l’ethno-linguistique et les études sur les sciences.

Depuis leur fondation dans la seconde moitié du XIXe siècle, les sciences sociales promettent de nous offrir une connaissance empiriquement fondée du monde humain, nécessaire pour une meilleure intelligence des mécanismes de la vie collective. Dans le même temps, elles nourrissent l’espoir que cette connaissance sera à même d’améliorer le monde humain, contribuant à faire sinon disparaître, du moins atténuer toute sorte de phénomènes délétères, tels les discriminations, injustices, inégalités, exploitations économiques, déprédations écologiques, dominations symboliques, persécutions politiques, préjugés de classe, de race et de genre, etc. Il arrive souvent que la connaissance de l’homme et de la société soit tenue pour un simple moyen, cependant que la transformation méliorative de l’homme et de la société devienne la véritable fin du travail de recherche. Il s’agit là d’un pari fondateur des sciences sociales, responsable de la plupart des attentes dont on a pu les investir.

Cette double quête a amené les chercheurs en sciences sociales à échafauder des théories explicatives assorties d’ambitieuses visions du monde. Ces dernières véhiculent tout un ensemble de représentations cosmologiques, analogues à celles que les anthropologues étudient de longue date sur des terrains extra-occidentaux, pour les employer comme des matrices d’intelligibilité qui donnent accès à la compréhension des discours et pratiques indigènes. En cherchant à reconstituer les cosmologies dissimulées derrière les constructions théoriques, le séminaire présentera une série d’études de cas, chacune consacrée à une théorie classique des sciences sociales. On explorera successivement trois contextes nationaux (britannique, américain et français) dans la période allant du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Les exemples choisis seront empruntés à l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la linguistique et les études sur les sciences. L’objectif est de montrer que l’approche cosmologique permet de jeter une lumière nouvelle sur la production et la réception des savoirs des sciences sociales, faisant ressortir tout ce que ces savoirs doivent non seulement aux données factuelles, mais également aux contextes culturels qui les ont fait naître.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

informations pratiques : écrire à stoczkow@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous pris par courriel.

Réception des candidats

sur rendez-vous pris par courriel.

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.08
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
    du 8 novembre 2022 au 7 février 2023
    Nombre de séances : 12