UE681 - Dilemmas of colonial and postcolonial citizenship through the prism of cinema


Lieu et planning


  • Vieille-Charité
    Salle C
    Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 09:00-12:00
    du 26 octobre 2022 au 14 décembre 2022

    La séance du 2 novembre est reportée au 9 décembre, de 14 h à 17 h, salle C
    La séance du 9 novembre est reportée au 25 novembre, de 11 h à 14 h, salle C


Description


Dernière modification : 23 novembre 2022 08:48

Type d'UE
Cours de langues
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
anglais
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Citoyenneté Coloniales (études) Culture visuelle Démocratie
Aires culturelles
Asie
Intervenant·e·s
  • Arundhati Virmani [référent·e]   enseignante contractuelle, EHESS / Centre Norbert-Elias (CNE)

Ce séminaire examine les arènes où la citoyenneté est légalement définie, produite, contestée et mise en œuvre, de l'époque coloniale à l'époque contemporaine. Alors que l'État colonial élabore ses systèmes de citoyenneté, définissant les identités des immigrants ou des groupes ethniques afin de rendre visible l’ensemble d’un empire colonial, ces paramètres impériaux instituant une hiérarchie des droits sont contestés devant le tribunal, par des actes de désobéissance, des protestations et des résistances. Les enjeux et les dilemmes de la citoyenneté continueront à être explorés à travers le prisme du cinéma. Comprise comme une relation juridique spécifique entre un État et une personne, la citoyenneté est souvent présentée comme une idée normative à travers les catégories des droits et responsabilités sociaux, juridiques ou civiques. Le cinéma a l’avantage d’attirer l’attention sur les fondations violentes de la citoyenneté : soumission, coercition, réglementation, force, lois extraordinaires, normalisation et conflit, guerre. Alors que la citoyenneté en tant que statut juridique met l'accent sur les droits et l'appartenance, les films peuvent mettre en lumière l'exclusion, la marginalité, l'apatridie, à travers les récits de ceux qui sont écartés et se retrouvent dans un vide juridique. Un examen des films britanniques et français du début du XXe siècle permettra un examen comparatif des politiques coloniales britanniques et françaises. Nous commencerons par une sélection des premiers documentaires et films produits par ces deux puissances impériales. Nous les confronterons aux récits cinématographiques de l'après-indépendance afin d'examiner les thèmes de l'appartenance, de l'exclusion, de l'altérité ou de l'identité dans le contexte des promesses de l'État postcolonial en matière de droits fondamentaux de liberté et d'égalité.

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Cours de langues – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, texte écrit

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 23 novembre 2022 08:48

Type d'UE
Cours de langues
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
anglais
L’enseignement est uniquement dispensé dans cette langue.
Mots-clés
Citoyenneté Coloniales (études) Culture visuelle Démocratie
Aires culturelles
Asie
Intervenant·e·s
  • Arundhati Virmani [référent·e]   enseignante contractuelle, EHESS / Centre Norbert-Elias (CNE)

Ce séminaire examine les arènes où la citoyenneté est légalement définie, produite, contestée et mise en œuvre, de l'époque coloniale à l'époque contemporaine. Alors que l'État colonial élabore ses systèmes de citoyenneté, définissant les identités des immigrants ou des groupes ethniques afin de rendre visible l’ensemble d’un empire colonial, ces paramètres impériaux instituant une hiérarchie des droits sont contestés devant le tribunal, par des actes de désobéissance, des protestations et des résistances. Les enjeux et les dilemmes de la citoyenneté continueront à être explorés à travers le prisme du cinéma. Comprise comme une relation juridique spécifique entre un État et une personne, la citoyenneté est souvent présentée comme une idée normative à travers les catégories des droits et responsabilités sociaux, juridiques ou civiques. Le cinéma a l’avantage d’attirer l’attention sur les fondations violentes de la citoyenneté : soumission, coercition, réglementation, force, lois extraordinaires, normalisation et conflit, guerre. Alors que la citoyenneté en tant que statut juridique met l'accent sur les droits et l'appartenance, les films peuvent mettre en lumière l'exclusion, la marginalité, l'apatridie, à travers les récits de ceux qui sont écartés et se retrouvent dans un vide juridique. Un examen des films britanniques et français du début du XXe siècle permettra un examen comparatif des politiques coloniales britanniques et françaises. Nous commencerons par une sélection des premiers documentaires et films produits par ces deux puissances impériales. Nous les confronterons aux récits cinématographiques de l'après-indépendance afin d'examiner les thèmes de l'appartenance, de l'exclusion, de l'altérité ou de l'identité dans le contexte des promesses de l'État postcolonial en matière de droits fondamentaux de liberté et d'égalité.

 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Cours de langues – Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie [Marseille] – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, texte écrit
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Vieille-Charité
    Salle C
    Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 09:00-12:00
    du 26 octobre 2022 au 14 décembre 2022

    La séance du 2 novembre est reportée au 9 décembre, de 14 h à 17 h, salle C
    La séance du 9 novembre est reportée au 25 novembre, de 11 h à 14 h, salle C