Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE65 - À l’école de la phénoménologie, une fois de plus : méthode, altérité, histoire. Atelier des doctorant·e·s CRAL/Fonds Ricœur


Lieu et planning


  • Institut protestant de théologie
    83 bd Arago 75013 Paris
    annuel / mensuel (indifférent), vendredi 17:00-19:00
    du 28 octobre 2022 au 17 mars 2023
    Nombre de séances : 6


Description


Dernière modification : 2 juin 2022 07:23

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
http://www.fondsricoeur.fr/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Histoire Méthodes et techniques des sciences sociales Philosophie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Alessandro Colleoni [référent·e]   doctorant, EHESS / Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)

Eleonora Degli Esposti (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Giulia Salzano (doctorante, Università degli Studi di Perugia) participent à l'animation de cet atelier.

Dans son noyau fondamental, la phénoménologie consiste en un pari : le phénoménologue s’engage dans une analyse de l’expérience vécue du monde, persuadé qu’elle recèle une signification propre qu’il est possible de faire ressortir. L’expérience n’est pas pour lui un chaos qui demanderait une mise en forme de la part de l’intellect. Elle constitue au contraire un espace de sens qui peut faire l’objet d’une analyse descriptive autonome. C’est en ce sens que Paul Ricœur a souligné l’importance de comprendre la phénoménologie comme une méthode, dont la valeur réside dans sa capacité à porter au langage, toujours partiellement, la manière dont on vit dans le monde, avec la richesse infinie de toutes ses couches et ses domaines.

L’importance de la description est telle, pour cet auteur, qu’elle doit également être considérée comme la pierre de touche de toute interprétation de cette méthode. C’est notamment l’interprétation idéaliste de la méthode phénoménologique, qui tend à comprendre la constitution du monde dans l’expérience comme une construction du monde par le sujet, qui se trouve à son avis remise en question par les résultats de la description. Outre ce geste méthodologique, dans cet atelier nous nous concentrerons sur deux des éléments de cette description qui contrastent, pour Ricoeur, avec la tendance idéaliste qu’il identifie notamment chez Edmund Husserl : l’expérience de l’altérité, d’un côté, et l’historicité de toute expérience, de l’autre. Il faudra certes aller « à l’école de la phénoménologie », comme l’invite à faire le titre d’un important recueil d’essais du philosophe français (1986), mais tout en gardant un œil critique par rapport aux enseignements des « maîtres » de cette « école ». Tout enseignement phénoménologique doit en effet, par principe, être mis par chaque « élève » à l'épreuve d’expériences qu’il peut faire lui-même, et cela « toujours à nouveau ».

Le premier des points de rupture par rapport à la lecture idéaliste de la phénoménologie que l’on va analyser concerne la question de l’altérité. Les origines de ce problème remontent au début de la modernité, dans la pensée de Descartes. Au moment même de la constitution du moi comme sujet-substance (res cogitans) se définit, en ce moi, la différence par rapport à ce qui n’est pas sujet, et peut donc tout au plus valoir comme ce qui est autre que lui. L'altérité concerne alors en premier lieu ce qui est le plus proche de la res cogitans, à savoir le corps. En effet, le corps, considéré exclusivement dans sa dimension matérielle (Körper), comme tous les autres corps, et non comme « corps vécu » (Leib), est projeté à l'extérieur.

Dans À l’école de la phénoménologie, Ricœur consacre une large section à commenter aussi bien les Ideen II que les Méditations cartésiennes de Husserl. C'est dans la troisième partie des Ideen II que le problème de l'altérité apparaît dans la forme d’une opposition entre le sujet, compris comme esprit, et la nature objective. Ce problème se trouve également au centre des Méditations cartésiennes, mais sous une autre forme. Tandis que, chez Descartes, l’idée du doute indiquait avant tout un nouveau départ par rapport aux sciences, elle est remplacée chez Husserl par la notion d’épochè, qui signifie plutôt une mise à l’écart radicale de toute prise de position par rapport au monde. Ce processus ne conduit pas à un « pur néant », mais au « je pur, avec la vie pure de la conscience qui m’est propre » (I Méditation cartésienne). C’est dans la mesure où le sens de tout étant rencontré dans le monde est donné par la subjectivité – que Husserl pose le problème de la constitution de l’autre comme autre à partir de et dans la subjectivité transcendantale (Ve Méditation cartésienne). Si toutefois le sens de tout étant provient de la subjectivité transcendantale, comment rendre compte de ce étant particulier qu’est l'autre, et qui semble se soustraire à toute constitution faite par l’ego ?

Une autre dimension qui paraît échapper à l’espace étroit de la conscience transcendantale est celle de l’historicité de l’expérience. Cette question joue un rôle central et problématique au sein de la tradition phénoménologique (Pradelle, Terzi 2017). C’est notamment dans son article "Husserl et le sens de l’histoire" que Ricoeur met en évidence cet aspect. D’après le philosophe français, ce thème a aussi le mérite de pousser la phénoménologie à ses limites : mise entre parenthèses par la réduction, comme l’altérité (et le langage), l’historicité remet en cause la cohérence transcendantale de la phénoménologie en signalant son urgence. Ce n’est pas par hasard que la pensée apolitique et anhistorique de Husserl ne se rapporte à l’histoire qu’en se heurtant avec le tragique, avec la crise. Néanmoins, l’approche du thème de l’histoire par le père de la phénoménologie revêt une forme téléologique qui est profondément problématisée par Ricœur. Contre toute forme de dogmatisme, le philosophe français met l’accent sur les limites d’une histoire conçue comme avènement de sens, en opposant à son univocité le caractère d’imprévisibilité et la pluralité des événements historiques. Ricœur insiste sur la nécessité de dépasser le rôle archontique de la philosophie dans l’histoire des idées et encourage une approche longitudinale, polyphonique et non plus verticale, capable d’intégrer l’histoire des idées à celle du travail, du droit et de la religion, de l’État. La question de l’histoire nous permet de nous interroger sur la possibilité d’un redressement de la phénoménologie qui serait capable de corriger ce que Ricœur appelle son appétit et sa nostalgie par rapport au réel.

À partir des remarques critiques de Ricœur par rapport à la manière dont Husserl présentait la méthode phénoménologique et discutait les questions de l’altérité et de l’histoire, l’atelier souhaiterait donc solliciter une réflexion autour de la manière dont on peut faire de la phénoménologie aujourd’hui, notamment une phénoménologie de l’altérité, dans ses différentes formes, et de l’historicité. On souhaiterait ainsi esquisser des lignes pour une philosophie phénoménologique qui soit fidèle à sa méthode descriptive, en mobilisant des ressources relevant notamment de la phénoménologie génétique, tant de Ricoeur que d’autres auteurs. L’atelier envisage également d’héberger des réflexions qui s’efforcent de mettre en communication ces discussions théoriques avec des descriptions concrètes d’expériences, y compris dans un esprit de dialogue interdisciplinaire.

L’atelier est organisé en collaboration avec Atelier de Recherche Phénomènes (ARP).

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
atelierhermeneutique@gmail.com
Informations pratiques

Chaque séance se déroule autour de deux présentations de 30 minutes, suivies d’une discussion. Nous envisageons des interventions d’étudiant·e·s de master, de doctorant·e·s ou de jeunes chercheurs·euses. Les communications seront choisies à partir d’un appel à candidature. La dernière séance consistera en une journée d’étude avec des présentations de professeur·e·s et chercheurs·euses invités. Les dates et horaires des séances seront publiés sur le site du Fonds Ricœur (http://www.fondsricoeur.fr/).

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 2 juin 2022 07:23

Type d'UE
Ateliers de doctorants
Centres
Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
http://www.fondsricoeur.fr/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Histoire Méthodes et techniques des sciences sociales Philosophie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Alessandro Colleoni [référent·e]   doctorant, EHESS / Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)

Eleonora Degli Esposti (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Giulia Salzano (doctorante, Università degli Studi di Perugia) participent à l'animation de cet atelier.

Dans son noyau fondamental, la phénoménologie consiste en un pari : le phénoménologue s’engage dans une analyse de l’expérience vécue du monde, persuadé qu’elle recèle une signification propre qu’il est possible de faire ressortir. L’expérience n’est pas pour lui un chaos qui demanderait une mise en forme de la part de l’intellect. Elle constitue au contraire un espace de sens qui peut faire l’objet d’une analyse descriptive autonome. C’est en ce sens que Paul Ricœur a souligné l’importance de comprendre la phénoménologie comme une méthode, dont la valeur réside dans sa capacité à porter au langage, toujours partiellement, la manière dont on vit dans le monde, avec la richesse infinie de toutes ses couches et ses domaines.

L’importance de la description est telle, pour cet auteur, qu’elle doit également être considérée comme la pierre de touche de toute interprétation de cette méthode. C’est notamment l’interprétation idéaliste de la méthode phénoménologique, qui tend à comprendre la constitution du monde dans l’expérience comme une construction du monde par le sujet, qui se trouve à son avis remise en question par les résultats de la description. Outre ce geste méthodologique, dans cet atelier nous nous concentrerons sur deux des éléments de cette description qui contrastent, pour Ricoeur, avec la tendance idéaliste qu’il identifie notamment chez Edmund Husserl : l’expérience de l’altérité, d’un côté, et l’historicité de toute expérience, de l’autre. Il faudra certes aller « à l’école de la phénoménologie », comme l’invite à faire le titre d’un important recueil d’essais du philosophe français (1986), mais tout en gardant un œil critique par rapport aux enseignements des « maîtres » de cette « école ». Tout enseignement phénoménologique doit en effet, par principe, être mis par chaque « élève » à l'épreuve d’expériences qu’il peut faire lui-même, et cela « toujours à nouveau ».

Le premier des points de rupture par rapport à la lecture idéaliste de la phénoménologie que l’on va analyser concerne la question de l’altérité. Les origines de ce problème remontent au début de la modernité, dans la pensée de Descartes. Au moment même de la constitution du moi comme sujet-substance (res cogitans) se définit, en ce moi, la différence par rapport à ce qui n’est pas sujet, et peut donc tout au plus valoir comme ce qui est autre que lui. L'altérité concerne alors en premier lieu ce qui est le plus proche de la res cogitans, à savoir le corps. En effet, le corps, considéré exclusivement dans sa dimension matérielle (Körper), comme tous les autres corps, et non comme « corps vécu » (Leib), est projeté à l'extérieur.

Dans À l’école de la phénoménologie, Ricœur consacre une large section à commenter aussi bien les Ideen II que les Méditations cartésiennes de Husserl. C'est dans la troisième partie des Ideen II que le problème de l'altérité apparaît dans la forme d’une opposition entre le sujet, compris comme esprit, et la nature objective. Ce problème se trouve également au centre des Méditations cartésiennes, mais sous une autre forme. Tandis que, chez Descartes, l’idée du doute indiquait avant tout un nouveau départ par rapport aux sciences, elle est remplacée chez Husserl par la notion d’épochè, qui signifie plutôt une mise à l’écart radicale de toute prise de position par rapport au monde. Ce processus ne conduit pas à un « pur néant », mais au « je pur, avec la vie pure de la conscience qui m’est propre » (I Méditation cartésienne). C’est dans la mesure où le sens de tout étant rencontré dans le monde est donné par la subjectivité – que Husserl pose le problème de la constitution de l’autre comme autre à partir de et dans la subjectivité transcendantale (Ve Méditation cartésienne). Si toutefois le sens de tout étant provient de la subjectivité transcendantale, comment rendre compte de ce étant particulier qu’est l'autre, et qui semble se soustraire à toute constitution faite par l’ego ?

Une autre dimension qui paraît échapper à l’espace étroit de la conscience transcendantale est celle de l’historicité de l’expérience. Cette question joue un rôle central et problématique au sein de la tradition phénoménologique (Pradelle, Terzi 2017). C’est notamment dans son article "Husserl et le sens de l’histoire" que Ricoeur met en évidence cet aspect. D’après le philosophe français, ce thème a aussi le mérite de pousser la phénoménologie à ses limites : mise entre parenthèses par la réduction, comme l’altérité (et le langage), l’historicité remet en cause la cohérence transcendantale de la phénoménologie en signalant son urgence. Ce n’est pas par hasard que la pensée apolitique et anhistorique de Husserl ne se rapporte à l’histoire qu’en se heurtant avec le tragique, avec la crise. Néanmoins, l’approche du thème de l’histoire par le père de la phénoménologie revêt une forme téléologique qui est profondément problématisée par Ricœur. Contre toute forme de dogmatisme, le philosophe français met l’accent sur les limites d’une histoire conçue comme avènement de sens, en opposant à son univocité le caractère d’imprévisibilité et la pluralité des événements historiques. Ricœur insiste sur la nécessité de dépasser le rôle archontique de la philosophie dans l’histoire des idées et encourage une approche longitudinale, polyphonique et non plus verticale, capable d’intégrer l’histoire des idées à celle du travail, du droit et de la religion, de l’État. La question de l’histoire nous permet de nous interroger sur la possibilité d’un redressement de la phénoménologie qui serait capable de corriger ce que Ricœur appelle son appétit et sa nostalgie par rapport au réel.

À partir des remarques critiques de Ricœur par rapport à la manière dont Husserl présentait la méthode phénoménologique et discutait les questions de l’altérité et de l’histoire, l’atelier souhaiterait donc solliciter une réflexion autour de la manière dont on peut faire de la phénoménologie aujourd’hui, notamment une phénoménologie de l’altérité, dans ses différentes formes, et de l’historicité. On souhaiterait ainsi esquisser des lignes pour une philosophie phénoménologique qui soit fidèle à sa méthode descriptive, en mobilisant des ressources relevant notamment de la phénoménologie génétique, tant de Ricoeur que d’autres auteurs. L’atelier envisage également d’héberger des réflexions qui s’efforcent de mettre en communication ces discussions théoriques avec des descriptions concrètes d’expériences, y compris dans un esprit de dialogue interdisciplinaire.

L’atelier est organisé en collaboration avec Atelier de Recherche Phénomènes (ARP).

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
atelierhermeneutique@gmail.com
Informations pratiques

Chaque séance se déroule autour de deux présentations de 30 minutes, suivies d’une discussion. Nous envisageons des interventions d’étudiant·e·s de master, de doctorant·e·s ou de jeunes chercheurs·euses. Les communications seront choisies à partir d’un appel à candidature. La dernière séance consistera en une journée d’étude avec des présentations de professeur·e·s et chercheurs·euses invités. Les dates et horaires des séances seront publiés sur le site du Fonds Ricœur (http://www.fondsricoeur.fr/).

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Institut protestant de théologie
    83 bd Arago 75013 Paris
    annuel / mensuel (indifférent), vendredi 17:00-19:00
    du 28 octobre 2022 au 17 mars 2023
    Nombre de séances : 6