Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE628 - Sociologie de la connaissance. 3. Néolibéralisme, néoconservatisme : néosocialisme ?


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mardi 12:30-14:30
    du 8 novembre 2022 au 7 février 2023
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 6 juin 2022 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Administration Capitalisme Démocratie État et politiques publiques Politique
Aires culturelles
Amérique du Nord Europe
Intervenant·e·s
  • Cyril Lemieux [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

Le séminaire abordera cette année la troisième et dernière étape du programme général qu’il s’est donné depuis 2020 : celui d’une relance de la « sociologie de la connaissance » dans la définition qu’en donnait Karl Mannheim. En étudiant, en 2020-2021, les formes du raisonnement anti-sociologique observables tant dans la vie sociale que dans la pratique des sociologues, et en essayant de comprendre les causes sociales de leur reproduction, puis en explorant, en 2021-2022, la question des processus par lesquels les individus, dans les sociétés modernes, politisent leur existence en fonction de la place qu’ils occupent au sein de la division du travail, nous nous sommes dotés d’analyses et de concepts qui vont nous rendre possible, cette année, de formuler un diagnostic d’ensemble sur la situation idéologique des sociétés contemporaines – européennes et nord-américaines en particulier. En suivant la démarche mannheimienne, ce diagnostic sera rapporté à l’évolution, ces quarante dernières années, de la division du travail et de l’État social au sein des sociétés concernées. Il s’agira, en particulier, de revenir sur une notion qui est souvent mobilisée pour décrire une telle situation idéologique : celle de néolibéralisme. Nous chercherons à montrer que si son intérêt est de prendre acte de la transformation profonde que la pensée libérale a subie dans les dernières décennies du XXe siècle, sa limite est de n’être pas assez un concept sociologique. La première tâche du séminaire sera ainsi de proposer une reprise sociologique du concept de néolibéralisme et d’en tirer des implications méthodologiques concernant la conduite des enquêtes empiriques sur l’État et le monde social contemporains. La tâche sera ensuite de réfléchir à la manière dont l’accroissement de la division du travail et le développement de l’État social survenus à la fin du XXe siècle ont affecté également les deux autres grandes idéologies de la modernité : la pensée réactionnaire, d’une part ; le socialisme, d’autre part. Dans le premier cas, nous explorerons ce qu’il est convenu d’appeler « néo-conservatisme » et « néo-traditionalisme ». Dans le second, nous nous interrogerons sur l'émergence possible, actuellement, d’un « néo-socialisme » adossé notamment à la question écologique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – Travail de validation (6 pages)
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – Travail de validation (6 pages)

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : cyril.lemieux@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Dernière modification : 6 juin 2022 08:45

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Administration Capitalisme Démocratie État et politiques publiques Politique
Aires culturelles
Amérique du Nord Europe
Intervenant·e·s
  • Cyril Lemieux [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

Le séminaire abordera cette année la troisième et dernière étape du programme général qu’il s’est donné depuis 2020 : celui d’une relance de la « sociologie de la connaissance » dans la définition qu’en donnait Karl Mannheim. En étudiant, en 2020-2021, les formes du raisonnement anti-sociologique observables tant dans la vie sociale que dans la pratique des sociologues, et en essayant de comprendre les causes sociales de leur reproduction, puis en explorant, en 2021-2022, la question des processus par lesquels les individus, dans les sociétés modernes, politisent leur existence en fonction de la place qu’ils occupent au sein de la division du travail, nous nous sommes dotés d’analyses et de concepts qui vont nous rendre possible, cette année, de formuler un diagnostic d’ensemble sur la situation idéologique des sociétés contemporaines – européennes et nord-américaines en particulier. En suivant la démarche mannheimienne, ce diagnostic sera rapporté à l’évolution, ces quarante dernières années, de la division du travail et de l’État social au sein des sociétés concernées. Il s’agira, en particulier, de revenir sur une notion qui est souvent mobilisée pour décrire une telle situation idéologique : celle de néolibéralisme. Nous chercherons à montrer que si son intérêt est de prendre acte de la transformation profonde que la pensée libérale a subie dans les dernières décennies du XXe siècle, sa limite est de n’être pas assez un concept sociologique. La première tâche du séminaire sera ainsi de proposer une reprise sociologique du concept de néolibéralisme et d’en tirer des implications méthodologiques concernant la conduite des enquêtes empiriques sur l’État et le monde social contemporains. La tâche sera ensuite de réfléchir à la manière dont l’accroissement de la division du travail et le développement de l’État social survenus à la fin du XXe siècle ont affecté également les deux autres grandes idéologies de la modernité : la pensée réactionnaire, d’une part ; le socialisme, d’autre part. Dans le premier cas, nous explorerons ce qu’il est convenu d’appeler « néo-conservatisme » et « néo-traditionalisme ». Dans le second, nous nous interrogerons sur l'émergence possible, actuellement, d’un « néo-socialisme » adossé notamment à la question écologique.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – Travail de validation (6 pages)
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – Travail de validation (6 pages)
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact : cyril.lemieux@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mardi 12:30-14:30
    du 8 novembre 2022 au 7 février 2023
    Nombre de séances : 12