Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE261 - L'Atelier des artistes. Silences, rumeurs et transferts culturels, XIXe-XXIe siècle


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_24
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), vendredi 12:00-14:00
    du 14 octobre 2022 au 24 mars 2023
    Nombre de séances : 10


Description


Dernière modification : 19 mai 2022 18:19

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Épistémologie Histoire Philosophie Sociologie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Agnès Callu [référent·e]   / Laboratoire d'anthropologie politique (LAP)

Ce séminaire entend s’engager dans une étude historique des ateliers d’artistes de 1880 à 2020. Pratiquant une sociologie des organisations qui postule que l’atelier du créateur compose une structure en soi, fonctionnelle car réglementée par des codes énoncés ou symboliques, catégorielle puisque régie par des habitus régulant les valeurs d’échanges, agissant au singulier ou selon un système collectif quand y pénètrent, outre le « maître » : les apprentis, les disciples, la/les muses, les modèles, les amis, les commanditaires, les collectionneurs, etc., on avance que l’atelier fait office d’institution culturelle première.

De fait, depuis son site (mobile, éphémère, multiplexe, ouvert à la mondialisation ou sédentaire comme retiré du monde), il propulse (ou non) l’artiste sur le marché de l’art le métamorphosant – souvent en dépit de lui-même – en « entrepreneur » de son travail créateur. Entendant Marc Bloch qui, toujours actuel, défend l’étude de l’attelage programmatique : « la structure et les hommes », l’enquête sociologique démarrée depuis 2016 (auprès d’une population d’artistes et de galeristes) – dont les résultats sont croisés avec l’étude quantitative entreprise sur la base de documents historiques – s’attelle à une typologie des ateliers d’artistes tels que, traversés par des catégories de modèles, ils prescrivent la tendance. En effet, depuis les ateliers - à lire comme « le cœur de la machine de création – s’opèrent les dialogues, consentis ou non avec des interlocuteurs naturels qui connaissent des transformations socio-professionnelles déterminantes. Les galeristes érudits, de la courbure 1880-1950, mutent post 1980 et, de façon massive au seuil des années 2000, en patrons de multinationales en recherche de création de « centres de profits » qui, certes, au démarrage, américains, de New York à Miami, s’installent vers l’Asie du Sud-Est, détentrice de nouveaux capitaux, ouverte à des marchés exponentiels, désinhibés devant des œuvres, certes à admirer, mais plus encore à faire circuler pour transférer de la richesse.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 19 mai 2022 18:19

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Philosophie et épistémologie, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Épistémologie Histoire Philosophie Sociologie
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde)
Intervenant·e·s
  • Agnès Callu [référent·e]   / Laboratoire d'anthropologie politique (LAP)

Ce séminaire entend s’engager dans une étude historique des ateliers d’artistes de 1880 à 2020. Pratiquant une sociologie des organisations qui postule que l’atelier du créateur compose une structure en soi, fonctionnelle car réglementée par des codes énoncés ou symboliques, catégorielle puisque régie par des habitus régulant les valeurs d’échanges, agissant au singulier ou selon un système collectif quand y pénètrent, outre le « maître » : les apprentis, les disciples, la/les muses, les modèles, les amis, les commanditaires, les collectionneurs, etc., on avance que l’atelier fait office d’institution culturelle première.

De fait, depuis son site (mobile, éphémère, multiplexe, ouvert à la mondialisation ou sédentaire comme retiré du monde), il propulse (ou non) l’artiste sur le marché de l’art le métamorphosant – souvent en dépit de lui-même – en « entrepreneur » de son travail créateur. Entendant Marc Bloch qui, toujours actuel, défend l’étude de l’attelage programmatique : « la structure et les hommes », l’enquête sociologique démarrée depuis 2016 (auprès d’une population d’artistes et de galeristes) – dont les résultats sont croisés avec l’étude quantitative entreprise sur la base de documents historiques – s’attelle à une typologie des ateliers d’artistes tels que, traversés par des catégories de modèles, ils prescrivent la tendance. En effet, depuis les ateliers - à lire comme « le cœur de la machine de création – s’opèrent les dialogues, consentis ou non avec des interlocuteurs naturels qui connaissent des transformations socio-professionnelles déterminantes. Les galeristes érudits, de la courbure 1880-1950, mutent post 1980 et, de façon massive au seuil des années 2000, en patrons de multinationales en recherche de création de « centres de profits » qui, certes, au démarrage, américains, de New York à Miami, s’installent vers l’Asie du Sud-Est, détentrice de nouveaux capitaux, ouverte à des marchés exponentiels, désinhibés devant des œuvres, certes à admirer, mais plus encore à faire circuler pour transférer de la richesse.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_24
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), vendredi 12:00-14:00
    du 14 octobre 2022 au 24 mars 2023
    Nombre de séances : 10