Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2021-2022.

UE176 - Populismes et néo-populismes, éléments d’une analyse comparative


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
    du 7 mars 2023 au 6 juin 2023
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 16 mai 2022 11:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais espagnol français
Mots-clés
Anthropologie Démocratie Histoire Philosophie politique Politique Sociologie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Gilles Bataillon [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Philippe Urfalino   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Gökçe Tuncel   ATER, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Phénomènes anciens dans les vieilles démocraties occidentales et en Amérique latine, phénomènes réapparus en aval de l’instauration de régimes démocratiques en Amérique latine et au lendemain de l’effondrement de l’empire soviétique, les néo-populismes représentent aujourd’hui des formes récurrentes du politique. L'expression désigne des phénomènes relativement divers mais présents et durablement enracinés tant dans les Amériques comme en Europe, en Asie. L'emploi du terme néo-populiste suggère une ressemblance de ces formes politiques avec les populismes latino américains des années 1930-1950. Les uns comme les autres se caractérisent par des traits semblables : rôle central d'un leader charismatique, nationalisme exacerbé et appel à l'unité du peuple, mise en avant de l'idée d'une nécessaire solidarité par delà les antagonismes sociaux et mépris pour les formes symboliques au cœur de l’expérience démocratique : pluralisme, reconnaissance de la légitimité des conflits, séparation et limitation des pouvoirs.

On se propose de s’interroger sur les liens ambigus qu’entretiennent ces phénomènes politiques avec les formes démocratiques. Nul doute qu’ils aient concouru à une accélération des dynamiques d’égalisation des conditions dans des sociétés marquées par des héritages hiérarchiques pesant sur les dynamiques socio-politiques. Nul doute pourtant que dans leur appel à l’unité du peuple, comme dans la place centrale faite au leadeur, ils aient freiné ou contrecarré la dynamique de séparations des pouvoirs comme la reconnaissance du pluralisme social et politique, ou encore, ethnique et religieux, dans pays autrefois en proie à des régimes autoritaires ou totalitaires. Ils ont enfin contribué au surgissement de bureaucraties parasitaires prétendant incarner une figure nouvelle du peuple. Les douze séances de ce séminaire seront consacrées à une analyse comparative de ces phénomènes à partir d’études de cas nationaux ou régionaux, comme à une discussion des thèses des auteurs se revendiquant des populismes.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
philippe.urfalino@ehess.fr
Informations pratiques

par courriel : gilles.bataillon@ehess.fr et philippe.urfalino@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous après envoi d'un projet écrit et d'un CV.

Réception des candidats

sur rendez-vous après envoi d'un projet écrit et d'un CV.

Pré-requis
-

Dernière modification : 16 mai 2022 11:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais espagnol français
Mots-clés
Anthropologie Démocratie Histoire Philosophie politique Politique Sociologie
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Gilles Bataillon [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Philippe Urfalino   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Gökçe Tuncel   ATER, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Phénomènes anciens dans les vieilles démocraties occidentales et en Amérique latine, phénomènes réapparus en aval de l’instauration de régimes démocratiques en Amérique latine et au lendemain de l’effondrement de l’empire soviétique, les néo-populismes représentent aujourd’hui des formes récurrentes du politique. L'expression désigne des phénomènes relativement divers mais présents et durablement enracinés tant dans les Amériques comme en Europe, en Asie. L'emploi du terme néo-populiste suggère une ressemblance de ces formes politiques avec les populismes latino américains des années 1930-1950. Les uns comme les autres se caractérisent par des traits semblables : rôle central d'un leader charismatique, nationalisme exacerbé et appel à l'unité du peuple, mise en avant de l'idée d'une nécessaire solidarité par delà les antagonismes sociaux et mépris pour les formes symboliques au cœur de l’expérience démocratique : pluralisme, reconnaissance de la légitimité des conflits, séparation et limitation des pouvoirs.

On se propose de s’interroger sur les liens ambigus qu’entretiennent ces phénomènes politiques avec les formes démocratiques. Nul doute qu’ils aient concouru à une accélération des dynamiques d’égalisation des conditions dans des sociétés marquées par des héritages hiérarchiques pesant sur les dynamiques socio-politiques. Nul doute pourtant que dans leur appel à l’unité du peuple, comme dans la place centrale faite au leadeur, ils aient freiné ou contrecarré la dynamique de séparations des pouvoirs comme la reconnaissance du pluralisme social et politique, ou encore, ethnique et religieux, dans pays autrefois en proie à des régimes autoritaires ou totalitaires. Ils ont enfin contribué au surgissement de bureaucraties parasitaires prétendant incarner une figure nouvelle du peuple. Les douze séances de ce séminaire seront consacrées à une analyse comparative de ces phénomènes à partir d’études de cas nationaux ou régionaux, comme à une discussion des thèses des auteurs se revendiquant des populismes.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
philippe.urfalino@ehess.fr
Informations pratiques

par courriel : gilles.bataillon@ehess.fr et philippe.urfalino@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous après envoi d'un projet écrit et d'un CV.

Réception des candidats

sur rendez-vous après envoi d'un projet écrit et d'un CV.

Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
    du 7 mars 2023 au 6 juin 2023
    Nombre de séances : 12