UE967 - Territoires et trajectoires du religieux dans l'Europe du Sud-Est, XVIIIe-XXIe siècle


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A602
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (1re), jeudi 10:00-12:00
    du 4 novembre 2021 au 5 mai 2022
    Nombre de séances : 3


Description


Dernière modification : 4 avril 2022 11:15

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Domaine
-
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Circulations Fait religieux
Aires culturelles
Europe sud-orientale
Intervenant·e·s
  • Catherine Horel [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Il est proposé pour l'année 2021-2022  trois séances de séminaire préparatoires en vue de construire à partir de 2022-2023 un séminaire de recherche régulier.

La recherche portera sur les institutions et experts du religieux, les rapports/conflits entre églises, clergés et fidèles. La thématique des trajectoires recouvre l'ensemble des mobilités religieuses anciennes et actuelles (conversions, passages voulus ou contraints entre communautés confessionnelles). Enfin les pèlerinages comme mode de mobilité religieuse seront évoqués séparément afin de traiter des jeux d'échelles entre l'extrêmement local et le transnational/transreligieux au travers de lieux saints partagés. Ceci débouchera sur une interrogation sur les lieux de mémoire et la dimension commémorative (sainteté, martyre), et de la sainteté laïque.

Le séminaire comportera trois axes :

  • Institutions et appartenances ;
  • Mobilités religieuses spatio-temporelles ;
  • Pélerinages et lieux saints partagés.

Ils seront le cadre des trois séances préparatoires mentionnées ci-dessus : novembre 2021, février 2022, mai 2022.

14 mars 2022, de 9 h 30 à 12 h 30, salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris :  La sainteté et ses usages dans l'Europe du Sud-Est – « Les saints dans les sociétés balkaniques : la production sociale des martyr(e)s et des saint(e)s »

Séance hybride accessible sur le lien :  https://bbb.ehess.fr/b/cat-anh-dos-tlc

Ce deuxième atelier propose de s'interroger sur les rapports entre sainteté et société(s) dans le cadre de l'Europe du Sud-Est depuis l'époque ottomane jusqu'au temps présent. Nous verrons comment les saints ont incarné la nation en étudiant les divers emblèmes et lieux (de mémoire, de pèlerinage, autorisés ou non). Les sociétés, au travers de la hiérarchie religieuse mais aussi par le biais de la dévotion populaire "produisent" des saints, un processus au long cours que l’on observeencore aujourd'hui. Les contributions s'attacheront aux conditions, contextes et finalités de cette production. Dans ce contexte l'adhésion populaire est encouragée par les autorités religieuses et civiles mais le culte et sa réception posent question : comment les éléments du discours sont-ils perçus par la population quand on sait que le saint peut être à la fois un personnage du panthéon national mais aussi le saint patron de la famille ? Comment les fidèles acceptent-ils ou créent-ils eux-mêmes les nouveaux saints ?

 Inséparable du martyre, la sainteté passe par la souffrance et permet ainsi une identification, notamment dans le cas où le saint est censément mort pour la sauvegarde de la nation ou du moins ce qui est perçu comme tel. On passe ainsi des victimes des Ottomans à celles des communistes ; les martyrs ne sont pas toujours déclarés saints, mais on assiste à la création de cultes ou de lieux de recueillement/pèlerinage en leur hommage (tombes collectives, églises). Par ailleurs, des "néo-martyrs" entrent dans la litanie, surtout au XIXe-XXe siècles et font l'objet d'un usage politique au gré des pouvoirs qui les "inventent" et/ou les récupèrent.

Intervenant.e.s

  •  Rossitsa Gradeva (Institut d'études balkaniques, Académie des sciences bulgare) : La production de néo-martyrs orthodoxes en contexte ottoman, XVIIIe – XIXe siècles (en anglais)
  • Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC): Activiste, martyre et bienheureuse. Appréhender la trajectoire de Marica Stanković dans le XXe siècle yougoslave
  • Galia Valtchinova (Université de Toulouse II) : De l’émergence d’un saint « martyr du communisme » dans les Rhodopes : canoniser ou pas le Père Evstati ?

Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 4 avril 2022 11:15

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Domaine
-
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Circulations Fait religieux
Aires culturelles
Europe sud-orientale
Intervenant·e·s
  • Catherine Horel [référent·e]   directrice de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Il est proposé pour l'année 2021-2022  trois séances de séminaire préparatoires en vue de construire à partir de 2022-2023 un séminaire de recherche régulier.

La recherche portera sur les institutions et experts du religieux, les rapports/conflits entre églises, clergés et fidèles. La thématique des trajectoires recouvre l'ensemble des mobilités religieuses anciennes et actuelles (conversions, passages voulus ou contraints entre communautés confessionnelles). Enfin les pèlerinages comme mode de mobilité religieuse seront évoqués séparément afin de traiter des jeux d'échelles entre l'extrêmement local et le transnational/transreligieux au travers de lieux saints partagés. Ceci débouchera sur une interrogation sur les lieux de mémoire et la dimension commémorative (sainteté, martyre), et de la sainteté laïque.

Le séminaire comportera trois axes :

  • Institutions et appartenances ;
  • Mobilités religieuses spatio-temporelles ;
  • Pélerinages et lieux saints partagés.

Ils seront le cadre des trois séances préparatoires mentionnées ci-dessus : novembre 2021, février 2022, mai 2022.

14 mars 2022, de 9 h 30 à 12 h 30, salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris :  La sainteté et ses usages dans l'Europe du Sud-Est – « Les saints dans les sociétés balkaniques : la production sociale des martyr(e)s et des saint(e)s »

Séance hybride accessible sur le lien :  https://bbb.ehess.fr/b/cat-anh-dos-tlc

Ce deuxième atelier propose de s'interroger sur les rapports entre sainteté et société(s) dans le cadre de l'Europe du Sud-Est depuis l'époque ottomane jusqu'au temps présent. Nous verrons comment les saints ont incarné la nation en étudiant les divers emblèmes et lieux (de mémoire, de pèlerinage, autorisés ou non). Les sociétés, au travers de la hiérarchie religieuse mais aussi par le biais de la dévotion populaire "produisent" des saints, un processus au long cours que l’on observeencore aujourd'hui. Les contributions s'attacheront aux conditions, contextes et finalités de cette production. Dans ce contexte l'adhésion populaire est encouragée par les autorités religieuses et civiles mais le culte et sa réception posent question : comment les éléments du discours sont-ils perçus par la population quand on sait que le saint peut être à la fois un personnage du panthéon national mais aussi le saint patron de la famille ? Comment les fidèles acceptent-ils ou créent-ils eux-mêmes les nouveaux saints ?

 Inséparable du martyre, la sainteté passe par la souffrance et permet ainsi une identification, notamment dans le cas où le saint est censément mort pour la sauvegarde de la nation ou du moins ce qui est perçu comme tel. On passe ainsi des victimes des Ottomans à celles des communistes ; les martyrs ne sont pas toujours déclarés saints, mais on assiste à la création de cultes ou de lieux de recueillement/pèlerinage en leur hommage (tombes collectives, églises). Par ailleurs, des "néo-martyrs" entrent dans la litanie, surtout au XIXe-XXe siècles et font l'objet d'un usage politique au gré des pouvoirs qui les "inventent" et/ou les récupèrent.

Intervenant.e.s

  •  Rossitsa Gradeva (Institut d'études balkaniques, Académie des sciences bulgare) : La production de néo-martyrs orthodoxes en contexte ottoman, XVIIIe – XIXe siècles (en anglais)
  • Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC): Activiste, martyre et bienheureuse. Appréhender la trajectoire de Marica Stanković dans le XXe siècle yougoslave
  • Galia Valtchinova (Université de Toulouse II) : De l’émergence d’un saint « martyr du communisme » dans les Rhodopes : canoniser ou pas le Père Evstati ?

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A602
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (1re), jeudi 10:00-12:00
    du 4 novembre 2021 au 5 mai 2022
    Nombre de séances : 3