Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE955 - Anthropologie et histoire des activités extractives


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A427
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (2e), jeudi 12:30-14:30
    du 12 novembre 2021 au 9 juin 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 18 mai 2022 11:42

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Anthropologie Histoire Industrie Spatialisation, territoires
Aires culturelles
Amériques Asie Océanie
Intervenant·e·s
  • Nicolas Ellison [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)
  • Kyra Grieco   ATER, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Carmen Salazar-Soler   directrice de recherche, CNRS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)

Depuis une perspective pluriscalaire et pluridisciplinaire, ce séminaire se propose de réfléchir à plusieurs thématiques liées aux activités humaines d’extraction des ressources dites naturelles et, plus généralement, d’exploitation des milieux de vie. Ces activités comprennent l’extraction de minéraux, de gaz ou d’hydrocarbures logés sous terre, tout comme l’exploitation agricole intensive des sols ou la construction de grandes infrastructures (pipelines, barrages) qui produisent une modification substantielle du milieu et des modes de vie.

Toutes ces activités d’extraction permettent tout d’abord d’interroger ce qui fait ressource selon les époques : du caoutchouc au guano, et du salpêtre à l’or. De quels processus sociaux et historiques les ressources sont-elles les révélatrices ? Qu’est-ce que leurs formes d’exploitation et de commercialisation révèlent des rapports à la technique, aux institutions et au milieu ? Que nous apprennent les imaginaires tels que la conquête du désert, le mythe d’El Dorado, la “conquête” de l’Amazonie - qui les accompagnent et les légitiment ?

Qu’elles soient industrielles ou artisanales, à grande ou à petite échelle, les activités extractives participent de la construction de nouvelles territorialités, de processus d'ethnogenèse et de mobilisation sociale, de nouvelles formes d’organisation sociale tout comme du travail, et plus généralement d’une reconfiguration des rapports entre différents acteurs – sociétés locales, institutions (locales, nationales et internationales), industries extractives – et leur milieu de vie et/ou d'activité.

L’objectif de ce séminaire sera d’explorer tous ces phénomènes, à partir de cas d’étude concrets et de méthodes de recherche ethnographiques et historiques. Dans une optique comparatiste, il abordera différentes formes d’extraction des ressources dans les Amériques, ainsi que dans d’autres aires géographiques où des phénomènes analogues sont observables. Il s’agira également d'interagir, depuis différents terrains de recherche, avec certains concepts-clés qui caractérisent actuellement les débats, en sciences humaines et sociales, sur les activités extractives : extractivisme, colonisation marchande, systèmes socio-écologiques, « gouvernance » des ressources, cosmopolitique, conflits ontologiques, peuples autochtones, etc.

Vendredi 12 novembre (de 15 h à 17 h, salle RJ23, rez-de-jardin, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), INaLCO, 65 rue des Grands-Moulins 75013 Paris) : Alberto Preci, « Des Bulldozers mais pas que : histoire longue de la déforestation dans le Chaco argentin »

Jeudi 9 décembre 2021 : Manuel Mendez (Rennes 2, Universidad Católica del Norte), « Paysages extractifs dans le désert d'Atacama. Une perspective géo-historique et archéologique »

Jeudi 13 janvier 2022 : Claudia Damasceno (EHESS), « Les villes face aux catastrophes minières : le Minas Gerais (Brésil) dans la longue durée (XVIIe siècle-2019) »

Jeudi 10 février 2022 : Anna Dessertine (IRD, Prodig), « Formalisation excluante et recompositions genrées : sur l'échec des coopératives minières de charbon à Jerada au Maroc »

Jeudi 10 mars 2022 : Christine Demmer (CNRS, Centre Norbert-Elias), « La "doctrine nickel" des indépendantistes kanaks : un nationalisme économique »

Mardi 29 mars 2022 (de 10 h à 12 h) : Ainhoa Montoya (CLACS University of London), Titrre à confirmer

Jeudi 12 mai 2022 : Emanuela Canghiari, « Les vestiges, des ressources non renouvelables? Archéologie et extractivisme en Amérique latine »

La séance du 2 juin se déroulera en salle 0.019, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet

Jeudi 9 juin 2022 :

  • Bruno Hervé (ATER Université de Reims), « La production du paysage minier: infrastructures, representations, organisations et ambiances »
  • Tobias Étienne-Greenwood (Post-doctorant EHESS IIAC), « Extractivisme et sensibilités dans la formation d'hydrocarbure Vaca Muerta, Argentine »

La séance du 9 juin se déroulera en salle 0.016, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet

La séance du 16 juin se déroulera en salle 0.016, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-

Compte rendu


Depuis une perspective pluriscalaire et pluridisciplinaire, ce séminaire s’est proposé de réfléchir à plusieurs thématiques liées aux activités humaines d’extraction des ressources dites naturelles et, plus généralement, d’exploitation des milieux de vie. Ces activités comprennent l’extraction de minéraux, de gaz ou d’hydrocarbures logés sous terre, tout comme l’exploitation agricole intensive des sols ou la construction de grandes infrastructures (pipelines, barrages) qui produisent une modification substantielle du milieu et des modes de vie. De quels processus sociaux et historiques les ressources sont-elles les révélatrices ? Qu’est-ce que leurs formes d’exploitation et de commercialisation révèlent des rapports à la technique, aux institutions et au milieu ? Que nous apprennent les imaginaires tels que la conquête du désert, le mythe d’El Dorado, la « conquête » de l’Amazonie – qui les accompagnent et les légitiment ? Qu’elles soient industrielles ou artisanales, à grande ou à petite échelle, les activités extractives participent de la construction de nouvelles territorialités, de processus d'ethnogenèse et de mobilisation sociale, de nouvelles formes d’organisation sociale tout comme du travail, et plus généralement d’une reconfiguration des rapports entre différents acteurs – sociétés locales, institutions (locales, nationales et internationales), industries extractives – et leur milieu de vie et/ou d'activité.

Ayant déjà présenté et exposé les parcours scientifiques et les intérêts de recherche des organisateurs la première année du séminaire, toutes les séances de cette deuxième année ont été complètement dédiées aux exposés des intervenants extérieurs, dont les recherches reflètent  les objectifs du séminaire. 

Ainsi dans la première séance Alberto Preci (Prodig) est intervenu avec un exposé intitulé « Des Bulldozers mais pas que : histoire longue de la déforestation dans le Chaco argentin » où il a présenté la déforestation du Chaco argentin depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la période contemporaine, en articulant les effets écologiques et sociaux.

Ensuite, au cours de la séance suivante, Manuel Mendez (Rennes 2, Universidad Católica del Norte) a présenté un exposé intitulé « Paysages extractifs dans le désert d'Atacama. Une perspective géo-historique et archéologique » où il a réfléchit sur la production du paysage désertique par l’histoire extractive de la zone.

Au cours de la troisième séance nous avons pu écouter Claudia Damasceno (EHESS) avec la présentation intitulé « Les villes face aux catastrophes minières : le Minas Gerais (Brésil) dans la longue durée (XVIIe siècle-2019) » où elle a analysé la reconfiguration des structures urbaines dans l’État  de Minas Gérais, suite aux récurrentes catastrophes minières (ruptures de barrages).

Dans la quatrième séance, Anna Dessertine (IRD, Prodig) a réalisé un exposé intitulé « Formalisation excluante et recompositions genrées : sur l'échec des coopératives minières de charbon à Jerada au Maroc » où elle a présenté ses dernières recherches sur la recomposition du secteur charbonnier dans le nord marocain.

Au cours de la cinquième séance, Christine Demmer (CNRS, Centre Norbert-Elias) a présenté un exposé intitulé « La "doctrine nickel" des indépendantistes kanaks : un nationalisme économique » où elle s’est penché l’interaction entre l’extraction minière et l’indépendantisme kanak, depuis les accords de Nouméa. 

La séance du mois de mai, nous avons eu le plaisir d’écouter Emanuela Canghiari (FNRS, ISPOLE/UCLouvain) avec la communication « Les vestiges, des ressources non renouvelables ? Archéologie et extractivisme en Amérique latine », qui a proposé un intéressant parallèle entre l’extraction des ressources naturelles et celle des vestiges archéologiques dans la côte nord du Pérou.

Dans son exposé du mois de juin intitulé « La production du paysage minier : infrastructures, représentations, organisations et ambiances », Bruno Hervé (ATER Université de Reims)  a présenté ses recherches sur la production socio-matérielle d’un paysage « minier »  dans le Sud andin Péruvien.

Dernière modification : 18 mai 2022 11:42

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Géographie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
espagnol français
Mots-clés
Anthropologie Histoire Industrie Spatialisation, territoires
Aires culturelles
Amériques Asie Océanie
Intervenant·e·s
  • Nicolas Ellison [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)
  • Kyra Grieco   ATER, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Carmen Salazar-Soler   directrice de recherche, CNRS / Centre de recherches sur les mondes Américains (MONDA-CERMA)

Depuis une perspective pluriscalaire et pluridisciplinaire, ce séminaire se propose de réfléchir à plusieurs thématiques liées aux activités humaines d’extraction des ressources dites naturelles et, plus généralement, d’exploitation des milieux de vie. Ces activités comprennent l’extraction de minéraux, de gaz ou d’hydrocarbures logés sous terre, tout comme l’exploitation agricole intensive des sols ou la construction de grandes infrastructures (pipelines, barrages) qui produisent une modification substantielle du milieu et des modes de vie.

Toutes ces activités d’extraction permettent tout d’abord d’interroger ce qui fait ressource selon les époques : du caoutchouc au guano, et du salpêtre à l’or. De quels processus sociaux et historiques les ressources sont-elles les révélatrices ? Qu’est-ce que leurs formes d’exploitation et de commercialisation révèlent des rapports à la technique, aux institutions et au milieu ? Que nous apprennent les imaginaires tels que la conquête du désert, le mythe d’El Dorado, la “conquête” de l’Amazonie - qui les accompagnent et les légitiment ?

Qu’elles soient industrielles ou artisanales, à grande ou à petite échelle, les activités extractives participent de la construction de nouvelles territorialités, de processus d'ethnogenèse et de mobilisation sociale, de nouvelles formes d’organisation sociale tout comme du travail, et plus généralement d’une reconfiguration des rapports entre différents acteurs – sociétés locales, institutions (locales, nationales et internationales), industries extractives – et leur milieu de vie et/ou d'activité.

L’objectif de ce séminaire sera d’explorer tous ces phénomènes, à partir de cas d’étude concrets et de méthodes de recherche ethnographiques et historiques. Dans une optique comparatiste, il abordera différentes formes d’extraction des ressources dans les Amériques, ainsi que dans d’autres aires géographiques où des phénomènes analogues sont observables. Il s’agira également d'interagir, depuis différents terrains de recherche, avec certains concepts-clés qui caractérisent actuellement les débats, en sciences humaines et sociales, sur les activités extractives : extractivisme, colonisation marchande, systèmes socio-écologiques, « gouvernance » des ressources, cosmopolitique, conflits ontologiques, peuples autochtones, etc.

Vendredi 12 novembre (de 15 h à 17 h, salle RJ23, rez-de-jardin, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), INaLCO, 65 rue des Grands-Moulins 75013 Paris) : Alberto Preci, « Des Bulldozers mais pas que : histoire longue de la déforestation dans le Chaco argentin »

Jeudi 9 décembre 2021 : Manuel Mendez (Rennes 2, Universidad Católica del Norte), « Paysages extractifs dans le désert d'Atacama. Une perspective géo-historique et archéologique »

Jeudi 13 janvier 2022 : Claudia Damasceno (EHESS), « Les villes face aux catastrophes minières : le Minas Gerais (Brésil) dans la longue durée (XVIIe siècle-2019) »

Jeudi 10 février 2022 : Anna Dessertine (IRD, Prodig), « Formalisation excluante et recompositions genrées : sur l'échec des coopératives minières de charbon à Jerada au Maroc »

Jeudi 10 mars 2022 : Christine Demmer (CNRS, Centre Norbert-Elias), « La "doctrine nickel" des indépendantistes kanaks : un nationalisme économique »

Mardi 29 mars 2022 (de 10 h à 12 h) : Ainhoa Montoya (CLACS University of London), Titrre à confirmer

Jeudi 12 mai 2022 : Emanuela Canghiari, « Les vestiges, des ressources non renouvelables? Archéologie et extractivisme en Amérique latine »

La séance du 2 juin se déroulera en salle 0.019, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet

Jeudi 9 juin 2022 :

  • Bruno Hervé (ATER Université de Reims), « La production du paysage minier: infrastructures, representations, organisations et ambiances »
  • Tobias Étienne-Greenwood (Post-doctorant EHESS IIAC), « Extractivisme et sensibilités dans la formation d'hydrocarbure Vaca Muerta, Argentine »

La séance du 9 juin se déroulera en salle 0.016, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet

La séance du 16 juin se déroulera en salle 0.016, au bâtiment recherche Sud, Campus Condorcet

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

Sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A427
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (2e), jeudi 12:30-14:30
    du 12 novembre 2021 au 9 juin 2022
    Nombre de séances : 8

Depuis une perspective pluriscalaire et pluridisciplinaire, ce séminaire s’est proposé de réfléchir à plusieurs thématiques liées aux activités humaines d’extraction des ressources dites naturelles et, plus généralement, d’exploitation des milieux de vie. Ces activités comprennent l’extraction de minéraux, de gaz ou d’hydrocarbures logés sous terre, tout comme l’exploitation agricole intensive des sols ou la construction de grandes infrastructures (pipelines, barrages) qui produisent une modification substantielle du milieu et des modes de vie. De quels processus sociaux et historiques les ressources sont-elles les révélatrices ? Qu’est-ce que leurs formes d’exploitation et de commercialisation révèlent des rapports à la technique, aux institutions et au milieu ? Que nous apprennent les imaginaires tels que la conquête du désert, le mythe d’El Dorado, la « conquête » de l’Amazonie – qui les accompagnent et les légitiment ? Qu’elles soient industrielles ou artisanales, à grande ou à petite échelle, les activités extractives participent de la construction de nouvelles territorialités, de processus d'ethnogenèse et de mobilisation sociale, de nouvelles formes d’organisation sociale tout comme du travail, et plus généralement d’une reconfiguration des rapports entre différents acteurs – sociétés locales, institutions (locales, nationales et internationales), industries extractives – et leur milieu de vie et/ou d'activité.

Ayant déjà présenté et exposé les parcours scientifiques et les intérêts de recherche des organisateurs la première année du séminaire, toutes les séances de cette deuxième année ont été complètement dédiées aux exposés des intervenants extérieurs, dont les recherches reflètent  les objectifs du séminaire. 

Ainsi dans la première séance Alberto Preci (Prodig) est intervenu avec un exposé intitulé « Des Bulldozers mais pas que : histoire longue de la déforestation dans le Chaco argentin » où il a présenté la déforestation du Chaco argentin depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la période contemporaine, en articulant les effets écologiques et sociaux.

Ensuite, au cours de la séance suivante, Manuel Mendez (Rennes 2, Universidad Católica del Norte) a présenté un exposé intitulé « Paysages extractifs dans le désert d'Atacama. Une perspective géo-historique et archéologique » où il a réfléchit sur la production du paysage désertique par l’histoire extractive de la zone.

Au cours de la troisième séance nous avons pu écouter Claudia Damasceno (EHESS) avec la présentation intitulé « Les villes face aux catastrophes minières : le Minas Gerais (Brésil) dans la longue durée (XVIIe siècle-2019) » où elle a analysé la reconfiguration des structures urbaines dans l’État  de Minas Gérais, suite aux récurrentes catastrophes minières (ruptures de barrages).

Dans la quatrième séance, Anna Dessertine (IRD, Prodig) a réalisé un exposé intitulé « Formalisation excluante et recompositions genrées : sur l'échec des coopératives minières de charbon à Jerada au Maroc » où elle a présenté ses dernières recherches sur la recomposition du secteur charbonnier dans le nord marocain.

Au cours de la cinquième séance, Christine Demmer (CNRS, Centre Norbert-Elias) a présenté un exposé intitulé « La "doctrine nickel" des indépendantistes kanaks : un nationalisme économique » où elle s’est penché l’interaction entre l’extraction minière et l’indépendantisme kanak, depuis les accords de Nouméa. 

La séance du mois de mai, nous avons eu le plaisir d’écouter Emanuela Canghiari (FNRS, ISPOLE/UCLouvain) avec la communication « Les vestiges, des ressources non renouvelables ? Archéologie et extractivisme en Amérique latine », qui a proposé un intéressant parallèle entre l’extraction des ressources naturelles et celle des vestiges archéologiques dans la côte nord du Pérou.

Dans son exposé du mois de juin intitulé « La production du paysage minier : infrastructures, représentations, organisations et ambiances », Bruno Hervé (ATER Université de Reims)  a présenté ses recherches sur la production socio-matérielle d’un paysage « minier »  dans le Sud andin Péruvien.