Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE931 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ?


Lieu et planning


  • Collège de France
    Amphithéâtre Guillaume Budé
    11 place Marcelin-Berthelot 75005 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:00-12:00
    du 4 mars 2022 au 8 avril 2022
    Nombre de séances : 6


Description


Dernière modification : 24 septembre 2021 11:47

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
https://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/index.htm 
Langues
français
Mots-clés
Économie Éducation Famille Inégalités Sociologie Travail
Aires culturelles
Amérique du Nord Chine Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre-Michel Menger [référent·e]   directeur d'études, EHESS - professeur, Collège de France / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le séminaire sera donné sous forme d'un cours au Collège de France. Il portera sur la place du mérite dans l'allocation des positions et des rétributions, dans le monde scolaire et dans le monde professionnel. Des rappels historiques concerneront les sociétés européennes, nord-américaines et asiatiques. Un examen sera fait des analyses et des controverses qui, en sociologie, de science politique et en économie, se multiplient autour de ce qui, depuis Michael Young, est nommé « méritocratie ».

Cours au Collège de France du 4 mars 2022 au 8 avril 2022, tous les vendredis de 10 h à 12 h, et colloque tenu le 24 mai 2022 au Collège sous l'intitulé : « méritocratie » – analyses et controverses

Programme détaillé à venir.


Master


  • Séminaires de recherche – Sociologie – M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

les six cours seront suivis d'un colloque au Collège de France le 24 mai 2022, de 9 h à 18 h. Les cours et le colloque seront accessibles au public et diffusés sur le site du Collège de France à l'adresse : https://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/index.htm

contacts : Pierre-Michel Menger, directeur d'études de l'EHESS et professeur au Collège de France : pierre-michel.menger@college-de-france.fr, menger@ehess.fr et Odile Chatirichvili, ATER auprès de Pierre-Michel Menger, Collège de France : odile.chatirichvili@college-de-france.fr

Direction de travaux des étudiants

direction de doctorat : sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous auprès de Pierre-Michel Menger, 3, rue d'Ulm 75005 Paris, pierre-michel.menger@college-de-france.fr

Pré-requis

Master 1 accompli.


Compte rendu


Dans deux séance introductives, la notion de mérite a été examinée au prisme des travaux de philosophie politique et sociale. La généalogie de la notion de méritocratie a été présentée à partir de la satire de Michael Young, The Rise of Meritocracy 1870-2033 (1958). La notion avait été forgée antérieurement par deux auteurs, dont Hannah Arendt, mais c’est Michael Young qui l’a popularisée, même si sa dystopie n’a connu de réel succès que plusieurs décennies après sa parution.

Les enquêtes de l’European Social Survey ont été ensuite exploitées pour analyser l’attitude des individus à l’égard du mérite, la disjonction principale portant sur l’exigence de mérite à l’égard de soi et de ses actions et situations de travail, d’un côté, et à l’égard des équilibres et déséquilibres macro-sociaux générateurs d’inégalités de chance et de rétribution, d’autre part.

Dans la dernière partie de notre enseignement, l’analyse a porté sur l’éducation, et sur les relations entre inégalités des chances et inégalités de résultats, notamment à partir des enquêtes nationales et internationales sur les performances scolaires qui ont été menées depuis les années 1970 et dont les résultats, en France, n’ont commencé à être traités sérieusement pour ce qu’ils révélaient qu’au début des années 2000. Le cas des mathématiques a fait l’objet d’un examen approfondi, en raison de la tension croissante entre l’excellence de la recherche mathématique française, qui bénéficie d’une culture méritocratique plus avancée que dans la plupart des autres disciplines scientifiques, et la médiocrité persistante des performances scolaires des élèves dans l’enseignement primaire et secondaire.

Le séminaire s’est conclu par un colloque, Méritocratie – Analyses et Controverses,  tenu au Collège de France. Y ont pris part : Louis-André Vallet (GEMASS – CNRS et Sorbonne-Université) « Méritocratie et mobilité sociale : un aperçu de la recherche empirique en sociologie » ; Éric Maurin (EHESS, PSE) « La fabrique d’une élite : les classes préparatoires aux Grandes Écoles et leurs étoiles » ; Luc Rouban (CNRS, Sciences Po, Cevipof) « Le mérite comme clé de la confiance » ; Henry Laurens (Collège de France) « Orientalisme et méritocratie : l’analyse des sociétés islamiques, indiennes et chinoises XVIIIe-XIXe siècles » ; Luc Arrondel (CNRS, PSE) et Richard Duhautois (CNAM, LIRSA/CEET) « Les footballeurs méritent-ils leur salaire ? » ; Odile Chatirichvili (Université Grenoble Alpes – UMR Litt&Arts, Collège de France) « Les mathématiques, une discipline méritocratique ? Témoignages autobiographiques » ; Jean-Pierre Dupuy (Stanford University) « Méritocratie et théories de la justice sociale » ; Conclusion générale par Pierre-Michel Menger.

Publications
  • Avec Antoine Compagnon et Céline Surprenant, Durkheim au Collège de France. L’Année Sociologique, vol. 72, n° 1, 2022.
  • « Les innovations au défi de la firme ? Les ressorts sélectifs de la production éducative dans les grandes écoles de commerce », dans Transformation digitale & enseignement supérieur. Comment seront formés les managers de demain ?, sous la dir. d'Olivier Mamavi et Romain Zerbib, Paris, Éditions EMS, 2022, p. 47-55.
  • « Culture », dans La société qui vient, sous la dir. de Didier Fassin, Paris, Seuil, 2022, chap. 31, p. 575-594.
  • « Travailler à créer », dans L’art, la technique, sous la dir. de Silvia Monanellas et Jean-Baptiste Nanta, Paris, Éditions Atlande, 2022, p. 395-416.
  • « Un premier livre qui fut un coup de maître », Le marché de la peinture en France de Raymonde Moulin, Sociologie de l’art, 2022.

Dernière modification : 24 septembre 2021 11:47

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
https://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/index.htm 
Langues
français
Mots-clés
Économie Éducation Famille Inégalités Sociologie Travail
Aires culturelles
Amérique du Nord Chine Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre-Michel Menger [référent·e]   directeur d'études, EHESS - professeur, Collège de France / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le séminaire sera donné sous forme d'un cours au Collège de France. Il portera sur la place du mérite dans l'allocation des positions et des rétributions, dans le monde scolaire et dans le monde professionnel. Des rappels historiques concerneront les sociétés européennes, nord-américaines et asiatiques. Un examen sera fait des analyses et des controverses qui, en sociologie, de science politique et en économie, se multiplient autour de ce qui, depuis Michael Young, est nommé « méritocratie ».

Cours au Collège de France du 4 mars 2022 au 8 avril 2022, tous les vendredis de 10 h à 12 h, et colloque tenu le 24 mai 2022 au Collège sous l'intitulé : « méritocratie » – analyses et controverses

Programme détaillé à venir.

  • Séminaires de recherche – Sociologie – M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

les six cours seront suivis d'un colloque au Collège de France le 24 mai 2022, de 9 h à 18 h. Les cours et le colloque seront accessibles au public et diffusés sur le site du Collège de France à l'adresse : https://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/index.htm

contacts : Pierre-Michel Menger, directeur d'études de l'EHESS et professeur au Collège de France : pierre-michel.menger@college-de-france.fr, menger@ehess.fr et Odile Chatirichvili, ATER auprès de Pierre-Michel Menger, Collège de France : odile.chatirichvili@college-de-france.fr

Direction de travaux des étudiants

direction de doctorat : sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous auprès de Pierre-Michel Menger, 3, rue d'Ulm 75005 Paris, pierre-michel.menger@college-de-france.fr

Pré-requis

Master 1 accompli.

  • Collège de France
    Amphithéâtre Guillaume Budé
    11 place Marcelin-Berthelot 75005 Paris
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:00-12:00
    du 4 mars 2022 au 8 avril 2022
    Nombre de séances : 6

Dans deux séance introductives, la notion de mérite a été examinée au prisme des travaux de philosophie politique et sociale. La généalogie de la notion de méritocratie a été présentée à partir de la satire de Michael Young, The Rise of Meritocracy 1870-2033 (1958). La notion avait été forgée antérieurement par deux auteurs, dont Hannah Arendt, mais c’est Michael Young qui l’a popularisée, même si sa dystopie n’a connu de réel succès que plusieurs décennies après sa parution.

Les enquêtes de l’European Social Survey ont été ensuite exploitées pour analyser l’attitude des individus à l’égard du mérite, la disjonction principale portant sur l’exigence de mérite à l’égard de soi et de ses actions et situations de travail, d’un côté, et à l’égard des équilibres et déséquilibres macro-sociaux générateurs d’inégalités de chance et de rétribution, d’autre part.

Dans la dernière partie de notre enseignement, l’analyse a porté sur l’éducation, et sur les relations entre inégalités des chances et inégalités de résultats, notamment à partir des enquêtes nationales et internationales sur les performances scolaires qui ont été menées depuis les années 1970 et dont les résultats, en France, n’ont commencé à être traités sérieusement pour ce qu’ils révélaient qu’au début des années 2000. Le cas des mathématiques a fait l’objet d’un examen approfondi, en raison de la tension croissante entre l’excellence de la recherche mathématique française, qui bénéficie d’une culture méritocratique plus avancée que dans la plupart des autres disciplines scientifiques, et la médiocrité persistante des performances scolaires des élèves dans l’enseignement primaire et secondaire.

Le séminaire s’est conclu par un colloque, Méritocratie – Analyses et Controverses,  tenu au Collège de France. Y ont pris part : Louis-André Vallet (GEMASS – CNRS et Sorbonne-Université) « Méritocratie et mobilité sociale : un aperçu de la recherche empirique en sociologie » ; Éric Maurin (EHESS, PSE) « La fabrique d’une élite : les classes préparatoires aux Grandes Écoles et leurs étoiles » ; Luc Rouban (CNRS, Sciences Po, Cevipof) « Le mérite comme clé de la confiance » ; Henry Laurens (Collège de France) « Orientalisme et méritocratie : l’analyse des sociétés islamiques, indiennes et chinoises XVIIIe-XIXe siècles » ; Luc Arrondel (CNRS, PSE) et Richard Duhautois (CNAM, LIRSA/CEET) « Les footballeurs méritent-ils leur salaire ? » ; Odile Chatirichvili (Université Grenoble Alpes – UMR Litt&Arts, Collège de France) « Les mathématiques, une discipline méritocratique ? Témoignages autobiographiques » ; Jean-Pierre Dupuy (Stanford University) « Méritocratie et théories de la justice sociale » ; Conclusion générale par Pierre-Michel Menger.

Publications
  • Avec Antoine Compagnon et Céline Surprenant, Durkheim au Collège de France. L’Année Sociologique, vol. 72, n° 1, 2022.
  • « Les innovations au défi de la firme ? Les ressorts sélectifs de la production éducative dans les grandes écoles de commerce », dans Transformation digitale & enseignement supérieur. Comment seront formés les managers de demain ?, sous la dir. d'Olivier Mamavi et Romain Zerbib, Paris, Éditions EMS, 2022, p. 47-55.
  • « Culture », dans La société qui vient, sous la dir. de Didier Fassin, Paris, Seuil, 2022, chap. 31, p. 575-594.
  • « Travailler à créer », dans L’art, la technique, sous la dir. de Silvia Monanellas et Jean-Baptiste Nanta, Paris, Éditions Atlande, 2022, p. 395-416.
  • « Un premier livre qui fut un coup de maître », Le marché de la peinture en France de Raymonde Moulin, Sociologie de l’art, 2022.