UE92 - La curiosité des Lumières


Planning


Attention !
En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=92. "

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 19 novembre 2021 au 18 février 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 17 mai 2021 16:08

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire culturelle Histoire des sciences et des techniques Histoire intellectuelle Historiographie
Aires culturelles
Amériques Europe Océanie
Intervenant·e·s
  • Silvia Sebastiani [référent·e]   directrice d'études (en cours de nomination), EHESS / Groupe d'études sur les historiographies modernes (CRH-GEHM)
  • Antoine Lilti   directeur d'études, EHESS / Groupe d'études sur les historiographies modernes (CRH-GEHM)

Le séminaire poursuivra la réflexion sur une notion centrale de la culture des Lumières : la curiosité. Pour Hans Blumenberg, la valorisation de la curiosité intellectuelle est un élément essentiel qui fonde la légitimité des temps modernes et la dynamique des Lumières. Les historiens des sciences, en revanche, ont pointé les critiques de plus en plus fortes adressées à la curiosité, associée au merveilleux et au singulier, par les savants des Lumières, au nom d’un savoir systématique et utile. Enfin, avec le développement des spectacles urbains, des coffee houses, des journaux et de la publicité, une troisième forme de curiosité émerge : elle désigne l’attention publique, parfois jugée excessive, à l’égard de l’actualité.

Sur le plan du savoir, l’ambiguïté de la curiosité repose sur deux significations du terme qui coexistent tout au long du XVIIIe siècle : l’une moralement et épistémologiquement sûre, liée à la pratique de l’observation ; l’autre ambiguë car associée avec la fascination pour le prodige, l’exotisme, l’étrange, l’illicite même, ce qui pourrait menacer les systèmes de connaissance existants. Toutes deux invitent à inscrire l’analyse de la curiosité au cœur des dynamiques impériales qui en ont multiplié les objets, à travers les voyages d’exploration et la diversification des circuits commerciaux et esclavagistes à l’échelle du monde. C’est ce qui conduit un nombre croissant de recherches à interroger plus systématiquement les rapports entre curiosité et impérialismes européens, entre curiosité publique et investigation de la nature.

Dans la première partie du séminaire, nous aborderons la question de la curiosité des Lumières du point de vue historiographique, en vue de dresser une cartographie des travaux existants et d’élaborer une définition de la notion. Dans un second temps, nous nous concentrerons sur la curiosité anthropologique, ses ressorts et ses effets : frontières de l’humanité et de l’animalité, diversité des sociétés et des cultures. Nous prêterons parallèlement attention à la curiosité urbaine, celle des spectacles et des médias, qui privilégie la nouveauté et la rareté, et modifie la perception du temps et des espaces : une curiosité alors liée à la publicité  commerciale.  L’hypothèse qui guide le séminaire est que ces deux formes de curiosité, savante et publique, fondées sur la rareté et sur la nouveauté, entretiennent des relations fortes, généralement sous-estimées par l’historiographie traditionnelle, à travers lesquelles elles se configurent et s’entretiennent réciproquement.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Dernière modification : 17 mai 2021 16:08

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire culturelle Histoire des sciences et des techniques Histoire intellectuelle Historiographie
Aires culturelles
Amériques Europe Océanie
Intervenant·e·s
  • Silvia Sebastiani [référent·e]   directrice d'études (en cours de nomination), EHESS / Groupe d'études sur les historiographies modernes (CRH-GEHM)
  • Antoine Lilti   directeur d'études, EHESS / Groupe d'études sur les historiographies modernes (CRH-GEHM)

Le séminaire poursuivra la réflexion sur une notion centrale de la culture des Lumières : la curiosité. Pour Hans Blumenberg, la valorisation de la curiosité intellectuelle est un élément essentiel qui fonde la légitimité des temps modernes et la dynamique des Lumières. Les historiens des sciences, en revanche, ont pointé les critiques de plus en plus fortes adressées à la curiosité, associée au merveilleux et au singulier, par les savants des Lumières, au nom d’un savoir systématique et utile. Enfin, avec le développement des spectacles urbains, des coffee houses, des journaux et de la publicité, une troisième forme de curiosité émerge : elle désigne l’attention publique, parfois jugée excessive, à l’égard de l’actualité.

Sur le plan du savoir, l’ambiguïté de la curiosité repose sur deux significations du terme qui coexistent tout au long du XVIIIe siècle : l’une moralement et épistémologiquement sûre, liée à la pratique de l’observation ; l’autre ambiguë car associée avec la fascination pour le prodige, l’exotisme, l’étrange, l’illicite même, ce qui pourrait menacer les systèmes de connaissance existants. Toutes deux invitent à inscrire l’analyse de la curiosité au cœur des dynamiques impériales qui en ont multiplié les objets, à travers les voyages d’exploration et la diversification des circuits commerciaux et esclavagistes à l’échelle du monde. C’est ce qui conduit un nombre croissant de recherches à interroger plus systématiquement les rapports entre curiosité et impérialismes européens, entre curiosité publique et investigation de la nature.

Dans la première partie du séminaire, nous aborderons la question de la curiosité des Lumières du point de vue historiographique, en vue de dresser une cartographie des travaux existants et d’élaborer une définition de la notion. Dans un second temps, nous nous concentrerons sur la curiosité anthropologique, ses ressorts et ses effets : frontières de l’humanité et de l’animalité, diversité des sociétés et des cultures. Nous prêterons parallèlement attention à la curiosité urbaine, celle des spectacles et des médias, qui privilégie la nouveauté et la rareté, et modifie la perception du temps et des espaces : une curiosité alors liée à la publicité  commerciale.  L’hypothèse qui guide le séminaire est que ces deux formes de curiosité, savante et publique, fondées sur la rareté et sur la nouveauté, entretiennent des relations fortes, généralement sous-estimées par l’historiographie traditionnelle, à travers lesquelles elles se configurent et s’entretiennent réciproquement.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Histoire des sciences, des techniques et des savoirs – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Attention !
En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=92. "

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 19 novembre 2021 au 18 février 2022
    Nombre de séances : 12