UE910 - Frontières et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécus


Planning


Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_23
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (3e), jeudi 13:00-16:00
    du 18 novembre 2021 au 16 juin 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 23 juin 2021 16:02

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Géographie, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Affects Anthropologie Arts Circulations Citoyenneté Corps Écriture Émotions Espace Ethnographie Géographie Islam Migration(s) Politique Prisons Sociologie Spatialisation, territoires Transnational Violence Visuel
Aires culturelles
Arabe (monde) Contemporain (anthropologie du, monde) Iranien (monde) Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Transméditerranée Transnational/transfrontières Turc (domaine)
Intervenant·e·s

Ce séminaire entend interroger conjointement les frontières et les enfermements contemporains dans les sociétés arabes et les mondes musulmans. Qu’il s’agisse de la détention ou de la prison, des espaces de rétention dits frontaliers ou type camps, ou encore du confinement hospitalier, et des différents lieux de ségrégation spatiale, dans les villes par exemple, le séminaire explorera, à travers des recherches toujours empiriquement ancrées, des objets variés dans un espace géographique large du Maghreb à l’Inde du Nord incluant la diversité des sociétés arabes et des communautés musulmanes dans le monde. Cette acception large de l’espace de compétence du séminaire - sociétés arabes et mondes musulmans - permet d’aborder une région par ses marges internes et externes (boundaries et borders). On peut ainsi penser l’objet central de ce séminaire comme l’ensemble des modalités de fragmentation fine et de circulations discrètes qui font vivre à l’échelle individuelle et collective les frontières territoriales, sociales et carcérales.

Nous mettrons en lien d’une part le champ du carcéral et du pénal, largement sous-étudié dans cette région, avec celui des frontières, des migrations, de la citoyenneté et de l’ethnicité lui plus intensément documenté. On le sait, loin de démarquer, les espaces frontières comme les séparations entre dedans-dehors dans les contexte d’enfermement carcéral produisent des interactions ambigües : zones de contact et de friction, d’échanges et de séparation, de définition et d’hybridation des identités  et ce, malgré le postulat d’hétérogénéité radicale des différentes populations qui les pratiquent, les détenus et les surveillants, les malades et les soignants, les étrangers et les citoyens, les réfugiés et les travailleurs sociaux ou les « humanitaires », les membres de différentes communautés, de différents quartiers au sein d’espaces urbains et ruraux. Il sera question de réfléchir aux vécus, à la circulation de pratiques et de normes d’abord à une échelle régionale, tout en s’appuyant sur les travaux les plus récents sur ces questions à l’échelle globale.

D’autre part, plutôt que les États et les identités politiques, le séminaire se concentrera sur les pratiques quotidiennes, la matérialité des contextes et des interactions sociales. Il s’attachera essentiellement à décrire et analyser les vécus, les ressentis et les perceptions des frontières et des enfermements qui les inscrivent tout à la fois dans des rapports complexes de pouvoir, de domination, d’émancipation et de lien social ou affectif : à la manière dont ils sont incarnés, et ainsi aux corps, aux objets et aux affects. Pour ce faire, l’approche du séminaire est résolument pluridisciplinaire et travaille à l’intersection entre histoire contemporaine, sciences sociales, travaux artistiques et cinématographiques. Au-delà, il s’agit de proposer des formes narratives plus expérimentales, de penser des écritures innovantes.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
aminhm@yahoo.fr
Labels
Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

validation, mode d’évaluation : 

  • présence régulière ;
  • compte rendu d’œuvres, de films ou d’expositions en lien avec le cours (mise en regard de plusieurs matériaux), ou bien une petite recherche (une dizaine de pages) sur un sujet en lien avec le séminaire et le sujet du master.

 

Réception des candidats
-
Pré-requis

à partir du M1.

Dernière modification : 23 juin 2021 16:02

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Droit et société, Géographie, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Affects Anthropologie Arts Circulations Citoyenneté Corps Écriture Émotions Espace Ethnographie Géographie Islam Migration(s) Politique Prisons Sociologie Spatialisation, territoires Transnational Violence Visuel
Aires culturelles
Arabe (monde) Contemporain (anthropologie du, monde) Iranien (monde) Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Transméditerranée Transnational/transfrontières Turc (domaine)
Intervenant·e·s

Ce séminaire entend interroger conjointement les frontières et les enfermements contemporains dans les sociétés arabes et les mondes musulmans. Qu’il s’agisse de la détention ou de la prison, des espaces de rétention dits frontaliers ou type camps, ou encore du confinement hospitalier, et des différents lieux de ségrégation spatiale, dans les villes par exemple, le séminaire explorera, à travers des recherches toujours empiriquement ancrées, des objets variés dans un espace géographique large du Maghreb à l’Inde du Nord incluant la diversité des sociétés arabes et des communautés musulmanes dans le monde. Cette acception large de l’espace de compétence du séminaire - sociétés arabes et mondes musulmans - permet d’aborder une région par ses marges internes et externes (boundaries et borders). On peut ainsi penser l’objet central de ce séminaire comme l’ensemble des modalités de fragmentation fine et de circulations discrètes qui font vivre à l’échelle individuelle et collective les frontières territoriales, sociales et carcérales.

Nous mettrons en lien d’une part le champ du carcéral et du pénal, largement sous-étudié dans cette région, avec celui des frontières, des migrations, de la citoyenneté et de l’ethnicité lui plus intensément documenté. On le sait, loin de démarquer, les espaces frontières comme les séparations entre dedans-dehors dans les contexte d’enfermement carcéral produisent des interactions ambigües : zones de contact et de friction, d’échanges et de séparation, de définition et d’hybridation des identités  et ce, malgré le postulat d’hétérogénéité radicale des différentes populations qui les pratiquent, les détenus et les surveillants, les malades et les soignants, les étrangers et les citoyens, les réfugiés et les travailleurs sociaux ou les « humanitaires », les membres de différentes communautés, de différents quartiers au sein d’espaces urbains et ruraux. Il sera question de réfléchir aux vécus, à la circulation de pratiques et de normes d’abord à une échelle régionale, tout en s’appuyant sur les travaux les plus récents sur ces questions à l’échelle globale.

D’autre part, plutôt que les États et les identités politiques, le séminaire se concentrera sur les pratiques quotidiennes, la matérialité des contextes et des interactions sociales. Il s’attachera essentiellement à décrire et analyser les vécus, les ressentis et les perceptions des frontières et des enfermements qui les inscrivent tout à la fois dans des rapports complexes de pouvoir, de domination, d’émancipation et de lien social ou affectif : à la manière dont ils sont incarnés, et ainsi aux corps, aux objets et aux affects. Pour ce faire, l’approche du séminaire est résolument pluridisciplinaire et travaille à l’intersection entre histoire contemporaine, sciences sociales, travaux artistiques et cinématographiques. Au-delà, il s’agit de proposer des formes narratives plus expérimentales, de penser des écritures innovantes.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
aminhm@yahoo.fr
Labels
Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

validation, mode d’évaluation : 

  • présence régulière ;
  • compte rendu d’œuvres, de films ou d’expositions en lien avec le cours (mise en regard de plusieurs matériaux), ou bien une petite recherche (une dizaine de pages) sur un sujet en lien avec le séminaire et le sujet du master.

 

Réception des candidats
-
Pré-requis

à partir du M1.

Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_23
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (3e), jeudi 13:00-16:00
    du 18 novembre 2021 au 16 juin 2022
    Nombre de séances : 8