Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE827 - Introduction aux sciences sociales de la musique


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-B
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), lundi 14:30-16:30
    du 8 novembre 2021 au 13 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 17 mai 2022 16:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
https://www.ehess.fr/fr/master-musique 
Langues
anglais français
Mots-clés
Anthropologie culturelle Arts Ethnomusicologie Musique
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Denis Laborde [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre Georg-Simmel (CGS)

Ce séminaire présente quelques-unes des théories sociales de la musique. Chaque enseignant et chaque enseignante du parcours Musique expose un courant de pensée en lien avec sa propre pratique de recherche. Chaque cadre de pensée sera placé dans une perspective historique et situé dans le panorama des sciences sociales qui ont en commun d'avoir la musique pour objet. Il s'agit ici de créer un socle de connaissances qui soit commun aux étudiants en Musique de la mention ALL. Chaque séance fait l'objet d'une lecture de textes de référence liés au domaine concerné.

Le programme sera disponible lors de la première séance du séminaire.

Les séances des 9 et 23 mai se dérouleront en salle 0.016, bâtiment Recherche Sud, campus Condorcet

La séance du 13 juin se déroulera en salle 3.06, centre des colloques, campus Condorcet


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Musique (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
chiara.girlando@ehess.fr
Informations pratiques

chiara.girlando@ehess.fr ; denis.laborde@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

Par e-mail, sur rendez-vous.

Pré-requis

être inscrit en M2 Parcours Musique


Compte rendu


Cet enseignement s’est inscrit dans la suite des enseignements qui avaient structuré le parcours Musique, au temps où il existait au sein de la mention ALL. Son principe fut de permettre aux étudiants de l’EHESS de rencontrer des chercheurs confirmés afin de se construire une représentation fine des courants de pensée à l’œuvre dans les sciences sociales en étant informés directement par celles et ceux qui les incarnent aujourd’hui. Grâce à l’association Haizebegi, le séminaire a débouché sur l’organisation d’une journée d’étude dans laquelle des chercheurs confirmés ont pu échanger avec les étudiants de Master. Intitulée « Musique et sciences sociales, parcours de recherche », cette journée fut organisée le mercredi 18 mai 2022 à l’EHESS, 54 boulevard Raspail.

Après une présentation de la journée par Denis Laborde, nous avons écouté Kahina Guillard, masterante à l'EHESS en anthropologie exposer sa recherche sur le thème : « Interroger le statut du musicien dom au Kurdistan par l’analyse filmique », puis Chloé Rouge sur « Le compositeur-chef d'orchestre : les interrelations entre composition et direction dans les processus créateurs et interprétatifs d'œuvres orchestrales contemporaine ».

Nous avons ensuite reçu Nicolas Prévôt, maître de conférences en Ethnomusicologie/anthropologie, à l’Université Paris-Nanterre pour un échange sur le rôle social de l’ethnomusicologie : « L'ethnomusicologie... au service de qui : ethnographie musicale, ethnomusicologie appliquée ou impliquée, recherche-action ? ». Sur un tout autre domaine Solveig Serre, musicologue, chargée de recherche au CNRS et chargée de cours à l’École Polytechnique expliqua sous une forme réflexive son itinéraires qui la conduisit « Du baroque au rock : retour sur un parcours de recherche ». Avec Luc Robène (Université Bordeaux), elle détailla la façon dont les études se sont récemment structurées dans le paysage académique européen au point de devenir aujourd’hui un domaine de recherche pleinement reconnu qui attire de jeunes chercheurs intéressés par le fait d’interroger les sociétés humaines en interrogeant leurs musiques.

L’après-midi, Clément Canonne, philosophe, chargé de recherche au CNRS à l’UMR 9912 Sciences et Technologies de la Musique et du Son (Ircam-CNRS-SU), exposa la façon dont ses travaux le conduisent d’une approche philosophique à une approche psychologique dans les tâtonnements qui ont permis de structurer des recherches sur l’improvisation d’une façon en tout point originale qui inscrit cette démarche dans le projet d’une naturalisation des sciences sociales : « L'improvisation dans le laboratoire: retour sur dix années d'expérimentation ». Puis Talia Bachir-Loopuyt, ethnomusicologue, maîtresse de conférences, Université de Tours / ICD / Institut ARI revint à son tour sur son propre parcours de recherche porté par une dynamique binationale : « France-Allemagne : une ethnomusicologie des sociétés plurielles ». Puis le débat s’ouvrit à la question des droits culturels, grâce à la communication d’Alaia Cachenaut, anthropologue, doctorante Cifre, Centre Georg-Simmel – Institut ARI, qui a rendu compte de la façon dont elle se saisit de cette question : « Droits culturels, les figures d’une oxymore ».

Emmanuel Parent, musicologue, maître de conférences en musiques actuelles et ethnomusicologie, Université Rennes 2 expliqua ensuite le contexte crispé dans lequel un domaine d’études des musiques populaires est venu s’installer aux côtés des études des musiques traditionnelles au point de constituer aujourd’hui l’un des bastions de la recherche en sciences sociales sur les faits musicaux : « Du jazz au rap : fortunes disciplinaires des popular music studies ».

Frédéric Trottier-Pistien, anthropologue, docteur EHESS, membre associé Centre Georg-Simmel a exposé l’expérience de son parcours d’ethnologue enquêtant sur la musique techno à Détroit ;  « Ethno – musique techno –logie ? ». Enfin, Camille Hervet, masterant à l'EHESS, a conclu cette journée avec un exposé de son programme de mémoire de master sur « La drogue dans la scène punk française de 1977 à 1989 ». Cette année et la journée qui la clôturait a permis de mettre en place un fonctionnement assez innovant dans la mesure où elle organise un dialogue croisé entre des chercheurs qui sont au mitan de leur parcours professionnel et réorganisent leur programme de recherche après une HDR, et des étudiants de M2 qui construisent, depuis deux ans, leur propre domaine d’expertise.

Publications
  • « L’idéal du musicien et l’âpreté du monde », revue Gradhiva, Paris, Musée du Quai Branly, 31, 2021.
  • « Productive Misunderstanding as a Scientific Tool for Innovative Worldmaking », dans DigginʼUp Music Musikethnologie als Baustelle, sous la dir. de Michael Fuhr,Universitätsverlag Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2021, p.436-453.
  • « L’idéal du Musicien et l’âpreté du monde », revue Gradhiva, Paris, Musée du Quai Branly, 31, 2021, p. 11-23.

Dernière modification : 17 mai 2022 16:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
https://www.ehess.fr/fr/master-musique 
Langues
anglais français
Mots-clés
Anthropologie culturelle Arts Ethnomusicologie Musique
Aires culturelles
Contemporain (anthropologie du, monde) Europe
Intervenant·e·s
  • Denis Laborde [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre Georg-Simmel (CGS)

Ce séminaire présente quelques-unes des théories sociales de la musique. Chaque enseignant et chaque enseignante du parcours Musique expose un courant de pensée en lien avec sa propre pratique de recherche. Chaque cadre de pensée sera placé dans une perspective historique et situé dans le panorama des sciences sociales qui ont en commun d'avoir la musique pour objet. Il s'agit ici de créer un socle de connaissances qui soit commun aux étudiants en Musique de la mention ALL. Chaque séance fait l'objet d'une lecture de textes de référence liés au domaine concerné.

Le programme sera disponible lors de la première séance du séminaire.

Les séances des 9 et 23 mai se dérouleront en salle 0.016, bâtiment Recherche Sud, campus Condorcet

La séance du 13 juin se déroulera en salle 3.06, centre des colloques, campus Condorcet

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Musique (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
chiara.girlando@ehess.fr
Informations pratiques

chiara.girlando@ehess.fr ; denis.laborde@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous.

Réception des candidats

Par e-mail, sur rendez-vous.

Pré-requis

être inscrit en M2 Parcours Musique

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-B
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), lundi 14:30-16:30
    du 8 novembre 2021 au 13 juin 2022
    Nombre de séances : 12

Cet enseignement s’est inscrit dans la suite des enseignements qui avaient structuré le parcours Musique, au temps où il existait au sein de la mention ALL. Son principe fut de permettre aux étudiants de l’EHESS de rencontrer des chercheurs confirmés afin de se construire une représentation fine des courants de pensée à l’œuvre dans les sciences sociales en étant informés directement par celles et ceux qui les incarnent aujourd’hui. Grâce à l’association Haizebegi, le séminaire a débouché sur l’organisation d’une journée d’étude dans laquelle des chercheurs confirmés ont pu échanger avec les étudiants de Master. Intitulée « Musique et sciences sociales, parcours de recherche », cette journée fut organisée le mercredi 18 mai 2022 à l’EHESS, 54 boulevard Raspail.

Après une présentation de la journée par Denis Laborde, nous avons écouté Kahina Guillard, masterante à l'EHESS en anthropologie exposer sa recherche sur le thème : « Interroger le statut du musicien dom au Kurdistan par l’analyse filmique », puis Chloé Rouge sur « Le compositeur-chef d'orchestre : les interrelations entre composition et direction dans les processus créateurs et interprétatifs d'œuvres orchestrales contemporaine ».

Nous avons ensuite reçu Nicolas Prévôt, maître de conférences en Ethnomusicologie/anthropologie, à l’Université Paris-Nanterre pour un échange sur le rôle social de l’ethnomusicologie : « L'ethnomusicologie... au service de qui : ethnographie musicale, ethnomusicologie appliquée ou impliquée, recherche-action ? ». Sur un tout autre domaine Solveig Serre, musicologue, chargée de recherche au CNRS et chargée de cours à l’École Polytechnique expliqua sous une forme réflexive son itinéraires qui la conduisit « Du baroque au rock : retour sur un parcours de recherche ». Avec Luc Robène (Université Bordeaux), elle détailla la façon dont les études se sont récemment structurées dans le paysage académique européen au point de devenir aujourd’hui un domaine de recherche pleinement reconnu qui attire de jeunes chercheurs intéressés par le fait d’interroger les sociétés humaines en interrogeant leurs musiques.

L’après-midi, Clément Canonne, philosophe, chargé de recherche au CNRS à l’UMR 9912 Sciences et Technologies de la Musique et du Son (Ircam-CNRS-SU), exposa la façon dont ses travaux le conduisent d’une approche philosophique à une approche psychologique dans les tâtonnements qui ont permis de structurer des recherches sur l’improvisation d’une façon en tout point originale qui inscrit cette démarche dans le projet d’une naturalisation des sciences sociales : « L'improvisation dans le laboratoire: retour sur dix années d'expérimentation ». Puis Talia Bachir-Loopuyt, ethnomusicologue, maîtresse de conférences, Université de Tours / ICD / Institut ARI revint à son tour sur son propre parcours de recherche porté par une dynamique binationale : « France-Allemagne : une ethnomusicologie des sociétés plurielles ». Puis le débat s’ouvrit à la question des droits culturels, grâce à la communication d’Alaia Cachenaut, anthropologue, doctorante Cifre, Centre Georg-Simmel – Institut ARI, qui a rendu compte de la façon dont elle se saisit de cette question : « Droits culturels, les figures d’une oxymore ».

Emmanuel Parent, musicologue, maître de conférences en musiques actuelles et ethnomusicologie, Université Rennes 2 expliqua ensuite le contexte crispé dans lequel un domaine d’études des musiques populaires est venu s’installer aux côtés des études des musiques traditionnelles au point de constituer aujourd’hui l’un des bastions de la recherche en sciences sociales sur les faits musicaux : « Du jazz au rap : fortunes disciplinaires des popular music studies ».

Frédéric Trottier-Pistien, anthropologue, docteur EHESS, membre associé Centre Georg-Simmel a exposé l’expérience de son parcours d’ethnologue enquêtant sur la musique techno à Détroit ;  « Ethno – musique techno –logie ? ». Enfin, Camille Hervet, masterant à l'EHESS, a conclu cette journée avec un exposé de son programme de mémoire de master sur « La drogue dans la scène punk française de 1977 à 1989 ». Cette année et la journée qui la clôturait a permis de mettre en place un fonctionnement assez innovant dans la mesure où elle organise un dialogue croisé entre des chercheurs qui sont au mitan de leur parcours professionnel et réorganisent leur programme de recherche après une HDR, et des étudiants de M2 qui construisent, depuis deux ans, leur propre domaine d’expertise.

Publications
  • « L’idéal du musicien et l’âpreté du monde », revue Gradhiva, Paris, Musée du Quai Branly, 31, 2021.
  • « Productive Misunderstanding as a Scientific Tool for Innovative Worldmaking », dans DigginʼUp Music Musikethnologie als Baustelle, sous la dir. de Michael Fuhr,Universitätsverlag Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2021, p.436-453.
  • « L’idéal du Musicien et l’âpreté du monde », revue Gradhiva, Paris, Musée du Quai Branly, 31, 2021, p. 11-23.