Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE801 - Penser l'économie et l'écologie avec Castoriadis


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-A
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 12:30-14:30
    du 20 octobre 2021 au 2 février 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 26 janvier 2022 15:40

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Économie, Histoire, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Économie Économie politique Environnement Philosophie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Antonin Pottier [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED)
  • Sylvain Piron   directeur d'études, EHESS / Anthropologie historique du long Moyen Âge (CRH-AHLoMA)

Philosophe reconnu de la démocratie, Cornélius Castoriadis était aussi économiste, psychanalyste... et penseur de l'écologie. De bonnes raisons pour cheminer avec lui et aborder quelques problèmes contemporains.

Le séminaire s'attachera à décrire la notion d'imaginaire, centrale dans la pensée de Castoriadis. Il tentera de caractériser l'imaginaire de la société moderne comme imaginaire économique, imaginaire d'une maîtrise rationnelle (pseudo-maîtrise aurait rappelé Castoriadis) et d'une expansion illimitée.

Il s'interrogera pour savoir si la voie écologique passe ou non par une remise en question de l'imaginaire économique, et dans l'affirmative, quel imaginaire lui substituer et comment.

NB : la séance du 27 octobre se déroulera en salle 50 (RdC, bât. EHESS-Condorcet)

La séance du 24 novembre est annulée.


Master


  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences économiques et sociales - Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous uniquement

Réception des candidats

sur rendez-vous uniquement

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire s'est attaché à rendre compte de la pensée de Castoriadis sur l'économie et l'écologie, dans une double perspective : mieux comprendre le rôle symbolique (imaginaire) de l'économie et la manière dont les enjeux écologiques le contestent et poussent à sa redéfinition. En somme, il s'agissait de revenir aux fondements théoriques d'une idée devenue très commune, celle qui conditionne la transition écologique à un changement d'imaginaire, d'un imaginaire économique vers un imaginaire écologique.

Les premières séances ont été consacrées à la présentation du grand œuvre de Castoriadis, l'Institution imaginaire de la société, et à la lecture suivie de quelques passages marquants pour notre propos. Nous nous sommes particulièrement attachés à la place qu'occupe l'économie dans la conceptualisation de la société et de ses évolutions qu'opère Castoriadis. Dans sa confrontation avec Marx, Castoriadis est très clair sur ce point: l'économie n'est pas une infrastructure universelle, qui déterminerait les formes des sociétés, ni un domaine de l'expérience pratique qui serait séparable analytiquement du reste. Il s'agit bien d'une structuration propre aux sociétés capitalistes, un produit de leur imaginaire, c'est-à-dire de la capacité, présente dans chaque société, à inventer et à donner du sens. Dans un passage qui nous a fort occupé, Castoriadis fait même de l'économie une signification imaginaire sociale centrale de la société occidentale, au même titre que Dieu, ce qui renvoie aux réflexions du séminaire de l'année passée sur les liens entre économie et religion.

L'Institution imaginaire est marquée par la prise de distance avec les vélléités révolutionnaires de la jeunesse de Castoriadis, tout en conservant une orientation essentielle : Castoriadis porte une grande attention aux critiques des sociétés capitalistes et cherche à expliquer la possibilité d'un changement, voire d'un bouleversement des structures sociales, c'est-à-dire de l'imaginaire qui porte une société. Dans ce contexte, il a assez tôt repéré les enjeux écologiques. Absents de IIS, ils se trouvent pourtant dans des textes épars, rassemblés récemment dans le volume VIII de ses Écrits politiques. Castoriadis a pleinement conscience de l'importance des problèmes d'environnement et de leur caractère déterminant pour la survie à terme des sociétés. Sa discussion avec Daniel Cohen-Bendit devant les étudiants de Louvain-la-Neuve en 1980 le montre bien. Néanmoins, il nous a semblé que la question écologique est pour lui l'occasion de réitérer des raisonnements élaborés antérieurement à son apparition. Ayant posé l'horizon d'une société démocratique et autonome, il estime en définitive que celle-ci est la forme adéquate de société à même de prendre en compte les questions d'environnement.

Dernière modification : 26 janvier 2022 15:40

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Économie, Histoire, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Économie Économie politique Environnement Philosophie politique
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Antonin Pottier [référent·e]   maître de conférences, EHESS / Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED)
  • Sylvain Piron   directeur d'études, EHESS / Anthropologie historique du long Moyen Âge (CRH-AHLoMA)

Philosophe reconnu de la démocratie, Cornélius Castoriadis était aussi économiste, psychanalyste... et penseur de l'écologie. De bonnes raisons pour cheminer avec lui et aborder quelques problèmes contemporains.

Le séminaire s'attachera à décrire la notion d'imaginaire, centrale dans la pensée de Castoriadis. Il tentera de caractériser l'imaginaire de la société moderne comme imaginaire économique, imaginaire d'une maîtrise rationnelle (pseudo-maîtrise aurait rappelé Castoriadis) et d'une expansion illimitée.

Il s'interrogera pour savoir si la voie écologique passe ou non par une remise en question de l'imaginaire économique, et dans l'affirmative, quel imaginaire lui substituer et comment.

NB : la séance du 27 octobre se déroulera en salle 50 (RdC, bât. EHESS-Condorcet)

La séance du 24 novembre est annulée.

  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences économiques et sociales - Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous uniquement

Réception des candidats

sur rendez-vous uniquement

Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 25-A
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, mercredi 12:30-14:30
    du 20 octobre 2021 au 2 février 2022
    Nombre de séances : 12

Le séminaire s'est attaché à rendre compte de la pensée de Castoriadis sur l'économie et l'écologie, dans une double perspective : mieux comprendre le rôle symbolique (imaginaire) de l'économie et la manière dont les enjeux écologiques le contestent et poussent à sa redéfinition. En somme, il s'agissait de revenir aux fondements théoriques d'une idée devenue très commune, celle qui conditionne la transition écologique à un changement d'imaginaire, d'un imaginaire économique vers un imaginaire écologique.

Les premières séances ont été consacrées à la présentation du grand œuvre de Castoriadis, l'Institution imaginaire de la société, et à la lecture suivie de quelques passages marquants pour notre propos. Nous nous sommes particulièrement attachés à la place qu'occupe l'économie dans la conceptualisation de la société et de ses évolutions qu'opère Castoriadis. Dans sa confrontation avec Marx, Castoriadis est très clair sur ce point: l'économie n'est pas une infrastructure universelle, qui déterminerait les formes des sociétés, ni un domaine de l'expérience pratique qui serait séparable analytiquement du reste. Il s'agit bien d'une structuration propre aux sociétés capitalistes, un produit de leur imaginaire, c'est-à-dire de la capacité, présente dans chaque société, à inventer et à donner du sens. Dans un passage qui nous a fort occupé, Castoriadis fait même de l'économie une signification imaginaire sociale centrale de la société occidentale, au même titre que Dieu, ce qui renvoie aux réflexions du séminaire de l'année passée sur les liens entre économie et religion.

L'Institution imaginaire est marquée par la prise de distance avec les vélléités révolutionnaires de la jeunesse de Castoriadis, tout en conservant une orientation essentielle : Castoriadis porte une grande attention aux critiques des sociétés capitalistes et cherche à expliquer la possibilité d'un changement, voire d'un bouleversement des structures sociales, c'est-à-dire de l'imaginaire qui porte une société. Dans ce contexte, il a assez tôt repéré les enjeux écologiques. Absents de IIS, ils se trouvent pourtant dans des textes épars, rassemblés récemment dans le volume VIII de ses Écrits politiques. Castoriadis a pleinement conscience de l'importance des problèmes d'environnement et de leur caractère déterminant pour la survie à terme des sociétés. Sa discussion avec Daniel Cohen-Bendit devant les étudiants de Louvain-la-Neuve en 1980 le montre bien. Néanmoins, il nous a semblé que la question écologique est pour lui l'occasion de réitérer des raisonnements élaborés antérieurement à son apparition. Ayant posé l'horizon d'une société démocratique et autonome, il estime en définitive que celle-ci est la forme adéquate de société à même de prendre en compte les questions d'environnement.