Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE757 - Le socialisme : perspectives historiques et philosophiques


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, mercredi 14:30-16:30
    du 13 octobre 2021 au 18 mai 2022
    Nombre de séances : 27


Description


Dernière modification : 8 septembre 2022 16:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Classes sociales Démocratie République
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Christophe Prochasson [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Frédéric Brahami   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

À la fin du XXe siècle, le socialisme dit « réel » s’est effondré, et avec lui les diverses théories socialistes qui avaient si largement imprégné le XIXe siècle et mobilisé de fortes politiques plus tard. Pour comprendre les raisons de cette quasi-disparition d’un mouvement qui porta longtemps la promesse moderne, il est impératif d’en ressaisir les formes historiques. Le séminaire propose ainsi une enquête sur les auteurs et les doctrines, dans le sillage d’une histoire intellectuelle (distincte de l’histoire des idées), mais aussi sur les « militants », « adhérents » et professionnels de la politique dans le cadre d’une histoire socio-culturelle des pratiques politiques, indispensables à l’historicisation des formes idéologiques. Tout en privilégiant le versant du « socialisme français », nous inscrirons ce dernier dans un horizon international, à l’image d’une pensée politique qui a vocation à dépasser les frontières. Faisant dialoguer l’histoire, les études politiques et la philosophie, ce séminaire pratique résolument l'interdisciplinarité.

Les séances des 11 et 18 mai se dérouleront en salle 0.015, bât. recherche Sud, campus Condorcet

Bibliographie indicative :

  • Bazard et Enfantin, Doctrine de Saint-Simon, Paris, Marcel Rivière, 1924.
  • Leroux Pierre, Trois discours et autres textes, Paris, Payot, 1994.
  • Leroux Jules, entrée « Travail » dans l’Encyclopédie Nouvelle.
  • Saint-Simon, De la réorganisation de la société européenne, L’organisateur, Le nouveau christianisme dans les Œuvres complètes, 4 volumes, Paris, puf, 2012.
  • Abensour Miguel, Utopiques 1 - Le procès des maîtres rêveurs ; Utopiques 2 - L’homme est un animal utopique, Paris, Sens&Tonka, 2013.
  • Ansart Pierre, Saint-Simon (puf 1969), Sociologie de Saint-Simon (puf 1970), Socialisme et anarchie, Saint-Simon, Proudhon Marx (puf 1969).
  • Halévy Élie, Histoire du socialisme européen, éd. Marie Scot, Paris, Les Belles Lettres, 2016.
  • Musso Pierre, Saint-Simon et le saint-simonisme, Paris, puf, 1999.
  • Prochasson Christophe, Saint-Simon ou l’anti-Marx, Paris, Perrin, 2004.
  • Rey Lucie, Les enjeux de l’histoire de la philosophie en France au xixe siècle. Pierre Leroux contre Victor Cousin, Paris, L’Harmattan 2013.
  • Rignol Loïc, Les hiéroglyphes de la nature. Le socialisme en France dans le premier xixe siècle, Dijon, Presses du réel, 2014.

Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Compte rendu


Combinant philosophie et histoire, le séminaire se donne pour objectif de définir les contours de « l’idée socialiste » aux XIXe et XXe siècles, telle qu’on peut la ressaisir à partir des mouvements et des pratiques politiques qui se sont dits eux-mêmes socialistes, mais aussi à partir des textes plus doctrinaux du corpus socialiste. Le séminaire s’est concentré cette année sur le XIXe siècle.

Les séances entrecroisées ont permis à chacune des deux disciplines de répondre aux réquisits méthodologiques qui leur sont propres tout en faisant dialoguer histoire et philosophie dans les moments de discussion et d’échange entre Frédéric Brahami et Christophe Prochasson ainsi qu’avec les étudiantes et les étudiants. L’interdisciplinarité ne saurait en effet être un mélange de disciplines diverses ; elle suppose au contraire un ancrage fort dans les disciplines, à partir duquel seulement un véritable enrichissement des unes par les autres devient possible. Les étudiants d’histoire et d’études politiques ont ainsi pu se familiariser avec la manière dont on lit les textes en philosophie, dont on élabore en concept une notion (en l’occurrence celle de socialisme), et réciproquement les étudiants de philosophie ont pris la mesure de l’importance du contexte historique, des enjeux politiques et des ancrages sociaux imprégnant des doctrines qui ne s’écrivent pas dans le ciel des Idées.

Christophe Prochasson a proposé un regard panoramique sur le socialisme français du XIXe siècle et du début du siècle suivant à partir de « cas » biographiques saisis dans leur contexte. Ces séances ont permis de présenter des questions générales auxquelles l’histoire et l’historiographie du socialisme se trouvent confrontées. Auteurs, théoriciens ou acteurs politiques sont scrutés dans leur temps comme du point de vue de la mémoire qu’ils ont laissée au sein du mouvement socialiste international. Frédéric Brahami s’est attaché aux doctrines, en suivant le fil conducteur du mot socialisme, qui « prend » dans la société à partir de l’article de Pierre Leroux, « Socialisme et individualisme » (1833). Au travers des textes fondateurs, il a cherché quelles étaient les déterminations théoriques propres au socialisme naissant.

Après une première séance historiographique présentant les attendus de « l’histoire intellectuelle » telle que le séminaire la met en œuvre, nous nous sommes attardés sur la figure de Saint-Simon. Tout à la fois père du socialisme et de la sociologie, l’auteur de la Parabole s’adresse à son temps pour une remise en ordre sociale, commandée par la raison et la justice. Son destin posthume, aux héritages complexes sinon contradictoires, alimenta plusieurs versions du socialisme, autoritaire ou libérales. Le poids du saint-simonisme dans l’histoire ultérieure du socialisme a conduit Frédéric Brahami à s’attarder sur le grand texte de « l’école », L’exposition de la doctrine de Saint-Simon (1829-1830), dont le rôle dans l’histoire du progressisme français et européen ne saurait être ignoré, afin d’en éclairer le cadre problématique, d’en dégager les soubassements théoriques et d’en mettre au jour les présupposés philosophiques. Parallèlement, Christophe Prochasson a suivi l’histoire de l’idée socialiste par la présentation de certaines de ses grandes figures (Proudhon, Guesde, Jaurès, Albert Thomas notamment) où s’expriment au plus clair certaines des questions (socialisme et féminisme, socialisme et marxisme, réformisme et révolution par exemple) qui traversent toute l’histoire du socialisme.

Une séance a été consacrée à la présentation par Francesco Callegaro (maître de conférences à l’Université San Martin, Buenos Aires) de la pensée sociale de Hermann Heller ; une autre à la présentation par Gilles Candar de son ouvrage récent Pourquoi la gauche ?

Publications

Christophe Prochasson

  • « Morale », dans Histoire globale des socialismes, XIXe-XXIe siècle, sous la dir. de Jean-Numa Ducange, Razmig Keucheyan et Stéphanie Roza, Paris, PUF, 2021, p. 359-372.
  • « Intellectuels », dans Histoire globale des socialismes, XIXe-XXIe siècle, op. cit., Paris, PUF, 2021, p. 274-285.
  • Avec Laurent Heyberger, « Pourquoi le CERES ? Une socialisation politique (1977-1985) » dans Jean-Pierre Chevènement. Le dernier des jacobins, sous la dir. de Régis Boulat et Renaud Meltz, Paris, Nouveau Monde éditions, 2021, p. 158-168.
  • « Définitions et indéfinitions de l’art social » dans La Belle Époque de l’Art nouveau. Au temps de Bonnard et de Mucha, Collection du Musée d’art de Pully, 2, 2022, p. 38-43.
  • « La fabrica de obras. Perspectivas para la historia intelectual », Politicas de la memoria, 21, 2021, p. 8-19 (Argentine).

Dernière modification : 8 septembre 2022 16:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Classes sociales Démocratie République
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Christophe Prochasson [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)
  • Frédéric Brahami   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

À la fin du XXe siècle, le socialisme dit « réel » s’est effondré, et avec lui les diverses théories socialistes qui avaient si largement imprégné le XIXe siècle et mobilisé de fortes politiques plus tard. Pour comprendre les raisons de cette quasi-disparition d’un mouvement qui porta longtemps la promesse moderne, il est impératif d’en ressaisir les formes historiques. Le séminaire propose ainsi une enquête sur les auteurs et les doctrines, dans le sillage d’une histoire intellectuelle (distincte de l’histoire des idées), mais aussi sur les « militants », « adhérents » et professionnels de la politique dans le cadre d’une histoire socio-culturelle des pratiques politiques, indispensables à l’historicisation des formes idéologiques. Tout en privilégiant le versant du « socialisme français », nous inscrirons ce dernier dans un horizon international, à l’image d’une pensée politique qui a vocation à dépasser les frontières. Faisant dialoguer l’histoire, les études politiques et la philosophie, ce séminaire pratique résolument l'interdisciplinarité.

Les séances des 11 et 18 mai se dérouleront en salle 0.015, bât. recherche Sud, campus Condorcet

Bibliographie indicative :

  • Bazard et Enfantin, Doctrine de Saint-Simon, Paris, Marcel Rivière, 1924.
  • Leroux Pierre, Trois discours et autres textes, Paris, Payot, 1994.
  • Leroux Jules, entrée « Travail » dans l’Encyclopédie Nouvelle.
  • Saint-Simon, De la réorganisation de la société européenne, L’organisateur, Le nouveau christianisme dans les Œuvres complètes, 4 volumes, Paris, puf, 2012.
  • Abensour Miguel, Utopiques 1 - Le procès des maîtres rêveurs ; Utopiques 2 - L’homme est un animal utopique, Paris, Sens&Tonka, 2013.
  • Ansart Pierre, Saint-Simon (puf 1969), Sociologie de Saint-Simon (puf 1970), Socialisme et anarchie, Saint-Simon, Proudhon Marx (puf 1969).
  • Halévy Élie, Histoire du socialisme européen, éd. Marie Scot, Paris, Les Belles Lettres, 2016.
  • Musso Pierre, Saint-Simon et le saint-simonisme, Paris, puf, 1999.
  • Prochasson Christophe, Saint-Simon ou l’anti-Marx, Paris, Perrin, 2004.
  • Rey Lucie, Les enjeux de l’histoire de la philosophie en France au xixe siècle. Pierre Leroux contre Victor Cousin, Paris, L’Harmattan 2013.
  • Rignol Loïc, Les hiéroglyphes de la nature. Le socialisme en France dans le premier xixe siècle, Dijon, Presses du réel, 2014.
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, essai sur un thème lié au séminaire
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, mercredi 14:30-16:30
    du 13 octobre 2021 au 18 mai 2022
    Nombre de séances : 27

Combinant philosophie et histoire, le séminaire se donne pour objectif de définir les contours de « l’idée socialiste » aux XIXe et XXe siècles, telle qu’on peut la ressaisir à partir des mouvements et des pratiques politiques qui se sont dits eux-mêmes socialistes, mais aussi à partir des textes plus doctrinaux du corpus socialiste. Le séminaire s’est concentré cette année sur le XIXe siècle.

Les séances entrecroisées ont permis à chacune des deux disciplines de répondre aux réquisits méthodologiques qui leur sont propres tout en faisant dialoguer histoire et philosophie dans les moments de discussion et d’échange entre Frédéric Brahami et Christophe Prochasson ainsi qu’avec les étudiantes et les étudiants. L’interdisciplinarité ne saurait en effet être un mélange de disciplines diverses ; elle suppose au contraire un ancrage fort dans les disciplines, à partir duquel seulement un véritable enrichissement des unes par les autres devient possible. Les étudiants d’histoire et d’études politiques ont ainsi pu se familiariser avec la manière dont on lit les textes en philosophie, dont on élabore en concept une notion (en l’occurrence celle de socialisme), et réciproquement les étudiants de philosophie ont pris la mesure de l’importance du contexte historique, des enjeux politiques et des ancrages sociaux imprégnant des doctrines qui ne s’écrivent pas dans le ciel des Idées.

Christophe Prochasson a proposé un regard panoramique sur le socialisme français du XIXe siècle et du début du siècle suivant à partir de « cas » biographiques saisis dans leur contexte. Ces séances ont permis de présenter des questions générales auxquelles l’histoire et l’historiographie du socialisme se trouvent confrontées. Auteurs, théoriciens ou acteurs politiques sont scrutés dans leur temps comme du point de vue de la mémoire qu’ils ont laissée au sein du mouvement socialiste international. Frédéric Brahami s’est attaché aux doctrines, en suivant le fil conducteur du mot socialisme, qui « prend » dans la société à partir de l’article de Pierre Leroux, « Socialisme et individualisme » (1833). Au travers des textes fondateurs, il a cherché quelles étaient les déterminations théoriques propres au socialisme naissant.

Après une première séance historiographique présentant les attendus de « l’histoire intellectuelle » telle que le séminaire la met en œuvre, nous nous sommes attardés sur la figure de Saint-Simon. Tout à la fois père du socialisme et de la sociologie, l’auteur de la Parabole s’adresse à son temps pour une remise en ordre sociale, commandée par la raison et la justice. Son destin posthume, aux héritages complexes sinon contradictoires, alimenta plusieurs versions du socialisme, autoritaire ou libérales. Le poids du saint-simonisme dans l’histoire ultérieure du socialisme a conduit Frédéric Brahami à s’attarder sur le grand texte de « l’école », L’exposition de la doctrine de Saint-Simon (1829-1830), dont le rôle dans l’histoire du progressisme français et européen ne saurait être ignoré, afin d’en éclairer le cadre problématique, d’en dégager les soubassements théoriques et d’en mettre au jour les présupposés philosophiques. Parallèlement, Christophe Prochasson a suivi l’histoire de l’idée socialiste par la présentation de certaines de ses grandes figures (Proudhon, Guesde, Jaurès, Albert Thomas notamment) où s’expriment au plus clair certaines des questions (socialisme et féminisme, socialisme et marxisme, réformisme et révolution par exemple) qui traversent toute l’histoire du socialisme.

Une séance a été consacrée à la présentation par Francesco Callegaro (maître de conférences à l’Université San Martin, Buenos Aires) de la pensée sociale de Hermann Heller ; une autre à la présentation par Gilles Candar de son ouvrage récent Pourquoi la gauche ?

Publications

Christophe Prochasson

  • « Morale », dans Histoire globale des socialismes, XIXe-XXIe siècle, sous la dir. de Jean-Numa Ducange, Razmig Keucheyan et Stéphanie Roza, Paris, PUF, 2021, p. 359-372.
  • « Intellectuels », dans Histoire globale des socialismes, XIXe-XXIe siècle, op. cit., Paris, PUF, 2021, p. 274-285.
  • Avec Laurent Heyberger, « Pourquoi le CERES ? Une socialisation politique (1977-1985) » dans Jean-Pierre Chevènement. Le dernier des jacobins, sous la dir. de Régis Boulat et Renaud Meltz, Paris, Nouveau Monde éditions, 2021, p. 158-168.
  • « Définitions et indéfinitions de l’art social » dans La Belle Époque de l’Art nouveau. Au temps de Bonnard et de Mucha, Collection du Musée d’art de Pully, 2, 2022, p. 38-43.
  • « La fabrica de obras. Perspectivas para la historia intelectual », Politicas de la memoria, 21, 2021, p. 8-19 (Argentine).