UE747 - Théories de la Constitution


Planning


Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / bimensuel (2e/4e), mardi 18:30-20:30
    du 12 octobre 2021 au 8 février 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 16 mai 2021 16:01

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Droit et société, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Argumentation Comparatisme Droit, normes et société État et politiques publiques Philosophie
Aires culturelles
Amériques Europe Japon
Intervenant·e·s
  • Otto Pfersmann [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

La constitution est considérée comme l’ensemble suprême de normes dans un ordre juridique donné. Ni le concept précis d’un tel ensemble, ni sa structure, ni sa substance ne font pourtant guère consensus, en dépit d’une importance toujours croissante en raison d’une application juridictionnelle concrète dans la plupart des démocraties contemporaines. A cela s’ajoute sa place de moins en moins assurée dans un contexte international contribuant à la priver de sa fonction suprême sans pourtant lui assurer un nouveau lieu clairement identifiable.

Ces évolutions ont fait naître des théories et débats qu’il s’agira de restituer et de critiquer tout en montrant que la conception traditionnelle ne peut être maintenue sans reconfiguration profonde.

La théorie de la constitution est devenue une véritable discipline croisant théorie du droit, droit constitutionnel, philosophie politique, philosophie du langage et sciences politiques. Son objet exact, ses objectifs et ses méthodes ne sont pas toujours évidents, mais témoignent de l'intérêt accru pour les études constitutionnelles largement, mais non exclusivement induites par le nombre toujours croissant de données jurisprudentielles qui se superposent sur le texte constitutionnel proprement dit et qui alimentent à leur tour des  réflexions de nature diverse. À cela s'ajoute des interrogations nées des doutes suscités par l'exposition des constitutions à des mouvements juridiques et politiques d'intégration régionale comme l'Union Européenne ou la CEDH, mais assi le débat sur l'utilisation de données étrangères aux États-Unis, au Canada ou au Japon.

Il s'agira d'abord d'identifier ce nouveau corpus de théories, d'en anaylser le statut et les thèses, de se demander quelles sont les fondements méthodologiques de ces réflexions, quels objectifs de connaissance elles véhiculent et quelles finalités pragmatiques elles entendent  servir.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 4 ECTS
    MCC – autre

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Mini-mémoire ou mémoire de recherche

Réception des candidats

Sur rendez-vous au après les enseignements

Pré-requis
-

Dernière modification : 16 mai 2021 16:01

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Droit et société, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Argumentation Comparatisme Droit, normes et société État et politiques publiques Philosophie
Aires culturelles
Amériques Europe Japon
Intervenant·e·s
  • Otto Pfersmann [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

La constitution est considérée comme l’ensemble suprême de normes dans un ordre juridique donné. Ni le concept précis d’un tel ensemble, ni sa structure, ni sa substance ne font pourtant guère consensus, en dépit d’une importance toujours croissante en raison d’une application juridictionnelle concrète dans la plupart des démocraties contemporaines. A cela s’ajoute sa place de moins en moins assurée dans un contexte international contribuant à la priver de sa fonction suprême sans pourtant lui assurer un nouveau lieu clairement identifiable.

Ces évolutions ont fait naître des théories et débats qu’il s’agira de restituer et de critiquer tout en montrant que la conception traditionnelle ne peut être maintenue sans reconfiguration profonde.

La théorie de la constitution est devenue une véritable discipline croisant théorie du droit, droit constitutionnel, philosophie politique, philosophie du langage et sciences politiques. Son objet exact, ses objectifs et ses méthodes ne sont pas toujours évidents, mais témoignent de l'intérêt accru pour les études constitutionnelles largement, mais non exclusivement induites par le nombre toujours croissant de données jurisprudentielles qui se superposent sur le texte constitutionnel proprement dit et qui alimentent à leur tour des  réflexions de nature diverse. À cela s'ajoute des interrogations nées des doutes suscités par l'exposition des constitutions à des mouvements juridiques et politiques d'intégration régionale comme l'Union Européenne ou la CEDH, mais assi le débat sur l'utilisation de données étrangères aux États-Unis, au Canada ou au Japon.

Il s'agira d'abord d'identifier ce nouveau corpus de théories, d'en anaylser le statut et les thèses, de se demander quelles sont les fondements méthodologiques de ces réflexions, quels objectifs de connaissance elles véhiculent et quelles finalités pragmatiques elles entendent  servir.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M2/S3
    Suivi et validation – semestriel bi-mensuelle = 4 ECTS
    MCC – autre
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Mini-mémoire ou mémoire de recherche

Réception des candidats

Sur rendez-vous au après les enseignements

Pré-requis
-

Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / bimensuel (2e/4e), mardi 18:30-20:30
    du 12 octobre 2021 au 8 février 2022
    Nombre de séances : 8