Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE746 - Polythéismes et cosmologies : approches comparées des rapports à l’invisible


Lieu et planning


  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), jeudi 16:00-18:00
    du 4 novembre 2021 au 2 juin 2022
    Nombre de séances : 15


Description


Dernière modification : 19 mai 2021 09:24

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Analyse de discours Anthropologie Anthropologie et linguistique Anthropologie historique Antiquité (sciences de l’) Comparatisme Corps Cosmologie Culture matérielle Culture visuelle Ethnographie Fait religieux Objets Religieux (sciences sociales du) Rituel Théâtre
Aires culturelles
Afrique Amérique du Nord Contemporain (anthropologie du, monde) Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cléo Carastro [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

Y aurait-il des spécificités dans la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste ? Et si oui, lesquelles ?

Ce séminaire reposera sur une enquête comparatiste à propos de quelques cosmologies des temps passés et présents (Grèce ancienne, sociétés voltaïques, européennes et nord-américaines) autour de questions d’anthropologie religieuse, en convoquant le problème de la figuration des êtres et des puissances invisibles. Parmi les phénomènes touchant à la présentification de l’invisible, une attention particulière sera accordée aux relations aux morts et à la manière dont humains et non-humains entrelacent leurs agentivités, ainsi qu’à l’expérience théâtrale comme lieu pour penser le rapport entre rites et jeu.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Le jeudi, sur rendez-vous

Réception des candidats

Le jeudi, sur rendez-vous

Pré-requis
-

Compte rendu


À la suite des réflexions menées les années précédentes sur les spécificités des régimes polythéistes quant à la manière d’informer les pratiques sociales et de régler les rapports entre les êtres, visibles et invisibles, on a choisi cette année de reprendre à nouveaux frais le terme de cosmologie, en discutant notamment la proposition de V. Descombes de se focaliser sur la fonction pratique et sur la dimension morale plutôt que sur les représentations mentales pour comprendre la cosmologie, définie comme le fondement de la rhétorique d’un groupe. On a donc pu se départir de ce que W. Keane, dans son commentaire à l’ouvrage Being, Humanity and understanding de G. Lloyd  de 2012 (HAU, 3.1, 2013) a qualifié de weak ontology, au sens de la représentation (via la double médiation de la perception et du langage) du monde - comme réalité perçue par plusieurs points de vue culturels, par opposition à une ontologie forte, tel le perspectivisme cosmologique d’E. Viveiros de Castro. Cette distinction semble négliger à la fois la place des récits et la nécessité de penser les événements. Ou, pour le dire autrement, la construction textuelle des événements. En choisissant d’aborder le cas grec, on a commencé par redéfinir la cosmologie à partir du kosmos et du kosmeîn  qui ne renvoient pas seulement à la notion d'ordre et d'univers, mais comportent également une dimension esthétique. Contrairement à une tradition herméneutique admise, cette dimension esthétique ne fonctionne pas comme un supplément d’âme, mais est au contraire constitutive d'une manière d'être au monde et en relation avec le monde. La présentation de la complexité des rapports entre le kosmos et  des notions comme celle d’agalma a conduit à introduire la réflexion sur la manière dont des artefacts peuvent constituer une véritable irruption dans le continuum temporel de l’expérience et du récit, en générant un rapport spécifique à l’invisible.

Le séminaire a ainsi développé une réflexion à partir de la publication posthume de Sahlins (« Cosmic economics », Annals of the Fondazione Luigi Einaudi, Volume LV, June 2021, p. 255-278), en dialogue avec la lecture et la critique qu’en propose M. Lambek (L’homme, 242, avril-juin 2022), afin de remettre sur le métier le modèle historiographique d’une laïcisation de la pensée et des pratiques sociales et politiques en Grèce ancienne, au cours du Ve siècle avant notre ère, et de remettre l’accent sur les imbrications entre rite et esthétique. Pour ce faire, par une lecture de passages de l’Hécube d’Euripide, on a analysé la manière dont le théâtre, mais aussi l’écriture de la guerre par Thucydide, créent les conditions pour des mises en rapport critique du visible avec l’invisible.

Au cours de l’année, le séminaire a bénéficié à la fois d’exposés des étudiant·es sur des ouvrages au programme, en relation avec leurs travaux, et des interventions de collègues : Chryssanthi Avlami (Université d’Athènes, professeure invitée à l’EHESS) a présenté une conférence intitulée : « Le commerce comme instance de différenciation des Anciens et des Modernes, ou la faute à Aristote » ; Pierre Judet de La Combe (EHESS) a animé un séminaire ayant pour titre « Autour des Sept contre Thèbes d’Eschyle. Rite tragique et politique » ; avec Manuela Giordano (Université de Sienne) il a également été question du théâtre d’Eschyle et de sa réception contemporaine, avec l’exposé « (Dé)coloniser les Perses d'Eschyle : entre orientalisme et études post-coloniales » ; elle a également présenté une conférence sur le thème « Textualiser à Athènes: les hermès d'Eion entre histoire et neurosciences ». Enfin, Michael Puett (Harvard University) a prononcé une conférence ayant pour titre : « Cartographies of Movements: Rituals, Bodies, and Cosmologies in Early China and Elsewhere ». Qu’elles et ils en soient chaleureusement rémercié·es.

Animation et participations à des manifestations scientifiques :

En rapport avec le séminaire, une première réunion du groupe comparatiste a été organisée en vue de la constitution d’un atelier international sur les polythéismes et les cosmologies, auquel ont participé Déborah Bucchi, Manuela Giordano, Brooke Holmes, Michael Puett, Adrien Zirah, à Paris 21 mai 2022.

« Sciences sociales en danger? Pratiques et savoirs de l’émancipation », Colloque international de l’EHESS co-organisé avec Hamit Bozarslan, Françoise Daucé, Bruno Karsenti, Anne Lafont, Jean-Frédéric Schaub et Isabelle Thirau, Paris, Campus Condorcet, 23 et 24 juin 2022.

« Classics and the comparative gesture : new perspectives on anthropological displacements » Table ronde Neoclassics or New classics ? challenges, Debtates, Perspectives dans le cadre du Programme Experimental Critical Theory « Comparative thinking », UCLA, 31 mai 2022 (en visioconférence).

« Out of the shelves? Icons and cosmologies in queer classics », table ronde internationale Did they know ? A conversation about queer, ancient and modern , GIKS lectures, Université de Gand, 18 mai 2022 (en visioconférence).

« Tyche, en chair et en os », Colloque ERC Locus Ludi / CIERGA XVI Des dieux, des jeux - et du hasard ? Université de Fribourg, 6-7 septembre 2021 (en visioconférence).

Publications
  • Jean-Louis Durand, Sacrifier en Grèce et ailleurs – De l’anthropologue et du terrain. Textes réunis par Cléo Carastro et Dominique Jaillard, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 2022.

Dernière modification : 19 mai 2021 09:24

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Analyse de discours Anthropologie Anthropologie et linguistique Anthropologie historique Antiquité (sciences de l’) Comparatisme Corps Cosmologie Culture matérielle Culture visuelle Ethnographie Fait religieux Objets Religieux (sciences sociales du) Rituel Théâtre
Aires culturelles
Afrique Amérique du Nord Contemporain (anthropologie du, monde) Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cléo Carastro [référent·e]   maîtresse de conférences, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

Y aurait-il des spécificités dans la manière dont les pratiques religieuses informent la vie sociale en régime polythéiste ? Et si oui, lesquelles ?

Ce séminaire reposera sur une enquête comparatiste à propos de quelques cosmologies des temps passés et présents (Grèce ancienne, sociétés voltaïques, européennes et nord-américaines) autour de questions d’anthropologie religieuse, en convoquant le problème de la figuration des êtres et des puissances invisibles. Parmi les phénomènes touchant à la présentification de l’invisible, une attention particulière sera accordée aux relations aux morts et à la manière dont humains et non-humains entrelacent leurs agentivités, ainsi qu’à l’expérience théâtrale comme lieu pour penser le rapport entre rites et jeu.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthropologie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Le jeudi, sur rendez-vous

Réception des candidats

Le jeudi, sur rendez-vous

Pré-requis
-
  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), jeudi 16:00-18:00
    du 4 novembre 2021 au 2 juin 2022
    Nombre de séances : 15

À la suite des réflexions menées les années précédentes sur les spécificités des régimes polythéistes quant à la manière d’informer les pratiques sociales et de régler les rapports entre les êtres, visibles et invisibles, on a choisi cette année de reprendre à nouveaux frais le terme de cosmologie, en discutant notamment la proposition de V. Descombes de se focaliser sur la fonction pratique et sur la dimension morale plutôt que sur les représentations mentales pour comprendre la cosmologie, définie comme le fondement de la rhétorique d’un groupe. On a donc pu se départir de ce que W. Keane, dans son commentaire à l’ouvrage Being, Humanity and understanding de G. Lloyd  de 2012 (HAU, 3.1, 2013) a qualifié de weak ontology, au sens de la représentation (via la double médiation de la perception et du langage) du monde - comme réalité perçue par plusieurs points de vue culturels, par opposition à une ontologie forte, tel le perspectivisme cosmologique d’E. Viveiros de Castro. Cette distinction semble négliger à la fois la place des récits et la nécessité de penser les événements. Ou, pour le dire autrement, la construction textuelle des événements. En choisissant d’aborder le cas grec, on a commencé par redéfinir la cosmologie à partir du kosmos et du kosmeîn  qui ne renvoient pas seulement à la notion d'ordre et d'univers, mais comportent également une dimension esthétique. Contrairement à une tradition herméneutique admise, cette dimension esthétique ne fonctionne pas comme un supplément d’âme, mais est au contraire constitutive d'une manière d'être au monde et en relation avec le monde. La présentation de la complexité des rapports entre le kosmos et  des notions comme celle d’agalma a conduit à introduire la réflexion sur la manière dont des artefacts peuvent constituer une véritable irruption dans le continuum temporel de l’expérience et du récit, en générant un rapport spécifique à l’invisible.

Le séminaire a ainsi développé une réflexion à partir de la publication posthume de Sahlins (« Cosmic economics », Annals of the Fondazione Luigi Einaudi, Volume LV, June 2021, p. 255-278), en dialogue avec la lecture et la critique qu’en propose M. Lambek (L’homme, 242, avril-juin 2022), afin de remettre sur le métier le modèle historiographique d’une laïcisation de la pensée et des pratiques sociales et politiques en Grèce ancienne, au cours du Ve siècle avant notre ère, et de remettre l’accent sur les imbrications entre rite et esthétique. Pour ce faire, par une lecture de passages de l’Hécube d’Euripide, on a analysé la manière dont le théâtre, mais aussi l’écriture de la guerre par Thucydide, créent les conditions pour des mises en rapport critique du visible avec l’invisible.

Au cours de l’année, le séminaire a bénéficié à la fois d’exposés des étudiant·es sur des ouvrages au programme, en relation avec leurs travaux, et des interventions de collègues : Chryssanthi Avlami (Université d’Athènes, professeure invitée à l’EHESS) a présenté une conférence intitulée : « Le commerce comme instance de différenciation des Anciens et des Modernes, ou la faute à Aristote » ; Pierre Judet de La Combe (EHESS) a animé un séminaire ayant pour titre « Autour des Sept contre Thèbes d’Eschyle. Rite tragique et politique » ; avec Manuela Giordano (Université de Sienne) il a également été question du théâtre d’Eschyle et de sa réception contemporaine, avec l’exposé « (Dé)coloniser les Perses d'Eschyle : entre orientalisme et études post-coloniales » ; elle a également présenté une conférence sur le thème « Textualiser à Athènes: les hermès d'Eion entre histoire et neurosciences ». Enfin, Michael Puett (Harvard University) a prononcé une conférence ayant pour titre : « Cartographies of Movements: Rituals, Bodies, and Cosmologies in Early China and Elsewhere ». Qu’elles et ils en soient chaleureusement rémercié·es.

Animation et participations à des manifestations scientifiques :

En rapport avec le séminaire, une première réunion du groupe comparatiste a été organisée en vue de la constitution d’un atelier international sur les polythéismes et les cosmologies, auquel ont participé Déborah Bucchi, Manuela Giordano, Brooke Holmes, Michael Puett, Adrien Zirah, à Paris 21 mai 2022.

« Sciences sociales en danger? Pratiques et savoirs de l’émancipation », Colloque international de l’EHESS co-organisé avec Hamit Bozarslan, Françoise Daucé, Bruno Karsenti, Anne Lafont, Jean-Frédéric Schaub et Isabelle Thirau, Paris, Campus Condorcet, 23 et 24 juin 2022.

« Classics and the comparative gesture : new perspectives on anthropological displacements » Table ronde Neoclassics or New classics ? challenges, Debtates, Perspectives dans le cadre du Programme Experimental Critical Theory « Comparative thinking », UCLA, 31 mai 2022 (en visioconférence).

« Out of the shelves? Icons and cosmologies in queer classics », table ronde internationale Did they know ? A conversation about queer, ancient and modern , GIKS lectures, Université de Gand, 18 mai 2022 (en visioconférence).

« Tyche, en chair et en os », Colloque ERC Locus Ludi / CIERGA XVI Des dieux, des jeux - et du hasard ? Université de Fribourg, 6-7 septembre 2021 (en visioconférence).

Publications
  • Jean-Louis Durand, Sacrifier en Grèce et ailleurs – De l’anthropologue et du terrain. Textes réunis par Cléo Carastro et Dominique Jaillard, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 2022.