UE736 - L'Antiquité de la Renaissance (3) : philosophie et théologie, Florence, 1471-1497


Planning


Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 54 bd Raspail
    Salle A03_35
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 17:00-19:00
    du 7 décembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 24


Description


Dernière modification : 8 juin 2021 18:10

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Philosophie
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre Bouretz [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le titre donné pour la troisième fois au séminaire est inspiré d’une formule aphoristique d’Aby Warburg. Sous sa plume, elle formalisait une question qui préoccuperait longtemps les historiens de l’art : savoir si les dieux et mystères païens de l’Antiquité avaient tout à fait disparu durant les siècles du Moyen Age, et comment en tout état de cause ils retrouvaient la lumière au Quattrocento. Après avoir longuement séjourné dans le monde philosophique de l’Antiquité tardive, on fait de cette question une hypothèse pour la lecture d’une philosophie de la Renaissance beaucoup moins fréquentée. 

Le lieu et les dates indiqués délimitent un moment qu’il faudra bien sûr élargir en amont comme en aval. Mais ils sont attachés à celui qui fut l’acteur décisif de cette histoire : Marsile Ficin. Ses traductions et commentaires de l’intégralité des œuvres de Platon et Plotin ont eu une importance considérable à l’échelle de l’Europe entière. De façon plus discrète, ayant traduit ce qui était alors disponible du corpus hermétique, mais aussi des textes de Jamblique et Proclus concernant la théurgie, il défendait d’une certaine façon mais au risque de se bouiller avec une partie de son milieu l’astrologie et une magie « naturelle ». C’est lui enfin qui capturait la conscience d’époque de tout un milieu florentin incluant poètes, philosophes et artistes en parlant de « notre âge d’or ». 

Saisir dans quelle mesure il s’agissait d’un mythe ne pourra se faire qu’au terme de l’enquête qui ne sera pas clôturée cette année. Durant celle-ci on s’attachera aux pièces d’une prisca theologia exhumée à plusieurs mains dont celle de Pic de la Mirandole et que Ficin mobilisait dans une Théologie platonicienne qui est bien plus qu’une simple imitation de celle de Proclus. Pour ce qui concerne Ficin, peut-être aura-t-on déjà la possibilité de chercher à comprendre l’articulation de ce projet avec la partie la plus controversée en son temps et qui demeure la plus difficile à maîtriser aujourd’hui de son œuvre. Quoi qu’il en soit, on continuera de se demander s’il est vrai que « chaque époque a la Renaissance de l’Antiquité qu’elle mérite ». 

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Rédaction d'un texte en lien avec la problématique du séminaire

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

la participation au séminaire est subordonnée à l'accord préalable du directeur d'études. S'agissant de nouveaux éudiants, un projet écrit sera demandé, qui sera discuté lors d'un entretien oral.

Direction de travaux des étudiants

les mercredi, jeudi et vendredi après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Réception des candidats

les mercredi, jeudi et vendredi après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Pré-requis

inscription subordonnée à la présentation d'un projet de recherche qui sera discuté lors d'un entretien oral. 

Dernière modification : 8 juin 2021 18:10

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Philosophie
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Pierre Bouretz [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Le titre donné pour la troisième fois au séminaire est inspiré d’une formule aphoristique d’Aby Warburg. Sous sa plume, elle formalisait une question qui préoccuperait longtemps les historiens de l’art : savoir si les dieux et mystères païens de l’Antiquité avaient tout à fait disparu durant les siècles du Moyen Age, et comment en tout état de cause ils retrouvaient la lumière au Quattrocento. Après avoir longuement séjourné dans le monde philosophique de l’Antiquité tardive, on fait de cette question une hypothèse pour la lecture d’une philosophie de la Renaissance beaucoup moins fréquentée. 

Le lieu et les dates indiqués délimitent un moment qu’il faudra bien sûr élargir en amont comme en aval. Mais ils sont attachés à celui qui fut l’acteur décisif de cette histoire : Marsile Ficin. Ses traductions et commentaires de l’intégralité des œuvres de Platon et Plotin ont eu une importance considérable à l’échelle de l’Europe entière. De façon plus discrète, ayant traduit ce qui était alors disponible du corpus hermétique, mais aussi des textes de Jamblique et Proclus concernant la théurgie, il défendait d’une certaine façon mais au risque de se bouiller avec une partie de son milieu l’astrologie et une magie « naturelle ». C’est lui enfin qui capturait la conscience d’époque de tout un milieu florentin incluant poètes, philosophes et artistes en parlant de « notre âge d’or ». 

Saisir dans quelle mesure il s’agissait d’un mythe ne pourra se faire qu’au terme de l’enquête qui ne sera pas clôturée cette année. Durant celle-ci on s’attachera aux pièces d’une prisca theologia exhumée à plusieurs mains dont celle de Pic de la Mirandole et que Ficin mobilisait dans une Théologie platonicienne qui est bien plus qu’une simple imitation de celle de Proclus. Pour ce qui concerne Ficin, peut-être aura-t-on déjà la possibilité de chercher à comprendre l’articulation de ce projet avec la partie la plus controversée en son temps et qui demeure la plus difficile à maîtriser aujourd’hui de son œuvre. Quoi qu’il en soit, on continuera de se demander s’il est vrai que « chaque époque a la Renaissance de l’Antiquité qu’elle mérite ». 

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – Rédaction d'un texte en lien avec la problématique du séminaire
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

la participation au séminaire est subordonnée à l'accord préalable du directeur d'études. S'agissant de nouveaux éudiants, un projet écrit sera demandé, qui sera discuté lors d'un entretien oral.

Direction de travaux des étudiants

les mercredi, jeudi et vendredi après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Réception des candidats

les mercredi, jeudi et vendredi après-midi sur rendez-vous par courriel : bouretz@ehess.fr

Pré-requis

inscription subordonnée à la présentation d'un projet de recherche qui sera discuté lors d'un entretien oral. 

Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 54 bd Raspail
    Salle A03_35
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / hebdomadaire, mardi 17:00-19:00
    du 7 décembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 24