Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE735 - Histoire globale. Sources, méthodes, objets


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 4 mars 2022 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 14 juin 2021 08:58

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Alessandro Stanziani [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre de recherches historiques (CRH)

L’histoire globale ne se résume pas à celle de la globalisation. Elle vise plutôt à mettre en évidence sur des durées longues les relations entre différentes parties du monde – l’Asie et l’Afrique, l’Europe et les Amériques – tout en en gardant les spécificités. C’est une histoire qui se produit par rapport à des objets précis et sur des échelles multiples, aussi bien temporelles que spatiales.
Le cours se compose de trois volets principaux :

  • Méthodes et approches. Plusieurs démarches intellectuelles sont disponibles afin de rendre compte des dynamiques historiques globales : histoire connectée, histoire du monde, histoire comparée, histoire globale. Nous en discuterons ensemble les origines, la portée et les implications.
  • Sources. L’histoire globale est avant tout de l’histoire. Il s’agira dès lors de rendre compte de la constitution et de l’organisation de différentes archives et autres sources. Les étudiants seront introduits aux modalités de la recherche en archive (Paris, Londres, île Maurice, Delhi, Rome, Moscou, etc), à l’interprétation des documents et au recours à d’autres sources – de l’iconographie aux sources orales –.
  • Une fois mis au point les deux volets précédents, les séances porteront sur des objets différents de l’histoire globale: empires, droits, alimentation, savoir, travail et économie.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact: alessandro.stanziani@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


L’histoire globale ne se résume pas à celle de la globalisation. Elle vise plutôt à mettre en évidence sur des durées longues les relations entre différentes parties du monde – l’Asie et l’Afrique, l’Europe et les Amériques – tout en en gardant les spécificités. C’est une histoire qui se produit par rapport à des objets précis et sur des échelles multiples, aussi bien temporelles que spatiales. Nous avons donc commencé par donner les principales définitions de l'histoire globale dans l'historigoraphie (lectures de Stanziani et Sebastian Conrad), pour passer ensuite aux méthodes comparatives (textes de George Steinmetz et Étienne Anheim). Le séminaire a présenté aux étudiants les « études subalternes » (lectures de Sumit Guha et Jacques Pouchedapass), avant de poser la question : quelles archives pour l’histoire globale ? les textes de Anne Laure Stoler et le numéro des Annales consacrés aux archives ont servi à orienter les étudiants.  

Une fois identifiés les instruments et les approches, le séminaire a discuté de certains objets empiriques de l'histoire globale : l'anthropocène et l'histoire environnementale (textes de Bonneuil et Moore), les semences et la botanique (histoire du maïs en Afrique, du riz américain en Afrique, des variétés de riz en Asie), avant de passer à l'histoire de l'élevage et de la consommation de viande.

Le troisième et dernier bloc de séances a été consacré à la manière d'appréhender les groupes sociaux dans des contextes non européens et transnationaux (historique de la notion de paysans, de bourgeoisie, de classe ouvrière), avant de conclure avec l'étude des inégalités sociales et la signification de « droits de l'homme » et « droits sociaux » dans des contextes historiques situés.

Publications

1)   Capital terreUne histoire longue du monde d’après, 12e-21e siècles (Paris, Arles : Payot-Actes Sud, 2021).

2)    Cahiers du monde russe, 63, 1, 2022, Les statistiques de la terreur.

3)    “Utilitarianism and the Question of Free Labour in Russia and India, 1750-1914”, The International Journal of Asian Studies, 18,2 (2021): 153-171.

4)    “Quelle échelle pertinente pour penser le travail au XIXe siècle? Enjeux, apports et difficultés d’une histoire globale du travail », Revue d’histoire du XIXe siècle, 62, 1 (2021) : 207-227.

Dernière modification : 14 juin 2021 08:58

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Alessandro Stanziani [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre de recherches historiques (CRH)

L’histoire globale ne se résume pas à celle de la globalisation. Elle vise plutôt à mettre en évidence sur des durées longues les relations entre différentes parties du monde – l’Asie et l’Afrique, l’Europe et les Amériques – tout en en gardant les spécificités. C’est une histoire qui se produit par rapport à des objets précis et sur des échelles multiples, aussi bien temporelles que spatiales.
Le cours se compose de trois volets principaux :

  • Méthodes et approches. Plusieurs démarches intellectuelles sont disponibles afin de rendre compte des dynamiques historiques globales : histoire connectée, histoire du monde, histoire comparée, histoire globale. Nous en discuterons ensemble les origines, la portée et les implications.
  • Sources. L’histoire globale est avant tout de l’histoire. Il s’agira dès lors de rendre compte de la constitution et de l’organisation de différentes archives et autres sources. Les étudiants seront introduits aux modalités de la recherche en archive (Paris, Londres, île Maurice, Delhi, Rome, Moscou, etc), à l’interprétation des documents et au recours à d’autres sources – de l’iconographie aux sources orales –.
  • Une fois mis au point les deux volets précédents, les séances porteront sur des objets différents de l’histoire globale: empires, droits, alimentation, savoir, travail et économie.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Initiation/introduction – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

contact: alessandro.stanziani@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.06
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 4 mars 2022 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 12

L’histoire globale ne se résume pas à celle de la globalisation. Elle vise plutôt à mettre en évidence sur des durées longues les relations entre différentes parties du monde – l’Asie et l’Afrique, l’Europe et les Amériques – tout en en gardant les spécificités. C’est une histoire qui se produit par rapport à des objets précis et sur des échelles multiples, aussi bien temporelles que spatiales. Nous avons donc commencé par donner les principales définitions de l'histoire globale dans l'historigoraphie (lectures de Stanziani et Sebastian Conrad), pour passer ensuite aux méthodes comparatives (textes de George Steinmetz et Étienne Anheim). Le séminaire a présenté aux étudiants les « études subalternes » (lectures de Sumit Guha et Jacques Pouchedapass), avant de poser la question : quelles archives pour l’histoire globale ? les textes de Anne Laure Stoler et le numéro des Annales consacrés aux archives ont servi à orienter les étudiants.  

Une fois identifiés les instruments et les approches, le séminaire a discuté de certains objets empiriques de l'histoire globale : l'anthropocène et l'histoire environnementale (textes de Bonneuil et Moore), les semences et la botanique (histoire du maïs en Afrique, du riz américain en Afrique, des variétés de riz en Asie), avant de passer à l'histoire de l'élevage et de la consommation de viande.

Le troisième et dernier bloc de séances a été consacré à la manière d'appréhender les groupes sociaux dans des contextes non européens et transnationaux (historique de la notion de paysans, de bourgeoisie, de classe ouvrière), avant de conclure avec l'étude des inégalités sociales et la signification de « droits de l'homme » et « droits sociaux » dans des contextes historiques situés.

Publications

1)   Capital terreUne histoire longue du monde d’après, 12e-21e siècles (Paris, Arles : Payot-Actes Sud, 2021).

2)    Cahiers du monde russe, 63, 1, 2022, Les statistiques de la terreur.

3)    “Utilitarianism and the Question of Free Labour in Russia and India, 1750-1914”, The International Journal of Asian Studies, 18,2 (2021): 153-171.

4)    “Quelle échelle pertinente pour penser le travail au XIXe siècle? Enjeux, apports et difficultés d’une histoire globale du travail », Revue d’histoire du XIXe siècle, 62, 1 (2021) : 207-227.