UE707 - L'altération sociologique de l'État


Planning


Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 10 rue Monsieur-le-Prince
    Salle Alphonse-Dupront
    10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 15:00-17:00
    du 9 novembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 16 mai 2021 12:38

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Dominique Linhardt [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Cédric Moreau de Bellaing   maître de conférences, ENS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

L’État reste, pour les sciences sociales, un concept essentiellement problématique. Car, pour approcher l’État, la démarche sociologique doit éprouver le type d’objectivité qu’elle vise dans sa détermination intrinsèquement politique. Cette difficulté explique la trajectoire étrange, erratique des sciences sociales de l’État depuis le début du XIXe siècle, marquées, sous des formes très diverses, par une même oscillation : entre la reconnaissance de l’inévitabilité de l’État dans le développement des sociétés humaines et le désir de s’en passer et de fonder un concept de société politique débarrassée des interférences négatives de l’étatisme.

Le problème des sciences sociales de l’État que ce balancement rend manifeste – telle sera la prémisse de ce séminaire – ne trouvera jamais, ne pourra jamais trouver de résolution principielle. Le progrès des sciences sociales de l’État doit donc être cherché ailleurs, dans la prise de conscience de ce problème et dans l’identification de ses sources. C’est dans cet embranchement que le problème épistémologique de l’État se donne comme un problème de sociologie de la connaissance : il doit être compris comme un effet de l’enjeu que l’État est venu représenter dans et pour les sociétés dans le mouvement de leur politisation.

C’est à condition d’accepter ce déplacement qu’il est possible de mesurer combien les controverses académiques au sein des sciences sociales de l’Etat expriment, dans le mouvement même de leur quête d’une appréhension scientifique adéquate de l’État, des tendances qui résultent des formes prises par les processus de politisation des sociétés modernes. Il en est ainsi des disputes scientifiques entre Franz Oppenheimer et Georg Jellinek dans l’Allemagne du début du XXe siècle, de la défense du pluralisme par Harold Laski, de la tentative d’éviction de l’État par les théoriciens influencés par Michel Foucault, ou encore de la contre-offensive de la sociologie historique des années 1980.

En cela, il convient de considérer que le problème des sciences sociales de l’État ne se reproduit jamais à l’identique, mais que chaque fois que l’oscillation opère, elle se répercute au niveau de l’intégration politique qui caractérise les rapports sociaux à un moment donné de leur évolution. C’est à un premier inventaire des rapports entre l’approfondissement de l’expérience de l’intégration politique dans les sociétés du dix-neuvième et du vingtième siècle et les échecs apparents qui, de l’organicisme jusqu’au constructivisme, marquent les sciences sociales de l’État que ce séminaire entend participer.

Le programme détaillé sera annoncé aux participants lors de la première séance.


Master


  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les étudiants sont invités à prendre contact avec Cédric Moreau de Bellaing (cedric.moreau.de.bellaing@ens.psl.eu).

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous.

Réception des candidats

Sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Dernière modification : 16 mai 2021 12:38

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Dominique Linhardt [référent·e]   chargé de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)
  • Cédric Moreau de Bellaing   maître de conférences, ENS / Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités. Fonds Yan-Thomas (LIER-FYT)

L’État reste, pour les sciences sociales, un concept essentiellement problématique. Car, pour approcher l’État, la démarche sociologique doit éprouver le type d’objectivité qu’elle vise dans sa détermination intrinsèquement politique. Cette difficulté explique la trajectoire étrange, erratique des sciences sociales de l’État depuis le début du XIXe siècle, marquées, sous des formes très diverses, par une même oscillation : entre la reconnaissance de l’inévitabilité de l’État dans le développement des sociétés humaines et le désir de s’en passer et de fonder un concept de société politique débarrassée des interférences négatives de l’étatisme.

Le problème des sciences sociales de l’État que ce balancement rend manifeste – telle sera la prémisse de ce séminaire – ne trouvera jamais, ne pourra jamais trouver de résolution principielle. Le progrès des sciences sociales de l’État doit donc être cherché ailleurs, dans la prise de conscience de ce problème et dans l’identification de ses sources. C’est dans cet embranchement que le problème épistémologique de l’État se donne comme un problème de sociologie de la connaissance : il doit être compris comme un effet de l’enjeu que l’État est venu représenter dans et pour les sociétés dans le mouvement de leur politisation.

C’est à condition d’accepter ce déplacement qu’il est possible de mesurer combien les controverses académiques au sein des sciences sociales de l’Etat expriment, dans le mouvement même de leur quête d’une appréhension scientifique adéquate de l’État, des tendances qui résultent des formes prises par les processus de politisation des sociétés modernes. Il en est ainsi des disputes scientifiques entre Franz Oppenheimer et Georg Jellinek dans l’Allemagne du début du XXe siècle, de la défense du pluralisme par Harold Laski, de la tentative d’éviction de l’État par les théoriciens influencés par Michel Foucault, ou encore de la contre-offensive de la sociologie historique des années 1980.

En cela, il convient de considérer que le problème des sciences sociales de l’État ne se reproduit jamais à l’identique, mais que chaque fois que l’oscillation opère, elle se répercute au niveau de l’intégration politique qui caractérise les rapports sociaux à un moment donné de leur évolution. C’est à un premier inventaire des rapports entre l’approfondissement de l’expérience de l’intégration politique dans les sociétés du dix-neuvième et du vingtième siècle et les échecs apparents qui, de l’organicisme jusqu’au constructivisme, marquent les sciences sociales de l’État que ce séminaire entend participer.

Le programme détaillé sera annoncé aux participants lors de la première séance.

  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Les étudiants sont invités à prendre contact avec Cédric Moreau de Bellaing (cedric.moreau.de.bellaing@ens.psl.eu).

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous.

Réception des candidats

Sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Attention !
(En raison de la situation sanitaire) L'accès au séminaire est soumis à une demande de participation.
Le lien pour déposer votre demande sera affiché ici la semaine du 27 septembre 2021.

  • 10 rue Monsieur-le-Prince
    Salle Alphonse-Dupront
    10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 15:00-17:00
    du 9 novembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 12