Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE7 - Autour de Max Weber


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (2e), mardi 17:00-19:00
    du 30 novembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 30 mars 2022 14:19

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches historiques (CRH)
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Comparatisme Démocratie Économie politique Histoire Politique Sociohistoire
Aires culturelles
Allemandes (études)
Intervenant·e·s

Le séminaire abordera, dans différents domaines des sciences sociales, des questions relevant de l'étude des œuvres de Max Weber et de ses contemporains, ainsi que de leur postérité au cours des XXe et XXIe siècles.

Mardi 30 novembre 2021 (séance organisée en visioconférence) : Flavien Le Bouter (Fribourg en Brisgau), « Niklas Luhmann, lecteur critique de Max Weber »

Mardi 11 janvier 2022 (séance organisée en visioconférence) : Hinnerk Bruhns (CNRS), « État, fiscalité et démocratie : le débat sur le Steuerstaat (État fiscal), de Rudolf Goldscheid et Joseph A. Schumpeter  –  et Max Weber ? –  à la République fédérale »

Mardi 8 février 2022 (séance organisée en visioconférence): Catherine Colliot-Thélène (Rennes I), Hannah Arendt, lectrice critique de Max Weber »

Mardi 22 mars 2022 (séance organisée en mode hybride) : Philippe Bezes (CNRS), « De Max Weber à la sociologie récente de la rationalisation »

Mardi 17 mai 2022 (séance organisée en visioconférence) : Céline Jouin (Caen / Berlin), « L'empreinte de Gierke sur l’œuvre de Max Weber »

Mardi 14 juin 2022 (séance organisée en mode hybride) : Leopoldo Irribaren (EHESS), « Rationalités croisées : religion, technique et philosophie en Grèce archaïque. Une lecture weberienne »


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Sous réserve de la disponibilité des moyens techniques, le séminaire aura lieu en mode hybride (présentiel / distanciel).

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire de cette année universitaire a été tristement marqué par le décès, au mois de mai 2022, de Catherine Colliot-Thélène, professeure émérite à l’Université de Rennes I, qui a codirigé le séminaire depuis sa création en 2009. Son intime connaissance de l’œuvre de Max Weber et de ses contemporains, sa capacité d’aller toujours à l’essentiel, de savoir relier les thèmes anciens aux problèmes actuels et de faire avancer les débats avec clarté et bienveillance ont été des apports décisifs à l’histoire de ce séminaire de recherche. La dernière intervention de Catherine Colliot-Thélène dans le séminaire aura été son exposé du 8 février 2022 sur « Hannah Arendt, lectrice critique de Max Weber ». Un autre regard critique sur l’œuvre de Weber a été présenté le 30 novembre 2021 par Flavien Le Bouter (« Niklas Luhmann, lecteur critique de Max Weber »).

Les relations et controverses scientifiques entre Weber et des contemporains directs ont été analysées d’une part par Hinnerk Bruhns (séance du 11 janvier 2022 : « État, fiscalité et démocratie : le débat sur le Steuerstaat (État fiscal), de Rudolf Goldscheid et Joseph A. Schumpeter  –  et Max Weber ? –  à la République fédérale »), et d’autre part par Céline Jouin (séance du 17 mai 2022 : "L'empreinte de Gierke sur l’œuvre de Max Weber"). Deux autres séances ont abordé les questions de la rationalité et de la rationalisation. Philippe Bezes, en compagnie de ses coauteurs Sébastion Billows, Patrice Duran et Michel Lallement, a présenté le 22 mars 2022 un travail collectif : « De Max Weber à la sociologie récente de la rationalisation », partie d’un dossier publié dans L’Année sociologique en 2021. Lors de la dernière séance du séminaire, la 14 juin 2022, Leopoldo Irribaren a montré comment les concepts et méthodes de Max Weber permettent de mieux saisir des réalités sociales du monde antique (« Rationalités croisées : religion, technique et philosophie en Grèce archaïque. Une lecture weberienne »).

Cinq de ces six séances de l’année 2021-2022 ont été organisées en mode distanciel, une en mode hybride. Le passage par l’internet a permis d’y associer des doctorants et des collègues dans d’autres pays et continents, notamment en Allemagne, en Grèce, au Royaume Uni et au Brésil, et d’élargir ainsi considérablement l’auditoire de notre séminaire parisien.

Publications
  • « Observações sobre a recepção de Max Weber na ciência política na Alemanha », dans A Atualidade de Max Weber e a presença de Marianne Weber, sous la dir. de Breilla Zanon, Emil Albert Sobottka Gustavo Cunha, Lorena Fleury, Mariana Chaguri. Editora Fundação Fênix, Porto Alegre 2021, p. 109-127. https://doi.org/10.36592/9786581110550-08

Dernière modification : 30 mars 2022 14:19

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre de recherches historiques (CRH)
Disciplines
Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Capitalisme Comparatisme Démocratie Économie politique Histoire Politique Sociohistoire
Aires culturelles
Allemandes (études)
Intervenant·e·s

Le séminaire abordera, dans différents domaines des sciences sociales, des questions relevant de l'étude des œuvres de Max Weber et de ses contemporains, ainsi que de leur postérité au cours des XXe et XXIe siècles.

Mardi 30 novembre 2021 (séance organisée en visioconférence) : Flavien Le Bouter (Fribourg en Brisgau), « Niklas Luhmann, lecteur critique de Max Weber »

Mardi 11 janvier 2022 (séance organisée en visioconférence) : Hinnerk Bruhns (CNRS), « État, fiscalité et démocratie : le débat sur le Steuerstaat (État fiscal), de Rudolf Goldscheid et Joseph A. Schumpeter  –  et Max Weber ? –  à la République fédérale »

Mardi 8 février 2022 (séance organisée en visioconférence): Catherine Colliot-Thélène (Rennes I), Hannah Arendt, lectrice critique de Max Weber »

Mardi 22 mars 2022 (séance organisée en mode hybride) : Philippe Bezes (CNRS), « De Max Weber à la sociologie récente de la rationalisation »

Mardi 17 mai 2022 (séance organisée en visioconférence) : Céline Jouin (Caen / Berlin), « L'empreinte de Gierke sur l’œuvre de Max Weber »

Mardi 14 juin 2022 (séance organisée en mode hybride) : Leopoldo Irribaren (EHESS), « Rationalités croisées : religion, technique et philosophie en Grèce archaïque. Une lecture weberienne »

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Sous réserve de la disponibilité des moyens techniques, le séminaire aura lieu en mode hybride (présentiel / distanciel).

Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (2e), mardi 17:00-19:00
    du 30 novembre 2021 au 14 juin 2022
    Nombre de séances : 8

Le séminaire de cette année universitaire a été tristement marqué par le décès, au mois de mai 2022, de Catherine Colliot-Thélène, professeure émérite à l’Université de Rennes I, qui a codirigé le séminaire depuis sa création en 2009. Son intime connaissance de l’œuvre de Max Weber et de ses contemporains, sa capacité d’aller toujours à l’essentiel, de savoir relier les thèmes anciens aux problèmes actuels et de faire avancer les débats avec clarté et bienveillance ont été des apports décisifs à l’histoire de ce séminaire de recherche. La dernière intervention de Catherine Colliot-Thélène dans le séminaire aura été son exposé du 8 février 2022 sur « Hannah Arendt, lectrice critique de Max Weber ». Un autre regard critique sur l’œuvre de Weber a été présenté le 30 novembre 2021 par Flavien Le Bouter (« Niklas Luhmann, lecteur critique de Max Weber »).

Les relations et controverses scientifiques entre Weber et des contemporains directs ont été analysées d’une part par Hinnerk Bruhns (séance du 11 janvier 2022 : « État, fiscalité et démocratie : le débat sur le Steuerstaat (État fiscal), de Rudolf Goldscheid et Joseph A. Schumpeter  –  et Max Weber ? –  à la République fédérale »), et d’autre part par Céline Jouin (séance du 17 mai 2022 : "L'empreinte de Gierke sur l’œuvre de Max Weber"). Deux autres séances ont abordé les questions de la rationalité et de la rationalisation. Philippe Bezes, en compagnie de ses coauteurs Sébastion Billows, Patrice Duran et Michel Lallement, a présenté le 22 mars 2022 un travail collectif : « De Max Weber à la sociologie récente de la rationalisation », partie d’un dossier publié dans L’Année sociologique en 2021. Lors de la dernière séance du séminaire, la 14 juin 2022, Leopoldo Irribaren a montré comment les concepts et méthodes de Max Weber permettent de mieux saisir des réalités sociales du monde antique (« Rationalités croisées : religion, technique et philosophie en Grèce archaïque. Une lecture weberienne »).

Cinq de ces six séances de l’année 2021-2022 ont été organisées en mode distanciel, une en mode hybride. Le passage par l’internet a permis d’y associer des doctorants et des collègues dans d’autres pays et continents, notamment en Allemagne, en Grèce, au Royaume Uni et au Brésil, et d’élargir ainsi considérablement l’auditoire de notre séminaire parisien.

Publications
  • « Observações sobre a recepção de Max Weber na ciência política na Alemanha », dans A Atualidade de Max Weber e a presença de Marianne Weber, sous la dir. de Breilla Zanon, Emil Albert Sobottka Gustavo Cunha, Lorena Fleury, Mariana Chaguri. Editora Fundação Fênix, Porto Alegre 2021, p. 109-127. https://doi.org/10.36592/9786581110550-08