UE695 - Vie privée, socialisation et politique


Lieu et planning


Attention !
Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=695.

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (2e), vendredi 16:30-19:30
    du 8 octobre 2021 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 17 mai 2022 18:11

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Domaine
-
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Famille Genre Mobilisation(s) Politique Sexualité Sociologie Sociologie politique
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Camille Masclet [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP)
  • Mickaël Durand   contrat postdoctoral, INED

Ce séminaire propose d’explorer la vie privée comme espace de socialisation politique. Il entend analyser la manière dont les expériences vécues dans la sphère intime contribuent à former et transformer le rapport au politique des individus. Appréhendé de manière large, ce dernier sera saisi dans sa double dimension de rapport à la politique (opinions politiques, positionnements idéologiques et partisans, pratiques de vote et d’engagement militant) et de rapport politique au monde social, renvoyant à l’expérience que les individus font des rapports sociaux de pouvoir (de classe, de race, de genre, etc.) et des normes qui en découlent. Il s’agit ainsi de réfléchir aux effets socialisateurs de la sphère privée sur les pratiques et orientations politiques des individus mais aussi sur leurs perceptions de l’ordre social, de ses divisions et de leurs légitimités. L’expérience des séparations conjugales débouche-t-elle sur une politisation des normes de genre ? Comment les appartenances LGBT influent sur les orientations politiques ? Quels liens entre histoire migratoire familiale et rapport critique à la race ? Ce sont quelques exemples de questions auxquelles le séminaire s’intéressera.  

Le « privé » est une notion polysémique, aux contours fluctuants historiquement, et dont la séparation avec le « politique » a été remise en question par les approches féministes. L’entrée par l’intimité a ici pour objectif de penser conjointement différentes instances et expériences socialisatrices à l’œuvre dans cet univers, qu’elles soient d’ordre sexuel, conjugal ou familial. Une large place sera ainsi accordée à l’analyse de la famille et de son rôle d’instance de socialisation politique – un questionnement fondateur de ce champ d’études, aujourd’hui en plein renouvellement – en interrogeant ces processus aux différents âges de la vie et en s’attachant à saisir la diversité des acteurs (parents et beaux-parents, membres de la fratrie, ascendant·e·s), des configurations familiales (familles recomposées, monoparentales, homoparentales, etc.), des histoires familiales ou des évènements biographiques intimes (naissances, ruptures, décès) susceptibles de transformer le rapport au politique. Si la famille au sens large sera au cœur des interrogations, le séminaire s’intéressera aussi à la sexualité et à la conjugalité et aux intrications entre ces socialisations et la socialisation politique. On s’interrogera en particulier sur la manière dont des expériences sexuelles diverses – qu’elles concernent les sexualités minoritaires ou l’hétérosexualité, qu’elles relèvent du banal et de l’ordinaire ou constituent au contraire un évènement dans les trajectoires – peuvent façonner le rapport aux normes, les positionnements et les pratiques politiques.  À l’inverse, les répercussions que les socialisations politiques peuvent avoir sur la sphère privée (transformation des relations conjugales et familiales, effets « à rebours » sur les ascendant·e·s, politisation du quotidien et des pratiques domestiques, etc.) seront aussi investiguées.

À partir des interventions de chercheurs/ses travaillant sur ces sujets et de la lecture collective de textes aussi bien classiques que récents, le séminaire a pour ambition d’ouvrir un espace de réflexion sur ce thème et de faire dialoguer des travaux issus de différents champs d’études (sociologie politique, sociologie de la socialisation, sociologie du genre et des sexualités, sociologie de la famille, etc.).

8 octobre 2021 : Introduction

10 décembre 2021 : Socialisations politiques familiales et appropriations

  • Julie Pagis (Iris, EHESS-CNRS), Le rôle des affects dans la socialisation politique enfantine en famille 
  • Pauline Clech (INJEP), Les enfants de communistes et la culture. Analyse d’une socialisation politique enfantine actualisée dans les mondes de l’art

14 janvier 2022 : Apprendre la nation et la race en famille

  • Sophie Duchesne (Centre Émile Durkheim, CNRS), Où commence le nationalisme banal ? Genèse et mise en œuvre de l'enquête ETPAF sur la transmission familiale du sentiment d'appartenance à la nation
  • Solène Brun (Institut Convergences Migrations/CNRS & OSC), Enfants non blancs et parents blancs. Se confronter à la race et apprendre sa place dans des familles racialement mixtes

11 février 2022 : Trajectoires conjugales et politique

  • Hugo Bouvard (IMAGER, Université Paris Est Créteil) et Vanessa Jérome (Université de Victoria), Couples de même sexe et de sexe différent en milieux partisans : sexualités, politisations, carrières
  • Manon Réguer-Petit (Agence Phare & CEE, Sciences Po), L'impact des séparations et recompositions sur la politisation des femmes

11 mars 2022 : (Dé)politiser l’héteronormativité

  • Marion Maudet (Centre Max Weber, Université Lumière Lyon 2), Les positions à l’égard de l’hétéronormativité au regard des trajectoires sexuelles et religieuses chez les jeunes
  • Sarah Nicaise (CESSP, LaSSP & IFERISS), Quand les expériences corporelles et intimes façonnent la politisation féministe et queer : le cas des militantes "gouines"

8 avril 2022 : Corps, violences et conscience de genre

  • Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre, ANRS), La transmission des expériences de violences sexuelles de mère à fille. Socialisation familiale et sensibilité aux violences
  • Lucile Quéré (HES Valais), S’engager en féministe contre le pouvoir médical : le corps au cœur des trajectoires

13 mai 2022 (salle 0.033, bât. recherche sud, campus Condorcet): Jeunesses sexuelles et rapports au politique

  • Isabelle Clair (Iris, CNRS), Les ressorts de l'homogamie à la fin de l'adolescence. À propos d'une enquête sur l'expérience de l'amour dans trois jeunesses françaises
  • Alexandre Dafflon (Crapul, Université de Lausanne), Sexualité, masculinités populaires et fabrique des aspirations conservatrices. La socialisation politique des membres des sociétés de jeunesse campagnarde en Suisse

10 juin 2022 (salle 50, centre des colloques, campus Condorcet): Politiser le privé

  • Maïalen Pagiusco (LaSSP, Sciences Po Toulouse), Politisation de l’homosexualité et socialisation par les pairs : une redéfinition des frontières de l’« intime » ?
  • Clémentine Comer (INRAE-IRISSO, Université Paris-Dauphine), Le marchepied au sortir du placard. L’engagement associatif comme ressort de politisation du lesbianisme

Master


  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Anthropologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Histoire – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche

Renseignements


Contacts additionnels
-
Labels
EUR Gender and Sexuality Studies
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 17 mai 2022 18:11

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Domaine
-
Disciplines
Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Famille Genre Mobilisation(s) Politique Sexualité Sociologie Sociologie politique
Aires culturelles
Europe France
Intervenant·e·s
  • Camille Masclet [référent·e]   chargée de recherche, CNRS / Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP)
  • Mickaël Durand   contrat postdoctoral, INED

Ce séminaire propose d’explorer la vie privée comme espace de socialisation politique. Il entend analyser la manière dont les expériences vécues dans la sphère intime contribuent à former et transformer le rapport au politique des individus. Appréhendé de manière large, ce dernier sera saisi dans sa double dimension de rapport à la politique (opinions politiques, positionnements idéologiques et partisans, pratiques de vote et d’engagement militant) et de rapport politique au monde social, renvoyant à l’expérience que les individus font des rapports sociaux de pouvoir (de classe, de race, de genre, etc.) et des normes qui en découlent. Il s’agit ainsi de réfléchir aux effets socialisateurs de la sphère privée sur les pratiques et orientations politiques des individus mais aussi sur leurs perceptions de l’ordre social, de ses divisions et de leurs légitimités. L’expérience des séparations conjugales débouche-t-elle sur une politisation des normes de genre ? Comment les appartenances LGBT influent sur les orientations politiques ? Quels liens entre histoire migratoire familiale et rapport critique à la race ? Ce sont quelques exemples de questions auxquelles le séminaire s’intéressera.  

Le « privé » est une notion polysémique, aux contours fluctuants historiquement, et dont la séparation avec le « politique » a été remise en question par les approches féministes. L’entrée par l’intimité a ici pour objectif de penser conjointement différentes instances et expériences socialisatrices à l’œuvre dans cet univers, qu’elles soient d’ordre sexuel, conjugal ou familial. Une large place sera ainsi accordée à l’analyse de la famille et de son rôle d’instance de socialisation politique – un questionnement fondateur de ce champ d’études, aujourd’hui en plein renouvellement – en interrogeant ces processus aux différents âges de la vie et en s’attachant à saisir la diversité des acteurs (parents et beaux-parents, membres de la fratrie, ascendant·e·s), des configurations familiales (familles recomposées, monoparentales, homoparentales, etc.), des histoires familiales ou des évènements biographiques intimes (naissances, ruptures, décès) susceptibles de transformer le rapport au politique. Si la famille au sens large sera au cœur des interrogations, le séminaire s’intéressera aussi à la sexualité et à la conjugalité et aux intrications entre ces socialisations et la socialisation politique. On s’interrogera en particulier sur la manière dont des expériences sexuelles diverses – qu’elles concernent les sexualités minoritaires ou l’hétérosexualité, qu’elles relèvent du banal et de l’ordinaire ou constituent au contraire un évènement dans les trajectoires – peuvent façonner le rapport aux normes, les positionnements et les pratiques politiques.  À l’inverse, les répercussions que les socialisations politiques peuvent avoir sur la sphère privée (transformation des relations conjugales et familiales, effets « à rebours » sur les ascendant·e·s, politisation du quotidien et des pratiques domestiques, etc.) seront aussi investiguées.

À partir des interventions de chercheurs/ses travaillant sur ces sujets et de la lecture collective de textes aussi bien classiques que récents, le séminaire a pour ambition d’ouvrir un espace de réflexion sur ce thème et de faire dialoguer des travaux issus de différents champs d’études (sociologie politique, sociologie de la socialisation, sociologie du genre et des sexualités, sociologie de la famille, etc.).

8 octobre 2021 : Introduction

10 décembre 2021 : Socialisations politiques familiales et appropriations

  • Julie Pagis (Iris, EHESS-CNRS), Le rôle des affects dans la socialisation politique enfantine en famille 
  • Pauline Clech (INJEP), Les enfants de communistes et la culture. Analyse d’une socialisation politique enfantine actualisée dans les mondes de l’art

14 janvier 2022 : Apprendre la nation et la race en famille

  • Sophie Duchesne (Centre Émile Durkheim, CNRS), Où commence le nationalisme banal ? Genèse et mise en œuvre de l'enquête ETPAF sur la transmission familiale du sentiment d'appartenance à la nation
  • Solène Brun (Institut Convergences Migrations/CNRS & OSC), Enfants non blancs et parents blancs. Se confronter à la race et apprendre sa place dans des familles racialement mixtes

11 février 2022 : Trajectoires conjugales et politique

  • Hugo Bouvard (IMAGER, Université Paris Est Créteil) et Vanessa Jérome (Université de Victoria), Couples de même sexe et de sexe différent en milieux partisans : sexualités, politisations, carrières
  • Manon Réguer-Petit (Agence Phare & CEE, Sciences Po), L'impact des séparations et recompositions sur la politisation des femmes

11 mars 2022 : (Dé)politiser l’héteronormativité

  • Marion Maudet (Centre Max Weber, Université Lumière Lyon 2), Les positions à l’égard de l’hétéronormativité au regard des trajectoires sexuelles et religieuses chez les jeunes
  • Sarah Nicaise (CESSP, LaSSP & IFERISS), Quand les expériences corporelles et intimes façonnent la politisation féministe et queer : le cas des militantes "gouines"

8 avril 2022 : Corps, violences et conscience de genre

  • Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre, ANRS), La transmission des expériences de violences sexuelles de mère à fille. Socialisation familiale et sensibilité aux violences
  • Lucile Quéré (HES Valais), S’engager en féministe contre le pouvoir médical : le corps au cœur des trajectoires

13 mai 2022 (salle 0.033, bât. recherche sud, campus Condorcet): Jeunesses sexuelles et rapports au politique

  • Isabelle Clair (Iris, CNRS), Les ressorts de l'homogamie à la fin de l'adolescence. À propos d'une enquête sur l'expérience de l'amour dans trois jeunesses françaises
  • Alexandre Dafflon (Crapul, Université de Lausanne), Sexualité, masculinités populaires et fabrique des aspirations conservatrices. La socialisation politique des membres des sociétés de jeunesse campagnarde en Suisse

10 juin 2022 (salle 50, centre des colloques, campus Condorcet): Politiser le privé

  • Maïalen Pagiusco (LaSSP, Sciences Po Toulouse), Politisation de l’homosexualité et socialisation par les pairs : une redéfinition des frontières de l’« intime » ?
  • Clémentine Comer (INRAE-IRISSO, Université Paris-Dauphine), Le marchepied au sortir du placard. L’engagement associatif comme ressort de politisation du lesbianisme
  • Séminaires de recherche – Sciences sociales-Pratiques de l'interdisciplinarité en sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Anthropologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Histoire – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
  • Séminaires de recherche – Études sur le genre-Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, discussion d'une présentation de recherche
Contacts additionnels
-
Labels
EUR Gender and Sexuality Studies
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Attention !
Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=695.

  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle 50
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (2e), vendredi 16:30-19:30
    du 8 octobre 2021 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 8