UE693 - Mémoires et patrimonialisations des migrations


Planning


Attention !
En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=693. "

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), jeudi 12:30-14:30
    du 14 octobre 2021 au 9 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 24 janvier 2022 11:07

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Circulations Diaspora Histoire Mémoire Migration(s) Minorités Patrimoine Politique Sociologie Transnational
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Arabe (monde) Contemporain (anthropologie du, monde) Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale France Ibérique (monde) Maghreb Méditerranéens (mondes) Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Cette année sera consacrée à l’articulation entre deux thèmes : les migrations impériales et post-impériales d’une part, et la question de l’absence dans la patrimonialisation des mémoires des migrations d’autre part.

Les migrations impériales et post impériales renvoient à des contextes historiques de mobilité/immobilité sur la longue durée, voire à des déplacements successifs pour certains groupes et individus. Elles recouvrent des enjeux de territorialisation et de déterritorialisation, des stratégies et des tactiques - abandon, effacement, préservation et investissement, réappropriation - et des choix d’appartenance(s), complexifiant l’articulation entre phénomènes migratoires et processus mémoriels et de patrimonialisations. Dans le cadre de ce séminaire, on réfléchira en particulier au rôle présent de ces passés migratoires dans la construction de « l’autre » et dans les formes de rupture, de transformations et de continuité. L’idée est de comprendre les espaces singuliers de relations (conflictuelles, asymétriques, hiérarchisées…) qui se dessinent à différentes échelles et niveaux : entre anciennes puissances impériales et territoires anciennement colonisés, entre les populations qui les ont quittés, celles qui sont restées et celles qui coexistent encore, et entre les différentes générations.

Le second thème interroge l’absence liée aux déplacements migratoires dans les phénomènes mémoriels et patrimoniaux contemporains. De manière générale, le patrimoine et la mémoire, avec leurs dynamiques respectives, renvoient à l’idée de continuité qui tisse dans le présent et par la présence – de traces, de symboles, de souvenirs, de récits – un lien aux absents (ceux qui nous ont précédé et ceux qui adviendront) et plus généralement à l’absence. En prenant appui sur le cas des migrations impériales et post impériales, le séminaire questionnera la manière dont est construite, dans un cadre national, l’absence, réelle ou imaginée – des individus, de groupes, de langues, de cultures, d’histoires, de relations, d’un patrimoine, de paysages…- , notamment pour asseoir une présence et poser des liens supposément « naturels » entre patrimoine, nation et territoire. La réflexion portera à la fois sur ces constructions (sensibles, politiques…) et sur les formes patrimoniales et mémorielles qui viennent les troubler, réinventer et renégocier, resignifier et mettre au jour d’autres relations par-delà la séparation géographique et temporelle, la rareté, l’absence ou l’invisibilité des artefacts liés à des groupes contraints au départ ou invisibilisés. Elle nous engagera à examiner à nouveaux frais, dans le cadre de ce séminaire, des notions telles que patrimoine, ruines, traces, vestiges, décombres et empreintes.

Calendrier des séances :

Jeudi 14 octobre 2021 : Introduction

Jeudi 25 novembre 2021 : Michèle Baussant (CEFRES/ISP), « Youssef Ades : une plaque en bronze sur le banc d’une synagogue du Caire »

  • Résumé : Dans cette présentation, j’explore les formes de renouveaux liés au judaïsme et aux minorités juives en Egypte et hors Egypte,  en relation à la fois avec une histoire multiséculaire des Juifs en Egypte et le passé colonial récent. Cette histoire et ce passé constituent un héritage, à la fois facteur de division et de partage, de ruptures et de récupérations qui informent le présent. S’y surimposent les narrations liées à l’histoire d’Israël qui, à l’opposé, se caractérisent par une certaine unité et clôture discursives.  Je m’interroge en particulier sur les types d’artefacts et d’espaces mis en valeur, les histoires qui sont racontées, ainsi que sur ceux qui sont passés sous silence, pour construire une diaspora juive égyptienne d’un côté et de l’autre, sur place, une Egypte également pour partie juive.

Jeudi 9 décembre 2021 : Filomena Silvano (professeure à la Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade NOVA de Lisboa, chercheure au CRIA, associée à l'URMIS), « Des choses qui ont traversé des océans : la construction de patrimoines familiaux dans un contexte migratoire post impérial (Mozambique, Portugal, Brésil) »

  • Résumé : Ma communication présente des résultats du projet de recherche « Mobilités transnationales et construction d’espaces domestiques », liant le Mozambique, le Portugal et le Brésil » (réalisé par Marta Rosales, Manuel Teles Grilo et moi-même). La recherche a été menée auprès de familles marquées par des déplacements transnationaux en contexte impérial et post impérial. Nous avons voulu comprendre le rôle qu’assument, dans la construction des identités de leurs membres, les objets qui les ont accompagnés. Les objets que les familles possèdent aujourd’hui ont joué deux rôles principaux: convoquer, par métonymie, les maisons africaines du passé et objectifier (Miller) la portugalité. Les objets donnent forme à une continuité matérielle, un cadre (Remy et Latour), qui permet de dépasser les ruptures spatiales, sociales et culturelles vécues, aussi bien qu’ils intègrent la construction de l’idée de « diaspora portugaise ». Je montrerai aussi qu’une partie de ces objets a subi, à l’intérieur de l’espace familial, un processus d’inaliénation (Wainer) proche de celui de patrimonialisation. 

Jeudi 13 janvier 2022 : Andréa Delaplace (ICOM-CAMOC et HIPAM), « Musées d’immigration : repenser le rôle du musée en tant que médiateur dans la construction identitaire »

  • Résumé : En tant qu’institutions mémorielles, les musées jouent un grand rôle dans la construction identitaire. Les représentations du passé et du patrimoine culturel local sont essentielles pour le développement de l’identité nationale ou régionale. Désormais, la transformation d’anciennes installations qui accueillaient les immigrés - comme Ellis Island à New York – dans des sites mémoriels qui mettent en scène leurs histoires. Grâce à cette patrimonialisation des mémoires d’immigrés, un nouveau discours sur l’immigration et l’identité se met en place : les mémoires souvent oubliées - un oubli volontaire parfois - trouvent leur place dans les musées et permettent de créer un récit narratif sur l’immigration à partir de récits personnels. Pourtant, la mise en musée de l’histoire de l’immigration reste un défi dans le paysage muséal international. Ainsi, plusieurs questions se posent: Qu’est-ce que le patrimoine de l’immigration ? Comment exposer l’immigration ? Les tentatives de représentation des immigrés reflètent-elles un paradigme national ?  

Jeudi 27 janvier 2022 :  Séance ouverte aux travaux d'étudiants

Barbara Gigi, « Les objets de l’émigration et leur contenu silencieux  »

  • Résumé : Dans ma présentation, j’essayerai d’expliquer comment j’ai utilisé les objets et leur silence (Delle Notti, Puccio-Den, 2016) pour dialoguer avec les membres d’une communauté diasporique de Siciliens aux Etats-Unis et comment cette démarche ethnographique m’a permis de saisir l’ambivalence du rapport qui lie ces émigrés à leur passé et à leur pays d’origine. La présence du passé (Kidron, 2009) contenu dans les objets liés à l’émigration a permis aux membres de cette communauté de “mettre des mots sur” (Hirschauer, 2006) les traumatismes de l'expérience “mafieuse" tout en leur permettant de témoigner l’attachement et l’amour pour leur propre pays d’origine. Les expériences ethnographiques que je partagerai feront référence à des membres appartenant à différentes générations.   

Jeudi 10 février 2022 : Anélie Prudor (LISST-Centre d'anthropologie sociale, Université Toulouse - Jean Jaurès) : « Du local au transfrontalier, la place des fosses communes du franquisme dans la construction d’une mémoire de l’Espagne républicaine (Espagne/France) »

Jeudi 24 février 2022 :  Ana Carolina de Moura Delfim Maciel (historienne et documentariste, Ana Carolina de Moura Delfim Maciel préside la Chaire pour les réfugiés « Sérgio Vieira de Mello » de l’Université d’État de Campinas (UNICAMP - Brésil), une initiative de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Elle est professeure titulaire du Programme de Master en Multimédias de l’UNICAMP, où elle coordonne le séminaire « Témoins, mémoires et mises sous silence. Le documentaire audiovisuel en tant que possibilité de récit des réfugiés ».), « Memories, clues and suppressions in trauma representations »

Jeudi 10 mars 2022 : Alain Schnapp (Université Paris I, Panthéon-Sorbonne), «  L’Occident a-t-il inventé les ruines ? »

Jeudi 24 mars 2022 : Neža Čebron Lipovec (University of Primorska, Slovenia), « Urban and architectural heritage of the post-WWII period in the contested area of Istria » et Petra Kavrečič (University of Primorska, Slovenia), « ACRO PELLEGRINAGGIO”. Visits to World War I Memorials on the Soča/Isonzo Front in the Interwar Period. » Séance en anglais

Jeudi 14 avril 2022 : programme en cours d'élaboration

Jeudi 12 mai 2022 : Olga Sezneva (University of Amsterdam Department of Sociology), « From Trophy to Patrimony: proprietary feelings and material emotions after forced migration » (provisional title) Séance en anglais

Jeudi 9 juin 2022 : Conclusion


Master


  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthroplogie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Migrations – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)

Renseignements


Contacts additionnels
marina.chauliac@culture.gouv.fr irene.dossantos@cnrs.fr
Informations pratiques

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Michèle Baussant, CEFRES, par courriel : michele.baussant@cnrs.fr

Catherine Perron, CERI, par courriel : catherine.perron@sciencespo.fr

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous par courriel :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Michèle Baussant, CEFRES, par courriel : michele.baussant@cnrs.fr

Catherine Perron, CERI, par courriel : catherine.perron@sciencespo.fr

Pré-requis

Licence

Dernière modification : 24 janvier 2022 11:07

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Sociologie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie Circulations Diaspora Histoire Mémoire Migration(s) Minorités Patrimoine Politique Sociologie Transnational
Aires culturelles
Afrique Amérique du Sud Arabe (monde) Contemporain (anthropologie du, monde) Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale France Ibérique (monde) Maghreb Méditerranéens (mondes) Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Cette année sera consacrée à l’articulation entre deux thèmes : les migrations impériales et post-impériales d’une part, et la question de l’absence dans la patrimonialisation des mémoires des migrations d’autre part.

Les migrations impériales et post impériales renvoient à des contextes historiques de mobilité/immobilité sur la longue durée, voire à des déplacements successifs pour certains groupes et individus. Elles recouvrent des enjeux de territorialisation et de déterritorialisation, des stratégies et des tactiques - abandon, effacement, préservation et investissement, réappropriation - et des choix d’appartenance(s), complexifiant l’articulation entre phénomènes migratoires et processus mémoriels et de patrimonialisations. Dans le cadre de ce séminaire, on réfléchira en particulier au rôle présent de ces passés migratoires dans la construction de « l’autre » et dans les formes de rupture, de transformations et de continuité. L’idée est de comprendre les espaces singuliers de relations (conflictuelles, asymétriques, hiérarchisées…) qui se dessinent à différentes échelles et niveaux : entre anciennes puissances impériales et territoires anciennement colonisés, entre les populations qui les ont quittés, celles qui sont restées et celles qui coexistent encore, et entre les différentes générations.

Le second thème interroge l’absence liée aux déplacements migratoires dans les phénomènes mémoriels et patrimoniaux contemporains. De manière générale, le patrimoine et la mémoire, avec leurs dynamiques respectives, renvoient à l’idée de continuité qui tisse dans le présent et par la présence – de traces, de symboles, de souvenirs, de récits – un lien aux absents (ceux qui nous ont précédé et ceux qui adviendront) et plus généralement à l’absence. En prenant appui sur le cas des migrations impériales et post impériales, le séminaire questionnera la manière dont est construite, dans un cadre national, l’absence, réelle ou imaginée – des individus, de groupes, de langues, de cultures, d’histoires, de relations, d’un patrimoine, de paysages…- , notamment pour asseoir une présence et poser des liens supposément « naturels » entre patrimoine, nation et territoire. La réflexion portera à la fois sur ces constructions (sensibles, politiques…) et sur les formes patrimoniales et mémorielles qui viennent les troubler, réinventer et renégocier, resignifier et mettre au jour d’autres relations par-delà la séparation géographique et temporelle, la rareté, l’absence ou l’invisibilité des artefacts liés à des groupes contraints au départ ou invisibilisés. Elle nous engagera à examiner à nouveaux frais, dans le cadre de ce séminaire, des notions telles que patrimoine, ruines, traces, vestiges, décombres et empreintes.

Calendrier des séances :

Jeudi 14 octobre 2021 : Introduction

Jeudi 25 novembre 2021 : Michèle Baussant (CEFRES/ISP), « Youssef Ades : une plaque en bronze sur le banc d’une synagogue du Caire »

  • Résumé : Dans cette présentation, j’explore les formes de renouveaux liés au judaïsme et aux minorités juives en Egypte et hors Egypte,  en relation à la fois avec une histoire multiséculaire des Juifs en Egypte et le passé colonial récent. Cette histoire et ce passé constituent un héritage, à la fois facteur de division et de partage, de ruptures et de récupérations qui informent le présent. S’y surimposent les narrations liées à l’histoire d’Israël qui, à l’opposé, se caractérisent par une certaine unité et clôture discursives.  Je m’interroge en particulier sur les types d’artefacts et d’espaces mis en valeur, les histoires qui sont racontées, ainsi que sur ceux qui sont passés sous silence, pour construire une diaspora juive égyptienne d’un côté et de l’autre, sur place, une Egypte également pour partie juive.

Jeudi 9 décembre 2021 : Filomena Silvano (professeure à la Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade NOVA de Lisboa, chercheure au CRIA, associée à l'URMIS), « Des choses qui ont traversé des océans : la construction de patrimoines familiaux dans un contexte migratoire post impérial (Mozambique, Portugal, Brésil) »

  • Résumé : Ma communication présente des résultats du projet de recherche « Mobilités transnationales et construction d’espaces domestiques », liant le Mozambique, le Portugal et le Brésil » (réalisé par Marta Rosales, Manuel Teles Grilo et moi-même). La recherche a été menée auprès de familles marquées par des déplacements transnationaux en contexte impérial et post impérial. Nous avons voulu comprendre le rôle qu’assument, dans la construction des identités de leurs membres, les objets qui les ont accompagnés. Les objets que les familles possèdent aujourd’hui ont joué deux rôles principaux: convoquer, par métonymie, les maisons africaines du passé et objectifier (Miller) la portugalité. Les objets donnent forme à une continuité matérielle, un cadre (Remy et Latour), qui permet de dépasser les ruptures spatiales, sociales et culturelles vécues, aussi bien qu’ils intègrent la construction de l’idée de « diaspora portugaise ». Je montrerai aussi qu’une partie de ces objets a subi, à l’intérieur de l’espace familial, un processus d’inaliénation (Wainer) proche de celui de patrimonialisation. 

Jeudi 13 janvier 2022 : Andréa Delaplace (ICOM-CAMOC et HIPAM), « Musées d’immigration : repenser le rôle du musée en tant que médiateur dans la construction identitaire »

  • Résumé : En tant qu’institutions mémorielles, les musées jouent un grand rôle dans la construction identitaire. Les représentations du passé et du patrimoine culturel local sont essentielles pour le développement de l’identité nationale ou régionale. Désormais, la transformation d’anciennes installations qui accueillaient les immigrés - comme Ellis Island à New York – dans des sites mémoriels qui mettent en scène leurs histoires. Grâce à cette patrimonialisation des mémoires d’immigrés, un nouveau discours sur l’immigration et l’identité se met en place : les mémoires souvent oubliées - un oubli volontaire parfois - trouvent leur place dans les musées et permettent de créer un récit narratif sur l’immigration à partir de récits personnels. Pourtant, la mise en musée de l’histoire de l’immigration reste un défi dans le paysage muséal international. Ainsi, plusieurs questions se posent: Qu’est-ce que le patrimoine de l’immigration ? Comment exposer l’immigration ? Les tentatives de représentation des immigrés reflètent-elles un paradigme national ?  

Jeudi 27 janvier 2022 :  Séance ouverte aux travaux d'étudiants

Barbara Gigi, « Les objets de l’émigration et leur contenu silencieux  »

  • Résumé : Dans ma présentation, j’essayerai d’expliquer comment j’ai utilisé les objets et leur silence (Delle Notti, Puccio-Den, 2016) pour dialoguer avec les membres d’une communauté diasporique de Siciliens aux Etats-Unis et comment cette démarche ethnographique m’a permis de saisir l’ambivalence du rapport qui lie ces émigrés à leur passé et à leur pays d’origine. La présence du passé (Kidron, 2009) contenu dans les objets liés à l’émigration a permis aux membres de cette communauté de “mettre des mots sur” (Hirschauer, 2006) les traumatismes de l'expérience “mafieuse" tout en leur permettant de témoigner l’attachement et l’amour pour leur propre pays d’origine. Les expériences ethnographiques que je partagerai feront référence à des membres appartenant à différentes générations.   

Jeudi 10 février 2022 : Anélie Prudor (LISST-Centre d'anthropologie sociale, Université Toulouse - Jean Jaurès) : « Du local au transfrontalier, la place des fosses communes du franquisme dans la construction d’une mémoire de l’Espagne républicaine (Espagne/France) »

Jeudi 24 février 2022 :  Ana Carolina de Moura Delfim Maciel (historienne et documentariste, Ana Carolina de Moura Delfim Maciel préside la Chaire pour les réfugiés « Sérgio Vieira de Mello » de l’Université d’État de Campinas (UNICAMP - Brésil), une initiative de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Elle est professeure titulaire du Programme de Master en Multimédias de l’UNICAMP, où elle coordonne le séminaire « Témoins, mémoires et mises sous silence. Le documentaire audiovisuel en tant que possibilité de récit des réfugiés ».), « Memories, clues and suppressions in trauma representations »

Jeudi 10 mars 2022 : Alain Schnapp (Université Paris I, Panthéon-Sorbonne), «  L’Occident a-t-il inventé les ruines ? »

Jeudi 24 mars 2022 : Neža Čebron Lipovec (University of Primorska, Slovenia), « Urban and architectural heritage of the post-WWII period in the contested area of Istria » et Petra Kavrečič (University of Primorska, Slovenia), « ACRO PELLEGRINAGGIO”. Visits to World War I Memorials on the Soča/Isonzo Front in the Interwar Period. » Séance en anglais

Jeudi 14 avril 2022 : programme en cours d'élaboration

Jeudi 12 mai 2022 : Olga Sezneva (University of Amsterdam Department of Sociology), « From Trophy to Patrimony: proprietary feelings and material emotions after forced migration » (provisional title) Séance en anglais

Jeudi 9 juin 2022 : Conclusion

  • Séminaires de recherche – Études politiques – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Anthropologie-Ethnologie et anthroplogie sociale – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
  • Séminaires de recherche – Migrations – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – discussion d'une séance et des textes proposés (écrit 5 pages, discussion orale facultative)
Contacts additionnels
marina.chauliac@culture.gouv.fr irene.dossantos@cnrs.fr
Informations pratiques

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Michèle Baussant, CEFRES, par courriel : michele.baussant@cnrs.fr

Catherine Perron, CERI, par courriel : catherine.perron@sciencespo.fr

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous par courriel :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, par courriel : ribert@ehess.fr

Michèle Baussant, CEFRES, par courriel : michele.baussant@cnrs.fr

Catherine Perron, CERI, par courriel : catherine.perron@sciencespo.fr

Pré-requis

Licence

Attention !
En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=693. "

  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.09
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), jeudi 12:30-14:30
    du 14 octobre 2021 au 9 juin 2022
    Nombre de séances : 12