Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE639 - Systèmes complexes en sciences sociales


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_23
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), vendredi 13:00-15:00
    du 19 novembre 2021 au 17 juin 2022


Description


Dernière modification : 28 juin 2022 11:31

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Informatique et sciences sociales Intelligence artificielle Mathématiques et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Méthodes quantitatives Modélisation Sciences cognitives
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Jean-Pierre Nadal [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Henri Berestycki   directeur d'études (retraité·e), EHESS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Annick Vignes   professeure, École des Ponts ParisTech / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Amandine Aftalion   directrice de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)

De nombreux phénomènes socio-économiques résultent d'effets de groupes, de phénomènes de diffusion et de contagion sociale : leur compréhension théorique repose sur une modélisation des interactions sociales.

Dans le cadre général de l'étude des « systèmes complexes », des travaux sur la modélisation des interactions sociales se développent à l'interface entre la théorie microéconomique standard, où l'interaction se fait via le système des prix, la théorie des jeux, qui modélise les interactions de nature stratégiques, et la physique statistique qui donne des outils pour décrire un comportement collectif à partir d'une description des comportements individuels.

L'objectif de ce séminaire est de présenter des travaux récents, leurs fondements méthodologiques et outils théoriques, et d'explorer de nouvelles pistes de recherche dans ce domaine, notamment celles qui s’appuient sur l’analyse de grandes bases de données. Nous portons un intérêt tout particulier aux approches prenant en compte l'hétérogénéité des préférences et comportements individuels, et la spatialité des interactions (prise en compte de la structure du réseau d'interaction ou d'hétérogénéités spatiales).

Les outils que nous rencontrons sont souvent ceux de la physique statistique des systèmes désordonnés, des équations aux dérivées partielles (EDP) en milieu hétérogène, de la théorie des jeux, de la théorie des graphes et de l'analyse de réseaux, ainsi que ceux de la simulation numérique dite « multi-agents », et de l'analyse de données avancée (machine learning/intelligence artificielle).

Le programme détaillé est affiché et régulièrement mis à jour sur la page internet du séminaire,  http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/

Voir le site web du séminaire.

Séance supplémentaire le 1er juillet, de 13 h à 15 h, salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Voir la page internet du séminaire.

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous uniquement

Réception des candidats

Sur rendez-vous uniquement

Pré-requis

Les exposés s'adressent à un publique pluridisciplinaire toutes sciences confondues. Cependant, des connaissances en mathématiques, physique théorique, informatique, sciences économiques ou sciences sociales quantitatives, niveau M1 de préférence, et/ou une bonne familiarité avec la modélisation mathématique ou les analyses quantitatives, seront utiles pour apprécier les parties les plus techniques des séances.


Compte rendu


L'objectif du séminaire est de présenter des travaux récents sur la thématique des systèmes complexes en SHS, domaine large aux interfaces multiples, disciplinaires et thématiques. Le cœur thématique du séminaire est celui de la modélisation mathématique et informatique de comportements collectifs (dynamiques de groupes) à partir d’une caractérisation des comportements individuels.

Cette année le séminaire a exploré une variété de thèmes.

Sciences cognitives : Jérôme Sackur (EHESS) a présenté son programme de recherche sur l’étude de la conscience, s’appuyant sur des données expérimentales récentes, le conduisant à l’hypothèse que la succession des états mentaux est un processus markovien. Jean-Pierre Nadal (CNRS & EHESS) a exposé des recherches menées au CAMS avec Laurent Bonnasse-Gahot (EHESS) à l’interface neurosciences/intelligence artificielle.

Réseaux sociaux et dynamiques d’opinions

Emmanuel Lazega (Sciences Po) a exposé ses réflexions sur sociologie et complexité à partir d’une analyse de la dynamique d’un réseau de conseil entre pairs.

L’analyse de réseaux en sociologie a motivé une nouvelle approche de caractérisation mathématique et algorithmique d’un réseau, en termes de flux de liens, travaux développés par  Matthieu Latapy (LIP6, CNRS – SU) et ses collaborateurs (présentation par Esteban Bautista Ruiz).

Antoine Mandel (Université Paris 1) a présenté un nouveau modèle de dynamique d’opinions sur réseau, avec une caractérisation conduisant à la question du contrôle d’un débat social sur les réseaux, et celle des risques de polarisation des opinions vers les extrêmes.

Juste avant la dernière élection présidentielle, Michel Fansten (INSEE), auteur d’un travail de formalisation des comportements électoraux, est venu présenter son analyse spécifique de l’élection qui était à venir, avec au cœur de son travail la question des abstentions.

Comportements collectifs dans les sociétés animales

Intelligence collective, leadership, imitation : ces thèmes se retrouvent dans les sociétés animales.  F. Peruani (CY Cergy Paris Université) a présenté des expériences menées chez les moutons, et leurs modélisation cherchant à décrire les processus à l’origine des mouvements collectifs – ici des comportements réellement moutonniers…

Économie et finance.

Le séminaire a discuté de dynamique de croissance des entreprises (J. Moran, CAMS & CFM), avec une étude combinant la statistique des taux de croissance d’entreprises avec celle de leurs réseaux d’approvisionnement ; de la « sagesse des foules » sur les marchés financiers (D. Challet, CentraleSupelec). Le séminaire a abordé la question des inégalités dans deux domaines. D’une part V. Venkatasubramian (Columbia University) a proposé une caractérisation de ce qu’on pourrait appeler une inégalité de revenu équitable (fair). D’autre part, Antonin Pottier (EHESS) a discuté la question des inégalités écologiques et de leurs mesures, en lien avec la question de la responsabilité.

Mathématiques

La « théorie de la viabilité » est une approche mathématique permettant de caractériser les paramètres qui feront que, par exemple, un écosystème restera viable, résilient. I. Alvarez (INRAE) a exposé une expérience de médiation dans laquelle le jeu vidéo populaire minecraft est utilisé pour faire comprendre, qualitativement et de manière pratique, cette théorie complexe.

Les mathématiques sont au cœur des approches présentées dans ce séminaire.  La place particulière qu’occupent les mathématiques en France est bien connue. S’appuyant sur des données originales, Pierre-Michel Manger (Collège de France et EHESS) nous a présenté une étude du modèle d’excellence académique en France, s’intéressant notamment aux pratiques des communautés scientifiques donnant lieu à des carrières (âge de recrutement, promotions,…) différents selon les disciplines.

Notons également que le séminaire a accueilli pour deux séances les quatre Prix de thèse Systèmes Complexes 2021 (prix organisé par l’ISC-PIF).

Site du séminaire : http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/ Les séances sont enregistrées, les vidéos accessibles sur le site YouTube du CAMS.

Publications

Jean-Pierre Nadal

  • Avec Laurent Bonnasse-Gahot, « Categorical Perception: A Groundwork for Deep Learning », Neural Computation, 2022, 34 (2), p. 437-475.
  • Avec Kevin Berlemont, « Confidence-controlled Hebbian learning efficiently extracts category membership from stimuli encoded in view of a categorization task », Neural Computation, 2022, 34 (1), p. 45-77.
  • ICUBAM consortium*, corresponding author Julie Josse, « ICU Bed Availability Monitoring and analysis in the Grand Est region of France during the COVID-19 epidemic », * Laurent Bonnasse-Gahot, Maxime Dénès, Gabriel Dulac-Arnold, Sertan Girgin, François Husson, Valentin Iovene, Julie Josse, Antoine Kimmoun, François Landes, Jean-Pierre Nadal, Romain Primet, Frederico Quintao, Pierre Guillaume Raverdy, Vincent Rouvreau, Olivier Teboul, and Roman Yurchak (ordre alphabétique), Statistique et société, vol. 10, n° 1, 2022.
  • Avec L. Bonnasse-Gahot, « Modéliser les émeutes de 2005 : une vague de violence contagieuse », contribution à un ouvrage collectif de la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS, CNRS Éditions, sous presse.

Henri Berestycki

  • Avec B. Desjardins, B. Heintz, et al, « Plateaus, rebounds and the effects of individual behaviours in epidemics », Sci Rep 11, 18339, 2021,  https://doi.org/10.1038/s41598-021-97077-x
  • Avec C. Graham, « Reaction–diffusion equations in the half-space », Annales de l'Institut Henri Poincaré C, 2022.

Dernière modification : 28 juin 2022 11:31

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Méthodes et techniques des sciences sociales
Page web
http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/ 
Langues
anglais français
Mots-clés
Informatique et sciences sociales Intelligence artificielle Mathématiques et sciences sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Méthodes quantitatives Modélisation Sciences cognitives
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Jean-Pierre Nadal [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Henri Berestycki   directeur d'études (retraité·e), EHESS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Annick Vignes   professeure, École des Ponts ParisTech / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)
  • Amandine Aftalion   directrice de recherche, CNRS / Centre d'analyse et de mathématique sociales (CAMS)

De nombreux phénomènes socio-économiques résultent d'effets de groupes, de phénomènes de diffusion et de contagion sociale : leur compréhension théorique repose sur une modélisation des interactions sociales.

Dans le cadre général de l'étude des « systèmes complexes », des travaux sur la modélisation des interactions sociales se développent à l'interface entre la théorie microéconomique standard, où l'interaction se fait via le système des prix, la théorie des jeux, qui modélise les interactions de nature stratégiques, et la physique statistique qui donne des outils pour décrire un comportement collectif à partir d'une description des comportements individuels.

L'objectif de ce séminaire est de présenter des travaux récents, leurs fondements méthodologiques et outils théoriques, et d'explorer de nouvelles pistes de recherche dans ce domaine, notamment celles qui s’appuient sur l’analyse de grandes bases de données. Nous portons un intérêt tout particulier aux approches prenant en compte l'hétérogénéité des préférences et comportements individuels, et la spatialité des interactions (prise en compte de la structure du réseau d'interaction ou d'hétérogénéités spatiales).

Les outils que nous rencontrons sont souvent ceux de la physique statistique des systèmes désordonnés, des équations aux dérivées partielles (EDP) en milieu hétérogène, de la théorie des jeux, de la théorie des graphes et de l'analyse de réseaux, ainsi que ceux de la simulation numérique dite « multi-agents », et de l'analyse de données avancée (machine learning/intelligence artificielle).

Le programme détaillé est affiché et régulièrement mis à jour sur la page internet du séminaire,  http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/

Voir le site web du séminaire.

Séance supplémentaire le 1er juillet, de 13 h à 15 h, salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Voir la page internet du séminaire.

Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous uniquement

Réception des candidats

Sur rendez-vous uniquement

Pré-requis

Les exposés s'adressent à un publique pluridisciplinaire toutes sciences confondues. Cependant, des connaissances en mathématiques, physique théorique, informatique, sciences économiques ou sciences sociales quantitatives, niveau M1 de préférence, et/ou une bonne familiarité avec la modélisation mathématique ou les analyses quantitatives, seront utiles pour apprécier les parties les plus techniques des séances.

  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_23
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (1re/3e), vendredi 13:00-15:00
    du 19 novembre 2021 au 17 juin 2022

L'objectif du séminaire est de présenter des travaux récents sur la thématique des systèmes complexes en SHS, domaine large aux interfaces multiples, disciplinaires et thématiques. Le cœur thématique du séminaire est celui de la modélisation mathématique et informatique de comportements collectifs (dynamiques de groupes) à partir d’une caractérisation des comportements individuels.

Cette année le séminaire a exploré une variété de thèmes.

Sciences cognitives : Jérôme Sackur (EHESS) a présenté son programme de recherche sur l’étude de la conscience, s’appuyant sur des données expérimentales récentes, le conduisant à l’hypothèse que la succession des états mentaux est un processus markovien. Jean-Pierre Nadal (CNRS & EHESS) a exposé des recherches menées au CAMS avec Laurent Bonnasse-Gahot (EHESS) à l’interface neurosciences/intelligence artificielle.

Réseaux sociaux et dynamiques d’opinions

Emmanuel Lazega (Sciences Po) a exposé ses réflexions sur sociologie et complexité à partir d’une analyse de la dynamique d’un réseau de conseil entre pairs.

L’analyse de réseaux en sociologie a motivé une nouvelle approche de caractérisation mathématique et algorithmique d’un réseau, en termes de flux de liens, travaux développés par  Matthieu Latapy (LIP6, CNRS – SU) et ses collaborateurs (présentation par Esteban Bautista Ruiz).

Antoine Mandel (Université Paris 1) a présenté un nouveau modèle de dynamique d’opinions sur réseau, avec une caractérisation conduisant à la question du contrôle d’un débat social sur les réseaux, et celle des risques de polarisation des opinions vers les extrêmes.

Juste avant la dernière élection présidentielle, Michel Fansten (INSEE), auteur d’un travail de formalisation des comportements électoraux, est venu présenter son analyse spécifique de l’élection qui était à venir, avec au cœur de son travail la question des abstentions.

Comportements collectifs dans les sociétés animales

Intelligence collective, leadership, imitation : ces thèmes se retrouvent dans les sociétés animales.  F. Peruani (CY Cergy Paris Université) a présenté des expériences menées chez les moutons, et leurs modélisation cherchant à décrire les processus à l’origine des mouvements collectifs – ici des comportements réellement moutonniers…

Économie et finance.

Le séminaire a discuté de dynamique de croissance des entreprises (J. Moran, CAMS & CFM), avec une étude combinant la statistique des taux de croissance d’entreprises avec celle de leurs réseaux d’approvisionnement ; de la « sagesse des foules » sur les marchés financiers (D. Challet, CentraleSupelec). Le séminaire a abordé la question des inégalités dans deux domaines. D’une part V. Venkatasubramian (Columbia University) a proposé une caractérisation de ce qu’on pourrait appeler une inégalité de revenu équitable (fair). D’autre part, Antonin Pottier (EHESS) a discuté la question des inégalités écologiques et de leurs mesures, en lien avec la question de la responsabilité.

Mathématiques

La « théorie de la viabilité » est une approche mathématique permettant de caractériser les paramètres qui feront que, par exemple, un écosystème restera viable, résilient. I. Alvarez (INRAE) a exposé une expérience de médiation dans laquelle le jeu vidéo populaire minecraft est utilisé pour faire comprendre, qualitativement et de manière pratique, cette théorie complexe.

Les mathématiques sont au cœur des approches présentées dans ce séminaire.  La place particulière qu’occupent les mathématiques en France est bien connue. S’appuyant sur des données originales, Pierre-Michel Manger (Collège de France et EHESS) nous a présenté une étude du modèle d’excellence académique en France, s’intéressant notamment aux pratiques des communautés scientifiques donnant lieu à des carrières (âge de recrutement, promotions,…) différents selon les disciplines.

Notons également que le séminaire a accueilli pour deux séances les quatre Prix de thèse Systèmes Complexes 2021 (prix organisé par l’ISC-PIF).

Site du séminaire : http://cams.ehess.fr/systemes-complexes-en-sciences-sociales/ Les séances sont enregistrées, les vidéos accessibles sur le site YouTube du CAMS.

Publications

Jean-Pierre Nadal

  • Avec Laurent Bonnasse-Gahot, « Categorical Perception: A Groundwork for Deep Learning », Neural Computation, 2022, 34 (2), p. 437-475.
  • Avec Kevin Berlemont, « Confidence-controlled Hebbian learning efficiently extracts category membership from stimuli encoded in view of a categorization task », Neural Computation, 2022, 34 (1), p. 45-77.
  • ICUBAM consortium*, corresponding author Julie Josse, « ICU Bed Availability Monitoring and analysis in the Grand Est region of France during the COVID-19 epidemic », * Laurent Bonnasse-Gahot, Maxime Dénès, Gabriel Dulac-Arnold, Sertan Girgin, François Husson, Valentin Iovene, Julie Josse, Antoine Kimmoun, François Landes, Jean-Pierre Nadal, Romain Primet, Frederico Quintao, Pierre Guillaume Raverdy, Vincent Rouvreau, Olivier Teboul, and Roman Yurchak (ordre alphabétique), Statistique et société, vol. 10, n° 1, 2022.
  • Avec L. Bonnasse-Gahot, « Modéliser les émeutes de 2005 : une vague de violence contagieuse », contribution à un ouvrage collectif de la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS, CNRS Éditions, sous presse.

Henri Berestycki

  • Avec B. Desjardins, B. Heintz, et al, « Plateaus, rebounds and the effects of individual behaviours in epidemics », Sci Rep 11, 18339, 2021,  https://doi.org/10.1038/s41598-021-97077-x
  • Avec C. Graham, « Reaction–diffusion equations in the half-space », Annales de l'Institut Henri Poincaré C, 2022.