Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE635 - Qu’est-ce que l’humanisme ? Pétrarque et la sociologie historique des savoirs à la fin du Moyen Âge


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.10
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), mercredi 16:30-18:30
    du 10 novembre 2021 au 8 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 23 mai 2022 14:12

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Culture Écriture Histoire Historiographie Littérature Moyen Âge/Histoire médiévale Philosophie Savoirs
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Étienne Anheim [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

Ce séminaire de recherche, ouvert aux étudiantes et aux étudiants, du master au post-doctorat, ainsi qu’à toutes les chercheuses et tous les chercheurs intéressé.e.s, sera consacré à une lecture critique de la genèse du mouvement intellectuel et social qu'on appelle "l'humanisme", à travers la figure de Pétrarque (1304-1374). Ce que la tradition culturelle européenne a désigné a posteriori par ce terme constitue, on le sait, un remaniement des savoirs médiévaux traditionnels et une valorisation des belles-lettres sur le modèle antique. Mais ce mouvement correspond également à un nouveau rapport au temps, à l’espace et au pouvoir, étroitement lié à un nouveau statut social acquis moins dans l’Église et les universités que dans les institutions communales et les cours. De plus, cette histoire s’est souvent écrite à l’envers, en faisant de Pétrarque un père fondateur évident, qu’il aurait pu ne pas être, et dont il n’incarnait en tout cas pas la figure au moment de sa mort. Pour éclairer ces questions, le séminaire alternera des interventions d’invité.e.s et des séances mettant en jeu le rôle de la temporalité, des disciplines, de la polémique ou encore de l’Antiquité dans l’œuvre et les pratiques de Pétrarque. Il s’agira de proposer une lecture sociologiquement et historiquement contextualisée au XIVe siècle, mais aussi d’ouvrir à une réflexion sur la place de la longue durée dans le travail historique, de la Renaissance à l’époque contemporaine.

10 novembre 2021 : Introduction. Pétrarque en son temps, ou l’histoire à rebrousse-poil

24 novembre 2020 : Clémence Revest (CNRS), présentation et discussion de Romam veni. Humanisme et papauté à la fin du Grand Schisme, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2021.

8 décembre 2021 : Autour de la philosophie. Pétrarque, les disciplines universitaires et l’ordre des savoirs

12 janvier 2022 : Retour sur Pétrarque polémiste

26 janvier 2022 : Elisa Brilli (Université de Toronto) et Giuliano Milani (Université Gustave Eiffel-Paris-Est Marne-la-Vallée), Des « Vies nouvelles ». Autour de la biographie de Dante (Fayard, 2021), avec la participation de Benoît Grévin (CNRS)

9 février 2022 : Elisa Brilli (Université de Toronto), Dante en « revenant » et le mépris de Pétrarque

23 février 2022 : Pétrarque et ses livres

23 mars 2022 : Chiara Franceschini (Université de Munich), Visual Conceptio : Giorgio Vasari Visualizing Theology in Early Modern Tuscany (sous réserve)

13 avril 2022 : John Sabapathy (University College London), La critique des institutions matérialistes au XIIIe siècle

11 mai 2022 : Les formes d’une œuvre. Remarques sur la structure du corpus pétrarquien

25 mai 2022 (salle 0.019 (rez de chaussée du bâtiment de recherche sud) : Sandra Gorla (Université Federico II de Naples), Nicola De Nisco (Université pour les étrangers de Pérouse) et Alessia Valenti (Université de Sienne), ITINERA – Italian Trecento Intellectual Network and European Renaissance Advent. Projet, base de données, perspectives de recherche

8 juin 2022 : Face à l’histoire. Pétrarque et l’Antiquité.


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Littératures (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous, contacter etienne.anheim@ehess.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous, contacter etienne.anheim@ehess.fr

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire sur Pétrarque et la sociologie des savoirs a succédé à deux années d'analyse de la trajectoire sociale du poète et écrivain italien du XIVe siècle. Le point de départ consistait à s'interroger sur la genèse de l'humanisme, comme mouvement intellectuel et social, en tant que remaniement des savoirs médiévaux hérités et mise en valeur des belles-lettres sur le modèle de l'antiquité. Il est rapidement apparu au cours des séances que c'est la notion d'humanisme elle-même qui nécessitait un examen historiographique critique, dans la mesure où il s'agissait largement d'une construction élaborée à partir du début du XVe siècle, soit une génération après la mort de Pétrarque. La séance de discussion du livre de Clémence Revest, consacrée aux rapports entre humanisme et papauté dans les premières décennies du XVe siècle, a en particulier permis de poser un cadre renouvelé pour l'enquête. Le projet s'est donc infléchi dans le sens d'une (re)temporalisation de Pétrarque, à rebours des constructions ultérieures, dans la mesure du possible bien sûr, puisque cette écriture de l'histoire à rebrousse-poil atteint toujours ses limites méthodologiques. L'organisation des séances thématiques a donné lieu à une relecture et une historicisation de concepts et de pratiques intellectuelles centrales dans l'élaboration de la figure de Pétrarque. L'étude du statut de la philosophie et des disciplines universitaires chez Pétrarque, puis du statut de la polémique, ont permis de montrer l'originalité de la construction théorique pétrarquienne, sans pour autant la confondre avec les positions ultérieures de l'humanisme renaissant. Un contrepoint essentiel a été fourni par Elisa Brilli, professeure de l'Université de Toronto invitée à l'EHESS, qui a animé deux séances consacrées à Dante. Deux séances sur la bibliothèque et les objets d'art ont ensuite donné lieu à une réflexion sur le rôle des formes symboliques et culturelles dans le système social et intellectuel au centre duquel Pétrarque a voulu se situer, reposant principalement sur les cours italiennes du troisième quart du XIVe siècle. L'intervention de John Sabapathy (University College London) sur la critique des institutions au XIIIe siècle a pu faire écho à la démarche de Pétrarque, en mettant en lumière l'une de ses sources, les mouvements évangéliques critiques nés du franciscanisme ou des hérésies du XIIIe siècle. Enfin, la fin de l'année a été consacrée à la discussion du grand projet prosopographique et numérique ITINERA (Italian Trecento Intellectual Network and European Renaissance Advent) portant sur la correspondance et les correspondants de Pétrarque, présenté par Sandra Gorla (Université Federico II de Naples), Nicola De Nisco (Université pour les étrangers de Pérouse) et Alessia Valenti (Université de Sienne), et à sa confrontation avec deux dernières interrogations thématiques, portant l'une sur la structure du corpus pétrarquien, l'autre sur son rapport à l'histoire, en particulier son rapport avec Rome et avec l'antiquité romaine. Le séminaire a finalement permis de faire émerger la structure d'un ouvrage provisoirement intitulé Le temps de Pétrarque, qui tente d'articuler les résultats de l'enquête des deux années précédentes, en termes d'histoire sociale, aux acquis de l'année, du point de vue des principaux concepts élaborés par Pétrarque dans sa redéfinition des pratiques intellectuelles liées à l'affirmation de statut d'écrivain, et aux conséquences de longue durée au sein de l'histoire de la culture européenne.

Publications
  • « Une Europe culturelle ? (XIVe-XVe s.) », dans Nouvelle histoire du Moyen Âge, sous la dir. de Florian Mazel, Paris, Le Seuil, 2021, p. 665-676.
  • « Au nom du père et du fils. Un souvenir d’enfance de Pétrarque », dans L’épaisseur du temps. Mélanges offerts à Jacques Dalarun, sous la dir. de Sean L. Field, Marco Guida et Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, p. 355-367.

Dernière modification : 23 mai 2022 14:12

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Culture Écriture Histoire Historiographie Littérature Moyen Âge/Histoire médiévale Philosophie Savoirs
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Étienne Anheim [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

Ce séminaire de recherche, ouvert aux étudiantes et aux étudiants, du master au post-doctorat, ainsi qu’à toutes les chercheuses et tous les chercheurs intéressé.e.s, sera consacré à une lecture critique de la genèse du mouvement intellectuel et social qu'on appelle "l'humanisme", à travers la figure de Pétrarque (1304-1374). Ce que la tradition culturelle européenne a désigné a posteriori par ce terme constitue, on le sait, un remaniement des savoirs médiévaux traditionnels et une valorisation des belles-lettres sur le modèle antique. Mais ce mouvement correspond également à un nouveau rapport au temps, à l’espace et au pouvoir, étroitement lié à un nouveau statut social acquis moins dans l’Église et les universités que dans les institutions communales et les cours. De plus, cette histoire s’est souvent écrite à l’envers, en faisant de Pétrarque un père fondateur évident, qu’il aurait pu ne pas être, et dont il n’incarnait en tout cas pas la figure au moment de sa mort. Pour éclairer ces questions, le séminaire alternera des interventions d’invité.e.s et des séances mettant en jeu le rôle de la temporalité, des disciplines, de la polémique ou encore de l’Antiquité dans l’œuvre et les pratiques de Pétrarque. Il s’agira de proposer une lecture sociologiquement et historiquement contextualisée au XIVe siècle, mais aussi d’ouvrir à une réflexion sur la place de la longue durée dans le travail historique, de la Renaissance à l’époque contemporaine.

10 novembre 2021 : Introduction. Pétrarque en son temps, ou l’histoire à rebrousse-poil

24 novembre 2020 : Clémence Revest (CNRS), présentation et discussion de Romam veni. Humanisme et papauté à la fin du Grand Schisme, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2021.

8 décembre 2021 : Autour de la philosophie. Pétrarque, les disciplines universitaires et l’ordre des savoirs

12 janvier 2022 : Retour sur Pétrarque polémiste

26 janvier 2022 : Elisa Brilli (Université de Toronto) et Giuliano Milani (Université Gustave Eiffel-Paris-Est Marne-la-Vallée), Des « Vies nouvelles ». Autour de la biographie de Dante (Fayard, 2021), avec la participation de Benoît Grévin (CNRS)

9 février 2022 : Elisa Brilli (Université de Toronto), Dante en « revenant » et le mépris de Pétrarque

23 février 2022 : Pétrarque et ses livres

23 mars 2022 : Chiara Franceschini (Université de Munich), Visual Conceptio : Giorgio Vasari Visualizing Theology in Early Modern Tuscany (sous réserve)

13 avril 2022 : John Sabapathy (University College London), La critique des institutions matérialistes au XIIIe siècle

11 mai 2022 : Les formes d’une œuvre. Remarques sur la structure du corpus pétrarquien

25 mai 2022 (salle 0.019 (rez de chaussée du bâtiment de recherche sud) : Sandra Gorla (Université Federico II de Naples), Nicola De Nisco (Université pour les étrangers de Pérouse) et Alessia Valenti (Université de Sienne), ITINERA – Italian Trecento Intellectual Network and European Renaissance Advent. Projet, base de données, perspectives de recherche

8 juin 2022 : Face à l’histoire. Pétrarque et l’Antiquité.

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Littératures (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous, contacter etienne.anheim@ehess.fr

Réception des candidats

Sur rendez-vous, contacter etienne.anheim@ehess.fr

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.10
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (2e/4e), mercredi 16:30-18:30
    du 10 novembre 2021 au 8 juin 2022
    Nombre de séances : 12

Le séminaire sur Pétrarque et la sociologie des savoirs a succédé à deux années d'analyse de la trajectoire sociale du poète et écrivain italien du XIVe siècle. Le point de départ consistait à s'interroger sur la genèse de l'humanisme, comme mouvement intellectuel et social, en tant que remaniement des savoirs médiévaux hérités et mise en valeur des belles-lettres sur le modèle de l'antiquité. Il est rapidement apparu au cours des séances que c'est la notion d'humanisme elle-même qui nécessitait un examen historiographique critique, dans la mesure où il s'agissait largement d'une construction élaborée à partir du début du XVe siècle, soit une génération après la mort de Pétrarque. La séance de discussion du livre de Clémence Revest, consacrée aux rapports entre humanisme et papauté dans les premières décennies du XVe siècle, a en particulier permis de poser un cadre renouvelé pour l'enquête. Le projet s'est donc infléchi dans le sens d'une (re)temporalisation de Pétrarque, à rebours des constructions ultérieures, dans la mesure du possible bien sûr, puisque cette écriture de l'histoire à rebrousse-poil atteint toujours ses limites méthodologiques. L'organisation des séances thématiques a donné lieu à une relecture et une historicisation de concepts et de pratiques intellectuelles centrales dans l'élaboration de la figure de Pétrarque. L'étude du statut de la philosophie et des disciplines universitaires chez Pétrarque, puis du statut de la polémique, ont permis de montrer l'originalité de la construction théorique pétrarquienne, sans pour autant la confondre avec les positions ultérieures de l'humanisme renaissant. Un contrepoint essentiel a été fourni par Elisa Brilli, professeure de l'Université de Toronto invitée à l'EHESS, qui a animé deux séances consacrées à Dante. Deux séances sur la bibliothèque et les objets d'art ont ensuite donné lieu à une réflexion sur le rôle des formes symboliques et culturelles dans le système social et intellectuel au centre duquel Pétrarque a voulu se situer, reposant principalement sur les cours italiennes du troisième quart du XIVe siècle. L'intervention de John Sabapathy (University College London) sur la critique des institutions au XIIIe siècle a pu faire écho à la démarche de Pétrarque, en mettant en lumière l'une de ses sources, les mouvements évangéliques critiques nés du franciscanisme ou des hérésies du XIIIe siècle. Enfin, la fin de l'année a été consacrée à la discussion du grand projet prosopographique et numérique ITINERA (Italian Trecento Intellectual Network and European Renaissance Advent) portant sur la correspondance et les correspondants de Pétrarque, présenté par Sandra Gorla (Université Federico II de Naples), Nicola De Nisco (Université pour les étrangers de Pérouse) et Alessia Valenti (Université de Sienne), et à sa confrontation avec deux dernières interrogations thématiques, portant l'une sur la structure du corpus pétrarquien, l'autre sur son rapport à l'histoire, en particulier son rapport avec Rome et avec l'antiquité romaine. Le séminaire a finalement permis de faire émerger la structure d'un ouvrage provisoirement intitulé Le temps de Pétrarque, qui tente d'articuler les résultats de l'enquête des deux années précédentes, en termes d'histoire sociale, aux acquis de l'année, du point de vue des principaux concepts élaborés par Pétrarque dans sa redéfinition des pratiques intellectuelles liées à l'affirmation de statut d'écrivain, et aux conséquences de longue durée au sein de l'histoire de la culture européenne.

Publications
  • « Une Europe culturelle ? (XIVe-XVe s.) », dans Nouvelle histoire du Moyen Âge, sous la dir. de Florian Mazel, Paris, Le Seuil, 2021, p. 665-676.
  • « Au nom du père et du fils. Un souvenir d’enfance de Pétrarque », dans L’épaisseur du temps. Mélanges offerts à Jacques Dalarun, sous la dir. de Sean L. Field, Marco Guida et Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, p. 355-367.