Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE634 - L’art et la matière. Objets, méthodes et concepts


Lieu et planning


  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    salle Walter-Benjamin
    mardi 10:00-12:00

    23 novembre 2021
    14 décembre 2021
    4 et 18 janvier 2022
    1er et 15 février 2022
    8 et 22 mars 2022
    5 et 19 avril 2022
    17 et 31 mai 2022


Description


Dernière modification : 7 novembre 2021 17:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie visuelle Arts Culture matérielle Esthétique Histoire Musées Patrimoine
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s

Les arts visuels européens se sont construits dans une perspective esthétique qui a souvent relégué au second plan la dimension matérielle des productions artistiques, principalement à partir de la Renaissance. Pourtant, la pratique des artistes n’a jamais cessé de s’ancrer dans un travail concret de la matière, qui a été souligné par exemple par la confrontation avec les avant-gardes contemporaines et les artefacts du monde entier, mais aussi par la réflexion de l’histoire, de la sociologie ou de l’anthropologie appliquées à l’art et par les recherches dans le domaine des sciences du patrimoine. Ce séminaire vise à prolonger ces interrogations. Il cherchera en particulier à montrer comment le « tournant matériel » a conduit à une nouvelle appréhension des objets artistiques - quelles qu'en soient la datation et l'aire culturelle de provenance - qui a rencontré de nouvelles méthodes, y compris venues de l’analyse matérielle, en laboratoire et en atelier de restauration, mais aussi de nouveaux concepts, nourris par l’expérience artistique, la critique d’art et la littérature, autant que par les sciences sociales. Les séances alterneront des présentations de travaux en cours et des séances méthodologiques et historiographiques liées à des lectures. 

23 novembre 2021 : Sigrid Mirabaud (INHA), Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné) et Étienne Anheim (EHESS), Introduction, « L’art et la matière »

14 décembre 2021 : Étienne Anheim (EHESS), « La crucifixion des Augustins de Toulouse entre Lorenzo Monaco et Neri di Bicci (1400-1470) »

4 janvier 2022 : Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné), « Du démantèlement à la ‘rematérialisation’. Fragments voyageurs, la longue vie mouvementée des retables »

18 janvier 2022 : Marie-Charlotte Calafat (MUCEM), « Costumes régionaux et haute couture. Une approche comparée entre sociologie de la mode et ethnographie français »

1er février 2022 : Sigrid Mirabaud (INHA), « Le bleu : couleur et matériaux entre Éthiopie et Méditerranée 7

15 février 2022 : Étienne Anheim (EHESS), « Une lecture de Georges Perec, Un cabinet d’amateur, Paris, Balland, 1979 »

8 mars 2022 : Sigrid Mirabaud (INHA), « Une lecture de Cesare Brandi, Théorie de la restauration, Paris, Éditions du patrimoine/INP, 2001 »

22 mars 2022 : Delphine Burlot (Paris 1), « Améliorer la peinture. La peinture à la cire au XVIIIe siècle »

5 avril 2022 : Lucile Brunel-Duverger (C2RMF) et Caroline Thomas (Musée du Louvre), « Les portraits dits « du Fayoum » (Ier-IVe siècle) »

19 avril 2022 : Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné), « Une lecture de Francis Haskell, Le Musée éphémère. Les maîtres anciens et l’essor des expositions, Paris, Gallimard, 2002 »

17 mai 2022 : Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), « L’or en contexte, matériau du peintre et de la couleur »

31 mai 2022 : Marion Cinqualbre (conservatrice-restauratrice/Université de Cergy) et Maroussia Duranton (C2RMF), « Étude et conservation du ZIP (films plastiques auto-adhésifs pré-imprimés pour les dessins d’architecture, seconde moitié du XXe siècle) »


Master


  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous, écrire à etienne.anheim@ehess.fr

Réception des candidats

Sur demande de rendez-vous, écrire à etienne.anheim@ehess.fr

Pré-requis
-

Compte rendu


Ce séminaire a inauguré une nouvelle collaboration avec Giulia Puma, historienne d'art (Université de Nice/Collège Sévigné) et Sigrid Mirabaud, conservatrice du patrimoine (Institut national d'histoire de l'art). La perspective générale a été celle d'une critique de la tradition esthétique propre aux arts visuels européens visant à mettre au contraire en avant la dimension matérielle des productions artistiques. On a cherché en particulier à montrer que le "tournant matériel" des sciences sociales et de l'histoire de l'art correspondait à une transformation significative des collaborations avec les sciences expérimentales et les laboratoires d'étude des objets patrimonialisés, qu'on a cherché à illustrer et à analyser. Autour des objets patrimonialisés se développent désormais de nouvelles méthodes, mais aussi de nouveaux concepts, nourris par l'expérience artistique, la critique d'art et la littérature, autant que par les sciences sociales et les sciences naturelles.

L'introduction générale a permis en particulier de revenir sur la notion de matérialité du point de vue interdisciplinaire, en soulignant en particulier la longue durée des collaborations entre histoire, histoire de l'art, archéologie et sciences de la nature. Les premières séances ont mis en oeuvre cette réflexion sur la temporalité à partir de peintures italiennes de la fin du Moyen Âge (une Crucifixion du XVe siècle et une série de retables du XIVe-XVe s.) en confrontant analyse historique, outils numériques et investigations physico-chimiques. Marie-Charlotte Calafat, conservatrice au MUCEM, a proposé un contrepoint contemporain à partir du problème de la patrimonialisation de la mode, puis Delphine Burlot, maîtresse de conférences à Paris 1, a exposé ses travaux sur la peinture à cire du XVIIIe siècle, avant que Lucile Brunel-Duverger (C2RMF) et Caroline Thomas (Musée du Louvre) présentent leurs recherches sur les portraits antique du Fayoum, nourissant dans le cadre du séminaire une comparaison à travers deux millénaires de pratiques picturales. En parallèle, une partie des séances a été consacrée à  l'étude de matériaux spécifiques, comme le bleu dans la peinture éthiopienne médiévale et moderne, l'or dans la peinture italienne (avec la participation d'Anne-Solenn Le Hô, C2RMF), ou encore le ZIP, film plastique auto-adhésif utilisé dans le dessin d'architecture au cours de la seconde moitié du XXe siècle (Marion Cinqualbre, restauratrice, doctorante à l'Université de Cergy et Marrousia Duranton, C2RMF). Enfin, un dernier ensemble de séances a été spécifiquement consacré à des lectures de textes liés à la matérialité artistique : Un cabinet d'amateur de Georges Perec, Théorie de la restauration de Cesare Brandi et Le musée éphémère de Francis Haskell.

La réflexion menée au cours de l'année a abouti à souligner l'importance des enjeux de la collaboration interdisciplinaire, la matérialité artistique étant sans doute l'un des lieux où l'on peut aujourd'hui observer le plus grand degré d'intégration entre les données des sciences sociales et celles des sciences de la nature. Mais elle a aussi conduit à mettre en évidence le rôle des institutions engagées dans ces recherches, qu'elles soient universitaires ou muséales. S'est ainsi progressivement esquissé un programme de recherche qui conjoint l'étude des oeuvres et l'histoire de ces collaborations interdisciplinaires et interinstitutionnelles : l'idée est de poursuivre cette enquête l'année prochaine, en approfondissant en particulier le volet historiographique et réflexif.

Publications
  • Avec Loïc Bertrand, Mathieu Thoury, Pierre Gueriau et Serge Cohen, « Deciphering the Chemistry of Cultural Heritage : Targeting Material Properties by Coupling Spectral Imaging with Image Analysis », Accounts of Chemical Research, American Chemical Society, 2021, 54-13, p. 2823-2832, https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs.accounts.1c00063
  • « Penser l’hybridité visuelle. Une Crucifixion entre Lorenzo Monaco et Neri di Bicci », Histoire de l’art, 88, 2021-2, p. 29-37.
  • « Art(s) », dans Nouvelle histoire du Moyen Âge, sous la dir. de Florian Mazel, Paris, Le Seuil, 2021, p. 711-718.

Dernière modification : 7 novembre 2021 17:48

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire, Signes, formes, représentations
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie visuelle Arts Culture matérielle Esthétique Histoire Musées Patrimoine
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s

Les arts visuels européens se sont construits dans une perspective esthétique qui a souvent relégué au second plan la dimension matérielle des productions artistiques, principalement à partir de la Renaissance. Pourtant, la pratique des artistes n’a jamais cessé de s’ancrer dans un travail concret de la matière, qui a été souligné par exemple par la confrontation avec les avant-gardes contemporaines et les artefacts du monde entier, mais aussi par la réflexion de l’histoire, de la sociologie ou de l’anthropologie appliquées à l’art et par les recherches dans le domaine des sciences du patrimoine. Ce séminaire vise à prolonger ces interrogations. Il cherchera en particulier à montrer comment le « tournant matériel » a conduit à une nouvelle appréhension des objets artistiques - quelles qu'en soient la datation et l'aire culturelle de provenance - qui a rencontré de nouvelles méthodes, y compris venues de l’analyse matérielle, en laboratoire et en atelier de restauration, mais aussi de nouveaux concepts, nourris par l’expérience artistique, la critique d’art et la littérature, autant que par les sciences sociales. Les séances alterneront des présentations de travaux en cours et des séances méthodologiques et historiographiques liées à des lectures. 

23 novembre 2021 : Sigrid Mirabaud (INHA), Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné) et Étienne Anheim (EHESS), Introduction, « L’art et la matière »

14 décembre 2021 : Étienne Anheim (EHESS), « La crucifixion des Augustins de Toulouse entre Lorenzo Monaco et Neri di Bicci (1400-1470) »

4 janvier 2022 : Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné), « Du démantèlement à la ‘rematérialisation’. Fragments voyageurs, la longue vie mouvementée des retables »

18 janvier 2022 : Marie-Charlotte Calafat (MUCEM), « Costumes régionaux et haute couture. Une approche comparée entre sociologie de la mode et ethnographie français »

1er février 2022 : Sigrid Mirabaud (INHA), « Le bleu : couleur et matériaux entre Éthiopie et Méditerranée 7

15 février 2022 : Étienne Anheim (EHESS), « Une lecture de Georges Perec, Un cabinet d’amateur, Paris, Balland, 1979 »

8 mars 2022 : Sigrid Mirabaud (INHA), « Une lecture de Cesare Brandi, Théorie de la restauration, Paris, Éditions du patrimoine/INP, 2001 »

22 mars 2022 : Delphine Burlot (Paris 1), « Améliorer la peinture. La peinture à la cire au XVIIIe siècle »

5 avril 2022 : Lucile Brunel-Duverger (C2RMF) et Caroline Thomas (Musée du Louvre), « Les portraits dits « du Fayoum » (Ier-IVe siècle) »

19 avril 2022 : Giulia Puma (Université Côte-d’Azur–Collège Sévigné), « Une lecture de Francis Haskell, Le Musée éphémère. Les maîtres anciens et l’essor des expositions, Paris, Gallimard, 2002 »

17 mai 2022 : Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), « L’or en contexte, matériau du peintre et de la couleur »

31 mai 2022 : Marion Cinqualbre (conservatrice-restauratrice/Université de Cergy) et Maroussia Duranton (C2RMF), « Étude et conservation du ZIP (films plastiques auto-adhésifs pré-imprimés pour les dessins d’architecture, seconde moitié du XXe siècle) »

  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Formes et objets (M1) – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Images, cultures visuelles, histoire de l'art (M2) – M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Arts, littératures et langages-Pratiques, discours et usages (M1) – M1/S1-S2
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

Sur rendez-vous, écrire à etienne.anheim@ehess.fr

Réception des candidats

Sur demande de rendez-vous, écrire à etienne.anheim@ehess.fr

Pré-requis
-
  • INHA
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    salle Walter-Benjamin
    mardi 10:00-12:00

    23 novembre 2021
    14 décembre 2021
    4 et 18 janvier 2022
    1er et 15 février 2022
    8 et 22 mars 2022
    5 et 19 avril 2022
    17 et 31 mai 2022

Ce séminaire a inauguré une nouvelle collaboration avec Giulia Puma, historienne d'art (Université de Nice/Collège Sévigné) et Sigrid Mirabaud, conservatrice du patrimoine (Institut national d'histoire de l'art). La perspective générale a été celle d'une critique de la tradition esthétique propre aux arts visuels européens visant à mettre au contraire en avant la dimension matérielle des productions artistiques. On a cherché en particulier à montrer que le "tournant matériel" des sciences sociales et de l'histoire de l'art correspondait à une transformation significative des collaborations avec les sciences expérimentales et les laboratoires d'étude des objets patrimonialisés, qu'on a cherché à illustrer et à analyser. Autour des objets patrimonialisés se développent désormais de nouvelles méthodes, mais aussi de nouveaux concepts, nourris par l'expérience artistique, la critique d'art et la littérature, autant que par les sciences sociales et les sciences naturelles.

L'introduction générale a permis en particulier de revenir sur la notion de matérialité du point de vue interdisciplinaire, en soulignant en particulier la longue durée des collaborations entre histoire, histoire de l'art, archéologie et sciences de la nature. Les premières séances ont mis en oeuvre cette réflexion sur la temporalité à partir de peintures italiennes de la fin du Moyen Âge (une Crucifixion du XVe siècle et une série de retables du XIVe-XVe s.) en confrontant analyse historique, outils numériques et investigations physico-chimiques. Marie-Charlotte Calafat, conservatrice au MUCEM, a proposé un contrepoint contemporain à partir du problème de la patrimonialisation de la mode, puis Delphine Burlot, maîtresse de conférences à Paris 1, a exposé ses travaux sur la peinture à cire du XVIIIe siècle, avant que Lucile Brunel-Duverger (C2RMF) et Caroline Thomas (Musée du Louvre) présentent leurs recherches sur les portraits antique du Fayoum, nourissant dans le cadre du séminaire une comparaison à travers deux millénaires de pratiques picturales. En parallèle, une partie des séances a été consacrée à  l'étude de matériaux spécifiques, comme le bleu dans la peinture éthiopienne médiévale et moderne, l'or dans la peinture italienne (avec la participation d'Anne-Solenn Le Hô, C2RMF), ou encore le ZIP, film plastique auto-adhésif utilisé dans le dessin d'architecture au cours de la seconde moitié du XXe siècle (Marion Cinqualbre, restauratrice, doctorante à l'Université de Cergy et Marrousia Duranton, C2RMF). Enfin, un dernier ensemble de séances a été spécifiquement consacré à des lectures de textes liés à la matérialité artistique : Un cabinet d'amateur de Georges Perec, Théorie de la restauration de Cesare Brandi et Le musée éphémère de Francis Haskell.

La réflexion menée au cours de l'année a abouti à souligner l'importance des enjeux de la collaboration interdisciplinaire, la matérialité artistique étant sans doute l'un des lieux où l'on peut aujourd'hui observer le plus grand degré d'intégration entre les données des sciences sociales et celles des sciences de la nature. Mais elle a aussi conduit à mettre en évidence le rôle des institutions engagées dans ces recherches, qu'elles soient universitaires ou muséales. S'est ainsi progressivement esquissé un programme de recherche qui conjoint l'étude des oeuvres et l'histoire de ces collaborations interdisciplinaires et interinstitutionnelles : l'idée est de poursuivre cette enquête l'année prochaine, en approfondissant en particulier le volet historiographique et réflexif.

Publications
  • Avec Loïc Bertrand, Mathieu Thoury, Pierre Gueriau et Serge Cohen, « Deciphering the Chemistry of Cultural Heritage : Targeting Material Properties by Coupling Spectral Imaging with Image Analysis », Accounts of Chemical Research, American Chemical Society, 2021, 54-13, p. 2823-2832, https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs.accounts.1c00063
  • « Penser l’hybridité visuelle. Une Crucifixion entre Lorenzo Monaco et Neri di Bicci », Histoire de l’art, 88, 2021-2, p. 29-37.
  • « Art(s) », dans Nouvelle histoire du Moyen Âge, sous la dir. de Florian Mazel, Paris, Le Seuil, 2021, p. 711-718.