Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE606 - Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 15. Formes de contestation et politiques de réparation


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 18:00-20:00
    du 12 octobre 2021 au 24 mai 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 12 avril 2022 14:13

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français lsf
Mots-clés
Arts Corps Mobilisation(s) Sourds
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s

Nous poursuivons notre réflexion sur les usages du concept de réparation dans le champ d’études sur les sourds et les langues des signes. Si ce concept est communément associé à une pratique médicale visant la correction du déficit physiologique comme condition de normalité, et contesté, par cette raison, par une partie de la population sourde concernée, nous observons aussi que l’exigence de réparation au tort subi par ces mêmes personnes dès lors qu’ils n’ont plus accès aux conditions de vie qu’elles réclament, élargissent en les questionnant les significations et les usages que les différents acteurs mobilisent autour de la réparation. C’est ce que nous observons dans certaines pratiques artistiques ou professionnelles visant à redonner d’autres sens au corps questionné. En partant principalement des trois terrains de recherche : les pratiques artistiques, les écritures autobiographiques et les dispositifs institutionnels qui placent la langue des signes au cœur de leurs pratiques, nous continuons l'exploration des multiples formes par lesquelles le concept de réparation fait irruption dans la vie des sourds que ce soit dans la contestation comme dans des nouvelles formes d’appropriation. En remettant en question un certain ordre socialement établi (il faut réparer un corps défaillant), le concept se charge d’une valeur émancipatrice et contribue à des nouvelles lectures du champ des Deaf Studies et plus largement, des Disability Studies.

Mardi 12 octobre 2021 : Formes de contestation et usages de la réparation

  • Introduction : A. Benvenuto, F. Bertin et O. Schetrit 

Mardi 26 octobre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation 

  • Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) – Ce que l’enquête autobiographique donne à voir comme processus de réparation. 

Mardi 9 novembre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation

  • Fabrice Bertin (CEMS, PHS) - De l’usage de la biographie dans l’écriture de l’histoire des sourds 

Mardi 23 novembre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation

  • Marlène Varnerin (Editions Inclood) et Pascale Gicquel (narratrice et formatrice) – À propos de la fabrique des écritures de soi à partir du livre Inouïes, portraits des femmes sourdes (Editions Inclood, 2019) 

Mardi 11 janvier 2022 : Dispositifs de réparation : la question linguistique et culturelle pour prendre soin des sourds 

  • Nelly Aziaez (Médecin, responsable de l’UNISS, Hôpital La Salpêtrière). Les médecins signeurs dans les unités des soins des sourds: quels motivations pour quelles pratiques ? 

Mardi 25 janvier 2022 : Ce que réparer veut dire 

  • Johann Michel (philosophe, CEMS). Présentation de son dernier ouvrage Le réparable et l’irréparable. L’humain au temps du vulnérable. Hermann, 2021.

Mardi 8 février 2022 : Formes de contestation et usages de la réparation dans le terrain artistique 

  • Olivier Schetrit et Andrea Benvenuto (CEMS, PHS). L’art sourd entre processus de réparation identitaire et élan émancipateur 

Mardi 8 mars 2022 : Usages de la réparation dans le terrain de l’art cinématographique 

  • Barbara Fougère (Université Panthéon-Sorbonne) – Approche cinématographique des processus de réparation à partir de l’analyse des films Sound of Metal (2021) et Frankie Wilde (2004) 

Mardi 22 mars 2022 : Dispositifs de réparation : l’IC

  • Sophie Bergheimer (Psychothérapeute) - L’Implant Cochléaire : que répare-t-il ? Approche psychanalytique. 

Mardi 12 avril 2022 : Dispositifs de réparation : l’accès au droit 

  • Pauline Duchemin (Association Droit Pluriel) – Quel accès à la justice pour les personnes sourdes en quête de réparation ? (titre provisoire) 

Mardi 10 mai 2022 : Dispositifs de réparation : l’accès à l’éducation supérieur 

  • Emi Matsuoka (ENS) – Les enjeux de l’inclusion dans l’enseignement supérieur, entre politique de prévention et politique de réparation. Le cas des étudiant.e.s sourd.e.s 

Mardi 24 mai 2022 :

  • Karl Steel (Brooklyn College, NY), professeur invité à l’EHESS par Pierre-Olivier Dittmar: "Muteness": At the intersection of Animals, Objects, and Disability in Premodern Europe (« Mutisme » : au carrefour des animaux, des objets et du handicap dans l’Europe prémoderne). Avec le soutien du Programme Handicap & Sociétés de l’EHESS

Master


  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour tout renseignement contacter andrea.benvenuto@ehess.fr, olivier.schetrit@ehess.fr, fabrice.bertin@ehess.fr 

Direction de travaux des étudiants

Sur RDV

Réception des candidats

Sur RDV

Pré-requis

Aucun pré-requis


Compte rendu


Nous poursuivons notre réflexion sur les usages que les sourds et les discours sur les sourds font de la notion de réparation. Comment cette notion est-elle mobilisée dans les recherches sur les sourds et les LS ? Jusqu’alors entendue comme le seul geste possible face à la surdité considérée comme une anormalité, on peut faire l’hypothèse que l’identification de cette notion à ce seul sens a conduit le discours socio-anthropologique au rejet ou à sa mise à l’écart. Mais si nous entendons la réparation comme un phénomène à multiples facettes, à usages variés et à différentes échelles, elle ne devrait pas rester à la marge de sa mise en question notamment par les études sur les sourds et les LS. Au contraire, elle peut être très opérative pour comprendre certains processus d’émancipation. Quels usages les sourds font-ils de cette notion ? Si une partie des sourds rejette les politiques de réparation de la surdité, il y a d’autres milieux où la notion se charge d’autres significations. C’est ce que nous sommes attelés à explorer dans le terrain artistique, en particulier, le théâtre ou les autobiographies des sourds. Réparer l’identité abimée, peut être à l’origine d’un désir de transformer sa vie et celle du groupe, ce qui pourrait ainsi devenir un puissant moteur d’émancipation. Quels sont les liens entre politiques de réparation et les mobilisations qui lui sont attachées. Certains champs comme celui de la santé ou de l’éducation, sont des terrains où ces deux aspects se croissent. Pour transformer les effets de la politique médicale réparatrice de la surdité (qui a laissé les sourds en dehors du système de santé), la mobilisation des sourds et des entendants pour ouvrir une consultation en langue des signes, a produit un effet beaucoup plus large que celui attendu à l’époque où cette consultation a été mise en place. Les unités des soins des sourds sont donc le produit de cette contestation. D’autres dispositifs, comme les accueils et conseils juridiques, remplissent des fonctions similaires. Pour répondre à ces interrogations, le programme s’est structuré autour de trois thématiques : 1) Récits de vie, écritures et réparation : où nous avons interrogé l’usage des récits de vie, qu’ils soient biographiques ou autobiographiques pour chercher de comprendre les formes que peut prendre le processus de réparation (ou d’autoréparation) qu’il soit collectif (par exemple, écrire l’histoire des sourds pour réparer une dette) ou individuel (témoigner de sa vie, écrire son autobiographie). Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) « Ce que l’enquête autobiographique donne à voir comme processus de réparation ». Fabrice Bertin (CEMS, PHS) « De l’usage de la biographie dans l’écriture de l’histoire des sourds ». Marlène Varnerin (Editions Inclood) et Pascale Gicquel (narratrice et formatrice) « À propos de la fabrique des écritures de soi ». 2) Formes de contestation et usages de la réparation dans le terrain de l’art. Où il a été question d’explorer dans quelle mesure l’art (qu’il soit théâtral ou cinématographique) participe d’un processus de réparation identitaire. Ou véhicule des représentations diverses sur ce que réparer veut dire. Olivier Schetrit et Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) « L’art sourd entre processus de réparation identitaire et élan émancipateur ». Barbara Fougère (Université Panthéon-Sorbonne) « Approche cinématographique des processus de réparation à partir de l’analyse des films Sound of Metal (2021) et Frankie Wilde (2004) ». 3) Dispositifs de réparation. Et enfin, nous avons étudié divers types de dispositifs (techniques comme l’IC, médicaux comme les unités des soins des sourds en LS, juridique ou éducatif), où la place de la langue des signes dans ces dispositifs est vue comme moyen de réparation, non pas de l’oreille des sourds, mais plutôt de la dimension désirante, des liens sociaux, ou des droits. Nelly Aziaez (médecin, responsable de l’UNISS, Hôpital La Salpêtrière) « Les médecins signeurs dans les unités des soins des sourds : quelles motivations pour quelles pratiques ? ». Sophie Bergheimer (Psychothérapeute) « L’Implant Cochléaire : que répare-t-il ? Approche psychanalytique ». Pauline Duchemin (Association Droit Pluriel) « Quel accès à la justice pour les personnes sourdes en quête de réparation ? (12/04/2022). Emi Matsuoka (ENS) « Les enjeux de l’inclusion dans l’enseignement supérieur, entre politique de prévention et politique de réparation. Le cas des étudiant·e·s sourd·e·s ».

Nous avons eu en outre, les interventions de Johann Michel (Université de Poitiers, CEMS), pour présenter son dernier ouvrage Le réparable et l’irréparable. L’humain au temps du vulnérable. Hermann, 2021 et Karl Steel (Brooklyn College, NY), professeur invité à l’EHESS par Pierre-Olivier Dittmar : « "Muteness": At the intersection of Animals, Objects, and Disability in Premodern Europe ».

Dernière modification : 12 avril 2022 14:13

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
français lsf
Mots-clés
Arts Corps Mobilisation(s) Sourds
Aires culturelles
Amériques Europe
Intervenant·e·s

Nous poursuivons notre réflexion sur les usages du concept de réparation dans le champ d’études sur les sourds et les langues des signes. Si ce concept est communément associé à une pratique médicale visant la correction du déficit physiologique comme condition de normalité, et contesté, par cette raison, par une partie de la population sourde concernée, nous observons aussi que l’exigence de réparation au tort subi par ces mêmes personnes dès lors qu’ils n’ont plus accès aux conditions de vie qu’elles réclament, élargissent en les questionnant les significations et les usages que les différents acteurs mobilisent autour de la réparation. C’est ce que nous observons dans certaines pratiques artistiques ou professionnelles visant à redonner d’autres sens au corps questionné. En partant principalement des trois terrains de recherche : les pratiques artistiques, les écritures autobiographiques et les dispositifs institutionnels qui placent la langue des signes au cœur de leurs pratiques, nous continuons l'exploration des multiples formes par lesquelles le concept de réparation fait irruption dans la vie des sourds que ce soit dans la contestation comme dans des nouvelles formes d’appropriation. En remettant en question un certain ordre socialement établi (il faut réparer un corps défaillant), le concept se charge d’une valeur émancipatrice et contribue à des nouvelles lectures du champ des Deaf Studies et plus largement, des Disability Studies.

Mardi 12 octobre 2021 : Formes de contestation et usages de la réparation

  • Introduction : A. Benvenuto, F. Bertin et O. Schetrit 

Mardi 26 octobre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation 

  • Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) – Ce que l’enquête autobiographique donne à voir comme processus de réparation. 

Mardi 9 novembre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation

  • Fabrice Bertin (CEMS, PHS) - De l’usage de la biographie dans l’écriture de l’histoire des sourds 

Mardi 23 novembre 2021 : Récits de vie, écritures et réparation

  • Marlène Varnerin (Editions Inclood) et Pascale Gicquel (narratrice et formatrice) – À propos de la fabrique des écritures de soi à partir du livre Inouïes, portraits des femmes sourdes (Editions Inclood, 2019) 

Mardi 11 janvier 2022 : Dispositifs de réparation : la question linguistique et culturelle pour prendre soin des sourds 

  • Nelly Aziaez (Médecin, responsable de l’UNISS, Hôpital La Salpêtrière). Les médecins signeurs dans les unités des soins des sourds: quels motivations pour quelles pratiques ? 

Mardi 25 janvier 2022 : Ce que réparer veut dire 

  • Johann Michel (philosophe, CEMS). Présentation de son dernier ouvrage Le réparable et l’irréparable. L’humain au temps du vulnérable. Hermann, 2021.

Mardi 8 février 2022 : Formes de contestation et usages de la réparation dans le terrain artistique 

  • Olivier Schetrit et Andrea Benvenuto (CEMS, PHS). L’art sourd entre processus de réparation identitaire et élan émancipateur 

Mardi 8 mars 2022 : Usages de la réparation dans le terrain de l’art cinématographique 

  • Barbara Fougère (Université Panthéon-Sorbonne) – Approche cinématographique des processus de réparation à partir de l’analyse des films Sound of Metal (2021) et Frankie Wilde (2004) 

Mardi 22 mars 2022 : Dispositifs de réparation : l’IC

  • Sophie Bergheimer (Psychothérapeute) - L’Implant Cochléaire : que répare-t-il ? Approche psychanalytique. 

Mardi 12 avril 2022 : Dispositifs de réparation : l’accès au droit 

  • Pauline Duchemin (Association Droit Pluriel) – Quel accès à la justice pour les personnes sourdes en quête de réparation ? (titre provisoire) 

Mardi 10 mai 2022 : Dispositifs de réparation : l’accès à l’éducation supérieur 

  • Emi Matsuoka (ENS) – Les enjeux de l’inclusion dans l’enseignement supérieur, entre politique de prévention et politique de réparation. Le cas des étudiant.e.s sourd.e.s 

Mardi 24 mai 2022 :

  • Karl Steel (Brooklyn College, NY), professeur invité à l’EHESS par Pierre-Olivier Dittmar: "Muteness": At the intersection of Animals, Objects, and Disability in Premodern Europe (« Mutisme » : au carrefour des animaux, des objets et du handicap dans l’Europe prémoderne). Avec le soutien du Programme Handicap & Sociétés de l’EHESS
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Santé, médecine et questions sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour tout renseignement contacter andrea.benvenuto@ehess.fr, olivier.schetrit@ehess.fr, fabrice.bertin@ehess.fr 

Direction de travaux des étudiants

Sur RDV

Réception des candidats

Sur RDV

Pré-requis

Aucun pré-requis

  • 54 bd Raspail
    Salle AS1_08
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 18:00-20:00
    du 12 octobre 2021 au 24 mai 2022
    Nombre de séances : 12

Nous poursuivons notre réflexion sur les usages que les sourds et les discours sur les sourds font de la notion de réparation. Comment cette notion est-elle mobilisée dans les recherches sur les sourds et les LS ? Jusqu’alors entendue comme le seul geste possible face à la surdité considérée comme une anormalité, on peut faire l’hypothèse que l’identification de cette notion à ce seul sens a conduit le discours socio-anthropologique au rejet ou à sa mise à l’écart. Mais si nous entendons la réparation comme un phénomène à multiples facettes, à usages variés et à différentes échelles, elle ne devrait pas rester à la marge de sa mise en question notamment par les études sur les sourds et les LS. Au contraire, elle peut être très opérative pour comprendre certains processus d’émancipation. Quels usages les sourds font-ils de cette notion ? Si une partie des sourds rejette les politiques de réparation de la surdité, il y a d’autres milieux où la notion se charge d’autres significations. C’est ce que nous sommes attelés à explorer dans le terrain artistique, en particulier, le théâtre ou les autobiographies des sourds. Réparer l’identité abimée, peut être à l’origine d’un désir de transformer sa vie et celle du groupe, ce qui pourrait ainsi devenir un puissant moteur d’émancipation. Quels sont les liens entre politiques de réparation et les mobilisations qui lui sont attachées. Certains champs comme celui de la santé ou de l’éducation, sont des terrains où ces deux aspects se croissent. Pour transformer les effets de la politique médicale réparatrice de la surdité (qui a laissé les sourds en dehors du système de santé), la mobilisation des sourds et des entendants pour ouvrir une consultation en langue des signes, a produit un effet beaucoup plus large que celui attendu à l’époque où cette consultation a été mise en place. Les unités des soins des sourds sont donc le produit de cette contestation. D’autres dispositifs, comme les accueils et conseils juridiques, remplissent des fonctions similaires. Pour répondre à ces interrogations, le programme s’est structuré autour de trois thématiques : 1) Récits de vie, écritures et réparation : où nous avons interrogé l’usage des récits de vie, qu’ils soient biographiques ou autobiographiques pour chercher de comprendre les formes que peut prendre le processus de réparation (ou d’autoréparation) qu’il soit collectif (par exemple, écrire l’histoire des sourds pour réparer une dette) ou individuel (témoigner de sa vie, écrire son autobiographie). Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) « Ce que l’enquête autobiographique donne à voir comme processus de réparation ». Fabrice Bertin (CEMS, PHS) « De l’usage de la biographie dans l’écriture de l’histoire des sourds ». Marlène Varnerin (Editions Inclood) et Pascale Gicquel (narratrice et formatrice) « À propos de la fabrique des écritures de soi ». 2) Formes de contestation et usages de la réparation dans le terrain de l’art. Où il a été question d’explorer dans quelle mesure l’art (qu’il soit théâtral ou cinématographique) participe d’un processus de réparation identitaire. Ou véhicule des représentations diverses sur ce que réparer veut dire. Olivier Schetrit et Andrea Benvenuto (CEMS, PHS) « L’art sourd entre processus de réparation identitaire et élan émancipateur ». Barbara Fougère (Université Panthéon-Sorbonne) « Approche cinématographique des processus de réparation à partir de l’analyse des films Sound of Metal (2021) et Frankie Wilde (2004) ». 3) Dispositifs de réparation. Et enfin, nous avons étudié divers types de dispositifs (techniques comme l’IC, médicaux comme les unités des soins des sourds en LS, juridique ou éducatif), où la place de la langue des signes dans ces dispositifs est vue comme moyen de réparation, non pas de l’oreille des sourds, mais plutôt de la dimension désirante, des liens sociaux, ou des droits. Nelly Aziaez (médecin, responsable de l’UNISS, Hôpital La Salpêtrière) « Les médecins signeurs dans les unités des soins des sourds : quelles motivations pour quelles pratiques ? ». Sophie Bergheimer (Psychothérapeute) « L’Implant Cochléaire : que répare-t-il ? Approche psychanalytique ». Pauline Duchemin (Association Droit Pluriel) « Quel accès à la justice pour les personnes sourdes en quête de réparation ? (12/04/2022). Emi Matsuoka (ENS) « Les enjeux de l’inclusion dans l’enseignement supérieur, entre politique de prévention et politique de réparation. Le cas des étudiant·e·s sourd·e·s ».

Nous avons eu en outre, les interventions de Johann Michel (Université de Poitiers, CEMS), pour présenter son dernier ouvrage Le réparable et l’irréparable. L’humain au temps du vulnérable. Hermann, 2021 et Karl Steel (Brooklyn College, NY), professeur invité à l’EHESS par Pierre-Olivier Dittmar : « "Muteness": At the intersection of Animals, Objects, and Disability in Premodern Europe ».