Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE588 - Introduction à la langue mandchoue par la lecture des textes : le récit de voyage de Tulišen


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), lundi 12:30-14:30
    du 15 novembre 2021 au 30 mai 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 10 mai 2021 05:00

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Langues
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Empire Histoire Langues Linguistique
Aires culturelles
Asie Asie orientale Chine
Intervenant·e·s

Langue officielle de l’administration dans la Chine des Qing (1644-1911), la langue mandchoue est un outil important pour la conduite des recherches historiques. Pendant toute la durée de la dynastie, un grand nombre de documents administratifs étaient rédigés dans les deux langues (chinois et mandchou) ; et jusqu’au XIXe siècle certains documents sensibles (affaires militaires, relations étrangères, échanges entre l’empereur et de hauts fonctionnaires mandchous) existent seulement en mandchou. Le mandchou est aussi important pour des recherches sur les langues toungouses, car il est la langue de cette famille qui possède le plus grand corpus écrit.

Ce séminaire propose une introduction à la langue mandchoue à travers la lecture d’un texte historique : le Lakcara jecen de takūraha babe ejeme bithe (Notes sur une ambassade aux frontières lointaines)/ Yiyulu 異域錄 (Notes sur les pays étrangers). Ce récit de voyage fur présenté (avec sa traduction chinoise) à l’empereur Kangxi en 1715 par le fonctionnaire et traducteur Tulišen (1667-1741), avant d’être publiée dans les deux langues en 1723-1724. On y trouve des observations sur les mœurs, la géographie ou l’économie, qu’il nota au cours de sa participation à l’ambassade envoyée par les Qing aux Torghuts en 1712, qui traversa la Sibérie russe, et revint à Pékin en 1715.

Les séances de lecture seront l’occasion d’approfondir certains points de grammaire soulevés par les textes lus. Des questions historiques seront discutées. Enfin quelques séances seront consacrées à la présentation par des participant-es de textes en mandchou sur lesquels ils ou elles travaillent.

Le séminaire sera animé par Alice Crowther, Catherine Jami, Hsiang-Tai Kao et Huiyi Wu.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Ateliers de lecture – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, exposé oral

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


Cette première année du séminaire s'est ouverte sur une présentation du Lakcara jecen de takūraha babe ejeme bithe (Notes sur une ambassade aux frontières lointaines) / Yiyulu 異域錄 (Notes sur les pays étrangers). Ce récit de voyage fut présenté (avec sa traduction chinoise) à l’empereur Kangxi (1654-1722) en 1715 par le fonctionnaire et traducteur Tulišen (1667-1741), avant d’être publiée dans les deux langues en 1723-1724. On y trouve des observations sur les mœurs, la géographie ou l’économie, qu’il nota au cours de sa participation à l’ambassade envoyée par les Qing aux Torghuts en 1712, qui traversa la Sibérie russe, et revint à Pékin en 1715. Les séance suivantes ont été consacrées à une lecture et traduction du texte, en suivant le périple de l'ambassade, les descriptions des lieux traversés et les interactions avec, notamment, les fonctionnaires de l'empire russe. En outre, une séance a été consacrée à l'exposé par Takeshi Takekoshi (Kobe University of Foreign Studies) de ses travaux sur « La langue et la vie des Huit Bannières mandchoues observée à partir des manuels de mandchou de la dynastie Qing ». Le travail collectif de traduction doti se poursuivre et faire l'objet d'une publication.

 

Dernière modification : 10 mai 2021 05:00

Type d'UE
Enseignements fondamentaux de master
Disciplines
Histoire, Langues
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Empire Histoire Langues Linguistique
Aires culturelles
Asie Asie orientale Chine
Intervenant·e·s

Langue officielle de l’administration dans la Chine des Qing (1644-1911), la langue mandchoue est un outil important pour la conduite des recherches historiques. Pendant toute la durée de la dynastie, un grand nombre de documents administratifs étaient rédigés dans les deux langues (chinois et mandchou) ; et jusqu’au XIXe siècle certains documents sensibles (affaires militaires, relations étrangères, échanges entre l’empereur et de hauts fonctionnaires mandchous) existent seulement en mandchou. Le mandchou est aussi important pour des recherches sur les langues toungouses, car il est la langue de cette famille qui possède le plus grand corpus écrit.

Ce séminaire propose une introduction à la langue mandchoue à travers la lecture d’un texte historique : le Lakcara jecen de takūraha babe ejeme bithe (Notes sur une ambassade aux frontières lointaines)/ Yiyulu 異域錄 (Notes sur les pays étrangers). Ce récit de voyage fur présenté (avec sa traduction chinoise) à l’empereur Kangxi en 1715 par le fonctionnaire et traducteur Tulišen (1667-1741), avant d’être publiée dans les deux langues en 1723-1724. On y trouve des observations sur les mœurs, la géographie ou l’économie, qu’il nota au cours de sa participation à l’ambassade envoyée par les Qing aux Torghuts en 1712, qui traversa la Sibérie russe, et revint à Pékin en 1715.

Les séances de lecture seront l’occasion d’approfondir certains points de grammaire soulevés par les textes lus. Des questions historiques seront discutées. Enfin quelques séances seront consacrées à la présentation par des participant-es de textes en mandchou sur lesquels ils ou elles travaillent.

Le séminaire sera animé par Alice Crowther, Catherine Jami, Hsiang-Tai Kao et Huiyi Wu.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Ateliers de lecture – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – contrôle continu, exposé oral
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (1re/3e/5e), lundi 12:30-14:30
    du 15 novembre 2021 au 30 mai 2022
    Nombre de séances : 12

Cette première année du séminaire s'est ouverte sur une présentation du Lakcara jecen de takūraha babe ejeme bithe (Notes sur une ambassade aux frontières lointaines) / Yiyulu 異域錄 (Notes sur les pays étrangers). Ce récit de voyage fut présenté (avec sa traduction chinoise) à l’empereur Kangxi (1654-1722) en 1715 par le fonctionnaire et traducteur Tulišen (1667-1741), avant d’être publiée dans les deux langues en 1723-1724. On y trouve des observations sur les mœurs, la géographie ou l’économie, qu’il nota au cours de sa participation à l’ambassade envoyée par les Qing aux Torghuts en 1712, qui traversa la Sibérie russe, et revint à Pékin en 1715. Les séance suivantes ont été consacrées à une lecture et traduction du texte, en suivant le périple de l'ambassade, les descriptions des lieux traversés et les interactions avec, notamment, les fonctionnaires de l'empire russe. En outre, une séance a été consacrée à l'exposé par Takeshi Takekoshi (Kobe University of Foreign Studies) de ses travaux sur « La langue et la vie des Huit Bannières mandchoues observée à partir des manuels de mandchou de la dynastie Qing ». Le travail collectif de traduction doti se poursuivre et faire l'objet d'une publication.