UE576 - Genre et cultures matérielles en Europe du Sud-Est et au Moyen-Orient


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A602
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (indifférent), vendredi 14:30-16:30
    du 19 novembre 2021 au 17 juin 2022
    Nombre de séances : 24


Description


Dernière modification : 1 juin 2022 13:51

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Affects Alimentation Anthropologie Anthropologie culturelle Anthropologie sociale Anthropologie urbaine Anthropologie visuelle Architecture Archives Artisanat Arts Cinéma Circulations Coloniales (études) Culture Culture matérielle Culture visuelle Émotions Espace Espace social Ethnographie Féminisme Histoire culturelle Histoire des sciences et des techniques Histoire du livre Histoire économique et sociale Islam Religieux (sciences sociales du) Rituel Textes
Aires culturelles
Arabe (monde) Asie Contemporain (anthropologie du, monde) Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale Iranien (monde) Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Turc (domaine)
Intervenant·e·s
  • Aylin Yesim Altunbulak [référent·e]   doctorante, EHESS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Fabio Giomi   chargé de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Gianfranco Bria   chargé de recherche, Université La Sapienza, Italie
  • Ece Zerman   docteure, EHESS
  • Ozan Soybakis   doctorant, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Ce cycle de séminaires s'intéresse à l’articulation entre genre et cultures matérielles en Europe du Sud-Est et au Moyen Orient. Il s’agira de réfléchir à la manière dont les caractéristiques physiques des objets agissent sur les personnes qui les manipulent pour en influencer l'action et la création de sens en matière de rapports sociaux de sexe, et vice versa. Résolument interdisciplinaire, le séminaire veut contribuer à ce domaine d’étude qui, depuis la fin du XXe siècle, s’est focalisé sur la culture matérielle, principalement à partir de terrains occidentaux. À travers des études de cas centrés sur les objets, l’objectif sera de montrer comment la matérialité traduit et produit des modes d’appartenance – de genre, sexuelles, mais aussi nationales, religieuses, et de classe – au sein des sociétés balkaniques et moyen orientales contemporaines. Il s’agira de s'intéresser à des objets fort différents – vêtements, monuments, photographies, œuvres d’art, objets domestiques – ainsi qu’aux espaces et aux pratiques corporelles auxquels ces objets participent. En quoi les cultures matérielles contribuent-elles à la structuration des imaginaires sociaux et politiques, ainsi qu’à une organisation du monde en aires culturelles discrètes ? Ce séminaire veut en premier lieu fédérer les activités du Champ études de genre du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), tout en étant ouvert à toutes et tous. Son programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·es, qui seront appelé·es à prendre une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Plusieurs formats pourront être explorés : atelier de lecture, présentation des travaux en cours et de corpus, intervention de collègues extérieurs, etc.

Ce cycle de séminaires rentre dans la catégorie des séminaires « non validables ». Celles et ceux qui souhaiteraient le valider dans le cadre d'une formation de l'EHESS sont prié·es de prendre contact avec les organisateur·ices.

19 novembre 2021 : Alev Berberoğlu (Université de Koç, Istanbul), « Materiality and Nuances of Gender in Elisa Zonaro’s Photographs from Late Nineteenth‑Century Istanbul »

Elisa Zonaro, whose name has escaped historical surveys of photography thus far, was an Italian professional photographer trained in Paris at the studio of Eugène Pirou and active in the late nineteenth-century Ottoman capital. Anchored in the photographs, documents, and personal objects kept in the Zonaro family archives in Italy, this presentation will, firstly, showcase the variety of Elisa Zonaro’s photography. Then, it will discuss the importance of considering her photographs as material objects beyond their image content for uncovering a woman photographer’s otherwise obscured career. Furthermore, contemplating on several personal objects in connection with the photographs will add subtle nuances regarding the thorny relationship between the history of photography in the Ottoman Empire and women photographers.

3 décembre 2021 : Séance annullée

17 décembre 2021 : Travaux pratiques. Les sciences sociales au prisme des objets

Cette séance sera consacrée à la discussion collective autour de la thématique du séminaire. Les participant·es sont invité·es à présenter leurs travaux en cours, ainsi que la façon dont ils mobilisent le genre et la culture matérielle dans leurs propres recherches. Cette séance permettra ainsi de partager les repères bibliographiques et de dresser une cartographie des thématiques et des approches mobilisés par les participant.es.

21 janvier 2022 : Ceyda Karamursel (SOAS, University of London), « Sewing Machines, Unknowable Futures, and the Politics of Time in the Late Ottoman Empire »

Having developed in connection with the dynamics and demands of the boom-time America of the 1850s and begun circulating around the world during the era of global reconstruction, the sewing machine was more than a consumer item. The machine and the scientific management methods used to sell it were also sites where capitalist social relations and their distinct temporalities were redefined and consolidated. This article traces the sewing machine’s arrival in the Ottoman Middle East, its penetration both into the local market and the Ottoman household with the goal of understanding how these relations in particular, and capitalism in general, reproduced themselves in a radically different context.

4 février 2022 :  Ozan Soybakış (CESPRA, CETOBaC), Un spectacle enfumé de la masculinité. Le narguilé comme objet politique du nouvel Islam public en Turquie

Porteurs de significations, certains objets ne sont pas seulement des marqueurs de confrontations idéologiques ; grâce à leur puissance théâtrale et décorative, ils jouent aussi un rôle de premier plan dans la mise-en-scène des catégories du genre. L’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie s’est accompagnée, au moins à partir des années 2000, par une visibilité accrue des « cafés chichas » ou des « cafés hookah chics » dans les contextes urbains. Cette intervention se concentrera sur le narguilé, un objet historiquement « culte » dans les cultures masculines islamo-méditerranéennes. A travers cela, l’objectif est celui de cerner le lien entre virilité, espace public et l’image de soi, dans un contexte de visibilité accrue de l’Islam.

18 février 2022 : Marie-Laure Archambault-Küch (Université Lyon 2/LARHRA), Une culture vestimentaire moderne? Pistes pour une étude genrée des pratiques vestimentaires en Syrie et au Liban (fin XIXe-milieu XXe siècle)

Cette présentation se propose d’examiner les pratiques vestimentaires des hommes et des femmes au Liban et en Syrie au prisme des bouleversements sociaux et politiques de la période de la fin de l’Empire ottoman et du mandat français. En partant de la notion de culture vestimentaire, qui embrasse les normes de consommation, de port et de représentation des vêtements, il s’agit de montrer comment les débats autour des notions de modernité et d’authenticité, profondément genrées, se reflètent et nourrissent des évolutions de l’habillement. Les sources à partir desquelles interroger la culture vestimentaire sont multiples. Le croisement de documents matériels avec des archives écrites, des photographies et des dessins de presse permet de saisir certains moments-clés durant lesquels le vêtement participe de façon marquée au processus de construction d’une identité moderne.

4 mars 2022 : Dimitra Douskos (CETOBaC), La découverte de la préhistoire égéenne et la division genrée du travail: quelques exemples des fouilles du golfe de Santorini

La découverte ou plutôt les découvertes successives des vestiges de la préhistoire égéenne depuis le début du 19e siècle à nos jours dans le golfe de Santorin sont suivies d’une étude approfondie des artefacts mis en lumière et de l’analyse de leur fabrication et fonction. C’est l’attribution de ces dernières qui va nous intéresser, pour examiner comment, avec quels critères (ou absence de critères), la division du travail de l’époque est perçue comme suivant une austère ligne de partage selon les sexes, qui se chiffrent bien entendu à deux et ne souffrent pas de passage de l’un à l’autre dans l’exécution des tâches. Souvent inspirée de pratiques plus récentes, et mettant “inconsciemment” en œuvre des parallèles ethnoarchéologiques dont par ailleurs on se méfie, la division du travail qui en résulte aboutit à un schéma rigide, qui fabrique le genre tout en étant fabriquée par lui, essentialise des schémas plus récents en les dotant d’une épaisse profondeur temporelle, et ne tient nullement compte d’erreurs d’attribution antérieures qui ont été repérées dans l’iconographie, des erreurs qui auraient pu suggérer que des normes différentes étaient elles aussi envisageables.

18 mars 2022 : Gianfranco Bria (Sapienza-Università di Roma/CETOBaC), Rakì, communauté et masculinité chez les Rifais de Topoja

En Albanie, la consommation d’alcool constitue une pratique qui marque différents niveaux de sociabilité et formes de convivialité tandis que, pour les membres des confréries mystiques soufies comme les Rifais, l’alcool peut prendre des connotations rituelles, voire liturgiques. Boire du rakì autour d’une table peut être associé à des formes réglementées de sociabilité avec la gestion des espaces et des tâches (« technique et disciplines corporelles »). Cette pratique est également révélatrice d’une certaine virilité qui est exhibée et défiée par les participants. En ce sens, l’alcool est constitutif de la masculinité des membres de la communauté ; une masculinité incorporée puisque la capacité corporelle à gérer l’ivresse définit l’identité masculine typiquement patriarcale en ce qu’elle doit être virile et forte. Basés sur des terrains de recherche menés dans une communauté Rifai à Tropoja de 2014 à aujourd’hui, cette présentation vise à expliquer la construction de la masculinité soufie à travers la consommation rituelle du rakì lors du muhabet.

1er avril 2022 : İrvin Cemil Schick (EHESS/CETOBaC), La culture matérielle genrée de la magie licite en Islam

Dans de nombreuses sociétés, ce sont principalement les femmes qui maintiennent et imposent les traditions et les transmettent à la génération suivante. En particulier, dans le monde musulman, les femmes ont figuré au premier plan dans de nombreuses pratiques occultes. Cette conférence sera centrée sur la culture matérielle de la magie licite et sa dimension du genre. Nous parlerons de carrés magiques, de talismans, de bols curatifs, et d’autres outils de magie dans le cadre de leur utilisation genrée.

Pas de séance le 15 avril 2022

6 mai 2022 : Sara Kuehn (University of Vienna), The Materiality of Hijra Sufi Identity

20 mai 2022 (salle 0.017, bâtiment recherche Sud, campus Condorcet) : Gizem Tongo (Middle East Technical University), Objects and Absences: Ottoman Women, Material Culture, and the First World War

This paper explores the role of material culture (and material absences) in gendered discourses of militarism and mourning on the Ottoman home front during the First World War. While patriotic associations of women were organized to produce clothing supplements to soldiers’ uniforms and commemorated important military victories in textiles, war widows were often left with no personal effects of their loved ones as sites of mourning; a notable complaint during their protests over state handling of the mass death at the battlefronts. Drawing on official documents and petitions as well as literary and visual sources, this paper seeks to uncover traces of women’s transformative experiences of war.

13 juin 2022 (ATTENTION: salle 3.122, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet) : Présentation des travaux des étudiant.es et table ronde de clôture

  • Eylem Aktas (EHESS): "Se filmer pour agir : le cas des Mères du Samedi à İstanbul en Turquie"
  • Rachel Uçan (EHESS): "Les relations féminines homosociales en Turquie. Étude d'un salon de beauté à Çumra"

 


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
fabio.giomi@gmail.com
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Dernière modification : 1 juin 2022 13:51

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Disciplines
Anthropologie historique, Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie, Histoire, Méthodes et techniques des sciences sociales, Signes, formes, représentations, Sociologie
Page web
-
Langues
anglais français
Mots-clés
Affects Alimentation Anthropologie Anthropologie culturelle Anthropologie sociale Anthropologie urbaine Anthropologie visuelle Architecture Archives Artisanat Arts Cinéma Circulations Coloniales (études) Culture Culture matérielle Culture visuelle Émotions Espace Espace social Ethnographie Féminisme Histoire culturelle Histoire des sciences et des techniques Histoire du livre Histoire économique et sociale Islam Religieux (sciences sociales du) Rituel Textes
Aires culturelles
Arabe (monde) Asie Contemporain (anthropologie du, monde) Europe Europe centrale et orientale Europe sud-orientale Iranien (monde) Méditerranéens (mondes) Musulmans (mondes) Turc (domaine)
Intervenant·e·s
  • Aylin Yesim Altunbulak [référent·e]   doctorante, EHESS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Fabio Giomi   chargé de recherche, CNRS / Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Gianfranco Bria   chargé de recherche, Université La Sapienza, Italie
  • Ece Zerman   docteure, EHESS
  • Ozan Soybakis   doctorant, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Ce cycle de séminaires s'intéresse à l’articulation entre genre et cultures matérielles en Europe du Sud-Est et au Moyen Orient. Il s’agira de réfléchir à la manière dont les caractéristiques physiques des objets agissent sur les personnes qui les manipulent pour en influencer l'action et la création de sens en matière de rapports sociaux de sexe, et vice versa. Résolument interdisciplinaire, le séminaire veut contribuer à ce domaine d’étude qui, depuis la fin du XXe siècle, s’est focalisé sur la culture matérielle, principalement à partir de terrains occidentaux. À travers des études de cas centrés sur les objets, l’objectif sera de montrer comment la matérialité traduit et produit des modes d’appartenance – de genre, sexuelles, mais aussi nationales, religieuses, et de classe – au sein des sociétés balkaniques et moyen orientales contemporaines. Il s’agira de s'intéresser à des objets fort différents – vêtements, monuments, photographies, œuvres d’art, objets domestiques – ainsi qu’aux espaces et aux pratiques corporelles auxquels ces objets participent. En quoi les cultures matérielles contribuent-elles à la structuration des imaginaires sociaux et politiques, ainsi qu’à une organisation du monde en aires culturelles discrètes ? Ce séminaire veut en premier lieu fédérer les activités du Champ études de genre du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), tout en étant ouvert à toutes et tous. Son programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participant·es, qui seront appelé·es à prendre une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Plusieurs formats pourront être explorés : atelier de lecture, présentation des travaux en cours et de corpus, intervention de collègues extérieurs, etc.

Ce cycle de séminaires rentre dans la catégorie des séminaires « non validables ». Celles et ceux qui souhaiteraient le valider dans le cadre d'une formation de l'EHESS sont prié·es de prendre contact avec les organisateur·ices.

19 novembre 2021 : Alev Berberoğlu (Université de Koç, Istanbul), « Materiality and Nuances of Gender in Elisa Zonaro’s Photographs from Late Nineteenth‑Century Istanbul »

Elisa Zonaro, whose name has escaped historical surveys of photography thus far, was an Italian professional photographer trained in Paris at the studio of Eugène Pirou and active in the late nineteenth-century Ottoman capital. Anchored in the photographs, documents, and personal objects kept in the Zonaro family archives in Italy, this presentation will, firstly, showcase the variety of Elisa Zonaro’s photography. Then, it will discuss the importance of considering her photographs as material objects beyond their image content for uncovering a woman photographer’s otherwise obscured career. Furthermore, contemplating on several personal objects in connection with the photographs will add subtle nuances regarding the thorny relationship between the history of photography in the Ottoman Empire and women photographers.

3 décembre 2021 : Séance annullée

17 décembre 2021 : Travaux pratiques. Les sciences sociales au prisme des objets

Cette séance sera consacrée à la discussion collective autour de la thématique du séminaire. Les participant·es sont invité·es à présenter leurs travaux en cours, ainsi que la façon dont ils mobilisent le genre et la culture matérielle dans leurs propres recherches. Cette séance permettra ainsi de partager les repères bibliographiques et de dresser une cartographie des thématiques et des approches mobilisés par les participant.es.

21 janvier 2022 : Ceyda Karamursel (SOAS, University of London), « Sewing Machines, Unknowable Futures, and the Politics of Time in the Late Ottoman Empire »

Having developed in connection with the dynamics and demands of the boom-time America of the 1850s and begun circulating around the world during the era of global reconstruction, the sewing machine was more than a consumer item. The machine and the scientific management methods used to sell it were also sites where capitalist social relations and their distinct temporalities were redefined and consolidated. This article traces the sewing machine’s arrival in the Ottoman Middle East, its penetration both into the local market and the Ottoman household with the goal of understanding how these relations in particular, and capitalism in general, reproduced themselves in a radically different context.

4 février 2022 :  Ozan Soybakış (CESPRA, CETOBaC), Un spectacle enfumé de la masculinité. Le narguilé comme objet politique du nouvel Islam public en Turquie

Porteurs de significations, certains objets ne sont pas seulement des marqueurs de confrontations idéologiques ; grâce à leur puissance théâtrale et décorative, ils jouent aussi un rôle de premier plan dans la mise-en-scène des catégories du genre. L’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie s’est accompagnée, au moins à partir des années 2000, par une visibilité accrue des « cafés chichas » ou des « cafés hookah chics » dans les contextes urbains. Cette intervention se concentrera sur le narguilé, un objet historiquement « culte » dans les cultures masculines islamo-méditerranéennes. A travers cela, l’objectif est celui de cerner le lien entre virilité, espace public et l’image de soi, dans un contexte de visibilité accrue de l’Islam.

18 février 2022 : Marie-Laure Archambault-Küch (Université Lyon 2/LARHRA), Une culture vestimentaire moderne? Pistes pour une étude genrée des pratiques vestimentaires en Syrie et au Liban (fin XIXe-milieu XXe siècle)

Cette présentation se propose d’examiner les pratiques vestimentaires des hommes et des femmes au Liban et en Syrie au prisme des bouleversements sociaux et politiques de la période de la fin de l’Empire ottoman et du mandat français. En partant de la notion de culture vestimentaire, qui embrasse les normes de consommation, de port et de représentation des vêtements, il s’agit de montrer comment les débats autour des notions de modernité et d’authenticité, profondément genrées, se reflètent et nourrissent des évolutions de l’habillement. Les sources à partir desquelles interroger la culture vestimentaire sont multiples. Le croisement de documents matériels avec des archives écrites, des photographies et des dessins de presse permet de saisir certains moments-clés durant lesquels le vêtement participe de façon marquée au processus de construction d’une identité moderne.

4 mars 2022 : Dimitra Douskos (CETOBaC), La découverte de la préhistoire égéenne et la division genrée du travail: quelques exemples des fouilles du golfe de Santorini

La découverte ou plutôt les découvertes successives des vestiges de la préhistoire égéenne depuis le début du 19e siècle à nos jours dans le golfe de Santorin sont suivies d’une étude approfondie des artefacts mis en lumière et de l’analyse de leur fabrication et fonction. C’est l’attribution de ces dernières qui va nous intéresser, pour examiner comment, avec quels critères (ou absence de critères), la division du travail de l’époque est perçue comme suivant une austère ligne de partage selon les sexes, qui se chiffrent bien entendu à deux et ne souffrent pas de passage de l’un à l’autre dans l’exécution des tâches. Souvent inspirée de pratiques plus récentes, et mettant “inconsciemment” en œuvre des parallèles ethnoarchéologiques dont par ailleurs on se méfie, la division du travail qui en résulte aboutit à un schéma rigide, qui fabrique le genre tout en étant fabriquée par lui, essentialise des schémas plus récents en les dotant d’une épaisse profondeur temporelle, et ne tient nullement compte d’erreurs d’attribution antérieures qui ont été repérées dans l’iconographie, des erreurs qui auraient pu suggérer que des normes différentes étaient elles aussi envisageables.

18 mars 2022 : Gianfranco Bria (Sapienza-Università di Roma/CETOBaC), Rakì, communauté et masculinité chez les Rifais de Topoja

En Albanie, la consommation d’alcool constitue une pratique qui marque différents niveaux de sociabilité et formes de convivialité tandis que, pour les membres des confréries mystiques soufies comme les Rifais, l’alcool peut prendre des connotations rituelles, voire liturgiques. Boire du rakì autour d’une table peut être associé à des formes réglementées de sociabilité avec la gestion des espaces et des tâches (« technique et disciplines corporelles »). Cette pratique est également révélatrice d’une certaine virilité qui est exhibée et défiée par les participants. En ce sens, l’alcool est constitutif de la masculinité des membres de la communauté ; une masculinité incorporée puisque la capacité corporelle à gérer l’ivresse définit l’identité masculine typiquement patriarcale en ce qu’elle doit être virile et forte. Basés sur des terrains de recherche menés dans une communauté Rifai à Tropoja de 2014 à aujourd’hui, cette présentation vise à expliquer la construction de la masculinité soufie à travers la consommation rituelle du rakì lors du muhabet.

1er avril 2022 : İrvin Cemil Schick (EHESS/CETOBaC), La culture matérielle genrée de la magie licite en Islam

Dans de nombreuses sociétés, ce sont principalement les femmes qui maintiennent et imposent les traditions et les transmettent à la génération suivante. En particulier, dans le monde musulman, les femmes ont figuré au premier plan dans de nombreuses pratiques occultes. Cette conférence sera centrée sur la culture matérielle de la magie licite et sa dimension du genre. Nous parlerons de carrés magiques, de talismans, de bols curatifs, et d’autres outils de magie dans le cadre de leur utilisation genrée.

Pas de séance le 15 avril 2022

6 mai 2022 : Sara Kuehn (University of Vienna), The Materiality of Hijra Sufi Identity

20 mai 2022 (salle 0.017, bâtiment recherche Sud, campus Condorcet) : Gizem Tongo (Middle East Technical University), Objects and Absences: Ottoman Women, Material Culture, and the First World War

This paper explores the role of material culture (and material absences) in gendered discourses of militarism and mourning on the Ottoman home front during the First World War. While patriotic associations of women were organized to produce clothing supplements to soldiers’ uniforms and commemorated important military victories in textiles, war widows were often left with no personal effects of their loved ones as sites of mourning; a notable complaint during their protests over state handling of the mass death at the battlefronts. Drawing on official documents and petitions as well as literary and visual sources, this paper seeks to uncover traces of women’s transformative experiences of war.

13 juin 2022 (ATTENTION: salle 3.122, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet) : Présentation des travaux des étudiant.es et table ronde de clôture

  • Eylem Aktas (EHESS): "Se filmer pour agir : le cas des Mères du Samedi à İstanbul en Turquie"
  • Rachel Uçan (EHESS): "Les relations féminines homosociales en Turquie. Étude d'un salon de beauté à Çumra"

 

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
fabio.giomi@gmail.com
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A602
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / bimensuel (indifférent), vendredi 14:30-16:30
    du 19 novembre 2021 au 17 juin 2022
    Nombre de séances : 24