Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE571 - Histoire du Japon prémoderne. Le fabuleux métal : l'argent japonais, du minerai à la monnaie


Lieu et planning


  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A302
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / bimensuel (2e/4e/5e), vendredi 12:30-14:30
    du 29 octobre 2021 au 13 mai 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 9 mai 2022 15:52

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire Histoire économique et sociale
Aires culturelles
Asie orientale Chine Corée Japon
Intervenant·e·s
  • Guillaume Carré [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Chine, Corée, Japon (CCJ)

À partir du milieu du XVIe siècle, l'argent extrait des mines japonaise s'est répandu en Asie orientale et a profondément bouleversé les équilibres commerciaux et diplomatiques qui régissaient la région. En nous appuyant sur des archives, nous ferons le point de l'historiographie sur l'argent japonais en Asie orientale, en traitant les diverses problématiques liées à sa production, à son commerce et à sa monétisation, depuis la mine jusqu'aux réseaux du grand commerce international.

La séance du 13 mai se déroulera en salle 0.019, bât. recherche sud, campus Condorcet


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Réception des candidats

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire s’est intéressé aux débuts de la production d’argent et de sa monétisation au Japon. Bien que la production de métaux précieux dans l’archipel japonais remonte aux temps reculés de son entrée en relation avec la Chine, le Japon n’en a pas fait d’usage monétaire courant avant la fin du 16e siècle. Durant toute la période ancienne et le Moyen Âge, c’est le système monétaire basé sur le bronze qui a servi de modèle, au point même d’interrompre la production locale de pièces pour les remplacer par des importations massives de sapèques chinoises à partir du XIe siècle. Mais ce sont aussi les relations économiques avec la Chine qui vont finalement amener la crise de ce numéraire en bronze. La mauvaise qualité des émissions sous la dynastie Ming, due à la pénurie de cuivre, va amener en Chine une tendance croissante à l’usage monétaire de l’argent à partir du XVe siècle. Il est probable que l’envol de l’extraction d’argent au Japon, rendu possible à partir du milieu du XVIe siècle par le transfert de la technologie de la coupellation depuis la péninsule coréenne, est une conséquence de l’appétit insatiable des marchés chinois pour ce métal, moteur d’un intense commerce clandestin entre le sud de l’empire Ming et l’archipel. Le processus de monétisation de l’argent, et ses lieux de diffusions, restent néanmoins mal connus. On suppose que des cités portuaires de l’ouest liées au grand commerce international, et les sites d’extraction comme Iwami, ont dû jouer un rôle majeur, mais ce qui est certain, c’est que le phénomène s’est emballé à la toute fin du XVIe siècle, en répercussion d’une perte rapide de confiance dans les pièces chinoises, dont les ressorts n’ont encore été que partiellement élucidés. En tout cas, la monétisation des métaux précieux, argent et or, fut aussi soutenue par les nouveaux pouvoirs réunificateurs de l’archipel, amenant le développement d’une constellation de cités minières, dont les activités et les sociétés ont aussi été étudiées en s’appuyant sur les derniers résultats de la recherche japonaise, en particulier sur les sites d’Innai, de Sado et d’Iwami.

Publications
  • « Juingong Phari. Rethipheu wa Mereusie eui jakphum gwa Phari eui munhakjok sinhwa eui thansaeng », dans Dong Ajia jisik eui gyoryu, sous la dir. de Goryeo daehakkyo geurrobeor irbon yeonguweon / gugmunhag yeongu jaryogwan gongphyeon, Séoul, Yeonrag/Youkrack, 2021, p. 276-305. (en coréen).
  • « Pari ga shujinkô. Retifu to Merushie no sakuhin to pari no bungakuteki shinwa no tanjô », dans Higashi Ajia ni okeru chi no ôkan, sous la dir. de Kokubungaku kenkyû shiryôkan et Kôrai daigakkô gurobâru nihon kenkyûin,Tokyo, Bensei shuppan, 2021, p. 166-186 (en japonais).

Dernière modification : 9 mai 2022 15:52

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Histoire Histoire économique et sociale
Aires culturelles
Asie orientale Chine Corée Japon
Intervenant·e·s
  • Guillaume Carré [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Chine, Corée, Japon (CCJ)

À partir du milieu du XVIe siècle, l'argent extrait des mines japonaise s'est répandu en Asie orientale et a profondément bouleversé les équilibres commerciaux et diplomatiques qui régissaient la région. En nous appuyant sur des archives, nous ferons le point de l'historiographie sur l'argent japonais en Asie orientale, en traitant les diverses problématiques liées à sa production, à son commerce et à sa monétisation, depuis la mine jusqu'aux réseaux du grand commerce international.

La séance du 13 mai se déroulera en salle 0.019, bât. recherche sud, campus Condorcet

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Études asiatiques-Histoire et sciences sociales : terrains, textes et images – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – annuel bi-mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Réception des candidats

Pour toute demande d'information, prendre contact à carre@ehess.fr

Pré-requis
-
  • Bâtiment EHESS-Condorcet
    Salle A302
    EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / bimensuel (2e/4e/5e), vendredi 12:30-14:30
    du 29 octobre 2021 au 13 mai 2022
    Nombre de séances : 12

Le séminaire s’est intéressé aux débuts de la production d’argent et de sa monétisation au Japon. Bien que la production de métaux précieux dans l’archipel japonais remonte aux temps reculés de son entrée en relation avec la Chine, le Japon n’en a pas fait d’usage monétaire courant avant la fin du 16e siècle. Durant toute la période ancienne et le Moyen Âge, c’est le système monétaire basé sur le bronze qui a servi de modèle, au point même d’interrompre la production locale de pièces pour les remplacer par des importations massives de sapèques chinoises à partir du XIe siècle. Mais ce sont aussi les relations économiques avec la Chine qui vont finalement amener la crise de ce numéraire en bronze. La mauvaise qualité des émissions sous la dynastie Ming, due à la pénurie de cuivre, va amener en Chine une tendance croissante à l’usage monétaire de l’argent à partir du XVe siècle. Il est probable que l’envol de l’extraction d’argent au Japon, rendu possible à partir du milieu du XVIe siècle par le transfert de la technologie de la coupellation depuis la péninsule coréenne, est une conséquence de l’appétit insatiable des marchés chinois pour ce métal, moteur d’un intense commerce clandestin entre le sud de l’empire Ming et l’archipel. Le processus de monétisation de l’argent, et ses lieux de diffusions, restent néanmoins mal connus. On suppose que des cités portuaires de l’ouest liées au grand commerce international, et les sites d’extraction comme Iwami, ont dû jouer un rôle majeur, mais ce qui est certain, c’est que le phénomène s’est emballé à la toute fin du XVIe siècle, en répercussion d’une perte rapide de confiance dans les pièces chinoises, dont les ressorts n’ont encore été que partiellement élucidés. En tout cas, la monétisation des métaux précieux, argent et or, fut aussi soutenue par les nouveaux pouvoirs réunificateurs de l’archipel, amenant le développement d’une constellation de cités minières, dont les activités et les sociétés ont aussi été étudiées en s’appuyant sur les derniers résultats de la recherche japonaise, en particulier sur les sites d’Innai, de Sado et d’Iwami.

Publications
  • « Juingong Phari. Rethipheu wa Mereusie eui jakphum gwa Phari eui munhakjok sinhwa eui thansaeng », dans Dong Ajia jisik eui gyoryu, sous la dir. de Goryeo daehakkyo geurrobeor irbon yeonguweon / gugmunhag yeongu jaryogwan gongphyeon, Séoul, Yeonrag/Youkrack, 2021, p. 276-305. (en coréen).
  • « Pari ga shujinkô. Retifu to Merushie no sakuhin to pari no bungakuteki shinwa no tanjô », dans Higashi Ajia ni okeru chi no ôkan, sous la dir. de Kokubungaku kenkyû shiryôkan et Kôrai daigakkô gurobâru nihon kenkyûin,Tokyo, Bensei shuppan, 2021, p. 166-186 (en japonais).