Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE5 - Constructions sociales des catégories politiques


Lieu et planning


  • 54 bd Raspail
    Salle A04_47
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (3e), vendredi 15:00-17:00
    du 15 octobre 2021 au 17 juin 2022
    Nombre de séances : 8


Description


Dernière modification : 18 février 2022 08:17

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Droit, normes et société Dynamiques sociales Histoire Politique
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Christophe Duhamelle [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
  • Isabelle Backouche   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Fanny Cosandey   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Elie Haddad   chargé de recherche, CNRS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Laurent Joly   directeur de recherche, CNRS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
  • Mathieu Marraud   chargé de recherche, CNRS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)

Le séminaire est un lieu de travail collectif du groupe du CRH « Recherches en histoire sociale du politique ». Afin d'interroger l'histoire sociale et politique des catégories, de le faire en examinant toujours des situations concrètes à partir desquelles s'articule le jeu d'échelles, et donc de situer l'autorité et l'ordre social dans leurs territoires, le groupe Rhisop cherche à établir des méthodes et des critères de comparaison entre terrains et entre périodes. Il s'agit, d'une part, de privilégier un approfondissement en généralité des cas singuliers au détriment d'une définition abstraite des cadres généraux de la comparaison et, d'autre part, d'élaborer un langage commun dans l'appréhension des sources en particulier archivistiques, dans les procédures de contextualisation, dans la focale de distanciation envers les réalités observées.

Le séminaire privilégiera, pour favoriser un retour réflexif commun sur les éléments fournis par des études de cas, les interventions de deux ou trois membres du groupe de travail lors de chaque séance, en les organisant désormais moins autour de notions précises que de situations sociales similaires rencontrées sur les différents terrains. Le programme précisera prochainement lesquelles de ces situations seront abordées lors de séances adjoignant à l’exposition des expériences de recherche une discussion générale et approfondie.

La séance du 18 février est annulée.

Séance supplémentaire le 17 juin (même horaire, même salle)


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

ce séminaire rassemble les membres du groupe CRH-RHiSoP. Les participations extérieures s'effectuent sur invitation.

Direction de travaux des étudiants

contacter les enseignants concernés.

Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire est un lieu de travail collectif du groupe du CRH « Recherches en histoire sociale du politique », créé en 2014 et comprenant Isabelle Backouche (EHESS), Fanny Cosandey (EHESS), Marie-Élizabeth Ducreux (CNRS), Christophe Duhamelle (EHESS), Élie Haddad (CNRS), Laurent Joly (CNRS), Mathieu Marraud (CNRS) et, comme invitée et correspondante, Juliette Guilbaud (CNRS, Centre Georg-Simmel) ; en 2021-2022, le séminaire a renoué avec le présentiel. Le groupe RHiSoP s’est constitué au sein du Centre de Recherches Historiques (UMR 8558 EHESS-CNRS) comme un lieu de réflexion et d’échanges entre spécialistes de périodes (moderne et contemporaine) et de terrains (France, Saint-Empire, monarchie composite des Habsbourg) différents, mais qui partagent une triple exigence : celle d’une histoire sociale effectuée en archives, donc soucieuse des pratiques et de la langue des sources, mais consciente des structures sociales et de leur évolution et désireuse par conséquent d’une historicisation, à la fois, des catégories manipulées par les acteurs dans leur travail social et par les historiens dans leur travail d’interprétation ; l’exigence d’une histoire situant l’autorité et l’ordre social dans des spatialisations précises, et mobilisant un jeu d’échelles qui permet d’inscrire ces situations dans des structures plus larges et dans un travail comparatiste sur les procédures de contextualisation ; la volonté enfin d’un collectif échappant à des programmes et des chronologies contraignants pour privilégier au contraire un échange long et ouvert dont chacune et chacun, à son rythme, peut faire profiter ses propres recherches.

Les participants ont choisi de consacrer l’année 2021-2022 à la présentation et à la discussion de leurs projets d’écriture. Chaque membre du collectif a ainsi pu aborder la relation entre l’enquête et la rédaction, les choix présidant à la manière de dire ses recherches, les contraintes et les difficultés rencontrées. Après avoir, plusieurs années durant, approfondi ensemble l’examen de catégories d’analyse transversales (ou non) et la réflexion sur les relations entre emic et etic dans le travail historien, le groupe a ainsi mis l’accent sur un pan du métier qui fait beaucoup moins l’objet d’une discussion collective : les différentes options possibles au moment de choisir un plan, la tension entre l’administration de la preuve et le souci d’une lecture aisée, mais également la contrainte d’exigences extérieures procédant en particulier de l’évolution de l’édition scientifique. Si les projets présentés ont principalement concerné des livres, la variété des modes d’écriture, leur complémentarité, voire leur concurrence dans une vie de chercheuse ou de chercheur ont également fait l’objet de débats fructueux.

Publications

Les publications des membres du groupe Rhisop sont indiquées sur les comptes rendus de leurs séminaires propres.

Dernière modification : 18 février 2022 08:17

Type d'UE
Séminaires de centre
Centres
Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
Disciplines
Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Anthropologie historique Droit, normes et société Dynamiques sociales Histoire Politique
Aires culturelles
Europe
Intervenant·e·s
  • Christophe Duhamelle [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
  • Isabelle Backouche   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Fanny Cosandey   directrice d'études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Elie Haddad   chargé de recherche, CNRS / Centre de recherches historiques (CRH)
  • Laurent Joly   directeur de recherche, CNRS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)
  • Mathieu Marraud   chargé de recherche, CNRS / Groupe de recherches en histoire sociale du politique (CRH-RHiSoP)

Le séminaire est un lieu de travail collectif du groupe du CRH « Recherches en histoire sociale du politique ». Afin d'interroger l'histoire sociale et politique des catégories, de le faire en examinant toujours des situations concrètes à partir desquelles s'articule le jeu d'échelles, et donc de situer l'autorité et l'ordre social dans leurs territoires, le groupe Rhisop cherche à établir des méthodes et des critères de comparaison entre terrains et entre périodes. Il s'agit, d'une part, de privilégier un approfondissement en généralité des cas singuliers au détriment d'une définition abstraite des cadres généraux de la comparaison et, d'autre part, d'élaborer un langage commun dans l'appréhension des sources en particulier archivistiques, dans les procédures de contextualisation, dans la focale de distanciation envers les réalités observées.

Le séminaire privilégiera, pour favoriser un retour réflexif commun sur les éléments fournis par des études de cas, les interventions de deux ou trois membres du groupe de travail lors de chaque séance, en les organisant désormais moins autour de notions précises que de situations sociales similaires rencontrées sur les différents terrains. Le programme précisera prochainement lesquelles de ces situations seront abordées lors de séances adjoignant à l’exposition des expériences de recherche une discussion générale et approfondie.

La séance du 18 février est annulée.

Séance supplémentaire le 17 juin (même horaire, même salle)

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

ce séminaire rassemble les membres du groupe CRH-RHiSoP. Les participations extérieures s'effectuent sur invitation.

Direction de travaux des étudiants

contacter les enseignants concernés.

Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • 54 bd Raspail
    Salle A04_47
    54 bd Raspail 75006 Paris
    annuel / mensuel (3e), vendredi 15:00-17:00
    du 15 octobre 2021 au 17 juin 2022
    Nombre de séances : 8

Le séminaire est un lieu de travail collectif du groupe du CRH « Recherches en histoire sociale du politique », créé en 2014 et comprenant Isabelle Backouche (EHESS), Fanny Cosandey (EHESS), Marie-Élizabeth Ducreux (CNRS), Christophe Duhamelle (EHESS), Élie Haddad (CNRS), Laurent Joly (CNRS), Mathieu Marraud (CNRS) et, comme invitée et correspondante, Juliette Guilbaud (CNRS, Centre Georg-Simmel) ; en 2021-2022, le séminaire a renoué avec le présentiel. Le groupe RHiSoP s’est constitué au sein du Centre de Recherches Historiques (UMR 8558 EHESS-CNRS) comme un lieu de réflexion et d’échanges entre spécialistes de périodes (moderne et contemporaine) et de terrains (France, Saint-Empire, monarchie composite des Habsbourg) différents, mais qui partagent une triple exigence : celle d’une histoire sociale effectuée en archives, donc soucieuse des pratiques et de la langue des sources, mais consciente des structures sociales et de leur évolution et désireuse par conséquent d’une historicisation, à la fois, des catégories manipulées par les acteurs dans leur travail social et par les historiens dans leur travail d’interprétation ; l’exigence d’une histoire situant l’autorité et l’ordre social dans des spatialisations précises, et mobilisant un jeu d’échelles qui permet d’inscrire ces situations dans des structures plus larges et dans un travail comparatiste sur les procédures de contextualisation ; la volonté enfin d’un collectif échappant à des programmes et des chronologies contraignants pour privilégier au contraire un échange long et ouvert dont chacune et chacun, à son rythme, peut faire profiter ses propres recherches.

Les participants ont choisi de consacrer l’année 2021-2022 à la présentation et à la discussion de leurs projets d’écriture. Chaque membre du collectif a ainsi pu aborder la relation entre l’enquête et la rédaction, les choix présidant à la manière de dire ses recherches, les contraintes et les difficultés rencontrées. Après avoir, plusieurs années durant, approfondi ensemble l’examen de catégories d’analyse transversales (ou non) et la réflexion sur les relations entre emic et etic dans le travail historien, le groupe a ainsi mis l’accent sur un pan du métier qui fait beaucoup moins l’objet d’une discussion collective : les différentes options possibles au moment de choisir un plan, la tension entre l’administration de la preuve et le souci d’une lecture aisée, mais également la contrainte d’exigences extérieures procédant en particulier de l’évolution de l’édition scientifique. Si les projets présentés ont principalement concerné des livres, la variété des modes d’écriture, leur complémentarité, voire leur concurrence dans une vie de chercheuse ou de chercheur ont également fait l’objet de débats fructueux.

Publications

Les publications des membres du groupe Rhisop sont indiquées sur les comptes rendus de leurs séminaires propres.