Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année universitaire en cours. Consulter l'année universitaire 2023-2024.

UE333 - Les usages du monde (4/4) : ce que dialoguer avec la Terre veut dire


Lieu et planning


  • Campus Condorcet
    cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 08:30-12:30/08:00-12:00
    du 15 novembre 2021 au 14 février 2022

    • Lundi 15 novembre 2021 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 50, bâtiment EHESS-Condorcet
    • Lundi 22 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 29 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 6 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 13 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 3 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.016, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 10 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) :  salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 17 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 24 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 31 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 7 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 14 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet

Description


Dernière modification : 24 novembre 2021 09:06

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Olivier Remaud [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Notre conception courante du dialogue repose sur l'argumentation et la justification. Faut-il en déduire que les humains ne dialoguent qu'entre eux ? Afin d'inclure d'autres manières de vivre et de penser, nous tenterons de répondre aux questions suivantes : est-ce que la Terre a quelque chose à dire ? Comment s'adresse-t-on aux êtres et entités non-humain.e.s qui la peuplent et quelles sont les pratiques de réciprocité ? Qu'appelle-t-on « dialogue » lorsqu'on ne s’intéresse pas seulement aux logiques discursives mais aussi aux traces, aux sons, aux silences, aux odeurs, aux gestes, aux comportements, aux assemblages et aux formes, à tout ce qui fait langage en plus des mots, règne minéral compris ? Nous nous demanderons ce que sont une montagne, un glacier, un volcan, une rivière, un lac ou un rocher, comment ces entités-milieux s'expriment, coexistent avec d'autres vivants et réagissent au dérèglement climatique, quels récits en témoignent. En croisant les approches, nous examinerons les relations entre animisme, imagination scientifique et esprit critique.

Calendrier des séances (attention aux changements d'horaire, de salle, voire de bâtiment)

  • Lundi 15 novembre 2021 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 50, bâtiment EHESS-Condorcet
  • Lundi 22 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 29 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 6 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 13 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 3 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.016, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 10 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) :  salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 17 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 24 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 100, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 31 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 7 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 14 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet

Le 24 janvier 2022, Camille de Toledo viendra nous présenter sa mise en récit des auditions du Parlement de Loire (Le Fleuve qui voulait écrire : les auditions du Parlement de Loire, Les Liens qui libèrent / Manuella éditions, 2021).


Master


  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – au choix parmi les mcc

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire de cette année a porté sur le thème Dialoguer avec la Terre. Il s’agissait de reposer le problème d’une « cosmopolitique expressive » (Vinciane Despret) au-delà du seul registre du langage alphabétique et d’écologiser la réflexion en l’ouvrant aux mondes non-humains. Deux questions nous ont guidé : la nature parle-t-elle et si oui, quelles sont ses modalités ? Dans ce but, nous avons d’abord examiné le débat entre Steven Vogel et David Abram – la nature ne parle pas vs. la nature parle mais on ne l’entend plus. Puis, nous avons considéré les apports respectifs à cette controverse des « nouveaux matérialismes » et de la dite « ontologie plate » (Jane Bennett, Timothy Morton, Graham Harman). Nous avons ensuite restitué les fruits d’enquêtes bioacoustiques (Bernie Krause et Jérôme Sueur) dont l’intérêt est, entre autres, de se demander qui parle et comment les êtres non-humains s’arrangent pour communiquer sans se déranger. Nous avons également repris le dossier de l’« hypothèse Gaia » (James Lovelock, Lynn Margulis, Bruno Latour, J. Baird Callicott) en approfondissant son argument central : la capacité des vivants à convertir l’énergie radiante du soleil en une énergie chimique qui se recyclefournit la clé d’un équilibre terrestre en perpétuelle redéfinition, et en ce sens la Terre elle-même peut être dite vivante. Enfin, nous avons relu les textes de Val Plumwood et d’Arne Naess qui défendent la nécessité de rompre avec le grand partage des domaines biotique et abiotique, organique et inorganique, pour reconnaître pleinement la vie des éléments.

Il en est ressorti deux conclusions provisoires : d’abord, le « tournant matériel », qui identifie des actants nouveaux et omniprésents, a pour effet de modérer les excès du constructivisme en sciences sociales, tout comme ceux de l’idéalisme persistant dans la plupart de nos approches méthodologiques ; ensuite, l’attention à l’« agentivité des choses » permet de corporaliser nos relations aux matérialités, sachant que cette démarche autorise par ailleurs à reformuler les enjeux de l’identité avec des ouvertures sur les écoféminismes et les théories queer des études post-coloniales. Reste que cette revanche de l’empirie dans la théorie ne règle pas toutes les difficultés : étendre à tous les corps, choses comme objets, l’argument de la vie ne permet pas de savoir en quoi s’adresser à quelqu’un n’est pas exactement semblable à avoir de l’influence sur lui ou agir avec lui. Co-agir, est-ce forcément converser ? Comment donc se déroulent concrètement nos conversations avec les êtres non-humains ? Pour répondre, il fallait discuter les arguments venant des animismes amérindiens et amazoniens (Robin Wall Kimmerer, Eduardo Kohn) qui développent des approches dans lesquelles les grammaires expressives des vivants se répondent. À l’occasion de l’une des dernières séances, nous avons aussi reçu l’écrivain Camille Toledo pour une riche conversation autour de sa mise en récit des auditions effectuées au Parlement de Loire (Le Fleuve qui voulait écrire. Les auditions du Parlement de Loire, Les Liens qui libèrent/Manuella éditions, 2021) durant laquelle les droits de la nature et les débats sur l’application de la notion de personnalité juridique aux entités naturelles ont été envisagés.

Publications
  • Thinking Like An iceberg, trans. Stephen Muecke, Cambridge, Polity Press, 2022.
  • Pensar como un iceberg, trad. Mercedes Fernandez Cuesta, Gallo Nero, Madrid, 2022.
  • « Raconter le vivant », dans Minor Universality. Rethinking Humanity After Western Universalism, sous la dir. de Markus Messling, Jonas Tinius et Hélène Thiérard, Berlin, De Gruyter, 2022, p. 209-225.

Dernière modification : 24 novembre 2021 09:06

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Philosophie et épistémologie
Page web
-
Langues
-
Mots-clés
-
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Olivier Remaud [référent·e]   directeur d'études, EHESS / Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (CESPRA)

Notre conception courante du dialogue repose sur l'argumentation et la justification. Faut-il en déduire que les humains ne dialoguent qu'entre eux ? Afin d'inclure d'autres manières de vivre et de penser, nous tenterons de répondre aux questions suivantes : est-ce que la Terre a quelque chose à dire ? Comment s'adresse-t-on aux êtres et entités non-humain.e.s qui la peuplent et quelles sont les pratiques de réciprocité ? Qu'appelle-t-on « dialogue » lorsqu'on ne s’intéresse pas seulement aux logiques discursives mais aussi aux traces, aux sons, aux silences, aux odeurs, aux gestes, aux comportements, aux assemblages et aux formes, à tout ce qui fait langage en plus des mots, règne minéral compris ? Nous nous demanderons ce que sont une montagne, un glacier, un volcan, une rivière, un lac ou un rocher, comment ces entités-milieux s'expriment, coexistent avec d'autres vivants et réagissent au dérèglement climatique, quels récits en témoignent. En croisant les approches, nous examinerons les relations entre animisme, imagination scientifique et esprit critique.

Calendrier des séances (attention aux changements d'horaire, de salle, voire de bâtiment)

  • Lundi 15 novembre 2021 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 50, bâtiment EHESS-Condorcet
  • Lundi 22 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 29 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 6 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 13 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 3 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.016, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 10 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) :  salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 17 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
  • Lundi 24 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 100, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 31 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 7 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
  • Lundi 14 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet

Le 24 janvier 2022, Camille de Toledo viendra nous présenter sa mise en récit des auditions du Parlement de Loire (Le Fleuve qui voulait écrire : les auditions du Parlement de Loire, Les Liens qui libèrent / Manuella éditions, 2021).

  • Séminaires de recherche – Philosophie-Philosophie sociale et politique – M1/S1-M2/S3
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – au choix parmi les mcc
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants
-
Réception des candidats
-
Pré-requis
-
  • Campus Condorcet
    cours des humanités 93300 Aubervilliers
    1er semestre / hebdomadaire, lundi 08:30-12:30/08:00-12:00
    du 15 novembre 2021 au 14 février 2022

    • Lundi 15 novembre 2021 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 50, bâtiment EHESS-Condorcet
    • Lundi 22 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 29 novembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 6 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 13 décembre 2021 (de 8 h à 12 h) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 3 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.016, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 10 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) :  salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 17 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 0.017, rez de chaussée, bâtiment Recherche Sud, Campus Condorcet
    • Lundi 24 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 31 janvier 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 7 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.06, centre de colloques, Campus Condorcet
    • Lundi 14 février 2022 (de 8 h 30 à 12 h 30) : salle 3.10, centre de colloques, Campus Condorcet

Le séminaire de cette année a porté sur le thème Dialoguer avec la Terre. Il s’agissait de reposer le problème d’une « cosmopolitique expressive » (Vinciane Despret) au-delà du seul registre du langage alphabétique et d’écologiser la réflexion en l’ouvrant aux mondes non-humains. Deux questions nous ont guidé : la nature parle-t-elle et si oui, quelles sont ses modalités ? Dans ce but, nous avons d’abord examiné le débat entre Steven Vogel et David Abram – la nature ne parle pas vs. la nature parle mais on ne l’entend plus. Puis, nous avons considéré les apports respectifs à cette controverse des « nouveaux matérialismes » et de la dite « ontologie plate » (Jane Bennett, Timothy Morton, Graham Harman). Nous avons ensuite restitué les fruits d’enquêtes bioacoustiques (Bernie Krause et Jérôme Sueur) dont l’intérêt est, entre autres, de se demander qui parle et comment les êtres non-humains s’arrangent pour communiquer sans se déranger. Nous avons également repris le dossier de l’« hypothèse Gaia » (James Lovelock, Lynn Margulis, Bruno Latour, J. Baird Callicott) en approfondissant son argument central : la capacité des vivants à convertir l’énergie radiante du soleil en une énergie chimique qui se recyclefournit la clé d’un équilibre terrestre en perpétuelle redéfinition, et en ce sens la Terre elle-même peut être dite vivante. Enfin, nous avons relu les textes de Val Plumwood et d’Arne Naess qui défendent la nécessité de rompre avec le grand partage des domaines biotique et abiotique, organique et inorganique, pour reconnaître pleinement la vie des éléments.

Il en est ressorti deux conclusions provisoires : d’abord, le « tournant matériel », qui identifie des actants nouveaux et omniprésents, a pour effet de modérer les excès du constructivisme en sciences sociales, tout comme ceux de l’idéalisme persistant dans la plupart de nos approches méthodologiques ; ensuite, l’attention à l’« agentivité des choses » permet de corporaliser nos relations aux matérialités, sachant que cette démarche autorise par ailleurs à reformuler les enjeux de l’identité avec des ouvertures sur les écoféminismes et les théories queer des études post-coloniales. Reste que cette revanche de l’empirie dans la théorie ne règle pas toutes les difficultés : étendre à tous les corps, choses comme objets, l’argument de la vie ne permet pas de savoir en quoi s’adresser à quelqu’un n’est pas exactement semblable à avoir de l’influence sur lui ou agir avec lui. Co-agir, est-ce forcément converser ? Comment donc se déroulent concrètement nos conversations avec les êtres non-humains ? Pour répondre, il fallait discuter les arguments venant des animismes amérindiens et amazoniens (Robin Wall Kimmerer, Eduardo Kohn) qui développent des approches dans lesquelles les grammaires expressives des vivants se répondent. À l’occasion de l’une des dernières séances, nous avons aussi reçu l’écrivain Camille Toledo pour une riche conversation autour de sa mise en récit des auditions effectuées au Parlement de Loire (Le Fleuve qui voulait écrire. Les auditions du Parlement de Loire, Les Liens qui libèrent/Manuella éditions, 2021) durant laquelle les droits de la nature et les débats sur l’application de la notion de personnalité juridique aux entités naturelles ont été envisagés.

Publications
  • Thinking Like An iceberg, trans. Stephen Muecke, Cambridge, Polity Press, 2022.
  • Pensar como un iceberg, trad. Mercedes Fernandez Cuesta, Gallo Nero, Madrid, 2022.
  • « Raconter le vivant », dans Minor Universality. Rethinking Humanity After Western Universalism, sous la dir. de Markus Messling, Jonas Tinius et Hélène Thiérard, Berlin, De Gruyter, 2022, p. 209-225.