Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE320 - Résilience, effondrement et transition des systèmes socio-écologiques : l’apport de la longue durée


Lieu et planning


  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 4 mars 2022 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 12


Description


Dernière modification : 15 décembre 2021 12:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Archéologie, Géographie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Développement durable Environnement Espace Paysage Spatialisation, territoires Temps/temporalité
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Sandrine Robert [référent·e]   directrice d'études (en cours de nomination), EHESS / Géographie-cités (GÉOCIT)

La prise en compte de la longue durée (long-term perspective) dans l’analyse des systèmes socio-écologiques apparaît comme un moyen pour préciser les notions de « résilience », et d’« effondrement » (collapse) qui font débat dans la communauté scientifique.  La difficulté à identifier ce qui correspond à de véritables transitions est une des limites à la mobilisation de ces notions. L’étude sur la longue durée apparaît comme un moyen d’identifier ce qui correspond à des transitions durables plutôt qu’à des variations internes inhérentes à la dynamique des systèmes. Autour des travaux du réseau Resilience Alliance, des écologues, archéologues et anthropologues de langue anglaise publient depuis une vingtaine d’année des travaux intégrant cette réflexion à l’interface entre sciences historiques et écologie.

Le séminaire est organisé en deux temps. La première heure est consacrée à un travail collectif autour de l’ouvrage de Sander Van der Leeuw, (prof. Arizona State University), Social Sustainability, Past and Future. Undoing Unintended Consequences for the Earth’s Survival. Cambridge University Press. Cambridge, 2020. https://doi.org/10.1017/9781108595247. La deuxième heure est consacrée à l’analyse croisée de l’utilisation des concepts de résilience, d’effondrement et de transition appliqués aux sociétés et aux systèmes socio-écologiques, du XIXe siècle à aujourd’hui. Des cas concrets de transitions et de persistances dans les paysages et les systèmes de peuplement étudiés dans le domaine de l’archéologie, de la géographie et de l’archéogéographie, permettront de réfléchir aux modalités de transformation des sociétés dans la longue durée.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour tous renseignements, contacter sandrine.robert@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

Adresser un projet écrit et un CV à sandrine.robert@ehess.fr

La direction de travaux se fait sous la forme de rendez-vous individuels et d'ateliers collectifs dont les dates sont communiquées en cours d'année.

Réception des candidats

 contacter sandrine.robert@ehess.fr

Pré-requis
-

Compte rendu


Le séminaire a été organisé en deux temps. Dans la première partie, nous avons approfondi la réflexion sur la résilience des formes du paysage dans la longue durée, en questionnant le rôle joué par les perturbations. Nous avons montré que la transformation des formes initiales est la condition même de leur résilience car, à l’échelle micro, l’adaptation aux nouveaux usages permet la transmission de la structure à l’échelle macro. Cette réflexion sur « Le rôle du cycle court des usages dans la résilience des structures spatiales » a été exposée lors d’une présentation donnée à l’Union de Géographie Internationale le 22 juillet 2022 et a nourri une conférence sur « Les paysages et les tissus urbains comme systèmes adaptatifs résilients : l’apport de l’archéogéographie », présentée à l’Université de Montréal, le 29 mars 2022.

La seconde partie du séminaire a été consacrée à un travail collectif autour de l’ouvrage de l’archéologue Sander Van der Leeuw (Arizona State University), Social Sustainability, Past and Future. Undoing Unintended Consequences for the Earth’s Survival (Cambridge University Press, 2020). L’étude détaillée de l’ouvrage ainsi que les quatre conférences données par l’auteur lors de son invitation à l’EHESS en juin 2022, ont permis d’approfondir plusieurs aspects du séminaire comme l’intérêt de l’approche par les systèmes complexes adaptatifs et l’apport à la longue durée dans l’étude de la résilience des sociétés urbaines actuelles. Nous avons pu mettre l’accent sur l’importance du changement dans les boucles de rétroaction qui permet de caractériser ce qui peut être identifié comme transitions majeures dans les systèmes. Ce travail a été approfondi à l’occasion de l’écriture d’un chapitre d’ouvrage avec la géographe Lena Sanders où nous avons tenté de définir une démarche systémique et ontologique pour étudier l’organisation spatiale des systèmes de villes et des réseaux routiers dans différents contextes historiques (Robert et Sanders soumis).

Les travaux autour de la résilience ont donné lieu également à la publication d’un dossier spécial de la revue Archéologie, Société et Environnement (Robert dir. 2022) et le livre sur la résilience publié en janvier 2021 a été traduit et publié en anglais en décembre 2021 (Robert ,2021).

Les questions théoriques ont été illustrées à partir d’exemples puisés notamment dans une étude menée sur l’évolution des réseaux de circulation dans la longue durée sur le bassin parisien à partir d’une base de données sur le réseau routier de l’Antiquité à l’actuel, constituée en partenariat avec l’UMR Arscan, Nanterre. Les questions posées par l’élaboration de ce type de bases de données transchronologiques et associant des sources d’origines diverses ont été discutées en séminaire et dans :  « RetroOrléans, Atelier de SIG Historique », atelier donné avec L. Costa et H. Noizet à l’Université d’Ottawa, département d’Histoire, le 1er avril 2022 et « Des données aux plateformes géohistoriques en accès libre », école thématique donnée à Ligoure du 27 au 30 juin 2022 avec le consortium Paris Time Machine (TGIR HumaNum), l’Université de Limoges,  la plateforme Fabrique Numérique du Passé (MESRI) et le LabEx DynaMitTe. Les étudiants du séminaire qui ont choisi de se spécialiser en archéogéographie pour leur mémoire ont eu l’opportunité de s’inscrire à l’école de Ligoure et ont pu bénéficier d’une formation (8 séances de 2h), consacrées aux méthodes de la photo-interprétation, carto-interprétation et de l’analyse morphologique.

L’ensemble du travail mené cette année à partir de travaux sur les paysages et les sociétés urbaines étudiés comme des systèmes socio-écologiques dans la longue durée a donc permis de préciser les aspects théoriques et pratiques de l’utilisation des concepts de résilience et de transition en sciences sociales.

Publications
  • Resilience: Persistence and Change in Landscape Forms, Londres, ISTE, Wiley,  2021.
  • Dossier « Resilience and Landscape: The Use of Resilience Framework in Landscape Archaeology and Archaeogeography », Archéologie, Société et Environnement, ISTE-OpenScience, vol. 2, n°1, 2021-2022, http://www.openscience.fr/Numero-1-591
  • « Compte rendu : Noizet, Hélène, Anne-Sophie Clémençon, « Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines », P. U. de Vincennes, 2021 », Histoire Urbaine, 2021, https://sfhu.hypotheses.org/6578.

 

Dernière modification : 15 décembre 2021 12:58

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Archéologie, Géographie
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Cartographie Développement durable Environnement Espace Paysage Spatialisation, territoires Temps/temporalité
Aires culturelles
Transnational/transfrontières
Intervenant·e·s
  • Sandrine Robert [référent·e]   directrice d'études (en cours de nomination), EHESS / Géographie-cités (GÉOCIT)

La prise en compte de la longue durée (long-term perspective) dans l’analyse des systèmes socio-écologiques apparaît comme un moyen pour préciser les notions de « résilience », et d’« effondrement » (collapse) qui font débat dans la communauté scientifique.  La difficulté à identifier ce qui correspond à de véritables transitions est une des limites à la mobilisation de ces notions. L’étude sur la longue durée apparaît comme un moyen d’identifier ce qui correspond à des transitions durables plutôt qu’à des variations internes inhérentes à la dynamique des systèmes. Autour des travaux du réseau Resilience Alliance, des écologues, archéologues et anthropologues de langue anglaise publient depuis une vingtaine d’année des travaux intégrant cette réflexion à l’interface entre sciences historiques et écologie.

Le séminaire est organisé en deux temps. La première heure est consacrée à un travail collectif autour de l’ouvrage de Sander Van der Leeuw, (prof. Arizona State University), Social Sustainability, Past and Future. Undoing Unintended Consequences for the Earth’s Survival. Cambridge University Press. Cambridge, 2020. https://doi.org/10.1017/9781108595247. La deuxième heure est consacrée à l’analyse croisée de l’utilisation des concepts de résilience, d’effondrement et de transition appliqués aux sociétés et aux systèmes socio-écologiques, du XIXe siècle à aujourd’hui. Des cas concrets de transitions et de persistances dans les paysages et les systèmes de peuplement étudiés dans le domaine de l’archéologie, de la géographie et de l’archéogéographie, permettront de réfléchir aux modalités de transformation des sociétés dans la longue durée.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Savoirs en sociétés-Études environnementales – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Territoires, espaces, sociétés – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Territoires et développement - Étude comparative du développement – M1/S2-M2/S4
    Suivi et validation – semestriel hebdomadaire = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Pour tous renseignements, contacter sandrine.robert@ehess.fr

Direction de travaux des étudiants

Adresser un projet écrit et un CV à sandrine.robert@ehess.fr

La direction de travaux se fait sous la forme de rendez-vous individuels et d'ateliers collectifs dont les dates sont communiquées en cours d'année.

Réception des candidats

 contacter sandrine.robert@ehess.fr

Pré-requis
-
  • Campus Condorcet-Centre de colloques
    Salle 3.07
    Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    2nd semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
    du 4 mars 2022 au 10 juin 2022
    Nombre de séances : 12

Le séminaire a été organisé en deux temps. Dans la première partie, nous avons approfondi la réflexion sur la résilience des formes du paysage dans la longue durée, en questionnant le rôle joué par les perturbations. Nous avons montré que la transformation des formes initiales est la condition même de leur résilience car, à l’échelle micro, l’adaptation aux nouveaux usages permet la transmission de la structure à l’échelle macro. Cette réflexion sur « Le rôle du cycle court des usages dans la résilience des structures spatiales » a été exposée lors d’une présentation donnée à l’Union de Géographie Internationale le 22 juillet 2022 et a nourri une conférence sur « Les paysages et les tissus urbains comme systèmes adaptatifs résilients : l’apport de l’archéogéographie », présentée à l’Université de Montréal, le 29 mars 2022.

La seconde partie du séminaire a été consacrée à un travail collectif autour de l’ouvrage de l’archéologue Sander Van der Leeuw (Arizona State University), Social Sustainability, Past and Future. Undoing Unintended Consequences for the Earth’s Survival (Cambridge University Press, 2020). L’étude détaillée de l’ouvrage ainsi que les quatre conférences données par l’auteur lors de son invitation à l’EHESS en juin 2022, ont permis d’approfondir plusieurs aspects du séminaire comme l’intérêt de l’approche par les systèmes complexes adaptatifs et l’apport à la longue durée dans l’étude de la résilience des sociétés urbaines actuelles. Nous avons pu mettre l’accent sur l’importance du changement dans les boucles de rétroaction qui permet de caractériser ce qui peut être identifié comme transitions majeures dans les systèmes. Ce travail a été approfondi à l’occasion de l’écriture d’un chapitre d’ouvrage avec la géographe Lena Sanders où nous avons tenté de définir une démarche systémique et ontologique pour étudier l’organisation spatiale des systèmes de villes et des réseaux routiers dans différents contextes historiques (Robert et Sanders soumis).

Les travaux autour de la résilience ont donné lieu également à la publication d’un dossier spécial de la revue Archéologie, Société et Environnement (Robert dir. 2022) et le livre sur la résilience publié en janvier 2021 a été traduit et publié en anglais en décembre 2021 (Robert ,2021).

Les questions théoriques ont été illustrées à partir d’exemples puisés notamment dans une étude menée sur l’évolution des réseaux de circulation dans la longue durée sur le bassin parisien à partir d’une base de données sur le réseau routier de l’Antiquité à l’actuel, constituée en partenariat avec l’UMR Arscan, Nanterre. Les questions posées par l’élaboration de ce type de bases de données transchronologiques et associant des sources d’origines diverses ont été discutées en séminaire et dans :  « RetroOrléans, Atelier de SIG Historique », atelier donné avec L. Costa et H. Noizet à l’Université d’Ottawa, département d’Histoire, le 1er avril 2022 et « Des données aux plateformes géohistoriques en accès libre », école thématique donnée à Ligoure du 27 au 30 juin 2022 avec le consortium Paris Time Machine (TGIR HumaNum), l’Université de Limoges,  la plateforme Fabrique Numérique du Passé (MESRI) et le LabEx DynaMitTe. Les étudiants du séminaire qui ont choisi de se spécialiser en archéogéographie pour leur mémoire ont eu l’opportunité de s’inscrire à l’école de Ligoure et ont pu bénéficier d’une formation (8 séances de 2h), consacrées aux méthodes de la photo-interprétation, carto-interprétation et de l’analyse morphologique.

L’ensemble du travail mené cette année à partir de travaux sur les paysages et les sociétés urbaines étudiés comme des systèmes socio-écologiques dans la longue durée a donc permis de préciser les aspects théoriques et pratiques de l’utilisation des concepts de résilience et de transition en sciences sociales.

Publications
  • Resilience: Persistence and Change in Landscape Forms, Londres, ISTE, Wiley,  2021.
  • Dossier « Resilience and Landscape: The Use of Resilience Framework in Landscape Archaeology and Archaeogeography », Archéologie, Société et Environnement, ISTE-OpenScience, vol. 2, n°1, 2021-2022, http://www.openscience.fr/Numero-1-591
  • « Compte rendu : Noizet, Hélène, Anne-Sophie Clémençon, « Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines », P. U. de Vincennes, 2021 », Histoire Urbaine, 2021, https://sfhu.hypotheses.org/6578.