Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE309 - Dynamique des réseaux et des collectifs


Lieu et planning


  • Campus Condorcet (GED/bât. recherche Sud/Nord)
    Salle 2.11 - Humathèque (ex-Grand équipement documentaire/GED)
    Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (3e), mardi 12:30-16:30
    du 16 novembre 2021 au 21 juin 2022
    Nombre de séances : 6


Description


Dernière modification : 7 janvier 2022 11:09

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
http://ladehis.ehess.fr/index.php?566 
Langues
français
Mots-clés
Dynamiques sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Réseaux sociaux
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Michel Grossetti [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Pascal Cristofoli   ingénieur de recherche, EHESS / Laboratoire de démographie et d'histoire sociale (CRH-LaDéHiS)

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant appréhender et étuder les formes intermédiaires du monde social (liens interpersonnels, réseaux et collectifs).

Le séminaire aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse. Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social.

Dans la tradition de l’analyse des réseaux sociaux en sciences sociales, les réseaux dont il est question dans ce séminaire sont constitués de relations sociales entre des personnes ou des collectifs sociaux. Les relations enregistrées dans les dispositifs numériques de sociabilité n’en constituent qu’un aspect. En effet, dans une période où la notion de réseau devient parfois envahissante, la compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économiques et politiques, que pour renouveler leur conception de ce que l’on appelait naguère les « structures sociales ».

Le séminaire est organisé sous la forme de six demi-journées de 4 h au rythme mensuel. Elles seront consacrées à des enseignements sur les bases de l’analyse des réseaux, à la lecture et à la discussion de textes fondateurs et à la découverte de textes récents ainsi qu'à la présentation des travaux de recherche de chercheurs invités (chercheurs confirmés comme jeunes chercheurs) ou de membres de l’équipe enseignante. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier « Analyse des données relationnelles ».

16 novembre 2021 : Séance 1 : Introduction à l’étude des réseaux sociaux et des données relationnelles en sciences sociales

18 janvier 2022 : Séance 2 : Les méthodes d’enquête et de production des données relationnelles. (Analyse de textes).

15 février 2022 : Séance 3 : Réseaux sociaux et réseaux numériques (avec la participation de Julien Figeac et Guillaume Favre)

15 mars 2022 : Séance 4 : Les réseaux scientifiques : collaborations et controverses (avec la participation de Niki Vermeulen, Marion Maisonobe, et de Francis Chateauraynaud)

19 avril 2022 : Séance 5 : Etudier les réseaux sociaux en histoire (avec la participation de Séphane Baciocchi).

21 juin 2022 :  Séance 6 : Ontologie et réseaux - Quelle place pour les relations dyadiques, les réseaux et les collectifs dans les sciences sociales ? Discussion de l’ouvrage de Michel Grossetti (2018) Matière sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales. (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02523130v4 )


Master


  • Séminaires de recherche – Sciences économiques et sociales - Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, Travail personnel
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture, Travail personnel

Renseignements


Contacts additionnels
-
Labels
École doctorale de l'EHESS
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants.

Réception des candidats

sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants.

Pré-requis

le séminaire est ouvert aux auditeurs libres, doctorants et étudiants de master sans pré-requis. Il est nécessaire de s'incrire auprès des organisateurs pour être intégré dans la liste de diffusion du séminaire.

Les étudiants en master devant valider des ECTS doivent obligatoirement suivre les séances. Ils devront définir avec l’équipe enseignante un travail personnel à réaliser (présentation orale d'un texte en séance, note de lecture critique d'articles ou travail sur leur propre sujet de recherche).


Compte rendu


L’objectif de ce séminaire est de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender les relations interpersonnelles, les réseaux, les collectifs (organisés ou non), les sphères d’activité et les institutions, autrement dit les formes intermédiaires du monde social. La compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économique et politique que pour renouveler leur conception.

Cette année, le séminaire a pris la forme de 6 séances de 4 h consacrées aux liens entre l'analyse des réseaux sociaux et les théories en sciences sociales et à une série de présentations de recherches utilisant l’analyse de réseaux ou dialoguant avec ce niveau d’analyse. Les séances étaient en mode hybride avec une très large majorité de participants en mode « présentiel ».

Les deux premières séances ont été consacrées à la présentation de l’analyse des réseaux sociaux, à ses principaux concepts et aux méthodes de production de données relationnelles. Une séance a été organisée autour de présentations de recherches par Julien Figeac et Guillaume Favre sur le thème des relations personnelles et de la communication numérique, une autre à des discussions sur le thème des activités scientifiques et des controverses avec Niki Vermeulen, Marion Maisonobe et Francis Chateauraynaud. Les deux dernières séances ont été consacrées aux liens entre l’analyse des réseaux et les analyses historiques, avec une présentation de Sociologie historique du capitalisme par Claire Lemercier, et à une discussion générale sur l’ouvrage Matière Sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales. Cet ouvrage prend appui sur les analyses de réseaux mais intègre celles-ci dans une approche plus générale des phénomènes sociaux qui s’efforce d’atteindre une certaine transversalité.

Publications
  • Matière sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales, Éditions Hermann, 2022.
  • Covid-19’s pandemic braking policies: a rise in generality of disorder to limit irreversibilities, EPJ Web Conf. 263 01004, 2022, DOI: 10.1051/epjconf/202226301004
  • Avec Marc Bessin, « Les expériences temporelles du confinement : une épreuve inédite de synchronisation », Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 31 mars 2022, URL : http://journals.openedition.org/temporalites/10010
  • Avec Lydie Launay, « Turbulences résidentielles et parcours de vie », Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 31 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9518
  • Avec Guillaume Favre, « Les réseaux personnels en France ont-ils changé ? Une comparaison entre 2001 et 2017 », Revue française de sociologie, 2021/2, vol. 62, p. 167-208.
  • « Fragments d’une ontologie robuste pour décrire les phénomènes sociaux de niveau intermédiaire », dans Sciences & métaphysiques, Nouveaux repères, sous la dir. de in Raphaël Künstler, Hermann, 2022.

Dernière modification : 7 janvier 2022 11:09

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Sociologie
Page web
http://ladehis.ehess.fr/index.php?566 
Langues
français
Mots-clés
Dynamiques sociales Méthodes et techniques des sciences sociales Réseaux sociaux
Aires culturelles
-
Intervenant·e·s
  • Michel Grossetti [référent·e]   directeur d'études, EHESS - directeur de recherche, CNRS / Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST)
  • Pascal Cristofoli   ingénieur de recherche, EHESS / Laboratoire de démographie et d'histoire sociale (CRH-LaDéHiS)

Le séminaire s'adresse aux étudiants (master, doctorat) et chercheurs désirant appréhender et étuder les formes intermédiaires du monde social (liens interpersonnels, réseaux et collectifs).

Le séminaire aborde les différentes approches pratiques et théoriques impliquées dans les analyses de relations et de réseaux : études de réseaux « personnels », « complets », de « chaînes relationnelles » ; principaux concepts ; techniques de construction des données et d’analyse. Au-delà de l’initiation aux approches les plus courantes, le séminaire se donne aussi pour objectif de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender de façon renouvelée les relations interpersonnelles, les réseaux et les collectifs (organisés ou non), autrement dit les formes intermédiaires du monde social.

Dans la tradition de l’analyse des réseaux sociaux en sciences sociales, les réseaux dont il est question dans ce séminaire sont constitués de relations sociales entre des personnes ou des collectifs sociaux. Les relations enregistrées dans les dispositifs numériques de sociabilité n’en constituent qu’un aspect. En effet, dans une période où la notion de réseau devient parfois envahissante, la compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économiques et politiques, que pour renouveler leur conception de ce que l’on appelait naguère les « structures sociales ».

Le séminaire est organisé sous la forme de six demi-journées de 4 h au rythme mensuel. Elles seront consacrées à des enseignements sur les bases de l’analyse des réseaux, à la lecture et à la discussion de textes fondateurs et à la découverte de textes récents ainsi qu'à la présentation des travaux de recherche de chercheurs invités (chercheurs confirmés comme jeunes chercheurs) ou de membres de l’équipe enseignante. Le séminaire est organisé en coordination avec l'Atelier « Analyse des données relationnelles ».

16 novembre 2021 : Séance 1 : Introduction à l’étude des réseaux sociaux et des données relationnelles en sciences sociales

18 janvier 2022 : Séance 2 : Les méthodes d’enquête et de production des données relationnelles. (Analyse de textes).

15 février 2022 : Séance 3 : Réseaux sociaux et réseaux numériques (avec la participation de Julien Figeac et Guillaume Favre)

15 mars 2022 : Séance 4 : Les réseaux scientifiques : collaborations et controverses (avec la participation de Niki Vermeulen, Marion Maisonobe, et de Francis Chateauraynaud)

19 avril 2022 : Séance 5 : Etudier les réseaux sociaux en histoire (avec la participation de Séphane Baciocchi).

21 juin 2022 :  Séance 6 : Ontologie et réseaux - Quelle place pour les relations dyadiques, les réseaux et les collectifs dans les sciences sociales ? Discussion de l’ouvrage de Michel Grossetti (2018) Matière sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales. (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02523130v4 )

  • Séminaires de recherche – Sciences économiques et sociales - Institutions, organisations, économie et société – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – fiche de lecture, exposé oral, Travail personnel
  • Séminaires de recherche – Sociologie – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel mensuelle = 6 ECTS
    MCC – exposé oral, fiche de lecture, Travail personnel
Contacts additionnels
-
Labels
École doctorale de l'EHESS
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants.

Réception des candidats

sur rendez-vous téléphonique ou électronique auprès des enseignants.

Pré-requis

le séminaire est ouvert aux auditeurs libres, doctorants et étudiants de master sans pré-requis. Il est nécessaire de s'incrire auprès des organisateurs pour être intégré dans la liste de diffusion du séminaire.

Les étudiants en master devant valider des ECTS doivent obligatoirement suivre les séances. Ils devront définir avec l’équipe enseignante un travail personnel à réaliser (présentation orale d'un texte en séance, note de lecture critique d'articles ou travail sur leur propre sujet de recherche).

  • Campus Condorcet (GED/bât. recherche Sud/Nord)
    Salle 2.11 - Humathèque (ex-Grand équipement documentaire/GED)
    Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / mensuel (3e), mardi 12:30-16:30
    du 16 novembre 2021 au 21 juin 2022
    Nombre de séances : 6

L’objectif de ce séminaire est de présenter et discuter des outils théoriques permettant d’appréhender les relations interpersonnelles, les réseaux, les collectifs (organisés ou non), les sphères d’activité et les institutions, autrement dit les formes intermédiaires du monde social. La compréhension des formes sociales intermédiaires est un enjeu pour les sciences sociales, autant pour produire une connaissance alternative aux discours issus des mondes économique et politique que pour renouveler leur conception.

Cette année, le séminaire a pris la forme de 6 séances de 4 h consacrées aux liens entre l'analyse des réseaux sociaux et les théories en sciences sociales et à une série de présentations de recherches utilisant l’analyse de réseaux ou dialoguant avec ce niveau d’analyse. Les séances étaient en mode hybride avec une très large majorité de participants en mode « présentiel ».

Les deux premières séances ont été consacrées à la présentation de l’analyse des réseaux sociaux, à ses principaux concepts et aux méthodes de production de données relationnelles. Une séance a été organisée autour de présentations de recherches par Julien Figeac et Guillaume Favre sur le thème des relations personnelles et de la communication numérique, une autre à des discussions sur le thème des activités scientifiques et des controverses avec Niki Vermeulen, Marion Maisonobe et Francis Chateauraynaud. Les deux dernières séances ont été consacrées aux liens entre l’analyse des réseaux et les analyses historiques, avec une présentation de Sociologie historique du capitalisme par Claire Lemercier, et à une discussion générale sur l’ouvrage Matière Sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales. Cet ouvrage prend appui sur les analyses de réseaux mais intègre celles-ci dans une approche plus générale des phénomènes sociaux qui s’efforce d’atteindre une certaine transversalité.

Publications
  • Matière sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales, Éditions Hermann, 2022.
  • Covid-19’s pandemic braking policies: a rise in generality of disorder to limit irreversibilities, EPJ Web Conf. 263 01004, 2022, DOI: 10.1051/epjconf/202226301004
  • Avec Marc Bessin, « Les expériences temporelles du confinement : une épreuve inédite de synchronisation », Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 31 mars 2022, URL : http://journals.openedition.org/temporalites/10010
  • Avec Lydie Launay, « Turbulences résidentielles et parcours de vie », Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 31 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9518
  • Avec Guillaume Favre, « Les réseaux personnels en France ont-ils changé ? Une comparaison entre 2001 et 2017 », Revue française de sociologie, 2021/2, vol. 62, p. 167-208.
  • « Fragments d’une ontologie robuste pour décrire les phénomènes sociaux de niveau intermédiaire », dans Sciences & métaphysiques, Nouveaux repères, sous la dir. de in Raphaël Künstler, Hermann, 2022.