Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE287 - Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations


Lieu et planning


  • Campus Condorcet (GED/bât. recherche Sud/Nord)
    Salle 2.14 - Humathèque (ex-Grand équipement documentaire/GED)
    Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, mercredi 10:30-12:30
    du 17 novembre 2021 au 25 mai 2022
    Nombre de séances : 30


Description


Dernière modification : 23 juin 2021 12:33

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Linguistique, sémantique
Page web
http://crlao.ehess.fr/ 
Langues
chinois français
Mots-clés
Écriture Langues Linguistique
Aires culturelles
Asie orientale
Intervenant·e·s
  • Redouane Djamouri [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale (CRLAO)

Fondements de la langue et de l'écriture chinoises : perspectives synchronique et diachronique

Ce séminaire reprendra certains  thèmes qui n'ont pas pu être proprement traités au cours de l'année 2019-2020. Il  a toujours pour objectif d’analyser et de discuter les travaux de recherche les plus récents concernant la langue et l’écriture chinoises. À partir d’une approche théorique et méthodologique de type fonctionnaliste et cognitiviste, on retracera l’évolution des principales structures syntaxiques et sémantiques de la période pré-archaïque (XIIIe siècle avant J.-C.) au chinois moderne (XVIIIe siècle) : ordre des constituants, marqueurs différentiels de l’objet, du datif, du locatif, formes passives, interrogatives, négatives, classificateurs, etc.

On étudiera aussi l’origine et le développement de l’écriture chinoise en commençant par l’écriture moderne et les problèmes qu’elle soulève : seule écriture syllabique qui note du sens, comment fonctionne-t-elle ? Comment peut-on la définir ? Comment note-t-elle les prononciations ? Qu’indiquent les constituants sémantiques et phonétiques des caractères ? Que peut apporter l’étude de l’écriture chinoise aux théories existantes sur l’écriture en général ?

Ce séminaire s’adresse plus particulièrement aux étudiants de doctorat. La connaissance du chinois est recommandée, mais non obligatoire.

Le programme détaillé n'est pas disponible.


Master


Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.


Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Hugues Feler, gestionnaire du CRLAO.

Direction de travaux des étudiants

mercredi, de 14 heures à 16 heures, sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

mercredi, de 14 heures à 16 heures, sur rendez-vous, contacter les enseignants par courriel.

Pré-requis

connaissance du chinois recommandée mais non obligatoire.


Compte rendu


Nous sommes revenus dans les deux premières séances de l’année sur le problème de la classification des langues en situant le chinois dans son environnement linguistique.

Nous avons ensuite consacré plusieurs séances à l’écriture chinoise traitant tout particulièrement des variantes graphiques sur le plan à la fois synchronique et diachronique. À partir de l’étude des différents auteurs qui se sont penchés sur les variantes graphiques et leurs définitions, nous avons pu observer la différence de traitement entre linguistes et non-linguistes. Nous avons cherché à clarifier la terminologie employée en Chine, en nous penchant notamment sur la distinction importante entre deux termes qui sont souvent présentés comme renvoyant aux variantes graphiques tōngjiǎ 通假字et yìtǐ異體字. Nous avons montré en quoi les variantes graphiques, qui occupent une place importante tout au long de l’histoire de l’écriture chinoise, permettent de décrire et d’analyser plus en détail le système graphique chinois.

L'évolution historique de plusieurs sujets morphologiques, syntaxiques et sémantiques a ensuite été abordée : 1) la question de la morphologie dérivationnelle en chinois archaïque ; 2) les problèmes du TAM (Temps-Aspect-Modalités) (notamment, l’évolution des marqueurs d’aspect dans une langue sinitique sous influence altaïque du nord-ouest de la Chine) ; 3) les verbes de posture ; 4) les phénomènes de prépositions orphelines (avec des cas exceptionnels de clitisation de deux prépositions en chinois archaïque) ; 5) les marqueurs (adverbes, conjonctions) adversatifs.

Plusieurs conférences ont aussi été assurées par des chercheurs invités durant le séminaire : Prof. Audrey Li (University of Southern California, Etats-Unis) sur  « From Chinese to Discovering Linguistic Competence » ; Prof. Takekoshi (Université de Kobe, Japon) « On the “mixed” language in the early Qing dynasty: Focus on the linguistic features of the Manchu-Chinese mixed Youth Book » ; Dr Lin Xiao (École normale supérieure) sur « Nouvelles perspectives sur la grammaire du vieux pékinois (1850-1950) » ; Prof. Christoph Anderl (Université de Gand) « Graphic variation in 10th century semi-vernacular Dūnhuáng texts ».

Dernière modification : 23 juin 2021 12:33

Type d'UE
Séminaires DR/CR
Disciplines
Linguistique, sémantique
Page web
http://crlao.ehess.fr/ 
Langues
chinois français
Mots-clés
Écriture Langues Linguistique
Aires culturelles
Asie orientale
Intervenant·e·s
  • Redouane Djamouri [référent·e]   directeur de recherche, CNRS / Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale (CRLAO)

Fondements de la langue et de l'écriture chinoises : perspectives synchronique et diachronique

Ce séminaire reprendra certains  thèmes qui n'ont pas pu être proprement traités au cours de l'année 2019-2020. Il  a toujours pour objectif d’analyser et de discuter les travaux de recherche les plus récents concernant la langue et l’écriture chinoises. À partir d’une approche théorique et méthodologique de type fonctionnaliste et cognitiviste, on retracera l’évolution des principales structures syntaxiques et sémantiques de la période pré-archaïque (XIIIe siècle avant J.-C.) au chinois moderne (XVIIIe siècle) : ordre des constituants, marqueurs différentiels de l’objet, du datif, du locatif, formes passives, interrogatives, négatives, classificateurs, etc.

On étudiera aussi l’origine et le développement de l’écriture chinoise en commençant par l’écriture moderne et les problèmes qu’elle soulève : seule écriture syllabique qui note du sens, comment fonctionne-t-elle ? Comment peut-on la définir ? Comment note-t-elle les prononciations ? Qu’indiquent les constituants sémantiques et phonétiques des caractères ? Que peut apporter l’étude de l’écriture chinoise aux théories existantes sur l’écriture en général ?

Ce séminaire s’adresse plus particulièrement aux étudiants de doctorat. La connaissance du chinois est recommandée, mais non obligatoire.

Le programme détaillé n'est pas disponible.

Cette UE n'est rattachée à aucune formation de master.

Contacts additionnels
-
Informations pratiques

Hugues Feler, gestionnaire du CRLAO.

Direction de travaux des étudiants

mercredi, de 14 heures à 16 heures, sur rendez-vous par courriel.

Réception des candidats

mercredi, de 14 heures à 16 heures, sur rendez-vous, contacter les enseignants par courriel.

Pré-requis

connaissance du chinois recommandée mais non obligatoire.

  • Campus Condorcet (GED/bât. recherche Sud/Nord)
    Salle 2.14 - Humathèque (ex-Grand équipement documentaire/GED)
    Cours des humanités 93300 Aubervilliers
    annuel / hebdomadaire, mercredi 10:30-12:30
    du 17 novembre 2021 au 25 mai 2022
    Nombre de séances : 30

Nous sommes revenus dans les deux premières séances de l’année sur le problème de la classification des langues en situant le chinois dans son environnement linguistique.

Nous avons ensuite consacré plusieurs séances à l’écriture chinoise traitant tout particulièrement des variantes graphiques sur le plan à la fois synchronique et diachronique. À partir de l’étude des différents auteurs qui se sont penchés sur les variantes graphiques et leurs définitions, nous avons pu observer la différence de traitement entre linguistes et non-linguistes. Nous avons cherché à clarifier la terminologie employée en Chine, en nous penchant notamment sur la distinction importante entre deux termes qui sont souvent présentés comme renvoyant aux variantes graphiques tōngjiǎ 通假字et yìtǐ異體字. Nous avons montré en quoi les variantes graphiques, qui occupent une place importante tout au long de l’histoire de l’écriture chinoise, permettent de décrire et d’analyser plus en détail le système graphique chinois.

L'évolution historique de plusieurs sujets morphologiques, syntaxiques et sémantiques a ensuite été abordée : 1) la question de la morphologie dérivationnelle en chinois archaïque ; 2) les problèmes du TAM (Temps-Aspect-Modalités) (notamment, l’évolution des marqueurs d’aspect dans une langue sinitique sous influence altaïque du nord-ouest de la Chine) ; 3) les verbes de posture ; 4) les phénomènes de prépositions orphelines (avec des cas exceptionnels de clitisation de deux prépositions en chinois archaïque) ; 5) les marqueurs (adverbes, conjonctions) adversatifs.

Plusieurs conférences ont aussi été assurées par des chercheurs invités durant le séminaire : Prof. Audrey Li (University of Southern California, Etats-Unis) sur  « From Chinese to Discovering Linguistic Competence » ; Prof. Takekoshi (Université de Kobe, Japon) « On the “mixed” language in the early Qing dynasty: Focus on the linguistic features of the Manchu-Chinese mixed Youth Book » ; Dr Lin Xiao (École normale supérieure) sur « Nouvelles perspectives sur la grammaire du vieux pékinois (1850-1950) » ; Prof. Christoph Anderl (Université de Gand) « Graphic variation in 10th century semi-vernacular Dūnhuáng texts ».