Attention, les informations que vous consultez actuellement ne sont pas celles de l'année en cours. Consulter l'année universitaire 2022-2023.

UE231 - Lieux et acteurs de l'échange dans la Méditerranée antique


Lieu et planning


  • INHA
    Salle Pierre-Jean Mariette
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / hebdomadaire, mercredi 11:00-13:00
    du 10 novembre 2021 au 18 mai 2022
    Nombre de séances : 24


Description


Dernière modification : 4 janvier 2022 10:40

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Archéologie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Antiquité (sciences de l’) Archéologie Artisanat Circulations Culture matérielle Économie Espace
Aires culturelles
Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cecilia D'Ercole [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

À partir d'approches multiples et d'une perspective spatiale, le séminaire analysera les dynamiques de l'échange économique et culturel dans la Méditerranée antique depuis l'époque grecque archaïque jusqu'aux premiers siècles de l'empire romain. Les dynamiques historiques qui règlent les mouvements des biens, des ressources, des techniques et des personnes, leurs transfomations et développements seront étudiés pour reconstituer l'un des processus marquants de la construction de l'espace méditerranéen au fil des périodes historiques et au gré des changements économiques et culturels.

La séance du 5 janvier 2022 est annulée.


Master


  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture

Renseignements


Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

oui.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-

Compte rendu


Centré sur les  « Lieux et acteurs des échanges », mon séminaire de 2021-2022 a abordé la question des échanges dans les sociétés anciennes à partir d’une approche à la fois spatiale (lieux) et social, voire prosopographique et de genre (acteurs). Appuyé sur une multiplicité de documents et résolument tourné sur les temps longs, depuis l'époque grecque archaïque jusqu'aux premiers siècles de l'empire romain, le séminaire a débuté par la présentation de quelques théories célèbres des Anciens et des Modernes sur l’échange antique, notamment quelques passages de la Politique d’Aristote et le chapitre du Vocabulaire d’E. Benveniste sur le commerce. Une séance a spécifiquement étudié la posture des philosophes grecs sur le commerce (Platon, Aristote et quelques traités de Xénophon). La notion de « lieu d’échange » a été ensuite examinée tout au long de l’année, à la fois dans sa fragmentation interne (présente déjà dans les lexiques anciens, comme l’Onomasticon de Pollux) et dans son articulation avec les espaces publics (l’agora notamment). J’ai ainsi étudié le deigma, un lieu de la cité grecque qui était selon les auteurs anciens (Hypéride, Hésychius, Pollux) bien séparé à la fois du port et de l’agora mais qui reste évanescent sur le terrain. Cette réflexion a été présentée au colloque « Les lieux du savoir dans l’Athènes démocratique » (Santiago de Compostella 2-4 novembre 2021), avec une communication sur « Savoir vendre: les espaces marchands comme lieux de savoir dans la Grèce classique et hellénistique » actuellement sous presse dans la revue Dialogues d’Histoire ancienne. Ce même caractère de fragmentation voire de duplication des espaces concerne également les ports, non seulement par leur nature (maritime, fluviale) mais aussi par leur complémentarité vis-à-vis de l’espace politique. C’est l’approche que j’ai appliquée aux « Doppelhafen », les « ports doubles », ainsi définis dans l’ouvrage de K. Lehmann-Hartleben (1923), et à l’étude de leur rôle dans certains cas significatifs, tel Corcyre (Corfou actuelle). Ici, le conflit interne (stasis) de 427 av. J.-C., relaté avec richesse de détail par Thucydide, se focalise autour des deux ports de la cité, occupés l’un par les oligoi (élites politiques et marchandes) et l’autre par le demos et les esclaves. J’ai présenté à ce sujet une communication sur « Lo spazio dei porti : definizioni e realtà » au colloque « Territoires multiples. Nomi, definizioni, lessico », tenu à Venise le 6 et 7 juin 2022, dont les actes seront publiés.

Une autre section importante du séminaire a été consacrée aux objets et procédures du commerce lointain, notamment aux mesures fiscales adoptées dans ce domaine. Les ainsi dits « tarifs » de Zarai (Afrique du Nord) et de Coptos (Egypte) ont été respectivement présentés par une collègue invitée, Stéphanie Guédon (Université de Limoges) et par moi-même : il s’agit de tarifs de l’époque impériale romaine indiquent les péages douaniers appliqués sur les biens et sur les personnes.

Malgré leurs lacunes et difficultés d’interprétation, ces documents constituent une mine d’informations sur la circulation et sur les acteurs des échanges au niveau institutionnel (autorités et personnel de douanes) et privé (voyageurs). Ces acteurs appartiennent aux catégories les plus diverses : marchands et soldats, marins mais aussi prostituées. Ils restituent un aperçu du monde composite du commerce, que j’ai également analysé dans la séance sur Aquilée, colonie romaine fondée en 181 av. J.-C., lieu de transit entre le centre de l’Europe et l’Afrique du nord, garnison militaire de première importance et foyer de savoir-faire artisanal spécialisé et très prisé : verres, mosaïques, ambres…. Là encore les notions d’espace maritime, de frontière et de voie de circulation s’articulent pour donner vie à une société multiculturelle (Vénétie, Pannonie, Afrique du Nord) dont les inscriptions restituent la richesse au fil des siècles.

Je citerai enfin l’intervention de Giuseppe Squillace (Université de Calabre), réalisée dans le cadre des « petites invitations » de l’EHESS. À l’intersection entre les différentes thématiques, sa conférence a ouvert une perspective novatrice sur les savoirs et sur l’univers sensoriel liés aux parfums anciens, sur leurs manipulations et sur leurs usagers dans les sociétés de la Méditerranée antique.

Publications
  • Avec M. Romani, Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, Cheiron, FrancoAngeli Editore, 1-2. 2019 (2021).
  • « Luxury. “Holding India in their Hands”: Influx of Wealth into Republican and Imperial Rome, dans Cultures of Contagion, sous la dir. de B. Delaurenti et T. Le Roux, Cambridge Massachussetts-Londres, MIT Press, 2021, p. 153-158.
  • Avec M. Romani, « Introduzione », dans Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, op. cit., p. 5-18.
  • « Tra moneta e oggetto. Le trasformazioni delle misure di valore nelle società  greche arcaiche e classiche », dans Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, op. cit., p. 19-45.
  • « 4.15. Cabinet des Médailles, Parigi », dans L’ambra nell’antichità. Le figure femminili alate e altri studi, sous la dir. de in N. Negroni Catacchio et V. Gallo, Milan, Centro Studi di Preistoria e Archeologia, 2021, p. 182-183.

Dernière modification : 4 janvier 2022 10:40

Type d'UE
Séminaires DE/MC
Disciplines
Anthropologie historique, Archéologie, Histoire
Page web
-
Langues
français
Mots-clés
Antiquité (sciences de l’) Archéologie Artisanat Circulations Culture matérielle Économie Espace
Aires culturelles
Méditerranéens (mondes)
Intervenant·e·s
  • Cecilia D'Ercole [référent·e]   directrice d'études, EHESS / Anthropologie et histoire des mondes antiques (AnHiMA)

À partir d'approches multiples et d'une perspective spatiale, le séminaire analysera les dynamiques de l'échange économique et culturel dans la Méditerranée antique depuis l'époque grecque archaïque jusqu'aux premiers siècles de l'empire romain. Les dynamiques historiques qui règlent les mouvements des biens, des ressources, des techniques et des personnes, leurs transfomations et développements seront étudiés pour reconstituer l'un des processus marquants de la construction de l'espace méditerranéen au fil des périodes historiques et au gré des changements économiques et culturels.

La séance du 5 janvier 2022 est annulée.

  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire du monde/histoire des mondes – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
  • Séminaires de recherche – Histoire-Histoire et sciences sociales – M1/S1-S2-M2/S3-S4
    Suivi et validation – annuel hebdomadaire = 12 ECTS
    MCC – fiche de lecture
Contacts additionnels
-
Informations pratiques
-
Direction de travaux des étudiants

oui.

Réception des candidats

sur rendez-vous.

Pré-requis
-
  • INHA
    Salle Pierre-Jean Mariette
    2 rue Vivienne 75002 Paris
    annuel / hebdomadaire, mercredi 11:00-13:00
    du 10 novembre 2021 au 18 mai 2022
    Nombre de séances : 24

Centré sur les  « Lieux et acteurs des échanges », mon séminaire de 2021-2022 a abordé la question des échanges dans les sociétés anciennes à partir d’une approche à la fois spatiale (lieux) et social, voire prosopographique et de genre (acteurs). Appuyé sur une multiplicité de documents et résolument tourné sur les temps longs, depuis l'époque grecque archaïque jusqu'aux premiers siècles de l'empire romain, le séminaire a débuté par la présentation de quelques théories célèbres des Anciens et des Modernes sur l’échange antique, notamment quelques passages de la Politique d’Aristote et le chapitre du Vocabulaire d’E. Benveniste sur le commerce. Une séance a spécifiquement étudié la posture des philosophes grecs sur le commerce (Platon, Aristote et quelques traités de Xénophon). La notion de « lieu d’échange » a été ensuite examinée tout au long de l’année, à la fois dans sa fragmentation interne (présente déjà dans les lexiques anciens, comme l’Onomasticon de Pollux) et dans son articulation avec les espaces publics (l’agora notamment). J’ai ainsi étudié le deigma, un lieu de la cité grecque qui était selon les auteurs anciens (Hypéride, Hésychius, Pollux) bien séparé à la fois du port et de l’agora mais qui reste évanescent sur le terrain. Cette réflexion a été présentée au colloque « Les lieux du savoir dans l’Athènes démocratique » (Santiago de Compostella 2-4 novembre 2021), avec une communication sur « Savoir vendre: les espaces marchands comme lieux de savoir dans la Grèce classique et hellénistique » actuellement sous presse dans la revue Dialogues d’Histoire ancienne. Ce même caractère de fragmentation voire de duplication des espaces concerne également les ports, non seulement par leur nature (maritime, fluviale) mais aussi par leur complémentarité vis-à-vis de l’espace politique. C’est l’approche que j’ai appliquée aux « Doppelhafen », les « ports doubles », ainsi définis dans l’ouvrage de K. Lehmann-Hartleben (1923), et à l’étude de leur rôle dans certains cas significatifs, tel Corcyre (Corfou actuelle). Ici, le conflit interne (stasis) de 427 av. J.-C., relaté avec richesse de détail par Thucydide, se focalise autour des deux ports de la cité, occupés l’un par les oligoi (élites politiques et marchandes) et l’autre par le demos et les esclaves. J’ai présenté à ce sujet une communication sur « Lo spazio dei porti : definizioni e realtà » au colloque « Territoires multiples. Nomi, definizioni, lessico », tenu à Venise le 6 et 7 juin 2022, dont les actes seront publiés.

Une autre section importante du séminaire a été consacrée aux objets et procédures du commerce lointain, notamment aux mesures fiscales adoptées dans ce domaine. Les ainsi dits « tarifs » de Zarai (Afrique du Nord) et de Coptos (Egypte) ont été respectivement présentés par une collègue invitée, Stéphanie Guédon (Université de Limoges) et par moi-même : il s’agit de tarifs de l’époque impériale romaine indiquent les péages douaniers appliqués sur les biens et sur les personnes.

Malgré leurs lacunes et difficultés d’interprétation, ces documents constituent une mine d’informations sur la circulation et sur les acteurs des échanges au niveau institutionnel (autorités et personnel de douanes) et privé (voyageurs). Ces acteurs appartiennent aux catégories les plus diverses : marchands et soldats, marins mais aussi prostituées. Ils restituent un aperçu du monde composite du commerce, que j’ai également analysé dans la séance sur Aquilée, colonie romaine fondée en 181 av. J.-C., lieu de transit entre le centre de l’Europe et l’Afrique du nord, garnison militaire de première importance et foyer de savoir-faire artisanal spécialisé et très prisé : verres, mosaïques, ambres…. Là encore les notions d’espace maritime, de frontière et de voie de circulation s’articulent pour donner vie à une société multiculturelle (Vénétie, Pannonie, Afrique du Nord) dont les inscriptions restituent la richesse au fil des siècles.

Je citerai enfin l’intervention de Giuseppe Squillace (Université de Calabre), réalisée dans le cadre des « petites invitations » de l’EHESS. À l’intersection entre les différentes thématiques, sa conférence a ouvert une perspective novatrice sur les savoirs et sur l’univers sensoriel liés aux parfums anciens, sur leurs manipulations et sur leurs usagers dans les sociétés de la Méditerranée antique.

Publications
  • Avec M. Romani, Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, Cheiron, FrancoAngeli Editore, 1-2. 2019 (2021).
  • « Luxury. “Holding India in their Hands”: Influx of Wealth into Republican and Imperial Rome, dans Cultures of Contagion, sous la dir. de B. Delaurenti et T. Le Roux, Cambridge Massachussetts-Londres, MIT Press, 2021, p. 153-158.
  • Avec M. Romani, « Introduzione », dans Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, op. cit., p. 5-18.
  • « Tra moneta e oggetto. Le trasformazioni delle misure di valore nelle società  greche arcaiche e classiche », dans Moneta. Storia non lineare di un oggetto istituzionale, op. cit., p. 19-45.
  • « 4.15. Cabinet des Médailles, Parigi », dans L’ambra nell’antichità. Le figure femminili alate e altri studi, sous la dir. de in N. Negroni Catacchio et V. Gallo, Milan, Centro Studi di Preistoria e Archeologia, 2021, p. 182-183.